La langue française

Ligueur, ligueuse

Définitions du mot « ligueur, ligueuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIGUEUR, -EUSE, subst. et adj.

HIST. (Personne) qui faisait partie de la Ligue pendant les guerres de religion. Gentilhomme ligueur; journal du curé ligueur (titre d'un ouvrage de Jean de Lafosse). Ligueur, j'ai combattu, j'ai détesté le roi : Depuis que son pouvoir m'a rangé sous sa loi (Legouvé, Mort Henri IV,1806, I, 6, p. 354).Tantôt un protestant y a signé sa foi, tantôt un ligueur y a maudit Henri IV (Balzac, E. Grandet,1834, p. 6).
P. métaph. Quelle revanche pour les moines ligueurs (...) si la France était jetée dans la guerre (Jaurès, Paix menacée,1914, p. 93).
P. anal., emploi subst. Celui, celle qui fait partie d'une ligue (le plus souvent ligue politique, d'extrême droite notamment, ou ligue des droits de l'homme). En période troublée, il est arrivé, maintes fois, que plusieurs centaines de camelots du roi, de ligueurs, d'étudiants, fussent arrêtés au cours d'une manifestation (L. Daudet, Bréviaire journ.,1936, p. 78):
La Ligue des droits de l'homme, née en 1898 dans les déchirements de l'affaire Dreyfus, constitue un cas type des organisations à buts idéologiques. C'est vers 1933 qu'elle a connu son effectif maximum : environ 200 000 ligueurs (dont 175 000 cotisants). Meynaud, Groupes pression Fr.,1958, p. 82.
Prononc. et Orth. : [ligœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1585 « comploteur » (N. du Fail, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 1, p. 219); 2. 1586 « membre de la Ligue [alliance des catholiques contre les protestants] » (Journal de l'Estoile pour le règne de Henri III, éd. L.-R. Lefèvre, p. 478); 3. 1900 « partisan d'une ligue politique » (Barrès, Appel soldat, p. 61 : Le garçon [...] se déclara ligueur, ami de Paul Déroulède). Dér. de ligue*; suff. -eur2*; cf. var. ligueux attestée fin xvies. au sens 2 (1591 ds Quem. DDL t. 20, v. aussi Hug.). Fréq. abs. littér. : 66. Bbg. Quem. DDL t. 20.

Wiktionnaire

Nom commun

ligueur \li.ɡœʁ\ masculin (pour une femme on dit : ligueuse)

  1. (Histoire) Celui, celle qui faisait partie de la Ligue, du temps de Henri III et de Henri IV.
    • Henri Ier de Guise était un ligueur furieux et sanguinaire.
    • Tantôt un protestant y a signé sa foi, tantôt un ligueur y a maudit Henri IV. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
  2. (Politique) (Vieilli) Ceux qui font partie d’une ligue politique, plutôt conservatrice, voire réactionnaire.

Adjectif

ligueur

  1. (Politique) (Vieilli) Qui fait partie d’une ligue politique, plutôt conservatrice, voire réactionnaire.
    • Il ne tolérait ni les moines ligueurs, ni les moines d'affaires. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • En Flandres, pourtant, deux considérations importent peut-être davantage: l'anti-communisme de combat des moines ligueurs de l'école congréganiste et des vicaires de la paroisse intolérante; …. — (Pol Vandromme; Belgique - La descente au tombeau -2008)


Nom commun

ligueuse \li.ɡøz\ féminin

  1. Féminin singulier de ligueur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIGUEUR, EUSE. n.
Celui, celle qui faisait partie de la Ligue, du temps de Henri III et de Henri IV. C'était un ligueur furieux. Cette femme était une ligueuse ardente. Il se dit aujourd'hui de Ceux qui font partie d'une ligue politique.

