La langue française

Faune

Définitions du mot « faune »

Trésor de la Langue Française informatisé

FAUNE1, subst. masc.

A.− MYTH. LAT. Divinité champêtre représentée avec un torse humain, des oreilles pointues, des pieds et des cornes de chèvre. (Quasi-)synon. satyre, sylvain.Les nymphes lascives (...) d'un éclat de rire agaçaient sur les rives Les Faunes indolents couchés dans les roseaux (Musset, Rolla,1833, p. 1).S'enivrer, lascif, Aux blanches nudités des nymphes peu vêtues, Le faune aux pieds de chèvre, aux oreilles pointues! (Hugo, Contempl.,t. 1, 1856, p. 93).Je regrette le temps (...) des faunes animaux, Dieux qui mordaient d'amour l'écorce des rameaux Et dans les nénufars baisaient la Nymphe blonde! (Rimbaud, Poés.,1871, p. 40).Cf. aussi bruni, ie ex. 1 :
1. Frappant sur la mousse des bois la corne de leurs pieds, les faunes à bouche fendue suivent le vieux Pan des pasteurs, qui claque dans ses mains au milieu de son troupeau; ils ricanent, ils sont velus; leur front rugueux est couvert de boutons roses comme les bourgeons de tilleuls à la saison du printemps. Flaub., Tentation,1849, p. 474.
L'Après-midi d'un faune. Églogue de Mallarmé. Un petit poëme, trop annoncé sur la couverture de la République des Lettres, l'Après-midi d'un Faune (Mallarmé, Corresp.,1876, p. 115).Prélude à l'Après-midi d'un faune. Poème symphonique de Debussy.
P. méton. Statue représentant un faune. Un faune en marbre. Le Faune Barberini, la plus admirable traduction, par le marbre et l'art statuaire, d'une humanité contemporaine des dieux (Goncourt, Journal,1860, p. 813).
Rem. Le faune, étant dans la myth. lat. un des symboles de la fécondité, il connote souvent l'espièglerie libidineuse, la lubricité.
B.− P. compar. et fam. Homme présentant des ressemblances physiques avec un faune, ou ayant un comportement libidineux ou lubrique. Il [Fondan] fit le lapin comme il disait, avançant la bouche, frisant le nez, dans un remuement du museau entier. Sa tête de faune canaille suait le vice (Zola, Nana,1880, p. 1286).La femme criait à Maupassant : « A moi, mon faune! » − se jetait sur lui et lui suçait la verge (Goncourt, Journal,1892, p. 324):
2. Graslin avait un nez retroussé, une bouche à grosses lèvres lippues, un front cambré, des pommettes rieuses, des oreilles épaisses à larges bords corrodés par l'âcreté du sang; enfin c'était le satyre antique, un faune en redingote, en gilet de satin noir, le cou serré d'une cravate blanche. Balzac, Curé vill.,1839, p. 25.
REM. 1.
Faunin, subst. masc. et adj.a) Subst. masc. Petit faune. [La bacchante] (...) mollement renversée en arrière, s'appuie d'une main sur l'épaule d'un petit faunin, se haussant sur la pointe du pied (E. de Goncourt, Mais. artiste,1881, p. 13).b) Adj. Qui tient du faune. De petits paysans faunins chevauchant des chèvres (E. de Goncourt, Mais. artiste,1881p. 14).Un buste de Verlaine placé au milieu d'une marche, souriait, de son visage faunin (Montesquiou, Mém.,t. 3, 1921, p. 190).Les formes fauniaque et faunien, ienne, adj. enregistrées par Besch. 1845 et Rob., ne sont pas attestées dans la docum.
2)
Faunerie, subst. fém.État d'une personne qui ne s'occupe que des faunes ou d'actions (libidineuses ou lubriques) généralement attribuées aux faunes. Cf. érotique ex. 4.
Prononc. et Orth. : [fo:n]. Enq. /fon, D/. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1372 (Corbichon, Propr. des choses, XVIII, 46, édit. 1522 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 697). Empr. au lat. Faunus, nom d'un dieu champêtre, dieu de la fécondité des troupeaux et des champs, plur. Fauni « petits génies champêtres ».

