La langue française

Garance

Sommaire

  • Définitions du mot garance
  • Étymologie de « garance »
  • Phonétique de « garance »
  • Évolution historique de l’usage du mot « garance »
  • Images d'illustration du mot « garance »
  • Traductions du mot « garance »
  • Synonymes de « garance »

Définitions du mot garance

Trésor de la Langue Française informatisé

GARANCE, subst. fém.

A. − Plante (Rubiacées) grimpante et vivace, ayant pour variété principale la garance tinctoriale, dont la racine fournit une matière colorante rouge. Elles [les Rubiacées] doivent leur nom à la Garance [Rubia Tinctorum] qui peut être prise pour type (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 440).Disparition de la culture de la garance dans le sud-est (Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 23).Cf. aussi alizarine ex. 2.
P. méton. Matière colorante rouge extraite de la garance tinctoriale. Lorsqu'on fait prendre par intervalle de la garance à un animal qui pousse des dents, on voit dans leur intérieur des couches rouges interposées aux autres, et qui ont été formées dans les momens où l'animal se nourrissoit de garance (Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 116).Dans une chaudière une décoction de garance pour teindre un tissu (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 282).Les laques de garance constituent de très belles laques rouges dont la matière colorante est la purpurine (Coffignier, Coul. et peint.,1924, p. 116).
B. − Gén. au sing. et en appos. Couleur rouge vif. Nappe bleu sombre au couchant avec une zone de rouge garance (Barb. d'Aurev., Memor. 2,1838, p. 289).La salle vide est rouge, le drap garance n'étant pas recouvert par les députés (Barrès, Cahiers, t. 5, 1906-07, p. 151).Et quelle couleur royale [du sang] (...)! Des marbrures fraîches et claires, garance rouge, presque rose, des coulées pourpres (Genevoix, Boîte à pêche,1926, p. 139).
En partic. Pantalon garance. Pantalon porté (de 1835 à 1915) par certains corps d'armée français. Le premier pantalon garance que j'ai aperçu (...) je suis descendue de voiture pour l'embrasser (Goncourt, Journal,1878, p. 1218).Képi, pompon vert et grimpants garance assortis (Céline, Mort à crédit,1936, p. 208).
REM.
Garancer, verbe trans.,vx. Teindre (quelque chose) avec de la garance. Garancer une étoffe. Garancer de la laine (Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth. : [gaʀ ɑ ̃:s]. Ds Ac. dep. 1694. Garance s'est écrit autrefois garence : Une décoction de racines de garence (Geoffroy, Méd. pratique, 1800, p. 318). Étymol. et Hist. 1. [Fin du xies. bot. warance (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, no1068)]; ca 1185 garance « id. » (A. de Paris, Alexandre, III, 5152 ds Elliott Monographs, 37, p. 258); 2. ca 1165 warance « teinture rouge extraite de la racine de cette plante » ([Chr. de Troyes], G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 2244); 3. ca 1265 warance « couleur rouge » (Gloss. de Harl., 140 a ds T.-L.). De l'a. b. frq. wratja « garance » qu'on restitue d'apr. l'a. h. all. rezza « id. » (Graff), empr. au lat. bractea, brattea « feuille de métal, notamment d'or » qui a été confondu sémantiquement avec le lat. class. blatta, -ea « pourpre ». Le mot est attesté en Gaule sous forme latinisée dep. le viies. dans des chartes, des glossaires, des capitulaires (v. Du Cange t. 4, p. 26), cf. DEAF, col. 136. Fréq. abs. littér. : 42.

Wiktionnaire

Nom commun

garance \ɡa.ʁɑ̃s\ féminin

  1. (Botanique) Plante herbacée à feuilles verticillées, lancéolées et accrocheuses, et à fruits charnus, dont une variété, la garance des teinturiers (Rubia tinctorum), fournit une matière colorante rouge.
  2. (Botanique) Variété tinctoriale de cette plante, synonyme de garance des teinturiers (espèce de plantes).
    • Par surcroît, la garance, devant la concurrence écrasante de l’alizarine artificielle, a perdu 60 % de sa valeur et ne rémunère plus ses frais de culture; […]. — (La ramie, nouveau textile soyeux: communication présentée à la Société des sciences industrielles de Lyon, dans la séance du 14 février 1877, par M. Léger, Lyon : Imprimerie Storck, 1877, page 4)
    • La garance est une plante de couleur vert clair aux feuilles effilées, rugueuses et collantes. — (Karin Delaunay-Delfs, Teintures naturelles: Plus de 130 recettes expérimentées et partagées, 2012)
  3. (Par extension) Couleur rouge vif que l’on tire de la plante du même nom.
    • Une étoffe teinte en garance.
    • Le jeune homme bouleversait toute une pile de vêtements posée sur les rayons d’une armoire et finissait par atteindre le pantalon de garance qu’il devait revêtir pour arriver en tenue à sa nouvelle garnison. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 1022)
    • Un dur sur la besogne, son garçon ; il posait la garance et les épaulettes, et, en arrivant sur le champ, il s’y mettait plus fort que personne. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 173.)

