La langue française

Lentille

Sommaire

  • Définitions du mot lentille
  • Étymologie de « lentille »
  • Phonétique de « lentille »
  • Citations contenant le mot « lentille »
  • Images d'illustration du mot « lentille »
  • Traductions du mot « lentille »
  • Synonymes de « lentille »

Définitions du mot « lentille »

Trésor de la Langue Française informatisé

LENTILLE, subst. fém.

I. − BOTANIQUE
A. − Plante herbacée annuelle (de la famille des Légumineuses papilionacées), principalement représentée par la variété Ervum lens, aux gousses plates, à petites graines discoïdes, généralement brunâtres. La lentille est généralement peu cultivée dans le potager; c'est à tort car elle fournit un assez bon légume sec pour l'hiver, et un fourrage précieux (Gressent, Potager mod.,1863, p. 791).Légumineuses variées, fèves, lentilles (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 140).
P. méton. Graine comestible de cette plante, utilisée comme légume sec. Lentille blonde, rouge; lentille verte du Puy; petit salé, soupe aux lentilles; purée de lentilles; trier des lentilles. Ils mangèrent un plat de gravier où il y avait quelques lentilles (Renard, Journal,1894, p. 212).Maman posa sur la table le plat de lentilles avec une saucisse (Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 34).
[P. réf. à Ésaü qui céda son droit d'aînesse à Jacob pour un plat de lentilles (cf. Genèse XXV, 29-34)] Le droit d'aînesse, que Vigny a gardé intact et qu'il porte fièrement dans l'Esprit pur, ils [Lamartine et Hugo] l'ont vendu pour un plat de lentilles qu'ils ne digérèrent jamais (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 35).V. aînesse ex. 5.
B. − P. anal. Lentille bâtarde, lentille du Canada. Variétés de vesce. (Dict. xixeet xxes.).
II. − [P. anal. de forme avec la graine de la lentille]
A. − [À propos de choses opaques]
1. Littér. Ce qui a une forme arrondie. Une danseuse met l'œil au trou de la toile, qui lui fait sur la joue une lentille de lumière (Goncourt, Journal,1861, p. 885).Les lentilles d'or et d'orange dont il [le soleil] criblait les fenêtres (Proust, Temps retr.,1922, p. 855).
2. Spécialement
a) BOT. Plante aquatique (de la famille des Lemnacées), généralement caractérisée par un appareil végétatif arrondi, principalement représentée par la lentille d'eau ou lenticule à trois lobes, par la petite lentille d'eau ou lenticule mineure et par la lenticule bossue. La petite Lentille d'eau, (...) commune sur toutes les eaux calmes est formée d'une lame verte ovoïde, flottante (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 301).À la surface de l'eau, le voile vert pâle des lentilles (Green, Journal,1941, p. 69).
b) GÉOL., MINÉR. Dépôt ou amas de faible épaisseur, s'amincissant sur les bords. Des schistes à calcéoles, avec nodules calcaires, qui finissent par constituer (...) des lentilles de calcaire compact (Lapparent, Abr. géol.,1886, p. 172).Une galerie destinée à recueillir l'huile d'une lentille pétrolifère (Chartrou, Pétroles natur. et artif.,1931, p. 63).
c) HORLOG. Lentille de pendule. ,,Poids de cuivre, de forme lenticulaire, qui est attaché à l'extrémité du balancier`` (Ac. 1935; dict. xixeet xxes.).
d) PATHOL., rare. Tache, défaut de la peau. Au point d'injection apparaît une petite lentille ecchymotique, violacée (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 232).Ses joues (...) concaves et truitées, couvertes de lentilles brunes (Morand, Flagell. Séville,1951, p. 147).
B. − [À propos de choses translucides]
1. ANAT. Lentille (cristalline/cristallinienne). Synon. de cristallin.Ces fibres, qui se trouvent dans tous les cristallins, (...) capables de faire varier la convexité de cette lentille (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 422).Fond [de l'œil], lequel est considérablement agrandi par la lentille cristallinienne (Brion, Jurispr. vétér.,1943, p. 266).
2. MAR. Verre arrondi, épais, permettant le passage de la lumière à l'intérieur d'un navire. Le demi-jour verdâtre qui filtrait de la mer, à travers la lentille épaisse de mon sabord (Loti, Mariage,1882, p. 202).
3. OPTIQUE