FAUNE2, subst. fém.

A.− Vx. Description des animaux d'un pays. La Faune est aux animaux ce qu'est la Flore par rapport aux végétaux (Bouillet, 1859).
,,Ouvrage zoologique donnant cette description`` (Ac.).
B.−
1. Ensemble des animaux d'une région, d'un milieu, ou d'une époque déterminés. Faune abyssale, cavernicole, marine, pélagique, phréatique; les faunes de mammifères; la faune et la flore. Un chien, un oiseau qui passaient, derniers vestiges de la faune qui remplissait l'univers primitif, et que l'homme a détruite (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 801).Une faune abondante de spirilles, de vibrions, de monades, de bactéries, de pénicilles (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 94):
1. Si l'on considère les éléments zoologiques qui entrent dans la composition d'une faune régionale, on constate qu'elle est des plus hétérogènes; elle se compose de représentants des espèces les plus diverses, que des circonstances, toujours difficiles à préciser, mais liées à la concurrence vitale, ont amenés dans cette contrée. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 7.
2. P. anal. et péj. Ensemble des gens, généralement pittoresques ou très particuliers, qui fréquentent un lieu déterminé. Les habituées de la messe de six heures sortaient une à une des rues sombres − pieuse faune des églises provinciales (Mauriac, Robe prétexte,1914, p. 49).La faune habituelle des ratatinés (...) des anonymes, des miteux (H. Bazin, Tête contre murs,1949, p. 193):
2. La faune des Champs-Élysées, en effet, vivait dans cette ultra-moderne forêt de Bondy dont les tanières étaient tantôt les bureaux somptueux, tantôt les cagnes sordides (...) transformés en pièges à gogos... Vialar, Tournez,1956, p. 186.
Rem. La docum. atteste qq. emplois p. anal. ou p. métaph. désignant un ensemble d'objets quelconques, généralement bizarres, étranges ou inhabituels. Océan de musique, où grondent des milliers d'êtres : c'est la faune sauvage, le libre monde des sons (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 249). Vous voyez les mythes mourir, et s'appauvrir indéfiniment la faune des choses vagues et des idées (Valéry, Variété II, 1929, p. 231).
REM. 1.
Faunistique, adj.Relatif à la faune. Synon. faunique.L'étude des fossiles (...) reconstitue les associations faunistiques et floristiques de la paléoécologie (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 504).L'élaboration de vastes études faunistiques couvrant des aires géographiques variables (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964p. 669).
2.
Faunule, subst. fém.Faune de tout petits animaux. La faunule thermale (entre 40oet le maximum) et subthermale (de 40oà 30o) comprend, 1oUn certain nombre de protozoaires (Cuénot, La Genèse des espèces animales,Paris, Alcan, 1932, p. 631).
Prononc. et Orth. : [fo:n]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1783 (Faune vaudoise ds Bl.-W.3-5); 1802 (Walckenaer, Faune paris. ds DG). Tiré de faune1p. anal. avec flore* (lat. Flora); cf. lat. sc. fauna attesté par Linné dans le titre d'un ouvrage : Fauna Sueciae regni, 1746, parallèlement à Flora Suecica, 1745, v. NED et Ritter, Bulletin de l'Institut Genevois t. 36, p. 421; l'angl. fauna dès 1771, NED. Fréq. abs. littér. : 376. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 204, b) 801; xxes. : a) 728, b) 557. Bbg. Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, pp. 421-422.