Adjectif

garance \ɡa.ʁɑ̃s\ masculin et féminin identiques invariable

  1. Qui a la couleur de la garance. #EE1010
    • Les chasseurs alpins ne prononcent jamais le mot rouge. Ça date de l'époque de Napoléon III qui voulait que les soldats portent le pantalon garance. Rouge si vous préférez. Vous imaginez les bidasses en rouge sur la neige ? — (Laurent Pocry, Pour la peau d'un chamois, Janzé : Coëtquen Editions, 2016, page 45)

Forme de verbe

garance \ɡa.ʁɑ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de garancer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de garancer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de garancer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de garancer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de garancer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARANCE. n. f.
T. de Botanique. Plante de la famille des Rubiacées, dont les racines fournissent une belle teinture rouge. La garance colore en rouge les os des animaux qui s'en nourrissent. Il se dit aussi de la Couleur rouge qu'on tire de cette plante. Une étoffe teinte en garance. Il se dit, adjectivement, des Étoffes qui sont teintes en garance. Drap garance. Pantalon garance.

Littré (1872-1877)

GARANCE (ga-ran-s') s. f.
  • 1 Terme de botanique. Plante de la famille des rubiacées, rubia tinctorum, L. cultivée à cause de ses racines, qui, desséchées et pulvérisées, fournissent une belle teinte rouge. En France, les pantalons de la troupe sont teints en garance. Il y a des garances que les étrangers nous vendent sous le nom de billon de garance, qui bien souvent n'est autre chose que de la terre rougeâtre mêlée avec quelque poussière de la garance, ou de la grappe de celle qui a été déjà employée dans leur pays, Instr. génér. pour la teinture, 18 mars 1671, art. 298. Il avait appris par une lettre de Hans Sloane, président de la société de Londres, que les os des jeunes animaux nourris avec de la garance se coloraient en rouge, Condorcet, Duhamel.

    Garance robée, celle dont on a ôté la première écorce et le cœur.

  • 2La couleur rouge qu'on tire de cette plante. Une étoffe teinte en garance.
  • 3Adjectif invariable. Draps garance, draps teints en garance. Une veste garance. Le rouge garance.

HISTORIQUE

XIIIe s. Boire caniele et warance en vin, Alebrand, f° 28. Semence de guarence ne de gaude ne doit noiant, Liv. des mét. 292.

XIVe s. Warenche, Du Cange, warancia. galance, Du Cange, garantia.

XVe s. Le cheval qui porte warance, Du Cange, warenchia.

XVIe s. Rubia tinctorum, aultrement racine d'herbe qui teint en garance, Paré, XIII, 30. La garance est en ce fort à admirer, qu'elle teint l'urine à celui qui la tient et la manie entre ses mains ; qui plus est, elle rend la chair et les os rouges des bestes qui en ont esté nourries quelque temps, Ch. Estienne Et J. Liebault, Maison rustique, éd. de 1598, liv. II, p. 174, dans RICHELET.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* GARANCE, s. f. rubia, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur campaniforme, ouverte, découpée, & ordinairement percée dans le fond. Son calice devient un fruit composé de deux baies succulentes. Ce fruit renferme une semence qui a communément un ombilic. Les feuilles de la garance sont verticellées. Tournefort, instit. rei herb. Voyez Plante.

On compte quatre especes de garance. Mais la principale que nous allons décrire, est désignée par rubia tinctorum, ou rubia tinctorum sativa. Sa racine est vivace, de la grosseur du petit doigt, rampante, tortueuse, cassante, d’un goût d’abord douçâtre, puis amer & austere. Si ses racines sont vieilles, on les verra rousses à l’extérieur ; si elles sont nouvelles, rouges. Elles tracent & s’étendent beaucoup sans s’enfoncer fort avant dans la terre.