a) Pièce de verre ou d'une substance transparente réfringente, généralement de forme arrondie et limitée par deux surfaces courbes (ou l'une plane et l'autre courbe). Lentille convergente (lentille biconvexe, plan-convexe); lentille divergente (lentille biconcave, plan-concave); lentille de microscope; distance focale d'une lentille. Ses souvenirs le pressent, mais groupés au même point de la mémoire, ainsi que les rayons lumineux au foyer de la lentille (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 154).Une source lumineuse dont les rayons sont réfractés sur des lentilles et des prismes (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 319).V. achromatisé ex. :
... il montra l'appareil qui lui avait servi de lentille. C'étaient tout simplement les deux verres qu'il avait enlevés à la montre du reporter et à la sienne. Après les avoir remplis d'eau et rendu leurs bords adhérents au moyen d'un peu de glaise, il s'était ainsi fabriqué une véritable lentille, qui, concentrant les rayons solaires sur une mousse bien sèche, en avait déterminé la combustion. Verne, Île myst.,1874, p. 83.
− Domaine de la lunetterie.Même sens. Lentilles de lunettes. La lentille rapprochante du face-à-main (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 678).Des lunettes à branches d'or, avec l'un des verres plat (...). L'autre œil brillait sombrement derrière une lentille grossissante (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 134).
Petit disque bombé en matière plastique, qui s'applique sur la cornée pour corriger certains défauts de la vue. Lentille cornéenne, précornéenne, souple; lentille de contact. Les lentilles molles, fabriquées en plexiglass incomplètement polymérisé, qui représente une structure moléculaire sous forme d'un réseau peu dense, dont les mailles emprisonnent des molécules d'eau. Ces lentilles « hydrophiles » sont donc extrêmement souples (Médecine Beauté,1980, no74, p. 50).
P. métaph. Je me méfie aussi de l'enthousiasme esthétique. La littérature est une lentille singulièrement déformante (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 13).
b) P. anal., OPT. ÉLECTRON. Lentille électronique (Lentille électrostatique ou (électro)magnétique). Système électrique ou magnétique qui permet de faire converger ou diverger un faisceau d'électrons. Un « microscope électronique » avec « lentille magnétique » (J. phys. et Radium, Chim. phys., 1936, p. 105).Le premier travail sur les lentilles électroniques est celui de H. Busch (...) en 1926-1927 (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 285).V. influencer A 1 ex. de Husson et de Graf.
REM. 1.
Lenticône, subst. masc.,ophtalmol. Anomalie congénitale du cristallin qui présente une exagération de courbure. (Dict. xxes., notamment Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr.).
2.
Lentilleux, -euse, adj.,rare. Qui est parsemé de lentilles (supra II A 2 d). Visage lentilleux. Peau lentilleuse (Ac. 1798; dict. xixeet xxes.).
3.
Lentillon, subst. masc.,bot., gastr. Variété de lentille comestible, petite et rouge. Le lentillon, ou petite lentille, a été mis à la mode sous Louis XVI par la reine; c'est pourquoi on l'a appelé lentille à la reine (Journ. off.,8 avr. 1876,p. 2542, col. 3 ds Littré Suppl. 1877;)dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃tij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 « plante légumineuse [ici terme collectif] » (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, 2elivre, XVII, 29); b) xves. lentille de eaue (Grant Herbier, no269, J. Camus ds Gdf. Compl.); 2. ca 1300 lantille « tache de rousseur » (Chirurgie de l'abbé Poutrel, éd. Ö. Södergård, 452 ro); 3. 1690 opt. (Fur.). Du lat. pop. lentīcula, class. lentĭcula « lentille (plante et graine); taches de rousseur » (dimin. de lens, lentis « lentille »); cf. avec 3 1637 verre en forme de lentille (Descartes, Dioptrique, V ds Œuvres, éd. F. Alquié, t. 1, p. 686). Fréq. abs. littér. : 197. Bbg. Arnould (Ch.). Lentille, lenticulaire. Fr. mod. 1948, t. 16, pp. 276-277. - Chaurand (J.). Le Lex. région. des fourrages et des plantes fourragères dans la Thiérache... Fr. mod. 1970, t. 38, pp. 145-146. - Chautard Vie étrange Arg. 1931, p. 492.