Wiktionnaire

Nom commun 1

faune \fon\ masculin (pour la femelle on dit : faunesse) ou masculin et féminin identiques

  1. (Antiquité) Divinité champêtre mi-homme, mi-bouc, chez les Romains.
    • Rude et impétueux comme un sanglier pour les dangers terrestres, il avait toutes les terreurs caractéristiques de l’esprit saxon relativement aux faunes, aux démons des forêts, aux dames blanches et à toutes les superstitions que ses ancêtres avaient importées des déserts de l’Allemagne. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Puis, sur ce rideau, s’installa l’écran où l’on vit gambader, se poursuivre, grimaçants et toutes dents dehors, des troupeaux de nymphes et de faunes redoutables, entraînés dans des luttes sans merci. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 82)
    • Soupçonnant qu’une faune en ce bois s’est plongée,
      Il a saisi son arc; la flèche est dirigée.
      Que fais-tu, malheureux? ah! rejette ces traits;
      Reconnais ton épouse : inutiles regrets!
      — (Ovide, L’Art d’aimer, chap. III, an 1, traduction en vers de François Amand de Gournay, F. Poisson, Caen, 1817, page 261)
  2. Homme dont l’apparence ou le comportement érotique évoque cette divinité.
    • À côté de l’écu se tenait son écuyer, singulièrement travesti, en faune ou en quelque autre être fantastique, selon le goût de son maître et le rôle qu’il lui plaisait de prendre pendant la joute. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Nom commun 2

faune \fon\ féminin

  1. (Zoologie) Ensemble des animaux d’un pays, d’une région, etc.
    • Les premiers temps de mon séjour à Chausey furent employés à prendre une idée générale de la faune du pays, et, parmi les espèces qui passèrent alors sous mes yeux, il s’en trouva bon nombre de nouvelles. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Charles Darwin les a visitées et en a décrit la flore et la faune dans la Croisière du Beagle qui faisait partie de ma bibliothèque de bord. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par métonymie) Catalogue descriptif de ces animaux, pour une région du monde.
    • Malgré l’intercalation de belles et nombreuses figures, elle couvre moins de papier que la faune incomplète de Boitard. — (Edmond Perrier, préface à la Faune de France - Coléoptères d’Alexandre Acloque, Baillière, 1896)
    • Nous serons certainement utiles aux lecteurs de cette Faune en donnant la liste de ces laboratoires. — (Rémy Perrier, Faune de la France, tome IA, 1936, préface p. X)
  3. (Par extension) Tout le règne animal.
    • Ainsi le premier Congrès international sur la protection de la nature tenu en 1923 à Paris, œuvre des sociétés savantes de protection de la faune mondiale, émet l’idée d’une protection mondiale de la faune. — (Bonaventure Dossou-Yovo, L’Accès aux ressources biologiques dans les rapports Nord-Sud, L’Harmattan, 2008, page 120)
  4. (Figuré) (Péjoratif) Groupement de personnes, souvent peu communs, qui fréquentent des lieux déterminés.
    • La boîte de Nine, c’est une matière d’éventaire où s’étalent et resplendissent tous les échantillons de notre douce et vermineuse humanité : barbots […] tribades […] nymphes […] mondaines […] tapettes […] tendres et pitoyables canailles, toute une faune redoutable et correcte, au repos. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 191)

Nom commun 3

faune \fon\ masculin

  1. (Entomologie) Insecte lépidoptère diurne de la famille des nymphalidés, de couleur marron terne pour le mâle, plus claire ocrée pour la femelle, avec en bordure une frange entrecoupée et deux ocelles noirs aux ailes antérieures et un très petit aux postérieures.
    • La faune du bois de Boulogne a depuis lors bien changé ! GODART (1821) mentionnait comme très abondant, au même endroit, le Faune (Neohipparchia statilinus Hfn.), aujourd'hui confiné à deux ou trois stations relictuelles en forêt de Fontainebleau. — (Yves Doux & Christian Gibeaux, Les Papillons de jour d'Ile-de-France et de l'Oise, Mèze : éd. Biotopr & Paris : Publications scientifiques du Muséum, 2007, dans l'avant-propos)
    • Le faune (Hipparchia stalilinus) vole de juillet à octobre sur les pelouses sèches de toute la zone. — (Luc Chazel & ‎Muriel Chazel, Découverte naturaliste des garrigues, éd. Quae, 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAUNE. n. m.
T. d'Antiquité romaine. Dieu champêtre, que l'on représente avec des cornes et des pieds de chèvre. Les faunes et les satyres.