Cette garance pousse plusieurs tiges sarmenteuses, quadrangulaires, rudes au toucher, noüeuses, jettant d’espace en espace cinq à six feuilles oblongues pointues, plus larges au milieu qu’à l’extrémité, & hérissées de poil. Le verd en est obscur. Les fleurs sortent de leurs aisselles par épis. Ces fleurs sont jaunes, petites, d’une seule piece, & découpées en quatre parties, & quelquefois en cinq. Le calice qui les soûtient devient un fruit composé de deux baies qui se touchent, de la grosseur des baies du genevrier, d’abord vertes, puis rouges, enfin noirâtres quand elles sont tout-à fait mûres, alors succulentes. On y trouve une semence arrondie faite en nombril. Il arrive quelquefois à une de ces semences d’avorter & au fruit de n’avoir plus qu’une baie.

Maniere de cultiver la garance. Il faut d’abord la choisir en rejettons ou en meres-plantes. On s’en tient toûjours aux rejettons dans le pays ; il faudroit préférer les meres-plantes pour les pays éloignés. Elles soûtiendroient plus aisément le transport. Pour être bonne, il la faut pleine & cassante à tous égards. La racine en meres-plantes a été taxée dans la châtellenie de Lille à 7 liv. 10 s. le faix, pesant environ 180 ou 200 liv. de 14 onces, avec la terre dont elle est chargée. Mais on peut estimer les rejettons sur le pié de 4 s. le cent. Trente-quatre mille rejettons suffiront pour garnir un cent de terre, ou deux cents cinquante-quatre toises, trois piés, quatre lignes quarrées ; mesure à laquelle il faut rapporter tout ce que nous allons dire. Ainsi à un sou le cent, il en coûteroit 68 liv. Si l’on plantoit en meres-plantes, il en faudroit environ 8 faix à 7 liv. 10 s. le faix, c’est-à-dire 60 liv.

Il n’y a point de terrein qu’on ne puisse approprier à la garance par les engrais & le fumier. Il faut seulement qu’ils ayent du fond, qu’ils ne soient pas pierreux, & qu’ils soient rendus legers. Il n’y en auroit point de meilleur qu’un marais sec, défriché. Jusqu’à-présent on a cru que la même terre ne pouvoit donner qu’une bonne dépouille de garance en six ans ; quelques-uns même ont dit douze ans. D’autres au contraire ont prétendu qu’on en continueroit sans interruption la culture dans un même lieu. Mais le fait est que pour profiter de son travail & de sa dépense, il faut changer de terrein. Celui qui a porté de la garance, se trouve pour l’année suivante engraissé & propre à fournir toute autre chose. C’est un engrais gagné par des renouvellemens alternatifs, un laboureur trouvera ses terres conduites insensiblement à l’état du meilleur rapport.

Il n’y faut pas épargner le fumier, & fumer avec celui de vache par préférence. On en répandra plus ou moins selon la qualité de la terre, qu’on retournera à la charrue pour lui faire prendre nourriture. On peut donner jusqu’à six charretées de fumier, chacune pesant environ 1400 liv. poids de marc, par cent de terre.

Les uns font ce travail en Novembre, & ne remuent plus la terre de tout l’hyver. D’autres attendent le mois de Mars. Les premiers font mieux, mais quelle que soit la culture qu’on suive, il faut en Mars labourer quatre à cinq fois pour adoucir la terre, & l’ameublir par le moyen de la herse & du cylindre ; préparations qu’on lui donnera en tems sec.

On plantera les rejettons au commencement de Juin, ou même plûtôt, si le tems doux précipite la pousse. On les enlevera des meres-plantes avec une broche de fer, grosse d’un doigt, & pointue ; les détachant legerement avec la pointe, de maniere qu’ils emportent avec eux un peu de racine. Il faut bien se garder d’endommager la mere, ce qui pourroit arriver, si l’on se servoit d’un instrument plat & tranchant comme le couteau. Chaque rejetton doit avoir un pié de longueur. On plante au cordeau chaque rejetton à trois doigts de son voisin, couché comme le poreau, à la distance d’un pié entre chaque ligne. La terre qu’on leve pour la seconde ligne sert à couvrir la premiere, & ainsi des autres. Quant aux meres-plantes, il faudroit aussi les planter au cordeau dans le mois d’Octobre, toutes aboutissantes les unes aux autres, à cinq piés de distance ; on coucheroit les rejettons dans cet intervalle, à mesure qu’ils grandiroient, de maniere que tout se rempliroit. Il est sous-entendu que pour planter dans ce mois, il faut engraisser la terre aussi-tôt après la moisson.

