La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « foie »

Foie

Variantes Singulier Pluriel
Masculin foie foies

Définitions de « foie »

Trésor de la Langue Française informatisé

FOIE, subst. masc.

A.− ANAT. Viscère brun rouge, volumineux, de l'homme et des principaux vertébrés, situé dans l'hypocondre droit et une partie de la région épigastrique, sécrétant la bile et exerçant de multiples autres fonctions. Foie paresseux, douleur au/du foie, fonction glycogénique du foie, avoir mal au foie. Les malades dont le foie est plus ou moins attaqué sont disposés à l'impatience, à la colère (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 217).Le foie sécrète de la bile, détruit les poisons et les microbes, emmagasine du glycogène, règle le métabolisme du sucre dans l'organisme entier, produit de l'héparine (Carrel, L'Homme,1935, p. 121):
1. En dehors du sucre qu'il met en réserve sous forme de glycogène pour le distribuer par la suite, le foie fixe également les matières protéiques, comme l'ont respectivement montré et confirmé Claude Bernard et Léon Binet. Gilbert et Carnot ont établi qu'il fait de même pour les matières grasses (...). Son activité chimique est considérable et lui a valu le qualificatif de « laboratoire central ». Bariéty, Coury, Hist. méd.,1963, pp. 690-691.
SYNT. Cancer, cirrhose, crise, douve du foie; calculs, canaux, hile, ligaments, lobes, sillons du foie.
En partic.
Par réf. aux croyances et coutumes. [Le foie considéré jadis comme siège des vertus guerrières, de l'animosité, de l'amour, etc.] Des palabres sanglantes où l'on arrachait le foie des morts pour manger leur courage, et se l'incorporer (Maran, Batouala,1921, p. 78).P. ext. Organe vital (au même titre que le cœur, les poumons). M. Clavier s'affaissa dans son fauteuil. S'il eût reçu un coup de lance dans le foie, il n'eût pas été plus décoloré (Gozlan, Notaire,1836, p. 64).Moribonds crachant leurs foies, comme dit le peuple (A. Vitu dsLe Figaro,5 nov. 1874ds Zola, Théâtre, t. 2, Paris, Bernouard, 1927, p. 696).
[P. réf. au mythe de Prométhée condamné à avoir le foie dévoré perpétuellement par un vautour] Au fig. J'ai été clouée un instant à ton flanc comme Prométhée mais je n'ai pas attendu qu'un vautour vînt m'y ronger le foie (Sand, Lélia,1839, p. 405).Ce vautour qu'une crise vous met dans le foie (Goncourt, Journal,1894, p. 540).
Pop. Se manger, se ronger le(s) foie(s). Se faire du souci. J'ai préféré me renfermer dans ma mansarde, et me ronger le foie solitairement. La mélancolie a des instincts de vampire (Amiel, Journal,1866, p. 150).Ils ont mauvaise tête, et le vôtre, ma pauvre dame, s'est trop rongé les foies (Chardonne, Varais,1929, p. 218).
Pop., loc. fig. Avoir les foies (blancs). Avoir peur, manquer d'audace, d'énergie. Ça te va bien de parler d'attaque, toi qui t'es toujours planqué, foireux! (...). − (...) s'il fallait que j'fasse l'attaque, j'aurais pas plus les foies que toi (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 84).Ej'veux qu' not' vétérinaire il ait les foies blancs, et l'sang tout caillé par la peur! (Martin du G., Gonfle,1928, II, 5 p. 1209).P. méton. Foie blanc. Poltron, individu prêt à toutes les trahisons. Tu ne fais tout de même pas le malin [− maintenant que te voilà blessé −], dis, foie blanc (D'Esparbès, Bris. fers,1908, p. 281).Donner les foies (à qqn). Faire peur. Le quartier n'est pas de tout repos non plus. (...) − Ah! vous me donnez les foies! (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 250).(Vouloir) bouffer, manger les foies (à qqn). Éprouver, manifester une grande colère. Outré de colère, il porta plainte contre le Simion. (...). Après cela, les deux hommes se seraient mangé les foies (Pourrat, Gaspard,1922, p. 68).Batiss' li aurait bouffé les foies (...) de colère, à cette foutue gueuse de garce de société de merde (M. Stéphane, Ceux du Trimard,1928, p. 156).
B.− [Le foie animal dans ses diverses utilisations]
1. GASTRON. Foie des animaux de boucherie, des volailles, du gibier, parfois des poissons, utilisé comme aliment ou ingrédient alimentaire. Une tranche de foie d'agneau/de bœuf/de mouton/de veau; manger du foie. Marguerite croit bien faire en ajoutant un filet de vinaigre au foie de porc sauté. Je n'aime pas le foie de porc et cette façon de l'accommoder me le rend indigeste (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 22).Mouiller de vin blanc le beurre où cuiront vos laitances de carpe et vos foies de raie (Bernanos, Joie,1929, p. 551):
2. Le foie est un bon aliment, facilement assimilable, quand il provient d'animaux jeunes; mais il exige une cuisson suffisante, pour détruire les germes infectieux, d'origine intestinale, dont il est souvent envahi. Macaigne, Précis hyg.,1911, p. 218.
SYNT. Crème, mousse, parfait, pâté, terrine de foie.