FAUNESSE a été employé par les poètes pour désigner une Sorte de nymphe lascive dont l'aspect rappelle celui du faune.

Littré (1872-1877)

FAUNE (fô-n') s. m.
  • 1Divinité champêtre chez les Romains ; les faunes sont figurés avec des oreilles de chèvre ou du moins des oreilles plus grandes qu'à l'ordinaire ; à l'endroit où finit l'épine du dos on voit une petite queue.

    Au fém. Nymphe qui, dans les compositions des arts du dessin, s'allie aux faunes, et qui en a les traits. Ce buste est celui d'une faune.

  • 2 Terme de zoologie. Faune des bois, le singe mabrouk.
  • 3 S. f. L'ensemble des animaux d'un pays, ainsi dit à cause que les faunes tiennent de l'animalité, et fait du féminin par analogie avec la flore. La faune et la flore de la Nouvelle-Hollande.

    Ouvrage contenant la description des animaux d'un pays.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FAUNE, s. m. Les faunes étoient, dans l’ancienne Mythologie, des divinités des forêts, qui, suivant l’opinion générale, ne different point des satyres. Voyez Satyres.

On a prétendu que les faunes étoient des demi-dieux, connus seulement des Romains ; mais ils sont évidemment les Panes des Grecs, comme Saumaise l’a prouvé après Turnebe : ainsi l’on peut dire que leur culte est un des plus anciens & des plus répandus, & il paroît certain qu’il faut en chercher l’origine dans l’Egypte. L’incertitude attachée à cette recherche, ne doit pas en détourner un philosophe homme de Lettres. Si les diverses opinions des critiques le réduisent à dire avec Cotta dans Cicéron, l. III. c. vj. de naturâ deorum : Faunus omnino quid sit, nescio, il trouvera du moins un vaste champ de réflexions dans les terreurs paniques, les incubes, les hommes sauvages, &c.

M. Pluche, dans son histoire du ciel, tome I. rapporte avec beaucoup de vraissemblance le nom des Faunes & des Satyres à deux mots hébreux qui désignent les masques dont on se servoit dans les fêtes de Bacchus. Un Faune qui se joue avec un masque, & qu’on voit dans Beger, thes. Brandeburg. tom. I. p. 13. & tom. III. p. 252. paroît confirmer cette étymologie : peut-être aussi fait-il allusion aux comédies satyriques. Avenarius avoit tiré de même le nom des Satyres de l’hébreu satar. Le mot satar en arabe, veut dire un bouc, suivant la remarque de Bochart, Hierozoicon, p. l. p. m. 643. On sait que les Satyres ressembloient aux boucs par la moitié inférieure du corps. Il semble qu’on ne peut contester cette étymologie ; mais celle que donne des Pans ou Faunes le même Bochart, Geog. sac. p. m. 444. n’est pas aussi heureuse : il dérive leur nom, comme avoit fait Plantavitius, qu’il ne cite pas, de la racine hébraïque pun, il a hésité, il a été abattu, ce qu’il explique des frayeurs paniques. C’est au culte des boucs qu’on adoroit en Egypte, que celui des Faunes & des Satyres semble avoir dû sa naissance. Maimonide, dans le More Nevochim, p. III. c. xlvj. observe que le culte honteux des démons étoit, sous la forme des boucs, fort étendu du tems de Moyse ; & que Dieu le défendit par une loi expresse (Levitic. XVII. 7.) aux Israélites, qui s’en étoient souillés jusqu’alors. Maimonide explique fort bien au même endroit, pourquoi le bouc du sacrifice ordonné au commencement de chaque mois (Numer. XXVIII. 15.), est dit offert pour le péché à Jehova, Chattath ladonai ; ce qui n’est pas spécifié des boucs qu’on immoloit dans les autres principales fêtes. C’est, dit-il, pour empêcher les Israélites de penser au bouc de la Néoménie, que les Egyptiens sacrifioient à la lune. Cette explication naturelle est bien différente de la fable aussi impie que ridicule imaginée par les rabbins ; ils disent que Dieu demande un sacrifice d’expiation pour le péché qu’il a commis lui-même, en diminuant la grandeur de la lune, primitivement égale à celle du soleil. Voyez la synagogue judaïque de Jean Buxtorf, p. m. 376. 377. 388. & le philologus hebræomixtus de Lensden, p. 91.