Wiktionnaire

Nom commun

lentille féminin

  1. (Botanique) Légumineuse, fabacée, dont la graine, de forme caractéristique, petite, plate, ronde et amincie par les bords, est comestible.
    • Semer des lentilles.
  2. (Botanique) Graine de cette plante.
    • Un plat de saucisses et lentilles, une purée de lentilles.
    • Je bats la campagne
      Pour dénicher la
      Nouvelle compagne
      Valant celle-là
      Qui, bien sûr, laissait beaucoup
      Trop de pierres dans les lentilles
      Mais se pendait à mon cou
      Quand je perdais mes billes.
      — (Georges Brassens, Auprès de mon arbre, in Je me suis fait tout petit, 1956)
  3. (Par analogie) (Médecine) Tache rousse sur la peau, tache de rousseur, éphélide.
  4. (Par analogie) (Horlogerie) Poids ayant classiquement la forme d’une lentille, placé à l’extrémité du balancier d’une pendule.
    • Le temps avait passé. Dix heures venaient de sonner à la vieille horloge comtoise dont le nombril de verre laissait voir la lentille de cuivre du balancier passer et repasser impitoyablement. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  5. (Par analogie) (Optique) Verre taillé, bombé sur les deux faces ce qui lui donne la forme caractéristique d’une lentille.
    • Le foyer d’une lentille.
  6. (Par extension) (Optique) Objet translucide destiné à changer la convergence des rayons qui le traversent.
    • Les lentilles simples anastigmatiques qui forment les éléments des anastigmats symétriques offrent le grand avantage de pouvoir s'associer pour constituer des objectifs à foyers multiples. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 90)
    • Bizarrement, l’ombre portée sur la Lune ne devait pas être noire mais rouge profond. Une étrangeté qui pourtant s'explique par un simple cours de physique. Dans une telle situation, l'atmosphère terrestre qui englobe notre planète joue en effet le rôle de lentille. — (Gaëlle Couderc, L'Eclipse, Lulu.com, 2011)
  7. (En particulier) (Médecine) Lentille de contact.
    • Je ne porte plus de lunettes depuis longtemps, j’ai des lentilles à la place.
  8. (En particulier) (Géologie) Masse de sédiment disposé de façon discontinue entre d'autres sédiments.
    • Les hydrocarbures imprègnent les sables généralement disposés en lentilles, les argiles et les marnes jouent le rôle d’isolants enfermant les masses à l'intérieur desquelles s'est effectuée la fermentation du sapropel. — (Pierre George, Production et consommation du pétrole dans le monde, Centre de documentation universitaire, 1953, page 6)
    • Les limites supérieures et inférieures d’un horizon sont généralement conformes à la surface du terrain. Mais un horizon peut aussi se présenter sous la forme de lentilles ou de langues, il peut même être entièrement inclus dans un autre horizon. — (Association française pour l'étude du sol, Référentiel pédologique, Éditions Quæ, 2008, ISBN 978-2-7592-0186-0 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LENTILLE. n. f.
T. de Botanique. Plante de la famille des Légumineuses, dont la graine, petite, plate, ronde, amincie par les bords, et de couleur roussâtre, est comestible. Semer des lentilles. Manger des lentilles. Un plat de lentilles. Une soupe aux lentilles. Une purée de lentilles. Cette pommade est très active : mettez-en sur la plaie gros comme une lentille. Lentille d'eau, ou Lentille de marais, Plante aquatique dont la feuille a la forme d'une lentille.

LENTILLE se dit aussi, surtout au pluriel, de Certaines taches rousses qui viennent sur la peau, ordinairement au visage et aux mains, et qui ressemblent aux lentilles. Ces taches se nomment vulgairement Taches de rousseur et dans le langage médical Éphélides. En termes de Physique, il se dit d'un Verre taillé, bombé sur les deux faces, comme une lentille. Le foyer d'une lentille. En termes d'Horlogerie, Lentille de pendule, Poids de cuivre, de forme lenticulaire, qui est attaché à l'extrémité du balancier.

Littré (1872-1877)

LENTILLE (lan-ti-ll', ll mouillées) s. f.
  • 1Plante légumineuse dont la graine petite, plate, ronde, amincie par les bords, est employée comme aliment, ervum lens, L.

    Lentille bâtarde, l'ers ervilie, ervum ervilia, L.

    Lentille d'Espagne, voy. GESSE.

  • 2Graine de lentille. Manger des lentilles. Une soupe de lentilles, ou aux lentilles. Les lentilles sont sujettes aux pucerons.
  • 3Lentille d'eau, ou lenticule, ou lentille de marais, plante aquatique de la famille des lemnacées, dont les feuilles arrondies en forme de lentilles, flottent à la surface de l'eau ; ce sont des noms vulgaires de la lemne bossue.
  • 4 Terme de dioptrique. Verre taillé en forme de lentille ; il y en a trois espèces : 1° La lentille biconvexe, terminée par deux surfaces convexes dont les centres sont placés sur une même ligne droite appelée axe principal de la lentille ; 2° La lentille plan-convexe, formée par une surface plane et une surface convexe qui lui tourne sa concavité ; 3° La lentille concave-convexe ou ménisque convergent, sorte de croissant formé de deux surfaces sphériques, dont l'intérieure a une courbure moindre que l'extérieure.

    Loupe, microscope. Il eût été bien à désirer, qu'au lieu de disserter sans fin sur cette matière, l'on se fût adressé directement à la nature, le scalpel et la lentille à la main, Bonnet, Consid. corps org. Œuvr. t. VI, p. 379, not. 1, dans POUGENS.

    Lentille se dit quelquefois du cristallin.

    Terme de marine. Se dit des verres lenticulaires qu'on insère dans des trous pour transmettre de la lumière à l'intérieur.

