La langue française

Haruspice

Sommaire

  • Définitions du mot haruspice
  • Étymologie de « haruspice »
  • Phonétique de « haruspice »
  • Citations contenant le mot « haruspice »
  • Traductions du mot « haruspice »
  • Synonymes de « haruspice »

Définitions du mot haruspice

Wiktionnaire

Nom commun

haruspice \a.ʁys.pis\ masculin

  1. Devin, d’origine étrusque, qui faisait profession d’annoncer l’avenir, soit par l’observation de la foudre, soit par l’inspection des entrailles d’animaux sacrifiés.
    • Le succès de l’haruspicine ne se limitait pas à la religion officielle. Une foule d’haruspices privés proposait ses consultations au public moyennant finance : dans la Carthage du IVe siècle apr. J.-C., le futur saint Augustin, alors étudiant, y eut encore recours. — (Dominique Briquel, Les Étrusques, collection « Que sais-je ? », Presses Universitaires de France, 2005, 3e éd., 2016, p. 89)
    • Au matin du 15 mars 44 avant notre ère, l’haruspice étrusque Titus Vestricus Spurinna mit en garde Jules César, l’adjurant de ne pas se rende au Sénat ce jour là […] César, impérial, ne tint pas compte de l’avertissement ; Il se rendit au sénat où il fut assassiné de vingt-trois coups de poignard. — (Alain Rémond, De l’utilité des haruspices, journal La Croix, page 5, 11 mars 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HARUSPICE. n. m.
Voyez ARUSPICE.

Littré (1872-1877)

HARUSPICE (a-ru-spi-s') s. m.
  • Voy. ARUSPICE.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HARUSPICE, s. m. (Divinat.) chez les Romains c’étoient des ministres de la religion chargés spécialement d’examiner les entrailles des victimes, pour en tirer des présages, & par-là connoître ou conjecturer l’avenir.

Nous croyons qu’on doit écrire ainsi ce mot haruspices, parce qu’il est dérivé d’haruga, qui chez les premiers Romains signifioit les entrailles des victimes, & du verbe aspicere, voir, considérer ; ou comme d’autres le pensent, d’hara, hostia, une victime. Quoique quelques-uns soûtiennent que l’on doit orthographier aruspices, dérivant ce mot d’aras & inspicere, avoir l’inspection des autels ; mais on sait que cette inspection n’étoit pas la fonction principale de ces prêtres payens, & qu’au contraire leur marque distinctive étoit d’examiner les entrailles des animaux offerts en sacrifice.

Le P. Pezron dit que ce mot étoit originairement formé du celtique au, foie, & de spicio, je regarde ou considere ; mais que ce terme paroissant aux Romains dur à la prononciation, ils l’adoucirent en faisant celui d’aruspex, qui est moins rude qu’auspex. On trouve dans Festus ce mot harviga ou hardiga, par lequel il entend une victime dont on considere les entrailles, tandis qu’elles sont encore en entier ou dans leur état naturel. Sur quoi M. Dacier observe que harviga est dérivé du grec ἀρὶς, bélier, parce que c’étoit proprement un bélier qu’ils immoloient d’abord ; mais dans la suite ce nom devint commun à toutes sortes de victimes.

Les Etruriens étoient de tous les peuples d’Italie ceux qui possédoient le mieux la science des haruspices. C’étoit de leur pays que les Romains appelloient ceux dont ils se servoient. Ils envoyoient même tous les ans en Etrurie une certain nombre de jeunes gens pour être instruits dans les connoissances des haruspices ; & de peur que cette science ne vînt à s’avilir par la qualité des personnes qui l’exerçoient, on choisissoit ces jeunes gens parmi les meilleures familles de Rome. Il paroît en effet que sous les rois & dans les premiers tems de la république, cet art fut fort respecté ; mais il n’en fut pas de même, lorsque les Romains polis par le commerce & les sciences des Grecs devinrent plus éclairés. Leurs savans & leurs beaux esprits plaisantoient sur le compte des haruspices. Cicéron, dans le livre II. de la nature des dieux, nous a conservé le mot de Caton, qui disoit qu’il ne concevoit pas comment un haruspice pouvoit en regarder un autre sans rire ; & combien de lecteurs riront du mot de Caton, qui ne s’appercevront pas de l’application qu’on leur en feroit ! Il y avoit à Rome un collége d’haruspices particulierement chargés du culte de Jupiter tonnant. On les nommoit encore extispices. Voyez Extispices. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « haruspice »

(Date à préciser) Du latin haruspex composé de l’étrusque haru (« entrailles ») et de spicio (« regarder »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « haruspice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
haruspice aryspis

Citations contenant le mot « haruspice »

