La langue française

Hermaphrodite

Définitions du mot « hermaphrodite »

Trésor de la Langue Française informatisé

HERMAPHRODITE, subst. masc. et adj.

I. − Emploi subst.
A. − [Désignant une pers.] Individu à qui l'on attribue les deux sexes, qui réunit les caractères ou certains caractères des deux sexes. Synon. androgyne.Quelqu'un est là. Mais qui? Est-ce un hermaphrodite, homme et femme, ange et nuit? (Hugo, Dieu,1885, p. 87) :
... ces dames bien parisiennes n'étaient pas des femmes mais des monstres nés d'un contact sans nom, dignes seulement d'être tués à coups de pierres, tels jadis les hermaphrodites, comme une insulte à la nature. Montherl., Songe,1922, p. 42.
Spécialement
BEAUX-ARTS. Représentation antique d'un personnage mythique doué d'une double sexualité et combinant des formes masculines et des formes féminines. L'Hermaphrodite du Louvre, du Vatican (Ac. 1935). L'Hermaphrodite du musée d'Épinal. − Les ongles de ses mains et de ses pieds sont plaqués d'argent (Barrès, Cahiers, t. 14, 1923, p. 218).
TÉRATOLOGIE. Sujet atteint d'hermaphrodisme. D'autres ont supposé qu'il n'y avait qu'un seul corps [dans l'homme androgyne primitif], mais réunissant les deux sexes, comme dans les êtres anormaux que les médecins désignent sous le nom d'hermaphrodites (P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840, p. 532).Certains hermaphrodites peuvent procréer, et l'on connaît des familles dans lesquelles l'hermaphrodisme est héréditaire en dominance régulière ou irrégulière (Lar. méd.1970).
Au fig. Personne qui participe d'une double nature, associe des éléments divers et contradictoires. Bas-de-Cuir est une statue, un magnifique hermaphrodite moral, né de l'état sauvage et de la civilisation (Balzac, Œuvres div.,1840, p. 282).L'auteur des Contes drolatiques et de Séraphita Séraphitus, un hermaphrodite tout bouillonnant des ardeurs de la vie, aussi indifférent que possible à la vie supérieure, mais affamé de toutes les sensations et de toutes les ambitions (Amiel, Journal,1866, p. 320).
B. − BOT., ZOOL., au plur. Plantes ou animaux hermaphrodites (infra II B). Les vignes sauvages sont en principe dioïques, mais il faut peu de chose pour que les individus mâles se comportent comme des hermaphrodites (Levadoux, Vigne,1961, p. 24).
[Avec l'art. déf.] Le groupe taxinomique qu'ils constituent. La bipotentialité sexuelle, phénomène général chez les métazoaires, se manifeste pleinement chez les hermaphrodites (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 678).
II. − Emploi adj.
A. − [En parlant d'une pers.] Qui réunit les caractères ou certains caractères des deux sexes. Les dieux hermaphrodites de la vieille Italie se divisèrent d'abord en couples, et peu à peu leurs légitimes et insignifiantes moitiés cédèrent modestement la place aux brillantes déesses de la Grèce (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 63).
P. hyperb. C'est en effet une horrible créature, dit-il en frissonnant... Superficielle, laide, hermaphrodite... Et je n'ai jamais été aussi étonné de mon mauvais goût qu'après avoir passé quatre mois avec elle (Maurois, Ariel,1923, p. 134).
Au fig. [Appliqué à un inanimé abstr.] Qui est composé de deux éléments de nature différente. Que faisons-nous autre chose (...) depuis 60 ans, avec nos systèmes hermaphrodites de monarchie constitutionnelle et parlementaire, que de protester contre l'irrévocable divorce de 89! (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 348).
B. − BOT., ZOOL.
1. [En parlant de certains végétaux] Qui réunit sur une même fleur les organes reproducteurs mâles et femelles. La vie se perpétue dans la vigne par la fleur. Elle est hermaphrodite, nettement mâle et femelle. L'élément femelle est constitué par le pistil, l'élément mâle par les étamines (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 84).
2. [En parlant de certains animaux inférieurs] Qui porte à la fois des gonades mâles et femelles. Les animaux ont, comme les plantes, des sexes qui en divisent chaque espèce en mâles et en femelles. Les uns les réunissent dans le même individu, comme le limaçon, qui est hermaphrodite. Cependant cet animal ne peut se reproduire seul (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 325).La douve est hermaphrodite et se féconde elle-même (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 67).
Pronon. et Orth. : [ε ʀmafʀ ɔdit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Subst. xiiies. ermefrodis « être humain qui a les deux sexes » (Digestes, ms. Montp. H 47, fo5dds Gdf., s.v. ermefrodis); xves. [ms.] hermofrodite (Brun de Long Borc, Cyrurgie, ms. de Salis, fo54d ds Gdf. Compl.); 1551 hermaphrodite (Les Dialogues de m. Speron Sperone, trad. C. Gruget, 12b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 76). B. Adj. 1. 1562 « qui réunit les organes des deux sexes (ici en parlant d'un animal) » jumens hermafrodites (Du Pinet, Pline, XI, 49 ds Gdf. Compl.); 1573 « id. (en parlant d'êtres humains) » femme hermafrodite (Paré, Livres des monstres et des prodiges, chap. 6 ds Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, t. 3, p. 16); 2. av. 1615 fig. « qui participe à la fois à deux natures opposées » (E. Pasquier, Les Recherches de la France [éd. 1665], p. 287 ds IGLF : et partant, introduisons dans nostre Église, un ordre Hermaphrodite). Empr. au lat. imp. Hermaphroditus, Hermaphrodite, du gr. Ε ρ μ α φ ρ ο ́ δ ι τ ο ς, fils d'Hermès (Ε ρ μ η ̃ ς) et d'Aphrodite (Α φ ρ ο δ ι ́ τ η), représenté comme bisexué; déjà adj. en lat. et en grec. Fréq. abs. littér. : 81.