  • 5En horlogerie, lentille de pendule, poids de métal, de forme lenticulaire, qui est attaché à l'extrémité inférieure du pendule ou balancier et qui est destiné à en abaisser le centre de gravité.
  • 6S. f. pl. Taches de rousseur sur la peau, éphélides lentiformes, qui sont une espèce d'éphélides.

REMARQUE

Au XVIIe siècle la prononciation provinciale nentille était en lutte avec la prononciation régulière lentille. Il faut dire de la poirée et des nentilles avec les Parisiens, et non pas des bettes et des lentilles avec les Angevins, Ménage. Plusieurs prononcent nentille, il faut dire lentille, Marg. Buffet, Observ. p. 130.

HISTORIQUE

XIIe s. Offrirent à David riches dras de lit, e tapiz, e vaissele, e furment, e orge, e farine, e flur deliéement buletée, e feves, e lentilles, e ceire [cicer] cuite, Rois, p. 185. Et nequedent [Ésaü] l'avoit vendu [son droit d'aînesse] por un mangier de lentilles, Job, p. 517.

XVIe s. Il guarit les lentilles, taches et bourgeons, Paré, Monstres, app. I. La lentille pallustre, Paré, ib. XX, 35.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LENTILLE.
4Ajoutez :

Lentilles divergentes : la lentille biconcave terminée par deux surfaces concaves ; la lentille plan-concave terminée par une surface plane et une surface concave ; la lentille convexe-concave ou ménisque divergent, semblable au ménisque convergent, mais dans laquelle la surface intérieure a une plus grande courbure que l'extérieure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LENTILLE, lens, s. f. (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur papillionacée ; il sort du calice un pistil qui devient dans la suite une silique courte, remplie de semences rondes, mais applatties, convexes sur chaque face, c’est-à-dire plus épaisses au centre que sur les bords. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Lentille, (Botan.) M. de Tournefort compte six especes de lentilles : nous allons décrire en peu de mots les principales de terre, petite & grande, & la lentille aquatique ou de marais.

La petite lentille, la lentille commune, lens arvensis minor, ou lens vulgaris, est une plante annuelle ; sa racine est menue, blanche, garnie de peu de fibres. Sa tige est assez grosse, eu égard au reste de la plante : elle est haute d’environ dix pouces, branchue dès la racine, velue, anguleuse, foible & couchée sur terre, à moins qu’elle ne trouve quelques plantes auxquelles elle puisse s’accrocher. Ses feuilles placées alternativement jettent de leurs aisselles des petits rameaux comme les autres plantes légumineuses : elles sont composées de cinq ou six paires de petites feuilles portées sur une côte qui se termine en une vrille ; chaque petite feuille est oblongue, étroite, velue, terminée en une pointe aiguë.

Il sort des aisselles des feuilles, des pédicules grêles, oblongs, qui portent deux ou trois fleurs légumineuses petites, blanchâtres, dont cependant le petale supérieur ou l’étendart est marqué intérieurement de petites lignes bleues. Il s’éleve du calice de la fleur un pistil qui se change en une gousse lisse, courte, large, plate, contenant deux ou trois graines ; ces graines sont fort grandes à proportion de cette petite plante ; elles sont orbiculaires, applaties, convexes des deux côtés, c’est-à-dire un peu plus épaisses vers le centre que sur les bords, dures, lisses, jaunâtres quand elles sont mûres, rougeâtres dans quelques especes, & noirâtres dans d’autres.

La grande lentille, lens major, lens arvensis major, est la plus belle à tous égards, & plus grande que la lentille commune. Sa tige est plus haute, ses feuilles sont plus grandes, ses fleurs sont plus blanches ; ses siliques & ses graines sont deux fois plus grosses que dans la précédente.

On seme beaucoup de l’une & de l’autre dans les champs, parce qu’il se fait une grande consommation de leurs graines. Elles sont une des principales nourritures du petit peuple dans les pays chauds catholiques & dans l’Archipel. Il est constant par les monumens des anciens, que l’on les estimoit beaucoup autrefois dans la Grece. Athénée dit que le sage assaisonnoit toujours bien ses lentilles ; mais on n’a jamais trop essayé d’en faire du pain, peut-être a-t-on pensé que leur sécheresse & leur friabilité n’y convenoient pas.

On trouve au reste plusieurs variétés dans les deux especes de lentilles que nous venons de décrire, tant pour la couleur des fleurs que des graines, mais ce ne sont que des variétés accidentelles.

La lentille de marais, lens ou lenticula palustris des Botanistes ne se plait que dans les eaux qui croupissent ; elle surnage au-dessus de l’eau comme une espece de mousse verte ; elle en couvre toute la superficie d’une multitude infinie de feuilles très-petites, noirâtres en-dessous, vertes en-dessus, luisantes, orbiculaires & de la forme des lentilles. Ces feuilles sont unies étroitement ensemble par des filamens blancs très-menus, & de chaque feuille part un filet ou racine par le moyen de laquelle la plante se nourrit. On trouve cette lentille dans les lacs, dans les fossés des villes, & dans les eaux dormantes. Elle fait les délices des canards, d’où vient que les Anglois l’appellent duck-meat. (D. J.)