R. Kimchi a écrit que les démons se faisoient voir à leurs adorateurs sous la figure d’un bouc, & c’est-là le φάσματραγου dont parle Jamblique. Ces apparitions étoient d’autant plus effrayantes, que tous les Orientaux étoient persuadés qu’on ne pouvoit voir impunément la face des dieux. Voyez les notes de Grotius sur les vers. 20 & 23 du trente-troisieme chapitre de l’Exode. On peut conjecturer que les terreurs paniques sont ainsi dites de panim (φυὴ dans Homere), forme, figure, parce que des fantômes subtils affectoient vivement l’imagination échauffée qui les avoit produits. On lit dans Servius, sur le commencement du premier livre des Géorgiques de Virgile, que ce fut au tems de Faunus, roi d’Italie, que les dieux se déroberent à la vûe des mortels. Cette époque est très-incertaine, s’il y a eu deux Faunes, rois des Aborigenes, qui ayent regné dans des tems très-éloignés l’un de l’autre, comme l’assûrent Manéthon, Denys d’Halicarnasse, &c.

Servius confond ailleurs Faunus avec Pan, Ephialtes, incubus. S. Augustin, de civitate Dei, l. XV. c. xxiij. croit qu’il faut s’armer d’impudence pour nier que les Sylvains & les Pans ne soient des incubes ; qu’ils n’ayent de l’amour pour les femmes, ou qu’ils ne le satisfassent avec violence. Il nous fait connoître des démons que les Gaulois appelloient Dusii, & qui étoient aussi libertins. Voyez l’article Incube.

Bochart, Géog. sac. pag. m. 584. prétend que le regne de Faune en Italie est forgé par ceux qui n’ont pas connu que Faune & Pan ne faisoient qu’un. Il cite, pour prouver que Pan étoit un des capitaines de Bacchus, plusieurs auteurs, & Nonnus entr’autres ; il n’a pas pris garde que Nonnus, Dionysiac. lib. XIII. p. m. 370. dit aussi que Faune abandonna l’Italie pour venir joindre le conquérant des Indes.

Il est parlé des Fauni ficarii dans la version faite par S. Jérome d’un passage de Jéremie, ch. l. v. 39. passage susceptible dans l’hébreu d’un sens fort différent. Bochart explique ce ficarii, des fics ou tubercules qu’on voit au visage des Satyres. Quelques-uns lisent sicarii, & l’on peut entendre alors des Faunes incubes ou suffoquans.

Dans le traité attribué à Héraclite, περὶ άπίστων, c. xxv. on voit que les Pans & les Satyres étoient des hommes sauvages qui habitoient les montagnes : ils vivoient sans femmes ; mais dès qu’ils en voyoient quelqu’une, elle devenoit commune entr’eux. On leur attribua le poil & les piés de bouc, à cause qu’ils négligeoient de se laver, ce qui les faisoit sentir mauvais ; & on les regardoit comme compagnons de Bacchus, parce qu’ils cultivoient les vignes. Le passage grec est corrompu, il semble qu’on ne s’en est point apperçû. Le docteur Edoüard Tyson, dans l’essai philologique sur les Pygmées, les Cynocéphales, les Satyres & les Sphinx des anciens, qu’il a mis à la suite de son anatomie de l’Orang-outang, veut que les Satyres ne soient point des hommes sauvages, mais une espece de singes qu’on trouve en Afrique (aigopithecoi). Il combat Tulpius & Bontius par des raisons qui paroissent assez foibles, & il s’appuie beaucoup pour ranger les Satyres dans la classe des singes, de l’autorité de Philostorge ; mais c’est un auteur fabuleux, puisqu’il confirme l’histoire du phénix, p. m. 494. de l’édit. de Cambridge, des historiens ecclésiastiques. Ce qui est plus singulier encore, c’est que Philostorge distingue évidemment le Pan ou Faune du Satyre, contre le sentiment de Tyson ; & que Tyson reproche à Albert le Grand de faire une chimere du Satyre, qu’il appelle pilosus, par la description qu’il en donne ; description néanmoins entierement conforme à celle de Philostorge.