Wiktionnaire

Adjectif

hermaphrodite \ɛʁ.ma.fʁɔ.dit\ masculin et féminin identiques

  1. (Zoologie) Qui possède à la fois des organes mâles et femelles.
    • Les mots de bissexuel et d’unisexuel, d’hermaphrodite et d’androgyne, de monoïque et de dioïque, de polygame et de dichogame… etc., n’atteignent guère jusqu’à la subtilité des distinctions qui demanderaient à être faites. — (Raoul Baron, Méthodes de reproduction en zootechnie, Firmin-Didot, 1888, p.17)
    • Les escargots et les vers de terre sont hermaphrodites.
  2. (Botanique) Qualifie une fleur qui possède à la fois des étamines et un ou plusieurs pistils. (Par extension) Se dit aussi de la plante qui possède de telles fleurs.
    • Une dernière chose : le cognassier est hermaphrodite. Il se fait des fruits tout seul. Donc, tu n’as pas besoin de lui chercher une copine. — (Fellag, Un Coing en hiver, dans le recueil Le Dernier Chameau et autres histoires, 2004, p. 19)

Nom commun

hermaphrodite \ɛʁ.ma.fʁɔ.dit\ masculin

  1. Être qui réunit certains caractères des deux sexes.
    • Mais en dehors de ces lieux d'expression, le silence reste généralement de mise. Qui connaît autour de soi un intersexe, un hermaphrodite, une femme XY, une petite fille « virilisée » à la naissance ? Personne. Et pourtant, il y en a dans notre entourage. — (Julien Picquart, Ni homme, ni femme : Enquête sur l'intersexuation, Editions La Musardine, 2013, dans la présentation)
  2. (Par extension) (Rare) (Péjoratif) Personne qui présente un mélange de genre.
    • Les princes dont parle Machiavel ne sont proprement que des hermaphrodites de souverains et de particuliers; ils ne jouent le rôle de souverain que sur un trop petit théâtre. — (Frédéric II & Voltaire, L’Anti-Machiavel, 1739 (édition de 1947))
  3. (Biologie) Animal ou plante qui a les organes reproducteurs des deux sexes.
    • L’androdiécie fonctionne de la même façon avec une fréquence de mâles égale à (f♂-2)/2(f♂–1), avec f♂ la fertilité mâle des hermaphrodites dans une population où les hermaphrodites s’allofécondent. En revanche, contrairement au cas précédent, l’autofécondation des hermaphrodites ne favorise pas directement la présence de mâles, […]. — (Thomas Lenormand, Denis Roze, Pierre-Olivier Cheptou & Sandrine Maurice, « L'évolution du sexe : un carrefour pour la biologie évolutive », chap. 3 de Biologie évolutive, sous la direction de Thierry Lefevre, Michel Raymond & Frédéric Thomas, 2e éd., Éditions De Boeck Supérieur, 2016, p. 154)
    • Les vers de terre et les escargots sont hermaphrodites.
    • Le jasmin, la valériane, l’épine-vinette et un très grand nombre d’autres plantes sont hermaphrodites.
  4. (Antiquité) Certaines figures généralement couchées où se trouvent réunies et combinées les formes de l’homme et de la femme.
    • L’Hermaphrodite du Louvre, du Vatican.