Ainsi les cinq charretées de fumier évaluées à 15 liv. les cinq labours à 3 liv. 8 s. 9 d. les trois herses à 9 s. les trois passages de cylindre à 9 s. le tirage des rejettons à 2 liv. 10 s. & la plantation à 3 liv. 15 s. le tout reviendra à 25 liv. 11 s. 9 d

Quand la garance est plantée, voici les façons qu’il faut lui donner. On a dû laisser de 15 en 15 piés une distance d’un pié & demi d’un bout à l’autre de la terre, pour y pratiquer au mois de Mars une rigole profonde d’un pié & demi, dont la terre servira à couvrir les plantes, en la dispersant à droite & à gauche, comme pour le colsat. Voyez Colsat. Au mois de Juillet, lorsque la pousse sera relevée d’un pié, on la couchera de nouveau, la couvrant de la terre tirée des intervalles laissés entre chaque ligne, & l’on observera de creuser legerement sous la racine, qui tirera de-là du soulagement, de la force, de la liberté, & provignera facilement. Il en coûtera pour les rigoles 18 s. pour le provin 2 liv. 10 s.

Si l’on demande quelle autre précaution il y a à prendre avant la récolte, je dirai de laisser amortir la fanne de la premiere année, de couper au mois d’Août celle de la seconde, & d’enlever le chaume restant adroitement jusqu’à la racine ; on peut donner aux vaches de cette fanne, mais en petite quantité.

Le tems sec est celui qui est le plus favorable pour la garance. On en fait la récolte en Novembre de la seconde année. Si on la laissoit en terre plus long-tems, elle pourroit à la vérité profiter en grossissant ; mais on est persuadé qu’il en pourriroit une bonne partie, dommage qui ne seroit point compense ; à quoi il faut ajoûter la perte d’une année.

La récolte se fait à la beche, soit à la charrue. On laboure en ligne droite assez profondément pour détacher les racines sans les endommager. Cependant on préfere la beche. L’usage en est plus sûr ; mais le tems est plus long. A mesure que des travailleurs détachent les racines, d’autres les retirent sur le terrein avec des fourches. Dès le lendemain ou sur le champ on peut les enlever. On peut évaluer la récolte à 5 liv. par mesure, qui avec la dépense précédente font 38 liv. 19 s. 9 d.

On retire par cent de terre une année dans l’autre, depuis quatre jusqu’à dix ou douze faix au plus, ou année commune, huit faix, qui pourront peser 15 à 1600 livres, qui se réduiront à 200 livres à la sortie des étuves. On aura à-peu-près le même poids en poudre.

Quand la plante donneroit graine, les rejettons qu’on a en abondance produisant tous les deux ans une dépouille, on n’auroit garde d’employer une semence dont la plante ne seroit recueillie qu’au bout de cinq à six ans.

On la placera après la récolte hors des hangards, où on la laissera à l’abri de la pluie sécher pendant quelques mois. On pourra, si l’on aime mieux, la tenir dans des lieux fermés, amoncelée comme le foin, mais très-perméable à l’air.

Quand elle sera séchée on la lavera, ou si l’on veut la battre, on la battra pour en ôter la terre ; on la portera ensuite au séchoir, & de-là au moulin. On fait des séchoirs de mille manieres différentes. La construction d’un moulin peut coûter depuis 1000 liv. sans autre bâtiment, jusqu’à 20000 liv. selon sa grandeur. Il y en avoit un à Tournay qui ne servoit plus, qu’on disoit avoir coûté au-moins 20000 écus. On voit que l’entretien en est proportionné à sa grandeur. Pour le servir, il faut un homme qui tamise, dans un moulin à six pilons, & un cheval qui tourne. Il faudroit un second cheval pour relever le premier, dans un moulin qui tourneroit tous les jours de l’année. On peut donner 20 s. par jour au tamiseur, & estimer l’entretien du cheval au même prix.

Un moulin de six pilons broyera 400 liv. & sur ce pié, si la dépouille d’un cent de terre se réduit à 200 liv. de poudre, comme nous l’avons dit, ce moulin pourra broyer en 24 heures la dépouille d’un 100 de terre, & par conséquent en 54 fois 24 heures, la dépouille de huit boniers, c’est-à-dire le produit total de presque toute la quantité de terre cultivée en garance dans la châtellenie de Lille.

Toute la poudre n’est pas d’un prix égal. On distingue la robée, dont on peut évaluer à 45 ou 50 l. le cent ; la non-robée, à 30 ou 32 liv. la fine-grappe, à 62 ou 63 liv. & le son à 10 liv.

Si l’on ramasse toute dépense faite ci-dessus depuis le commencement de la dépouille jusqu’à la fin de la récolte, on trouvera pour deux années 33 liv. 11 s. 9 d.