En partic. Foie gras. Foie des oies, des canards engraissés par gavage. Foie gras truffé. César maintenant décoiffait la terrine de foie gras avec des précautions délicates (...) chacun mangea avec une lenteur respectueuse la charcuterie enfermée dans le pot de terre jaune (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Héritage, 1884, p. 477).Leur chair [des mulards] est fine; par gavage, on obtient des foies gras qui soutiennent la comparaison avec ceux des oies (Wolkowitch, Élev.,1966, p. 75):
3. On m'a appris que l'on achevait de les gorger [les oies] et on m'a servi le premier foie gras de la saison. Fumant, rebondi comme un cœur aux ventricules énormes, légèrement roussi et croustillant, baigné dans un jus onctueux exsudé de la chair même, il reposait sur un lit de raisins saupoudré de chapelure. Je l'ai savouré; je me suis réjoui dans mon cœur de ce régal... Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 41.
P. métaph., fam. Avoir les jambes en pâté de foie. Avoir peur, se sentir faible (attesté ds Rob. et Car. Argot 1977).
2. PHARM. Huile de foie de morue. Remède fortifiant, riche en vitamines A et B, extrait du foie de la morue. Je prends de l'huile de foie de morue pour me tonifier un peu (Flaub., Corresp.,1870, p. 226):
4. On m'a fait prendre de l'huile de foie de morue : ça c'est le comble du luxe : une drogue pour te donner faim pendant que les autres dans la rue, se seraient vendus pour un bifteck... Sartre, Mains sales,1948, 3etabl., 3, p. 98.
C.− [P. anal. de couleur] (Couleur de) foie, etc. Couleur rappelant celle du foie. La masse se colore successivement en brun de foie, en rouge (Manuel fabricant de couleurs,t. 1, 1884, p. 344).Le soleil couleur de foie (Claudel, Ville,1893, I, p. 338).Cette couleur que les collectionneurs de monochromes chinois nomment « foie de mulet » (Morand, Bouddha,1927, p. 39).
REM. 1.
Foie(-)de(-)bœuf,(Foie de bœuf, Foie-de-bœuf) subst. masc.,bot. Champignon polypore, au large chapeau en console et à surface visqueuse, couleur rouge sang foncé, croissant sur les chênes et les châtaigniers, comestible. (Quasi-)synon. langue-de-bœuf.S'acharner (...) sur les vénérables « foies de bœuf », sur ces précieuses petites oronges (H. Bazin, Bur. mariages,1951, p. 186).
2.
Foie-de-veau, subst. masc.géol. Calcaire jaunâtre marneux qui compose l'assise supérieure de l'étage hettangien de Bourgogne et qui se situe dans la partie inférieure du système liasique (d'apr. Lar. 19eSuppl.-Lar. 20e, Guérin 1892, Quillet 1965). La zone supérieure ou calcaire foie-de-veau devient aussi ferrugineuse à Mazenay (Lapparent, Abr. géol.,1896, p. 253).
Prononc. et Orth. : [fwa]. Passy 1914 admet également [fwɑ] (cf. aussi Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787) qui le qualifient de ,,monos. long`` et mettent en garde contre l'orth. foye ,,qui ferait prononcer [fwɑ:j] l'y faisant fonction de deux i``. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [viiies. ficato (Gloses de Reichenau, éd. A. Labhardt, Glossarium biblicum codicis Augiensis CCXLVIII, 1948, no1377, p. 31, col. 1); viiie-ixes. figido (Gloses de Cassel, ibid., p. 40, 1. 52)] 2emoitié xiies. [date ms.] firie (Roland, éd. J. Bédier, 1278); xiies. [date ms. cas suj. feis (Couronnement Louis, éd. A. Langlois, 543); xiiies. [date ms. Guiot] foie (Chr. de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 4237). Du b. lat. ficátum « foie gras » d'où plus gén. « foie » formé sur ficus « figue » comme calque du gr. σ υ κ ω τ ο ́ ν « foie gras (d'animal nourri de figues) » dér. de σ υ κ ω ̃ « nourrir de figues », de σ υ ̃ κ ο ν « figue ». Le modèle gr. prob. accentué et prononcé de différentes manières par les latins est sans doute pour beaucoup dans les altérations subies par ficátum qui est ainsi à l'orig. de formes variées dans les lang. rom. (v. notamment G. Paris, Ficatum en roman ds Mél. linguistiques publ. par M. Roques, pp. 532-553 et BBG ds FEW t. 3, p. 492a). Pour le fr., on retiendra le changement d'accentuation en fícatum, d'où fícitum expliquant la forme figido des Gloses de Cassel, puis, par métathèse, fidicum qui est à l'orig. des formes dial. de type fie (FEW t. 3, p. 490) et plus particulièrement de la forme firie de la Chanson de Roland avec altération de d en r (cf. G. Paris, op. cit., p. 273); parallèlement, une altération de fícatum en fécatum, d'où fécitum, puis, avec métathèse, fedicum, est à l'orig. de feie, foie. Fréq. abs. littér. : 978. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 694, b) 1 619; xxes. : a) 1 088, b) 1 191. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 130. − Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 593. − Neto (S. da Silva). As designações para figado nas linguas romanicas. Rom. Philol. 1958, t. 23, pp. 339-346. − Quem. DDL t. 8, 9, 12. − Rohlfs (G.). Die lexikalische Differenzierung der romanischen Sprachen. München, 1974, p. 19.