    • Ne demandez pas au gardien de salle pourquoi l’hermaphrodite a des couilles et des tétons. Cette question n’est pas de sa compétence. — (Pierre Louÿs, Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation, 1926)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HERMAPHRODITE. n. m.
Être qui réunit certains caractères des deux sexes. En termes d'Antiquité, il se dit de Certaines figures généralement couchées où se trouvent réunies et combinées les formes de l'homme et de la femme. L'Hermaphrodite du Louvre, du Vatican. En termes d'Histoire naturelle, il se dit des Animaux et des plantes qui réunissent les organes des deux sexes. Les vers de terre sont hermaphrodites. Le jasmin, la valériane, l'épine-vinette et un très grand nombre d'autres plantes sont hermaphrodites.

Littré (1872-1877)

HERMAPHRODITE (èr-ma-fro-di-t') s. m.
  • 1 Terme de mythologie. Personnage divin, fils de Mercure et de Vénus.

    Se dit de statues antiques couchées dans lesquelles se trouvent combinées les formes et les beautés de l'homme et de la femme. L'hermaphrodite de Polyclète était très célèbre dans l'antiquité.

  • 2 Par extension, être humain auquel on attribue les deux sexes. La pieuse Mme de Bourignon était sûre qu'Adam avait été hermaphrodite, comme les premiers hommes du divin Platon, Voltaire, Dict. phil. Adam.
  • 3 Terme de tératologie. Individu humain qui réunit quelques-uns des caractères des deux sexes. L'on n'a aucun fait avéré au sujet des hermaphrodites, et la plupart des sujets qu'on a cru être dans ce cas n'étaient que des femmes…, Buffon, Hist. anim. ch. 10.

    Fig. Du langage français bizarre hermaphrodite, De quel genre te faire, équivoque maudite Ou maudit ? Boileau, Sat. XI.

    Terme d'alchimie. Se dit du mercure, que les alchimistes regardaient comme susceptible de se multiplier, comme contenant en soi le mâle et la femelle.

  • 4 Adj. Terme de zoologie. qui a les deux sexes. Pourquoi un autre animal est-il hermaphrodite, sans pouvoir néanmoins se féconder lui-même ? Bonnet, Consid. corps org. Œuv. t. VI, p. 116, dans POUGENS.

    Terme de botanique. Se dit d'une plante qui réunit les deux sexes dans une même fleur. Dans les espèces de plantes les plus communes, les deux sexes sont réunis sur une même fleur, à laquelle on a donné le nom de fleur hermaphrodite, Condorcet, Linné.

HISTORIQUE

XIIIe s. L'en demande à qui l'en doit compaigner hermofronditus, qui ot nature d'ome et de fame ? et je respons : à la partie dont il i a plus, Liv. de just. 55.

XVIe s. Des hermafrodites ou androgynes, c'est à dire qui en un mesme corps ont deux sexes… et partant sont appelés en nostre langue françoise hommes et femmes… Hermafrodite masle… Femme hermafrodite…Hermafrodites qui ne sont ni l'un ni l'autre…, Paré, XIX, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HERMAPHRODITE, sub. & adj. (Anat.) personne qui a les deux sexes, ou les parties naturelles de l’homme & de la femme.