Lentille, (Diete & Mat. med.) Les Medecins ont toujours regardé les lentilles comme le pire de tous les légumes. Riviere, qui a compilé la doctrine des anciens sur ce point, dit que les lentilles sont froides & seches, de difficile digestion ; qu’elles engendrent un suc mélancholique, causent des obstructions, affoiblissent la vûe, occasionnent des rêves tumultueux, nuisent à la tête, aux nerfs & aux poumons, resserrent le ventre, empêchent l’écoulement des regles & des urines : toutes ces mauvaises qualités dépendent, dit-il, de leur substance grossiere & astringente.

Les auteurs plus modernes n’ont pas dit à la vérité tant de mal des lentilles, mais ils se sont tous accordés à les regarder comme un assez mauvais aliment ; mais sur ceci, comme sur tant d’autres objets de diete, les observations & les occasions d’observer nous manquent. Il est peu de gens qui fassent long-tems leur principale nourriture de lentilles : or tous les vices que les Medecins leur ont attribué, s’ils étoient réels, ne pourroient dépendre que d’un long usage.

Il y a donc grande apparence que toutes ces prétentions sont purement rationelles & de tradition : l’usage rare & modéré des lentilles peut être regardé comme très-indifférent pour les sujets sains, du moins n’en connoissons-nous point les bons effets ou le danger, encore moins les qualités spécifiques qui pourroient distinguer les lentilles des autres légumes, voyez Légumes.

La premiere décoction des lentilles est laxative selon Galien, & la seconde astringente ; la substance qui pourroit faire les vertus de ces décoctions, est fournie par l’écorce : on peut reprocher à cette écorce un vice plus réel ; elle est épaisse & dure, elle n’est point ramollie & ouverte dans l’estomac : ensorte que les lentilles qui ne sont point mâchées passent dans les excrémens presqu’absolument inaltérées, & par conséquent sans avoir fourni leur partie nutritive. C’est pour cela qu’il vaut mieux réduire les lentilles en purée que de les manger avec leur peau.

La décoction des lentilles passe pour un excellent remede dans la petite vérole & dans la rougeole : Riviere, que nous avons déja cité, fait l’éloge de ce remede, aussi bien que plusieurs autres auteurs qui ont emprunté cette pratique des Arabes ; plusieurs auteurs graves en ont au contraire condamné l’usage dans cette maladie. Geoffroy rapporte fort au long, dans sa matiere médicale, les diverses prétentions des uns & des autres ; mais cette querelle ne nous paroît pas assez grave pour nous en occuper plus long-tems. Les lentilles ne sont plus aujourd’hui un remede ni dans la partie vérole, ni dans d’autres cas.

Au reste ce que nous venons de dire convient également aux grandes lentilles & aux petites lentilles rouges, appellées à Paris lentilles a la reine. (b)

Lentille de marais, (Mat. med.) cette plante n’est d’usage que pour l’extérieur : on croit qu’elle rafraîchit, qu’elle resout, qu’elle appaise les douleurs appliquée en cataplasme.

La lentille de matais passe pour faire rentrer la hernie des enfans.

On l’a recommandée encore contre la goutte & contre les douleurs de la tête, appliquée extérieurement sur cette partie.

La lentille d’eau est fort peu employée. (b)

Lentille d’eau, lenticula, (Botaniq.) genre de plante qui flotte sur les eaux stagnantes, & dont la fleur est monopétale & anomale. Quand elle commence à paroître, elle a un capuchon ; mais dans la suite elle se déploie & elle quite son calice : alors elle a la forme d’une oreille ouverte. Cette fleur est stérile, elle sort par une petite ouverture que l’on voit à l’envers des feuilles : l’embryon sort aussi d’une semblable sente, & devient dans la suite un fruit membraneux, arrondi & dur qui renferme quatre, cinq ou six semences relevées en bosses, striées d’un côté & plates de l’autre, comme dans les ombelliferes. Micheli, nova plantarum genera.

Lentile d’eau, la grande, lenticulatia, (Bot.) genre de plante qui ressemble à la lentille d’eau ordinaire par sa nature & par sa figure. Jusqu’à-présent on n’a pu voir les fleurs : les semences naissent abondamment dans les parois inférieurs des feuilles attachés irrégulierement à leur substance ; elles sont arrondies ou elliptiques. Nova plantarum genera, &c. par M. Micheli.