Wiktionnaire

Nom commun - français

foie \fwa\ masculin

  1. (Anatomie) Organe présent chez l’homme et chez la plupart des vertébrés, produisant la bile. Il sert, entre autres, à régler le métabolisme des glucides.
    • Indépendamment d'artères et de veines correspondantes aux artères et aux veines des autres parties du corps, le foie est l'aboutissant d'un système veineux particulier, le système de la veine-porte, qui se distribue , dans son épaisseur, à la manière des vaisseaux artériels. — (Jean Cruveilhier, Traité d'anatomie descriptive, Paris : P. Asselin, 1871, volume 2, page 569)
    • Il y avait un troisième ennemi du peuple, et qui n'était point dans le passé : c'était l'Alcool.
      De cette époque datent « 
      L’Assommoir », et ces tableaux effrayants qui tapissaient les murs des classes. On y voyait des foies rougeâtres et si parfaitement méconnaissables (à cause de leurs boursouflures vertes et de leurs étranglements violacés qui leur donnaient la forme d'un topinambour), que l'artiste avait dû peindre, à côté d’eux, le foie appétissant du bon citoyen, dont la masse harmonieuse et le rouge nourrissant permettaient de mesurer la gravité de la catastrophe voisine. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 24-25.)
    • Le foie produit la bile et stocke les nutriments absorbés à partir des aliments consommés par l’animal. Il transforme ces nutriments en sucre et en substances chimiques nécessaires à d’autres organes. Il neutralise également certains éléments toxiques. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 36)
    • La scissure porte médiane divise le foie en deux parties fonctionnelles indépendantes : le lobe droit et le lobe gauche de Healey et Schroy, correspondant au foie gauche et au foie droit de Couinaud. — (Denis Castaing, Daniel Azoulay, René Adam, « Anatomie du foie et de voies biliaires », chap. 1 de Chirurgie du foie et de l'hypertension portale, Paris : Édition Masson, 2006, page 8)
  2. (Cuisine) Cet organe, de certains animaux, cuisiné.
    • En alimentation, on distingue quatre groupes de foies, qui sont : les foies de poissons, les foies de volaille, le foie de veau et le foie gras d'oie. — (Joseph Favre, Dictionnaire universel de cuisine pratique, Omnibuus (Place Des Éditeurs), 2010, page 577)
    • Piquez votre foie de veau de gros lard assaisonné; foncez une braisière de bardes de lard; mettez-y le foie avec des carottes, un bouquet garni, des oignons. — (Alexandre Dumas, Grand dictionnaire de cuisine, Paris : Alphonse Lemerre, 1873, p.565)
  3. (Au pluriel) (Argot) Peur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOIE. n. m.
T. d'Anatomie. Viscère d'un assez gros volume, de couleur rougeâtre, convexe dans la partie supérieure et antérieure qui répond à la voûte des côtes et du diaphragme, d'une moindre surface à la partie postérieure, situé principalement dans l'hypocondre droit sous les fausses côtes, mais s'étendant aussi dans la région épigastrique, où il recouvre une partie de l'estomac. Le foie est l'organe sécréteur de la bile. Les lobes du foie. Une maladie de foie. Inflammation du foie. Un cancer du foie. Il se dit également du Viscère, analogue au foie de l'homme, qu'on trouve dans les quadrupèdes, dans les oiseaux, dans les poissons, dans les reptiles, etc. Foie de bœuf, de veau, de poulet, d'oie, de raie, etc. Foie de veau à la sauce, à l'italienne. Pâté de foies de canards, de foies gras.