Ce terme nous vient des Grecs ; ils l’ont composé du nom d’un dieu & d’une déesse, afin d’exprimer en un seul mot, suivant leur coûtume, le mélange ou la conjonction de Mercure & de Vénus, qu’ils ont cru présider à la naissance de ce sujet extraordinaire. Mais soit que les Grecs ayent puisé cette prévention dans les principes de l’Astrologie, ou qu’ils l’ayent tirée de la Philosophie hermétique, ils ont ingénieusement imaginé qu’hermaphrodite étoit fils de Mercure & de Vénus. Il falloit bien ensuite donner au fils d’un dieu & d’une déesse une place honorable ; & c’est à quoi la fable a continué de prêter ses illusions. La nymphe Salmacis étant devenue éperduement amoureuse du jeune hermaphrodite, & n’ayant pu le rendre sensible, pria les dieux de ne faire de leurs deux corps qu’un seul assemblage ; Salmacis obtint cette grace, mais les dieux y laisserent le type imprimé des deux sexes.

Cependant ce prodige de la nature, qui réunit les deux sexes dans un même être, n’a pas été favorablement accueilli de plusieurs peuples, s’il est vrai ce que raconte Alexander ab Alexandro, que les personnes qui portoient en elles le sexe d’homme & de femme, ou pour m’expliquer en un seul mot, les hermaphrodites, furent regardés par les Athéniens & les Romains comme des monstres, qu’on précipitoit dans la mer à Athènes & à Rome dans le Tibre.

Mais y a-t-il de véritables hermaphrodites ? On pouvoit agiter cette question dans les tems d’ignorance ; on ne devroit plus la proposer dans des siecles éclairés. Si la nature s’égare quelquefois dans la production de l’homme, elle ne va jamais jusqu’à faire des métamorphoses, des confusions de substances, & des assemblages parfaits des deux sexes. Celui qu’elle a donné à la naissance, & même peut-être à la conception, ne se change point dans un autre ; il n’y a personne en qui les deux sexes soient parfaits, c’est-à-dire qui puisse engendrer en soi comme femme, & hors de soi comme homme, tanquam mas generare ex alio, & tanquam fæmina generare in se ipso, disoit un canoniste. La nature ne confond jamais pour toûjours ni ses véritables marques, ni ses véritables sceaux ; elle montre à la fin le caractere qui distingue le sexe ; & si de tems à autre, elle le voile à quelques égards dans l’enfance, elle le décele indubitablement dans l’âge de puberté.

Tout cela se trouve également vrai pour l’un & l’autre sexe : que la nature puisse cacher quelquefois la femme sous le dehors d’un homme, ce dehors, cette écorce extérieure, cette apparence, n’en impose point aux gens éclairés, & ne constitue point dans cette femme le sexe masculin. Qu’il y ait eu des hommes qui ont passé pour femme, c’est certainement par des caracteres équivoques ; mais la surabondance de vie, source de la force & de la santé, ne pouvant plus être contenue au-dedans, dans l’âge qui est la saison des plaisirs, cherche dans cet âge heureux à se manifester au-dehors, s’annonce, & y parvient effectivement. C’est ce qu’on vit arriver à la prétendue fille Italienne, qui devint homme du tems de Constantin, au rapport d’un pere de l’Église. Dans cet état vivifiant de l’humanité, le moindre effort peut produire des parties qu’on n’avoit point encore apperçûes ; témoin Marie Germain, dont parle Paré, qui après avoir sauté un fossé, parut homme à la même heure, & ne se trouva plus du sexe sous lequel on l’avoit connue.

Les prétendus hommes hermaphrodites qui ont l’écoulement menstruel, ne sont que de véritables filles, dont Colombus dit avoir examiné les parties naturelles internes, sans y avoir trouvé rien d’essentiel, qui fût différent des parties naturelles des autres femmes. Ce petit corps rond, caverneux, si sensible, qui est situé à la partie antérieure de la vulve, a presque toûjours fait qualifier d’hermaphrodites, des filles, qui par un jeu de la nature, avoient ce corps assez long pour en abuser. Le même Columbus, dont nous venons de parler, a vû une Bohémienne, qui lui demanda de retrancher ce corps, & d’élargir le conduit de sa pudeur, pour pouvoir, disoit-elle, recevoir les embrassemens d’un homme qu’elle aimoit.