Littré (1872-1877)

LIGUEUR (li-gheur, gheû-z') s. m.
  • Celui, celle qui était de la Ligue, du temps de Henri III et de Henri IV. Les deux fils de ce second duc de Nemours étaient frères utérins des Guises et aussi grands ligueurs qu'eux, Saint-Simon, 181, 177. Il [la Bruyère] descendait d'un fameux ligueur, qui, dans le temps des barricades de Paris, exerça la charge de lieutenant civil, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 352, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Troubles non seulement de catholique à huguenot, mais de catholique à catholique, sous mots de faction malheureusement controuvez de ligueur, politique, maheustre, Pasquier, Recherches, liv. IX, p. 809, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ligueur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ligueur ligœr

Citations contenant le mot « ligueur »

  • Le 1er août 1589, le roi Henri III reçoit un coup de couteau fatal de la main de Jacques Clément. En pleines guerres de religion, un dominicain ligueur provoque le premier régicide de l’époque moderne, appliquant des théories monarchomaques qui prônent notamment la possibilité de se « défaire » d’un monarque qui mettrait en danger ses sujets. Reforme.net, 1er août 1589 : le moine Jacques Clément assassine le roi Henri III - Reforme.net
  • Le 7 avril 1589, Charles Harrouys est arrêté par des hommes du duc de Mercœur et incarcéré dans la prison du château. Il reste deux ans emprisonné. Nantes est la dernière grande ville ligueuse à reconnaître l'autorité d'Henri IV. C'est donc là que s'achève la dernière campagne militaire des guerres de religion, avec la reddition de la ville, négociée par Jean Fourché, et la signature de l'Édit de Nantes (fin avril 1598). , L’histoire des maires de Nantes
  • L'atmosphère délétère des premières semaines de l'année 1934 doit beaucoup aux affaires. L'Affaire Stavisky défraie la chronique. Une escroquerie d'ampleur aux ramifications politiques se solde début janvier par le suicide mystérieux de Stavisky dans un chalet de Chamonix. Le discrédit s'abat sur le régime parlementaire confronté par ailleurs aux effets de la crise économique. La contestation dépasse les seuls rangs de l'extrême droite et de l'Action Française. Le 6 février 1934, une manifestation des Ligues mais aussi de l'ARAC, l'association des anciens combattants proche du Parti Communiste défile dans Paris. Alors que les Ligues sont Place de la Concorde, l'ARAC est rassemblée Rond Point des Champs Elysées. La direction de la SFIO va, dès lors, nourrir quelque méfiance à l'égard des communistes, suspectés d'avoir nourri la campagne antiparlementaire. La base ligueuse veut marcher sur le Palais Bourbon et la Chambre des Députés. Face à ces ligues, le Préfet Chiappe, proche des ultras de la droite, n'a placé qu'un dispositif policier particulièrement léger. Les Députés sont dans une nasse. La République peut s'en sortir humiliée, fragilisée, voire être mise à terre. Le Colonel de La Roque, chef des Croix de Feu, hésite. Il hésite trop longtemps pour que la frénésie antirépublicaine et putschiste des autres ligues l'emporte. Les Camelots du Roi rêvent d'en découdre et reprocheront longtemps au Colonel ses tergiversations. Dès lors, la contestation ligueuse se fissure. A l'intérieur du Palais-Bourbon, depuis la buvette, les Parlementaires observent de loin la situation, il suffirait aux Ligues de franchir le Pont de la Concorde pour qu'en quelques minutes l'hémicycle soit envahi. Tout peut alors encore basculer. Ce jour-là une partie des Ligues pense qu'elles peuvent mettre à bas la République. Les Gardes Mobiles chargent. 19 morts et environ 2000 blessés. Le HuffPost, 6 février 1934 - 6 février 2014: quelles similitudes, quelles différences? | Le HuffPost