Lentilles, (Med.) ce sont de petites taches roussâtres qui sont répandues çà & là sur la peau du visage & des mains, particulierement dans les personnes qui ont la peau délicate ; elles viennent surtout dans le tems chaud quand on s’expose au soleil & à l’air ; elles sont formées des vapeurs fuligineuses qui s’arrêtent & qui se coagulent dans la peau. Voyez le Traité des maladies de la peau, par Turner. On les appelle en latin lentigines, parce qu’elles ont la figure & la couleur des lentilles ; les François les appellent rousseurs & bran de Judas ; les Italiens, rossore & lentigine.

Les lentilles paroissent être formées des parties terrestres, huileuses & salines de la sueur, qui sont retenues dans la substance réticulaire de la peau : tandis que les parties aqueuses qui leur servoient de véhicule, s’évaporent par la chaleur du corps, ces parties plus grossieres s’amassent peu-à-peu, jusqu’à ce que les mailles de la peau en soient remplies.

Il y a continuellement quelques parties de sueur qui suintent de la cuticule ; & comme elles sont d’une nature visqueuse, elles retiennent la poussiere & tout ce qui voltige dans l’air : cette matiere visqueuse s’arrête sur la surface des lentilles, & plus on l’essuie, plus on la condense, ce qui la force de s’introduire dans les petites cavités des lentilles.

On trouve plus de lentilles au-tour du nez que partout ailleurs, & cela parce que la peau y étant plus tendue, les pores sont plus ouverts & plus propres à donner entrée à la poussiere.

Il suit de là qu’on ne peut guere trouver un remede sûr pour garentir des lentilles ; il peut y en avoir qui dissipent pour un tems la matiere déja amassée, mais les espaces vuides se remplissent de rechef.

Le meilleur remede, selon M. Homberg, est le fiel de bœuf mêlé avec de l’alun : il faut que cet alun ait été précipité & exposé au soleil dans une phiole fermée pendant trois ou quatre mois ; il agit comme une lessive, en pénétrant les pores de la peau & dissolvant le coagulum des lentilles. Mém. de l’académ. des Scienc. année 1709, p. 472, &c.

Lentille, terme d’Optique, c’est un verre taillé en forme de lentille, épais dans le milieu, tranchant sur les bords ; il est convexe des deux côtés, quelquefois d’un seul, & plat de l’autre, ce qui s’appelle plan convexe. Le mot de lentille s’entend ordinairement des verres qui servent au microscope à liqueurs, & des objectifs des microscopes à trois verres. Le plus grand diametre des lentilles est de cinq à six lignes ; les verres qui passent ce diametre s’appellent terres lenticulaires. Il y a deux sortes de lentilles, les unes soufflées & les autres travaillées : on entend par lentilles soufflées de petits globules de verre fondus à la flamme d’une lampe ou d’une bougie, mais ces lentilles n’ont ni la clarté ni la distinction de celles qui sont travaillées, à cause de leur figure qui n’est presque jamais exacte, & de la fumée de la lampe ou bougie qui s’attache à leur surface dans le tems de la fusion. Les autres sont travaillées & polies au tour dans de petits bassins de cuivre. On a trouvé depuis peu le moyen de les travailler d’une telle petitesse, qu’il y en a qui n’ont que la troisieme & même la sixieme partie d’une ligne de diametre : ce sont celles qui grossissent le plus, & cette augmentation va jusqu’à plusieurs millions de fois plus que l’objet n’est en lui même ; la poussiere qui est sur les ailes des papillons, & qui s’attache aux doigts quand on y touche, y paroît en forme de tulipes d’une grosseur surprenante. Il est difficile, pour ne pas dire impossible, de les faire plus petites ; la difficulté de les monter deviendroit insurmontable.

Maniere de tourner les lentilles. Après avoir mastiqué un petit morceau de cuivre au bout de l’arbre d’un tour à lunette, avec un foret d’acier applati & arrondi, on tourne le bassin du diametre de la lentille qu’on veut y travailler, Voyez Bassin ; ensuite ayant choisi & taillé un petit morceau de glace blanche & bien nette, on le mastique du côté d’une de ses surfaces plates au bout d’un petit mandrin, avec de la cire d’Espagne noire, la rouge ne faisant pas si bien voir les défauts qui sont au verre que l’on travaille, & l’on use cette glace du côté qui n’est point mastiqué, en la tournant sur une meule avec de l’eau jusqu’à ce qu’elle ait une figure presque convexe : on l’acheve au tour dans le bassin qui y est monté avec du grais fin & mouillé. Il faut prendre souvent de ce grais, jusqu’à ce qu’on s’apperçoive que la lentille est bien ronde : lorsqu’elle est parvenue à ce point, on cesse d’en prendre, mais on continue de la tourner dans le bassin jusqu’à ce que le reste du sable qui y est resté soit devenu si fin qu’il l’ait presque polie. On s’apperçoit de cela lorsqu’après l’avoir essuyée, l’image de la fenêtre du lieu où l’on travaille se peint sur sa superficie ; si elle ne l’est pas, on la trempe dans l’eau sans prendre du sable, & on la tourne jusqu’à ce qu’elle soit assez polie. Il faut alors couvrir le bassin d’un linge plié en deux ou trois doubles, & avec de la potée d’étain ou du tripoli de Venise délayé dans l’eau, on acheve de la polir entierement : on connoît qu’elle est polie en regardant avec la loupe si les petites cavités que le sable a faites en l’usant sont effacées ; il faut alors la démastiquer & la mastiquer du côté qui est travaillé pour travailler l’autre de même que le premier, jusqu’à ce que les bords de la lentille soient tranchans & qu’elle soit parfaitement polie. Lorsqu’elle est entierement achevée, on se sert d’esprit-de-vin pour la laver & emporter ce qui peut y être resté de cire.