L’hermaphrodite negre d’Angola, qui a fait tant de bruit à Londres, au milieu de ce siecle, étoit une femme qui se trouva dans le même cas de la Bohémienne de Columbus ; & ce cas est moins rare dans les pays brûlans d’Afrique & d’Asie, que parmi nous.

La fameuse Marguerite Malaure eût passé pour une hermaphrodite indubitable, sans Saviard. Elle vint à Paris en 1693, en habit de garçon, l’épée au côté, le chapeau retroussé, & ayant tout le reste de l’habillement de l’homme ; elle croyoit elle-même être hermaphrodite ; elle disoit qu’elle avoit les parties naturelles des deux sexes, & qu’elle étoit en état de se servir des unes & des autres. Elle se produisoit dans les assemblées publiques & particulieres de medecins & de chirurgiens, & elle se laissoit examiner pour une légere gratification, à ceux qui en avoient la curiosité.

Parmi ces curieux qui l’examinoient, il y en avoit sans doute plusieurs, qui manquant de lumieres suffisantes pour bien juger de son état, se laisserent entraîner à l’opinion la plus commune qu’elle leur inspiroit, de la regarder comme une hermaphrodite. Il y eut même des medecins & des chirurgiens d’un grand nom, qui assurerent hautement qu’elle étoit réellement telle qu’elle se disoit être, & justifierent par leurs certificats, que l’on peut avoir acquis beaucoup de réputation en Médecine & en Chirurgie, sans avoir un grand fonds de connoissances solides, & de véritable capacité.

Enfin, M. Saviard se trouvant presque le seul homme de l’art qui fût incrédule, se rendit aux pressantes sollicitations que lui firent ses confreres de jetter les yeux, & d’examiner ce prodige en leur présence. Il ne l’eût pas plûtôt vû, qu’il leur déclara que ce garçon avoit une descente de matrice ; en conséquence, il réduisit cette descente, & la guérit parfaitement. Ainsi l’énigme inexplicable d’hermaphrodisme dans ce sujet, se trouva développé plus clair que le jour. Marguerite Malaure, rétablie de sa maladie, présenta au roi sa requête très-bien écrite, pour obtenir la permission de reprendre l’habit de femme, malgré la sentence des capitouls de Toulouse, qui lui enjoignoit de porter l’habit d’homme.

Concluons donc, que l’hermaphrodisme n’est qu’une chimere, & que les exemples qu’on rapporte d’hermaphrodites mariés, qui ont eu des enfans l’un de l’autre, chacun comme homme & comme femme, sont des fables puériles, puisées dans le sein de l’ignorance & dans l’amour du merveilleux, dont on a tant de peine à se défaire.

Il faut pourtant demeurer d’accord, que la nature exerce des jeux fort étranges sur les parties naturelles, & qu’il a paru quelquefois des sujets d’une conformation extérieure si bisarre, que ceux qui n’ont pû en développer le véritable génie, sont en quelque façon excusables.

En 1697, M. Saviard, que je viens de nommer, accoucha une femme à terme de deux jumeaux vivans, dont l’un ne vécut que huit jours, & l’autre fut mis aux enfans trouvés à cause de la singularité de son sexe.

L’un de ces enfans avoit une verge bien formée, située à l’endroit ordinaire avec le gland découvert, au-dessus duquel le prépuce renversé formoit un bourrelet. Cette verge n’avoit point d’urethre ; il n’y avoit par conséquent aucune perforation à l’extrémité du gland ; elle n’étoit formée que des deux corps caverneux & des tégumens ordinaires ; & ces corps caverneux avoient aussi leurs muscles érecteurs & accélerateurs.

Son scrotum étoit fendu en maniere de vulve ; & au-bas de cette fente, il y avoit un trou que l’on auroit pû prendre pour un vagin ; l’urine sortoit par cette ouverture ; il y avoit autour de petites éminences rougeâtres, que l’on pouvoit prendre pour les caroncules myrtiformes. On voyoit au-dessous un repli de la peau, qui pouvoit passer pour ce que l’on appelle la fourchette dans les femmes ; & il y avoit à côté d’autres rides, que l’on pouvoit regarder comme des vestiges de nymphes. Enfin, dans chaque côté du scrotum ainsi fendu, l’on sentoit bien distinctement un testicule. Les parties génitales intérieures étoient disposées comme dans les mâles ; & comme il n’y avoit aucune apparence de matrice, ni de ses dépendances, il résulte que c’étoit un sujet mâle dont la situation de l’urethre étoit changée par un défaut de conformation, qui l’auroit rendu incapable d’avoir des enfans. Son frere jumeau qui fut mis aux enfans trouvés, mourut six semaines après sa naissance ; & c’est dommage que nous n’ayons pas la description de ses parties naturelles.