  • Le set d'armure de Zul'Gurub est un set annexe disponible dans WoW Classic pouvant être obtenu en récompense de quêtes s'accomplissant à Zul'Gurub. Pour le Druide, il s'agit de l'ensemble intitulé Atours d'haruspice dont nous vous dévoilons le mode d'obtention. Millenium, WoW Classic : Set d'armure ZG du Druide (Atours d'haruspice) - Millenium
  • Au début du IIe siècle av. J.-C., le Sénat a introduit à Rome un nouveau genre de devin : les haruspices étrusques. Il s’agit d’un cas exceptionnel, car peu de sociétés antiques ont permis qu’un sacerdoce d’origine étrangère – étrusque dans ce cas – participe à la religion et aux affaires politiques nationales, d’autant que Rome et l’Étrurie avaient été des puissances ennemies irréconciliables pendant plus de deux siècles. L’haruspicine était un prestigieux sacerdoce, lié aux familles aristocratiques étrusques. Mais, au fil du temps, les haruspices étrusques furent remplacés par des haruspices romains ou latins, qui faisaient office de conseillers auprès des gouverneurs provinciaux et des empereurs, de fonctionnaires dans les villes ou de devins de l’armée romaine. National Geographic, Les devins de Rome : rien ne se faisait sans eux
  • Selon Suétone, plusieurs signes annonçaient la mort de Jules César. Quelques jours avant sa mort, César avait reçu une prédiction de l’haruspice étrusque Titus Vestricius Spurinna, lui indiquant de se méfier des ides de mars à travers les termes suivants : « Cesare, tra lo sfarzo e la gloria, ti prega di guardarti dalle Idi di marzo » (« César, entre le faste et la gloire, je vous mets en garde contre les Ides de Mars »). Mais, trop insouciant ou soucieux de quelques réformes à mener, il ne l’écouta pas. De même qu’il ne vit pas de signe funeste dans la comète à l’apparence de javelot qu’il aperçut quelques semaines plus tôt. Par ailleurs, dans Vies Parallèles, Plutarque raconte que la veille de son meurtre, César dîna chez Marcus Lepidus. Lors du repas, une question se fit entendre : « Quelle est la meilleure des morts ? », le dictateur s’empressa alors de répondre : « Celle à laquelle on ne s’attend pas. » Le matin du 15 mars, sa femme Calpurnia tenta en vain de l’empêcher de se rendre au Sénat, ayant vu sa mort en rêve (elle pleurait, tenant entre ses bras son époux égorgé). À son arrivée au Sénat, Artémidore, l’un des informateurs de César, essaya de l’avertir en lui tendant une supplique donnant tous les noms des conspirateurs, il ne daigna pas la lire. , Les « ides » de Mars, ou la mort de Jules César | lepetitjournal.com
  • L’humanité a de tout temps eu besoin de prévoir. Elle l’a fait soit à l’aide de la magie (haruspice, augures et autres pythies), soit par l’observation de corrélations régulières. C’était la prévision du mouvement des astres, des marées, de l’action médicamenteuse de certaines plantes, des propriétés des alliages métalliques, des bienfaits du croisement de plantes et d’animaux, etc. D’où l’importance de la tradition dans les sociétés primitives. À la Renaissance va se développer l’idée qu’il existe des lois impersonnelles et universelles qui gouvernent le monde et que la tâche des savants est de les découvrir. Galilée qui affirmait que le « livre de l’Univers est écrit en langue mathématique » en est le précurseur le plus fameux. Dieu n’est certes pas abandonné, mais disons, relégué. Ces lois vont non seulement rendre compte des phénomènes observés, mais en prévoir de nouveaux. La théorie de la gravitation de Newton est emblématique : non seulement elle rend compte avec précision du mouvement elliptique des planètes, mais elle va prévoir le retour de la comète de Halley, la valeur de l’épaississement de la Terre à l’équateur et, un siècle et demi plus tard, la découverte de Neptune grâce aux calculs de Le Verrier. Les ondes radio seront découvertes vingt ans après avoir été prévues par les équations de Maxwell. La théorie générale de la relativité n’est pas fondée sur l’observation que la présence de masses courberait la trajectoire de la lumière, mais au contraire elle a prévu cette (minuscule) déviation qui sera effectivement mesurée quatre ans plus tard par Eddington. On pourrait multiplier les prévisions de phénomènes inouïs – au sens propre du terme – causées par la connaissance de ces lois.  , L’intelligence artificielle est-elle intelligente ? | NPA

Traductions du mot « haruspice »

Langue Traduction
Anglais haruspice
Espagnol arúspice
Italien haruspice
Allemand haruspice
Chinois 象鼻
Arabe haruspice
Portugais haruspício
Russe haruspice
Japonais ハルスパイス
Basque haruspice
Corse haruspice
Source : Google Translate API

Synonymes de « haruspice »

Source : synonymes de haruspice sur lebonsynonyme.fr
Partager