Littré (1872-1877)

FOIE (foi) s. m.
  • 1Viscère qui occupe l'hypocondre droit et une partie de l'épigastre, et qui, remplissant deux fonctions, est constitué par deux parties : l'une moindre est une glande et sécrète la bile ; l'autre plus considérable est l'organe glycogène, c'est-à-dire producteur de la matière sucrée qui, portée directement aux poumons, y sert aux actes respiratoires, et qui, fabriquée en excès, est éliminée par les reins, ce qui constitue le diabète. Les lobes du foie. Il avait un abcès au foie.

    Chaleurs de foie, certaines rougeurs qui viennent au visage et qui étaient considérées comme indices de maladie du foie.

    Fig. Mouvements de colère, emportements. … C'étaient… des fièvres du temps… des jeunesses de nos princes et des chaleurs de foie de leurs conseillers, Guez de Balzac, 5e disc. sur la cour.

    Fig. Vous avez bon foie, Dieu vous sauve la rate ! Proprement : votre foie est sain, tout ira bien si la rate est saine, et, ironiquement, vous êtes un joli garçon, vous nous la donnez belle. Monsieur s'en va chopiner, cependant Qu'on se tourmente ici le corps et l'âme ; Il faut agir sans cesse en l'attendant… Voyez un peu, le galant a bon foie ; Je suis d'avis qu'on laisse à tel mari Telle moitié…, La Fontaine, Cuv.

    Il a le foie blanc, il est bizarre, il ne fait rien comme les autres.

  • 2 Terme de vétérinaire. Foie douvé, foie contenant des douves ou fascioles.

    Foie pourri, synonyme vulgaire de la cachexie aqueuse.

  • 3 Terme de cuisine. Il se dit du foie que l'on mange. Foie de veau piqué. Un pâté de foie gras. Souvent une oie engraissée aura le foie plus gros que tous les autres viscères ensemble, et ces foies gras que nos gourmands recherchent, étaient aussi du goût des Apicius romains, Buffon, Ois. t. XVII, p. 57, dans POUGENS.
  • 4Ancien terme de chimie. Substance dont la couleur ressemble à celle du foie.

    Foie de soufre, mélange de plusieurs sulfures de potassium. Il montra que [dans les salines de Montmorot] des pains de sel marin pétris avec des eaux grasses qui renfermaient des sels marins à base terreuse et des matières susceptibles de putréfaction, et desséchés sans précaution, de manière à permettre la formation de quelques parties de foie de soufre, justifiaient le dégoût du peuple, Condorcet, Montigni.

    Foie d'antimoine, oxysulfure d'antimoine demi-vitreux.

    Foie d'arsenic, arsénite de potasse.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Tranche le cuer, le feie et le poumon, Ch. de Rol. XCVI.

XIIIe s. Ou il a mal de teste, de piz ou de poitrine, De polmon ou de foie, de costé ou d'eschine, J. de Meung, Test. 170.

XIVe s. Ainsi comme l'on raconte… d'un autre serviteur qui occist son compaignon et en menga le fée, Oresme, Eth. 203. Les lanches trespasserent, par itel essiant, Qu'entre fie et poumon en vont li fer passant, Baud. de Seb. VIII, 562.

XVe s. Si trouvoient ces chevaliers et escuyers d'Angleterre les vins ardents et forts, qui leur rompoient les testes… et leur ardoient les foyes et les poumons, Froissart, II, III, 82.