M. Saviard vit encore l’année suivante un second enfant d’une femme qu’il accoucha à terme, qui avoit à-peu-près les mêmes défauts à ses parties génitales, que le précédent. Son urethre étoit fendue depuis l’extrémité du gland, jusqu’à la racine de la verge ; ce qui séparoit le scrotum en deux bourses, où chacun des testicules étoit contenu. Le prépuce renversé au-dessus du gland, formoit un bourlet tout semblable au sujet dont on vient de parler ; & l’urethre sortoit par un trou qui étoit à la racine de la verge, à l’endroit où est situé l’urethre des femmes. Il s’ensuit de-là, que ce sujet auroit été pareillement incapable de génération. J’ai choisi ces deux faits de Saviard seulement, parce qu’on peut compter sur son témoignage.

Feu M. Petit, medecin de Namur, à qui les Anatomistes doivent beaucoup d’observations importantes sur le cerveau, sur l’œil, & sur les nerfs, en a donné une très-curieuse dans l’Hist. de l’acad. des Scienc. ann. 1720, sur un hermaphrodite intérieur, qu’on me passe ce terme. C’étoit un soldat, qui ayant été blessé, mourut à 22 ans à l’hôpital de Namur ; le chirurgien major qui l’ouvrit, par la seule curiosité du caractere de sa blessure, fut bien surpris de ne point trouver les testicules dans le scrotum ; cependant il les trouva dans le bas-ventre, mais avec une espece de matrice ou de vagin, & la sorte d’appareil de parties de la génération qui est dans les femmes. Cette espece de matrice étoit attachée au col de la vessie, & par son embouchure perçoit l’urethre entre le col & les prostates. Du corps de cette matrice partoient de côté & d’autre deux cornes ou trompes qui s’attachoient à deux ovaires féminins, ou si l’on veut, testicules masculins, petits, mous, & qui avoient chacun leur épidydime, & leurs vaisseaux déférens.

Enfin, on a vû, on a peint, on a gravé une hermaphrodite qui parut à Paris aux yeux du public en 1749. Elle étoit alors âgée de 16 ans, n’avoit point eu ses regles, n’avoit aucune apparence de gorge naissante, ni les hanches aussi élevées, qu’il auroit convenu au corps d’une fille de son âge : je dis fille, parce qu’elle avoit été baptisée du sexe féminin ; car d’ailleurs Paré, dans son traité des Monstres, ch. vij. pag. 1015, rapporte l’histoire de trois sujets qui avoient été baptisés & élevés pour filles, & dont les parties de l’homme se développerent à l’âge de puberté.

Quoiqu’il en soit, la verge de Marie-Anne Drouart, c’étoit son nom, recouverte de son prépuce, garnie d’un peu de poil à la racine, avoit son gland & deux corps caverneux ; mais le canal de l’urethre y manquoit pour le passage de l’urine ; le prépuce laissoit une ouverture, qui approchoit de la vulve d’une femme. Cette ouverture se terminoit en-bas par un repli assez semblable à la fourchette, avec un petit bouton, tel que celui qui se trouve dans les jeunes vierges. Au-dessus de ce bouton étoit le trou du canal de l’urethre, lequel canal étoit fort court. L’ouverture de la vulve étoit très-étroite, & admettoit avec peine l’intromission du petit doigt ; on n’y voyoit point de caroncules myrtiformes, ni d’apparence de testicules, soit dans les aînes, soit dans ce qui tient lieu de scrotum ; en un mot, ce sujet n’avoit & n’aura, s’il vit encore, la puissance d’aucun sexe.

