La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « graillon »

Graillon

Variantes Singulier Pluriel
Masculin graillon graillons

Définitions de « graillon »

Trésor de la Langue Française informatisé

GRAILLON1, subst. masc.

A. − Au plur., vx. Restes d'un repas, autrefois récupérés et revendus. Marchande de graillons. Beaucoup de pauvres gens vivent de graillons (Ac.1835, 1878).P. ext. Déchets de repas. Prendre garde de glisser sur les épluchures et graillons de l'escalier qui monte au bureau de rédaction (Renard, Journal,1893, p. 181).
P. anal. ,,Restes, rognures de marbres tombés des blocs que l'on taille`` (Chabat 1881; ds Littré, DG).
B. − P. anal. Graisse trop chauffée, cuite ou brûlée dégageant une mauvaise odeur. Odeur de graillon; le graillon des eaux de vaisselle. Vous ne devriez pourtant pas avoir le nez si sensible, la belle, dit le cocher, avec votre graillon, vos casseroles à écurer et toutes sortes de saletés à manier (Ségur, Mém. âne,1860, p. 119) :
La chambre de Georgina (...) empestait les parfums vulgaires, la sueur, le renfermé, avec des odeurs de mangeaille et de graillon. Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 175.
P. métaph. Les articles de Théophile Gautier sur la peinture sentent toute la cuisine et, pour ainsi dire, tout le graillon de l'art (Sainte-Beuve, Poisons,1869, p. 34).
P. ext. Cuisine grasse, malpropre. Elle était toujours absorbée au-dessus des graillons... (...). Je lui ai montré ma monnaie... Elle m'a servi des fritures assez pour gaver une famille (Céline, Mort à crédit,1936, p. 255).
C. − P. méton. Fille de cuisine, mauvaise cuisinière. Marie-graillon (pop.). ,,Femme malpropre`` (DG). Il avait, à la grâce de Dieu, aimé des cabotines et des graillons (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 158).
REM.
Graillonneux, -euse, adj.Qui sent le graillon. Odeur graillonneuse d'un établissement. Il s'y ajoute, quand on prend ses repas dans une cuisine (...) un relent graillonneux, qui est peut-être encore plus désobligeant pour l'amour-propre d'un jeune garçon (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 293).
Prononc. et Orth. : [gʀ ɑjɔ ̃]. Warn. 1968 note ,,parfois [gʀa-]``. Le mot est admis ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1642 « restes d'un repas » (Oudin); 1798 « une odeur de viande ou de graisse brûlée » (Ac.). Dér. de l'a. fr. graïllier, graeillier « rôtir sur un gril » (cf. griller, gril); suff. -on1*.
DÉR.
Graillonner, verbe intrans.Prendre le goût, l'odeur du graillon en rissolant. Des roux graillonnaient dans les poêlons, avec une fumée forte de farine brûlée (Zola, Assommoir,1877, p. 561).Il sait qu'ici les grillades graillonnent et que les ragoûts ragoûtent (Queneau, Enf. du limon,1958, p. 59).Cf. graillonner. 1reattest. 1866 (Littré); de graillon1, dés. -er.

GRAILLON2, subst. masc.

Mucosité épaisse que l'on expectore par des raclements de gorge ou une toux rauque. Il parlait avec ces sifflements et graillons embarrassés qu'elle avait remarqués. C'était à peine une respiration. Il semblait s'efforcer d'avaler de l'air à petites gorgées (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 506).
Prononc. : [gʀ ɑjɔ ̃]. Warn. 1968 note ,,parfois [gʀa-]``. Étymol. et Hist. 1808 (Hautel). V. graillon1, d'après l'aspect gras des mucosités expectorées.
STAT. − Graillon1 et 2. Fréq. abs. littér. : 34.