  • Yvette était née à Bazet, cadette d'une fratrie de trois enfants, elle était toujours restée fidèle à son village de cœur : Bazet. Côté professionnel, sa carrière de secrétaire de direction à l'éducation nationale s'est terminée prématurément, pour cause de soins, au lycée Sixte-Vignon d'Aureilhan. Côté loisirs, Yvette était un touche-à-tout. De 1967 à 1981, elle fut danseuse et secrétaire au foyer rural du village. Dans les années «70», elle intégra la troupe des majorettes de Tarbes. D'ailleurs, avec deux de ses consœurs de l'époque, elle avait relancé, en 2010, les retrouvailles de ces jeunes filles devenues… mamies. Yvette, qui adorait la danse, a pratiqué le flamenco dans plusieurs associations et depuis 2010, elle est aussi devenue ligueuse et très impliquée dans cette structure qui aide les malades atteints du cancer tant par du réconfort moral qu'au travers d'activités manuelles, sportives ou culturelles. Ce crabe si sournois l'a atteinte en 2007 et depuis lors, elle n'a eu de cesse de se battre en faisant face courageusement à ce mal implacable. Ses petits-enfants Ethan, Ewen, Eva-Line et Laurane l'ont beaucoup aidée à se surpasser. Avec eux les projets fusaient, la couture était toujours au programme, les sorties préparées longtemps à l'avance… Ses proches l'ont soutenue du mieux qu'ils ont pu, notamment son cher mari Daniel, ses filles Séverine et Hélène, ainsi que ses gendres Denis et Christophe. Aujourd'hui, Yvette laisse un grand vide autour d'elle. L'organisatrice, la battante, le pilier, l'amie, la confidente s'en est allée. La famille remercie très chaleureusement toutes les personnes qui ont assisté à ses obsèques et qui ont participé à la collecte de 2.000 € qui sera partagée entre la Ligue départementale contre le cancer et l'association TREC (Toulouse recherche enfant cancer). Que sa nombreuse famille soit ici assurée que nous n'oublierons pas de sitôt Yvette, la Bazétoise, la ligueuse, la majorette, la femme que rien n'a arrêtée sauf… la maladie. ladepeche.fr, Bazet. Yvette, la ligueuse s'en est allée - ladepeche.fr
  • On remarquera la même ignorance au-delà des Alpes de l’extrême droite ligueuse xénophobe vis-à-vis des origines mythiques exotiques, pourtant fièrement revendiquées au Moyen Âge, de sa Padanie fantasmée. Il y aurait ainsi de l’Oriental dans le Vénète. Pas de chance pour Matteo Salvini : s’il veut se réclamer d’un héritage proprement occidental, il lui faut se rapprocher d’urgence des Napolitains et des Calabrais, qui portent en eux le souvenir de la Grande Grèce et du Catépanat byzantin, se fondre dans ce Sud détesté et méprisé. Club de Mediapart, Les Francs parlent aux Français, de la part de Francus et d’Anténor | Le Club de Mediapart
  • "Le rétablissement de la monarchie, qu'on appelle contre-révolution, ne sera point une révolution contraire, mais le contraire de la révolution." Ainsi s'exprimait Joseph de Maistre en 1797, portant sur les fonts baptismaux une expression promise à une longue et orageuse postérité. Un courant de pensée trop souvent réduit aux caricatures et aux dérives extrémistes qui entachent son histoire : violence ligueuse, xénophobie, fourvoiement de Maurras et d'une partie des siens sous le régime de Vichy. Cette anthologie n'a cependant pas l'ambition de convoquer au tribunal de l'Histoire ces artisans du déshonneur qui, venus des rangs monarchistes, profitèrent de la défaite pour solder leurs comptes avec la république. Elle vise plus modestement à restituer dans toute sa richesse et sa diversité une tradition irréductible aux classifications simplificatrices. Le Monde.fr, Contrer la révolution
  • Saint-Georges-Motel est sur la route du Vert Galant lorsqu'il livre bataille dans le cadre des guerres de religions. Après avoir mené le siège de Dreux, il se dirige vers Ivry-la-Bataille pour combattre l'armée ligueuse du duc Charles de Mayenne, le 14 mars 1590. C'est là qu'il prononce sa célèbre phrase : « Ralliez-vous à mon panache blanc ». « La veille de la bataille d'Ivry, il aurait dormi au château ». Adjoint au maire de Saint-Georges-Motel, Jean-Louis Guirlin précise : « Une plaque installée dans une chambre atteste de sa visite ». Avant de s'engager dans une bataille sanglante, Henri de Bourbon aurait planté un orme, entre l'église et le château. www.lechorepublicain.fr, La propriété de Saint-Georges-Motel a hébergé Henri IV, Winston Churchill ou Goebbels - Dreux (28100)

Traductions du mot « ligueur »

Langue Traduction
Anglais ligeur
Espagnol ligeur
Italien ligeur
Allemand ligeur
Chinois ligeur
Arabe ligeur
Portugais ligeur
Russe ligeur
Japonais ligeur
Basque ligeur
Corse ligere
Source : Google Translate API

Synonymes de « ligueur »

Source : synonymes de ligueur sur lebonsynonyme.fr

Ligueur

Retour au sommaire ➦

Partager