Voilà les seuls faits autentiques de ma connoissance sur la maniere la plus étonnante, dont la nature se joue dans la conformation des parties de la génération. Je sai que plusieurs écrivains ont publié des traités exprès sur les hermaphrodites. Tel est Aldrovandus, dans son livre de Monstris, Bononiæ, 1642, fol. Caspar Bauhin, de Hermaphroditis ; Oppenheim, 1614, in-8°. Jacobus Mollerus, de Cornutis & Hermaphroditis, Berolini, 1708, in-4°. Duval, traité de l’Accouchement des femmes, & des Hermaphrodites, Rouen, 1612, in-8°.

J’ai parcouru tous ces écrits en pure perte, ainsi que les questions Medico-legales de Zacchias, Spondanus, ad annum 1478, num. 22. Bonaciolus, de conformatione fœtus ; les nouvelles littéraires de la mer Baltique, année 1704, par Loffhagen, & autres semblables, dont je ne conseille la lecture à personne. Je recommanderai seulement le discours de Riolan sur les hermaphrodites, dans lequel il prouve qu’il n’y en a point de vrais. Mais, ce qui vaut encore mieux, c’est l’ouvrage publié dernierement à Londres par M. Parsons, & qu’on auroit dû nous traduire en françois ; il est intitulé Parsons’s Mechanical, and Critical Enquiry into the nature of hermaphrodites, London, 1741, in-8°. L’auteur y démontre savamment & brievement, que l’existence des hermaphrodites n’est qu’une erreur populaire. (D. J.)

Hermaphrodite, (Mythol.) fils de Mercure & de Vénus, comme l’indique son nom. Ce jeune homme doué de toutes les graces de la nature, à ce que prétend l’histoire fabuleuse, fut éperduement aimé de la nymphe Salmacis, dont il méprisa la tendresse ; elle l’apperçut un jour qu’il se baignoit dans une fontaine de la Carie, & l’occasion lui parut favorable pour satisfaire son amour : mais le cœur de cet ingrat resta glacé ; & dans le désespoir où étoit la nymphe, de ne pouvoir faire passer jusqu’à lui une partie du feu qui la consumoit, elle invoqua les dieux, & leur demanda que du-moins leurs deux corps ne fussent jamais séparés ; sa priere fut écoutée, & par une étrange métamorphose, ils ne devinrent plus qu’une même personne. Ovide peint ce changement en ces mots,

Nec fæmina dici,
Nec puer ut possent, neutrumque, & utrumque videntur.

Le fils de Vénus obtint à son tour, que tous ceux qui se laveroient dans la même fontaine éprouveroient le même sort.

L’explication de cette fable n’est pas facile ; on sait seulement qu’il y avoit dans la Carie, près de la ville d’Halycarnasse, une fontaine célebre, où s’humaniserent quelques barbares qui étoient obligés d’y venir puiser de l’eau aussi-bien que les Grecs. Le commerce qu’ils eurent avec ceux-ci les rendit non-seulement plus polis, mais leur inspira le goût du luxe de cette nation voluptueuse ; & c’est peut-être, dit Vitruve, ce qui peut avoir donné à cette fontaine la réputation de faire changer de sexe. Au bout du compte, qu’importe la raison ? la fable est très-jolie. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hermaphrodite »

Du latin hermaphroditus, antonomase de Hermaphroditus, fils mythologique d’Hermès et d’Aphrodite, en grec ancien Ἑρμαφρόδιτος, Hermaphróditos.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. hermafrodita ; ital. ermafrodito ; de Ἑρμαφρόδιτος, personnage mythologique ayant les deux sexes, de Ἑρμῆς, Hermès, et Ἀφροδίτη, Vénus (il était fils de Mercure et de Vénus).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hermaphrodite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hermaphrodite ɛrmafrɔdit

Citations contenant le mot « hermaphrodite »