Wiktionnaire

Nom commun - français

graillon \ɡʁɑ.jɔ̃\ ou \ɡʁa.jɔ̃\ masculin

  1. Goût, odeur de viande ou de graisse grillée.
    • D’alcool en sortait, qui se mêlait à l’odeur de graillon de la loge et au parfum pénétrant des bouquets laissés sur la table. — (Émile Zola, Nana, 1881)
    • Aussi les méticuleux à l’odorat sensible, habitués à respirer l’air pur, sont-ils incommodés jusqu’à la nausée par la puissante odeur de troupeau qui se dégage des foules. Nombre d’individus fleurent l’aigre et la plupart des autres le graillon. — (Jean Marestan, L’Éducation sexuelle, Éditions de la Guerre Sociale, 1910)
    • – « Je connais ces bûchers, dit Angelo. S’ils en sont encore à brûler leurs morts, c’est que nous n’avons pas fait un pas en avant depuis Manosque où cette odeur de graisse brûlée m’a déjà dégoûté pour la vie des côtelettes. »
      Peu à peu, en effet, une odeur légère de graillon se substituait au vif parfum de pierres et d’arbres secs du plateau.
      — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 426)
    • D’un côté l’arôme familial d’un arabica feutré, de l’autre le remugle oppressant du graillon des faubourgs de Birmingham.
      D’un côté le bon goût français, de l’autre l’empiffrerie britannique.
      — (Philippe Trétiack & Pierre Antilogus, « Diététique », dans Europe, peut-on vraiment faire confiance à des étrangers : le premier dictionnaire du chauvinisme français, éd. Rivages , collection Rivages/Humour, 1989)
    • On entra dans la salle à manger les narines
      Reniflaient une odeur de graisse et de graillon
      On eut vingt potages dont trois couleur d’urine
      Et le roi prit deux œufs pochés dans du bouillon.
      — (Guillaume Apollinaire, « Palais », in Alcools, 1913)
  2. Éclats de pierre produit lors de la taille.[1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRAILLON. n. m.
Goût, odeur de viande ou de graisse brûlée. Cette casserole sent le graillon.

Littré (1872-1877)

GRAILLON (gra-llon, ll mouillées, et non gra-yon) s. m.
  • 1Goût, odeur de graisse ou de viande brûlée. Elle eût dédaigné de toucher aux serviettes sales en disant qu'elles sentaient le graillon, Rousseau, Ém. v.

    Populairement, une Marie graillon, une femme sale et toute tachée de graisse.

  • 2Restes ramassés d'un repas. Marchande de graillons. Il mangeait dans un seul repas deux fressures entières de mouton avec les pieds, une tétine de vache et dix livres de pain, sans parler des graillons dont il était rarement dépourvu, Lesage, Guzm. d'Alfar. 1, 3.
  • 3Par assimilation à des restes de viande, restes ou rognures des marbres. Les graillons ne se vendent pas au pied, mais en bloc.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. GRAILLON. Ajoutez : - REM. Sentir le graillon, c'est sentir la graisse brûlée dans un pot de terre.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « graillon »

Probablement l'anc. franç. graille, grille, gril, voy. ces mots : c'est l'odeur de ce qui brûle sur la graille. Scheler est porté à y voir une contraction de gratillon, ce que l'on gratte au fond de la marmite.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1642) Dérivé de grailler, avec le suffixe -on[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « graillon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
graillon grajɔ̃

Citations contenant le mot « graillon »