XVIe s. Voilà une femme sans cœur, sans fiel et sans foie [bien patiente], Marguerite de Navarre, Nouv. XXXVIII. Il despesche à l'empereur, luy mande que l'armée laschoit le pied : sur cette chaleur de foye l'empereur marche…, D'Aubigné, Hist. I, 22. Jamais homme ne mange foye Que le sien n'en ait joie, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 197.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « foie »

Wallon, feûte ; namur. féte ; provenç. et catal. fetge ; espagn. hígado ; portug. fígado ; ital. fégado ; du latin ficatum, proprement jecur ficatum, foie d'oie engraissée avec des figues (Pinguibus et ficis pastum jecur anseris albi, HORAT., Sat. II, VIII, 88), de ficus, figue (voy. FIGUE). Ce mot, qui était chez les Latins un terme de cuisine, est devenu dans toutes les langues romanes le nom du foie et a fait disparaître complétement le mot propre jecur. On remarquera que le mot nouveau a, dans les langues romanes, l'accent sur la première syllabe, tandis que le latin l'a sur la seconde, ficátum ; c'est qu'en effet il vient non pas précisément de ficátum, mais de ficătum. Les Gloses de Cassel ont figido, où sans doute le second i est bref ; car, ainsi que Diez le remarque, le lombard fídegh est pour fíghed et se rapproche beaucoup de figido ; on peut croire que la langue, qui avait une tendance à substituer l'i à l'a dans ces participes passifs, par exemple rogitus pour rogatus, dolitus pour dolatus, vocitus pour vocatus, provitus pour probatus, faisait cet i bref. Ordinairement, dans ces mots où l'accent avait été faussé, les langues romanes conservaient quelque part la véritable accentuation (voy. ENCRE) ; c'est ce qui est arrivé ici : sarde, figáu ; vénitien, figà ; valaque, ficát.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du bas latin ficatum (« foie d’une oie engraissée aux figues ») puis, par extension de sens « foie », dérivé de ficus (« figue »). Calque du grec ancien συκωτόν, sukôtón (« engraissé aux figues »), dérivé de σῦκον, sûkon (« figue »). Ce mot a supplanté le latin jecur (« foie »), ainsi que le montrent toutes les langues romanes ; le même phénomène a eu lieu pour le grec συκώτι, sykóti (« foie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « foie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
foie fwa

Fréquence d'apparition du mot « foie » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « foie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « foie »

  • Nous sommes des mannequins montés sur une carcasse creuse et nous avons le foie à la place du coeur.
    Henry David Thoreau
  • Vous venez voir l'écrivain ? Méfiez-vous, c'est décevant... C'est comme si après avoir mangé le foie gras vous rencontriez l'oie en personne.
    Arthur Koestler
  • L'indépendance, c'est d'abord une question de caractère, Certains ont les tendons fragiles, d'autres le foie ou le sommeil et d'autres encore, le caractère.
    Bernard Pivot — Le Métier de lire
  • L'homme est un biftèque. L'homme est composé de tripes, de foie, d'entrecôtes et d'os à moelle.
    Patrick Rambaud — Libération - 14 Octobre 2000
  • Les cocktails, dans les soirées, c’est ce qu’on a inventé de pire depuis l’huile de foie de morue !
    Elsa Maxwell
  • Le foie de mon ennemi est le fourreau de mon épée.
    Proverbe tibétain
  • La gastronomie est une profession de foie.
    Paul Carvel — Mots de tête
  • - Il me semble que vous les placez autrement qu'ils ne sont ; que le cœur est du côté gauche et le foie du côté droit.- Oui, cela était autrefois ainsi, mais nous avons changé tout cela.
    Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière — Le Médecin malgré lui, II, 4
  • Mon idée du ciel : manger du foie gras au son des trompettes.
    Sydney Smith
  • La neuroinflammation chronique est un événement essentiel dans l'apparition et la progression des maladies neurodégénératives, y compris la maladie d'Alzheimer. Or, la stéatose hépatique non alcoolique ou maladie du foie gras provoque une neuroinflammation de type Alzheimer, souligne cette équipe de neuroscientifiques de l’Université de Caroline du Sud. L’étude documente ainsi, dans le Journal of Neuroinflammation, la cause d’un lien déjà établi entre la stéatose hépatique non alcoolique et certains « troubles » neurologiques et, en particulier, le rôle unique d'une adipokine (Lipocalin-2) dans la neuroinflammation.
    Du FOIE GRAS à l’ALZHEIMER, de la neuroinflammation à la neurodégénérescence | santé log
Voir toutes les citations du mot « foie » →

Traductions du mot « foie »

Langue Traduction
Anglais liver
Espagnol hígado
Italien fegato
Allemand leber
Chinois
Arabe الكبد
Portugais fígado
Russe печень
Japonais 肝臓
Basque gibela
Corse fegatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « foie »

Source : synonymes de foie sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot foie au Scrabble ?

Nombre de points du mot foie au scrabble : 7 points

Foie

Retour au sommaire ➦