  • Mono, homo, recomposée, hermaphrodite, hydrocéphale… la famille n'est pas morte, elle est en pleine transmutation nucléaire. De Marc Vilrouge / Reproduction non autorisée
  • En juillet 2010, Thomas intégrait Secret Story avec son secret: "Je suis né hermaphrodite". Il s’est imposé dans le programme avec son duo explosif avec Benoit. Après l’émission, ils avaient travaillé ensemble sur NRJ12. Ils s’étaient également produits sur scène avec leur show "Comic Out". Mais tout ça est terminé. RTL People, Thomas Vitiello ne ressemble plus du tout à ça: son incroyable transformation 10 ans après Secret Story (photos) - RTL People
  • OEuvre romaine d’époque impériale, IIe s. ap. J.-C., marbre grec (hermaphrodite) et marbre de Carrare (matelas réalisé par Le Bernin en 1619), 169 x 89 cm, découvert à Rome près des thermes de Dioclétien. Fruit des amours d’Hermès et d’Aphrodite, Hermaphrodite était un jeune homme d’une rare beauté, convoité par la nymphe Salmacis qui demanda à Zeus de les unir pour toujours. Ce mythe inspire au sculpteur une oeuvre d’une sensualité provocante et d’une habile ambiguïté. Le double point de vue nécessaire à la compréhension de l’oeuvre semble faire écho à la double nature d’Hermaphrodite. De même, le prosaïsme du sexe masculin vient bouleverser la beauté idéalisée du corps féminin. Connaissance des Arts, Le musée du Louvre rouvre ses portes : quels chefs-d'oeuvre aller voir ? | Connaissance des Arts
  • Guillaume Marchessaux, chercheur en biologie marine, a décidé de s’intéresser de près à cet animal qu’il étudie depuis longtemps. Le Mnemiopsis leidyi n’est arrivé en France que dans les années 1980 et depuis, il est envahissant. L’animal mesure environ cinq centimètres de long et se nourrit de plancton. Le problème est qu’il se multiplie extrêmement rapidement car il n’y a aucun prédateur. L’espèce est hermaphrodite et pond jusqu’à 10 000 œufs par jour ! Il faut ensuite attendre 14 jours pour voir les œufs éclore. Vivre Demain, Invasion d'un cousin de la méduse en Occitanie - Vivre Demain
  • • I pour intersexuelLe terme décrit une personne intersexuée, née avec des caractéristiques sexuelles à la fois féminines et masculines, de sorte qu'elle ne peut pas être spontanément classée comme femme ou homme. Le mot hermaphrodite est généralement utilisé de manière péjorative et n'est plus d'actualité. , Que signifie LGBTQIA+ ? | Illustré
  • Cette espèce, qui se nourrit de plancton, s’y multiplie à une vitesse folle. « Elle n’a pas de prédateur dans les zones où elle est introduite, elle n’est donc pas contrôlée naturellement, constate Guillaume Marchessaux. Et ses capacités physiologiques font que c’est un super envahisseur. Chaque organisme est hermaphrodite, et s’auto-féconde, et peut pondre jusqu’à 10.000 oeufs par jour. Et entre l’œuf et la forme adulte, il n’y a que 14 jours. L’espèce a également une forte capacité à manger. Elle n’a pas de seuil de satiété, elle mange tout et n’importe quoi, en continu… » , Occitanie : Goinfre et peu ragoûtante, une cousine de la méduse envahit les étangs à une vitesse folle
  • La découverte d’un troisième morceau de cadavre confirme l’hypothèse d’Alex : ces trois-là sont unis par un drame dont il va lui falloir percer les secrets pour comprendre le mystère de l’hermaphroditeLeblogtvnews.com, Les interprètes et le scénario de L’hermaphrodite, épisode inédit d'Alexandra Ehle ce mardi soir. - Leblogtvnews.com
  • Il s'agit d'intersexuation et non d'hermaphrodisme. L'hermaphrodite est mâle et femelle en même temps ou alternativement... C'est exceptionnel dans l'espèce humaine. Le Figaro.fr, Pour l'Europe, les hermaphrodites doivent pouvoir choisir leur sexe

Traductions du mot « hermaphrodite »

Langue Traduction
Anglais hermaphrodite
Espagnol hermafrodita
Italien ermafrodito
Allemand zwitter
Chinois 雌雄同体
Arabe خنثى
Portugais hermafrodita
Russe гермафродит
Japonais ふたなり
Basque hermafroditen
Corse ermafrodita
Source : Google Translate API

Synonymes de « hermaphrodite »

Source : synonymes de hermaphrodite sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hermaphrodite »

Hermaphrodite

Retour au sommaire ➦

Partager