  • Goguenard, graillonnant et rogue, gorgé de hargne et de grands mots, le démagogue offre sa drogue gratis et gruge les gogos. De Roger Kervyn de Marcke ten Driessche / Journal de bord
  • Quel talent il faut pour écrire dans un journal ! 1° Prendre garde de glisser sur les épluchures et graillons de l'escalier qui monte au bureau de rédaction. 2° Plaire au garçon. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Se basant sur des témoignages de riverains habitant à proximité d’une usine Clarebout en Belgique, les manifestants s’inquiètent des « nuisances » qu’engendrerait selon eux une telle usine : « pluies de graisse », « odeurs de graillon », « pollution lumineuse et sonore liée à l’activité 24h/24 des usines », « va-et-vient des poids lourds, « pollution de l’air causée par les rejets des usines ». , Nord : 200 personnes manifestent contre l'implantation d'une usine belge de frites
  • ah ces paillotes.... beauf et fricland....les sonos qui beuglent, les odeurs de graillon et la bouffe toxique pour le bon coup de bambou final faut adorer se faire zescroquer!! et le tout sur le domaine Public midilibre.fr, Paillotes : "On espère que la France viendra en vacances dans le Sud, en particulier à Sète" - midilibre.fr
  • A quoi ça tient le matos pour faire un bon frichti ? En vérité à trois fois rien, une poêle, une casserole, une petite marmite et une cuillère en bois noirci par le temps pour touiller la tortore sur le réchaud électrique. Ah, la plaque chauffante made in China, capricieuse comme une demi-mondaine, une plombe pour faire bouillir l’eau des nouilles, trois heures pour refroidir. Une horreur écologique, un cauchemar électrique et qui pourtant fait encore de la résistance dans les bazars et péter les plombs dans les chambres de bonne. On en a connu une outrageusement bronzée par le graillon qui a grillé des semi-remorques de steak haché sur la moquette couleur grenat bordel d’une soupente. Tout cela nous est revenu dans la poire l’autre jour. Comme un ressac de mémoire, mi-joyeux, mi-mélancolique. La faute à Nathalie George et à sa Cuisine du 6e étage (1), une mine de recettes et de souvenirs pour dire que «la cuisine est une école de vie» et «que l’on peut bien manger pour pas cher». Ce n’est pas un livre, c’est une vie aussi rebelle et émouvante qu’une omelette aux patates à 3 heures du matin avec une bande d’apaches fidèles, une souris délicieuse. Avec sa dose de mystères aussi, fumants comme le beurre que l’on a oublié dans la poêle. Libération.fr, Nathalie George, soupers en soupente - Culture / Next
  • Ça s’est décidé la veille pour le lendemain. On avait entendu dire qu'un ancien de chez Passerini venait juste d'ouvrir dans le 3e. Pour être sûr d’avoir une table, on a téléphoné le jour J. Personne n’a répondu. Plus tard, on a lu sur le site internet du restaurant qu’il acceptait les réservations "à partir de 6 personnes" – depuis, le site a disparu de la surface de la planète (étrange). Dommage, on voulait une table pour deux. Rendez-vous le soir, sans réservation donc, au numéro 55 rue au Maire dans le 3 arrondissement de Paris, juste à côté de la station de métro Arts et Métiers. Devant la façade déchiffrée, on se demande si le boui-boui aux grandes baie-vitrées est bien l’endroit que l’on cherche. L’enseigne noire et rouge "Import CAM Export" finira de nous convaincre. "Bien sûr qu’il faut réserver ! Il suffit d’appeler. Le site ? Quel site ? On a un site ?". Le serveur ayant franchement l’air de sortir de son lit, on préfèrera ne pas insister. L’odeur prend au nez. Ça sent très bon mais on sait déjà qu’on puera le graillon en sortant. C’est là tout le paradoxe du lieu. La carte imaginée par le chef Esu Lee donne drôlement envie. Au menu ce soir-là, du houmous, un onglet de bœuf, de la soupe épicée, de la caille panée et de la lotte, entre autres. Tout est délicieusement épicé, parfaitement relevé. L’endroit est plein de petits snobismes. Il y a ces paquets de mouchoirs (de marque, en plus) disposés sur les tables en guise de serviette. Pas franchement pratique, mais très chic. Et puis, il n’y a pas de desserts. Pas besoin apparemment. Quant aux vins, ils sont tous natures. Complétement notre CAM. GQ France, On a trouvé le restaurant où ça sent le plus le graillon à Paris | GQ France

Images d'illustration du mot « graillon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « graillon »

Langue Traduction
Anglais fat
Espagnol grasa
Italien grasso
Allemand fett
Chinois 脂肪
Arabe سمين
Portugais gordura
Russe жир
Japonais 太い
Basque potolo
Corse grassu
Source : Google Translate API

Synonymes de « graillon »

Source : synonymes de graillon sur lebonsynonyme.fr

Graillon

Retour au sommaire ➦

Partager