On pourroit ajouter une troisieme sorte de lentille, qui consiste en une goutte d’eau posée sur un petit trou fait à une piece de laiton que l’on applique au microscope ; cette goutte réunie en globe par la pression de l’air, fait le même effet qu’une lentille soufflée : ce sont les marchands de lunettes qui font & vendent ces lentilles. Voyez Lunettier.

M. Guinée a donné dans les Mémoires de l’académie des Sciences de 1704, une formule générale pour trouver le foyer d’une lentille, en supposant que la réfraction des rayons de l’air dans le verre soit comme 3 à 2. Voyez Réfraction.

Il suppose l’objet placé à une distance quelconque y dans l’axe de la lentille. Il suppose ensuite un autre rayon qui partant du même objet tombe infiniment près de celui-là ; & il trouve facilement le point où ce rayon rompu par la réfraction de la premiere surface de la lentille, iroit rencontrer l’axe. Ensuite il regarde ce rayon rompu comme un rayon incident sur la seconde surface, & il trouve encore très-aisément le point où ce rayon rompu de nouveau par la premiere surface, iroit rencontrer l’axe ; & ce point est le foyer. Voyez Foyer.

Si on nomme a le rayon de la convexité tournée vers l’objet qu’on appelle la premiere convexité ; b, le rayon de la seconde convexité ; z, la distance du foyer ouvert ; & qu’on néglige l’épaisseur de la lentille, on aura, suivant les formules de M. Guinée, .

Si l’objet est très-éloigné, de maniere que les rayons puissent être censés paralleles, on aura y = à l’infini ; & négligeant alors dans le dénominateur le terme 2 a b qui est nul par rapport aux autres, on aura .

Si de plus dans cette supposition a étoit = b, c’est-a-dire que les deux verres de la lentille fussent de convexités égales, alors on auroit  ; c’est-à-dire que dans une lentille formée de deux faces également convexes, le foyer des rayons paralleles qu’on appelle proprement le foyer de la lentille, est au centre de la premiere convexité. C’est à cet endroit qu’il faut appliquer un corps que l’on veut brûler au soleil, au moyen d’un verre ardent ; car un verre ardent n’est autre chose qu’une lentille.

Si les rayons tomboient divergens sur le verre, il faudroit faire y négative ; & alors on auroit , qui est toujours positive.

Si dans le cas où les rayons tombent convergens, on a , alors , est une quantité négative, & z est par conséquent négative, c’est-à-dire que les rayons, au lieu de se réunir au-dessous de la seconde convexité, se réuniroient au-dessous de la premiere ; & qu’au lieu de sortir convergens, ils sortiroient divergens.

Les rayons sortent donc divergens d’une lentille à deux verres, si l’objet est placé en-decà du foyer de la premiere convexité. De plus, si y est , c’est-à-dire si l’objet est placé au foyer même. Alors , c’est-à-dire que les rayons sortent paralleles. Delà on voit que si un objet est placé en-deçà du foyer d’une lentille ou d’un verre convexe, & assez proche de ce foyer, il rendra les rayons beaucoup moins divergens qu’ils ne le sont en partant de l’objet même : on trouvera en effet que z est alors beaucoup plus grand que y, si est négative & fort petite. C’est pour cela que les verres de cette espece sont utiles aux presbytes. Voyez Presbyte.

Lorsque les deux faces de la lentille sont fort convexes, c’est-à-dire que leur rayon est très-petit, la lentille reçoit alors le nom de loupe, & forme une espece de microscope. Voyez Microscope.

Les lentilles à deux surfaces convexes ont cette propriété, que si on place un objet assez près de la lentille, les rayons qui partent des deux extrémités de l’objet, & qui arrivent à l’œil, y arriveront sous un angle beaucoup plus grand que s’ils ne passoient point par la lentille. Voilà pourquoi ces sortes de lentilles ont en général le pouvoir d’augmenter les objets & de les faire paroître plus grands. Voyez Optique, Vision, &c.