La récolte de 8 faix à 7 10 s. produira 60 liv. il restera donc 16 liv. 8 s. 3 d. ou 13 l. 4 s. 1 d. par an ; sur quoi il faut diminuer le loyer de la terre, les rentes foncieres, & autres charges, les impositions ou tailles, l’inconvénient que le laboureur compte pour quelque chose de ne pouvoir dépouiller tous les ans.

Si l’on ajoûte à cela 60 liv. pour l’achat des meres-plantes, ou 68 liv. pour celui des rejettons, ce qui est indispensable pour la premiere plantation, on trouvera une perte certaine dans les deux premieres années, & l’on ne peut espérer de joüir entierement qu’au bout de quatre ans.

Ainsi il n’est pas étonnant que, quoiqu’on ait accordé dans la châtellenie de Lille une gratification au-dessus de l’exemption, cette culture ait bien de la peine à s’y ranimer.

La garance d’un an passe pour la meilleure ; celle qui reste trop perd de sa vivacité.

De quelques phénomenes singuliers sur la garance. En 1737 un chirurgien anglois appellé Belchier, remarqua que les os d’un pourceau qu’on avoit nourri avec du son chargé d’un reste d’infusion de racine de garance, étoient teints en rouge. Il fit prendre de la racine pulvérisée à un coq, dont les os se teignirent aussi de la même couleur. M. Duhamel est revenu sur ces expériences qu’il a réitérées avec le même succès que Belchier, sur les poulets, les dindons, les pigeonneaux, & autres animaux. Dès le troisieme jour un pigeon avoit ses os teints. Ni tous les os dans un même animal, ni les mêmes os en différens animaux ne prennent pas la même nuance. Les cartilages qui doivent s’ossifier, ne se teignent qu’en s’ossifiant. Si on cesse de donner en nouriture les particules de garance, les os perdront peu à-peu leur teinture. Les os les plus durs se coloreront le mieux. Ils soûtiendront les débouillis. Ils ne sont cependant pas intacts à l’action de l’air. Les plus rouges y perdent de leur couleur ; les autres blanchissent tout-à-fait en moins d’un an. La moëlle de ces os teints, & toutes les autres parties molles de l’animal conservent leur couleur naturelle.

La garance que prennent ces animaux, agit aussi sur leur jabot & sur leurs intestins, du-moins dans la volaille ; ils en sont teints ; pour peu qu’on les tienne à ces alimens, ils tombent en langueur & meurent ; on leur trouve quand ils sont morts, les os plus gros, plus moëlleux, plus spongieux, plus cassans. On peut demander pourquoi les parties colorantes ne se portent qu’aux os. Mizaldus qui a fait imprimer en 1566 un mauvais livre intitulé memorab. jucund. & utilium cent. IX. a dit le premier de la garance qu’elle teignoit en rouge les os des animaux vivans. On voit dans le recueil de l’acad. des Scien. année 1746. qu’elle n’est pas la seule plante qui ait cette propriété.

La racine de garance est aussi d’usage en Medecine. Quelques auteurs la comptent parmi les cinq racines apéritives mineures. On a dit qu’elle résolvoit puissamment le sang épanché, les obstructions des visceres. & sur-tout celle des reins & des voies urinaires. Mais si l’on tire des expériences précédentes les conséquences naturelles qu’elles présentent, on en inférera que l’usage de la garance est tout-au-moins mal-sain.

Nous nous sommes fort étendus sur cette plante, à cause de son importance dans la teinture. On s’en sert pour fixer les couleurs déjà employées sur les toiles de coton. Il y a un grand nombre de cas où le succès des opérations demande qu’on garance. Voyez l’article Teinture.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « garance »

Origine douteuse. Du Cange dit que varantia a été dit pour verantia, de verus, vrai, à cause de la beauté de cette couleur rouge ; ce qui donne quelque appui à cette conjecture, c'est qu'on trouve dans le bas-latin veranter, véritablement, et verare, vérifier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1165) De l’ancien français warance, du latin médiéval warentia « teinture écarlate » (VIIe siècle, capitulaire De Villis), altération du vieux-francique *wrattia, issu du germanique commun *wratjōn [1], duquel procèdent aussi le vieil anglais wrætte, vieux haut allemand rezza.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « garance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garance garɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « garance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « garance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « garance »

Langue Traduction
Anglais madder
Espagnol rubia
Italien robbia
Allemand krapp
Chinois 马德
Arabe الفوة
Portugais mais louco
Russe марена
Japonais
Basque madder
Corse più madder
Source : Google Translate API

Synonymes de « garance »

Source : synonymes de garance sur lebonsynonyme.fr
Partager