Dans les Mém. de 1704, que nous avons cités, M. Guinée donne la formule des foyers des lentilles, en supposant en général le rapport de la réfraction comme m à n, & en ayant égard, si l’on veut, à l’épaisseur de la lentille. On peut voir aussi la formule des lentilles, dans la recherche de la vérité du P. Malebranche, tome IV. à la fin. Voyez les conséquences de cette formule, aux mots Menisque, Verre, &c. (O)

Lentille, (Horlogerie.) signifie aussi parmi les Horlogers un corps pesant qui fait partie du pendule appliqué aux horloges. On l’a nommée ainsi à cause de sa forme. La lentille est adaptée au bas de la verge du pendule, & elle y est ordinairement soutenue par un écrou que l’on tourne à droite ou à gauche pour faire avancer ou retarder l’horloge. Voyez Pendule en tant qu’appliqué aux horloges, pendules, & verge de pendule, voyez Pendule à secondes, & nos Planches d’Horlogerie, & leur explication.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lentille »

Berry et picard, nentille ; provenç. lentilla ; espagn. lenteja ; portug. lentilha ; ital. lenticchia ; du lat. lenticula, diminutif de lens, lentis lentille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle)[1] Du latin lenticula[2] diminutif de lens, lentis (« lentille »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lentille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lentille lɑ̃tij

Citations contenant le mot « lentille »

  • La forme peut-être plus importante que la substance. Un glaçon peut faire effet de lentille et créer une flamme. De Georges Iles / Histoires canadiennes
  • La mort, c’est dur, mais bien moins qu’un caillou dans les lentilles. De Jean-Pierre Desclozeaux
  • Si les lentilles vous font péter, portez des lunettes. De Philippe Geluck / Le chat 1999, 9999
  • LED en verre secondaire lentille , LED secondaire Lentille Taille du marché 2020 Facteurs explosifs de revenus par demande des principaux fournisseurs, stratégie de développement, tendances futures et rapport de recherche sur la croissance de l’industrie – InFamous eSport
  • Le chef exécutif de l’Ancien Testament ne donne pas la recette du premier plat cuisiné qui passera à la postérité, mais la Genèse nous apprend qu’il s’agit d’une soupe de lentilles. Et que celle-ci est à l’origine d’une longue querelle entre les jumeaux Jacob et Esaü, le premier, fils chéri de sa maman, extorquant au second son droit d’aînesse en échange d’une écuelle bien garnie. Affamé, Esaü, le chouchou de son papa, renonça sans faire d’histoires à son privilège: «Alors Jacob donna à Esaü du pain et du potage de lentilles.» Les ennuis commencèrent. Plus tard, Dieu créa les notaires, et les problèmes de succession se réglèrent autrement. Le Figaro.fr, La lentille verte du Puy par François Gagnaire
  • Le Rapport contient des informations complètes sur les principaux acteurs du marché Coupe-lentille optique automatique à travers le monde. En outre, il fournit leur part de marché par diverses régions, avec l’introduction de l’entreprise et du produit, et sa position sur le marché Coupe-lentille optique automatique. De plus, le Rapport tient compte de leurs stratégies de marketing ainsi que des développements clés récents ainsi que de l’aperçu général de l’entreprise. En plus de cela, le Rapport intègre les facteurs moteurs de la croissance du marché et les contraintes de ce marché. Instant Interview, Marché mondial des lentilles optiques automatiques 2020 – Briot, Essilor Instruments, Dia Optical, Fuji Gankyo Kikai, Nidek – Instant Interview
  • Porteur de lunettes correctives ou de lentilles de vue, vous aimeriez nager ou simplement profiter d’un bain de mer avec vos enfants. , Magazine Santé | Mieux vaut ne pas nager avec vos lentilles de contact...
  • Semi-automatique lentille optique Groover , Analyse de l’industrie du marché Lentille optique Groover par demande future, principaux acteurs, taille, part, opportunités, revenus et taux de croissance jusqu’en 2026 – Rapports de marché World – InFamous eSport
  • Vous portez des lentilles de contact et vous questionnez sur la marche à suivre si vous allez à la plage, à la rivière ou à la piscine ? Un ophtalmologue fait le point et livre ses conseils. Femme Actuelle, Peut-on se baigner avec ses lentilles de contact ? : Femme Actuelle Le MAG

Images d'illustration du mot « lentille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lentille »

Langue Traduction
Anglais lens
Espagnol lente
Italien lente
Allemand linse
Chinois 镜片
Arabe عدسة
Portugais lente
Russe объектив
Japonais レンズ
Basque lente
Corse lenti
Source : Google Translate API

Synonymes de « lentille »

Source : synonymes de lentille sur lebonsynonyme.fr
Partager