Les premiers conducteurs des chevres ont peut-être donné lieu à la fable des chevrepiés, de même que les plus anciens cavaliers qu’on ait connus, ont passé pour des centaures ; car je ne pense pas qu’on veuille recourir aux pygmées, que Pline nous dit avoir été montés sur des chevres pour combattre les gruës.

Munster, dans ses notes sur la Genese, II. 3. & sur le Lévitique, XVII. 7. a recueilli sur les démons, τραγομόρφοι, Faunes, Satyres, Incubes, des choses curieuses tirées des rabbins. Cette compilation a déplû à Fagius, qui dit sur ce dernier passage, qu’il ne rapporte des rabbins que ce qui est utile pour l’intelligence du texte ; ce qu’il avoit annoncé dès la préface de son livre. Il peut avoir raison en cela ; mais je doute qu’il eût le droit d’attaquer, même indirectement, Munster, qu’il copie mot à mot en un très grand nombre d’endroits.

Quelques docteurs juifs ayant à leur tête Abraham Seba, dans son tseror hammor, ou fasciculus myrrhæ, enseignent que Dieu avoit déjà créé les ames des Faunes, Satyres, &c. mais que prévenu par le jour du sabbat, il ne put les unir à des corps, & qu’ils resterent ainsi de purs esprits & des créatures imparfaites. Ils craignent le jour du sabbat, & se cachent dans les ténebres jusqu’à ce qu’il soit passé ; ils prennent quelquefois des corps pour effrayer les hommes ; ils sont sujets à la mort ; ils approchent de si près par leur vol des intelligences qui meuvent les orbes célestes, qu’ils leur dérobent quelques connoissances des évenemens futurs, quand ils ne sont pas trop éloignés ; ils changent les influences des astres, &c. &c. &c. (g)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « faune »

Voy. FAUNUS.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1, Nom 3) (XIVe siècle) Du latin Faunus, dieu champêtre.
(Nom 2) (XVIIIe siècle) Du latin Fauna.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « faune »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faune fon

Évolution historique de l’usage du mot « faune »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faune »

  • La quenelle est le poisson le plus mal connu de la faune maritime. De Francis Blanche / Signé Francis Blanche
  • Sourire, c'est laisser s'éveiller le faune endormi au fond de nos cellules, se laisser guider par la saine intelligence des sens. De Patrick Drevet / Le Sourire
  • Les dieux ont définitivement fermé les portes de l’Olympe, et ils s’amusent sans nous. Ils se sont désintéressés de ces créatures qui se sont inventé un dieu unique à leur image, eux qui vivent parmi les faunes, les centaures, les sphinx et les hippogriffes… Nous avons cessé de les intéresser. Nous allons rester seuls avec cette autre image de nous-mêmes, ce Christ qui voulait tant d’amour, et qui mourut crucifié. Peut-être qu’Isis pleure en silence. De Bernard Domeyne / Arsinoé d’Afrique (2013)
  • La récolte du foin est un moment charnière pour la faune sauvage. Terres et Territoires, Avertir de son passage pour protéger la faune sauvage
  • Il y a plus de 30 ans, deux jeunes Pyrénéistes, Jean-Michel Pouyfourcat et Christian Rebelle, se croisaient lors de réunions naturalistes. L’occasion d’évoquer leurs passions communes : les sommets Pyrénéens, la photographie et la faune de montagne. La photographie animalière, encore appelée "chasse photographique", leur a permis de concilier ces trois passions. C’est le début de leur longue et amicale complicité. ladepeche.fr, Saint-Gaudens. "Faune des Pyrénées" de Jean-Louis Pouyfourcat - ladepeche.fr
  • La date est désormais actée. Lundi 20 juillet, le centre de soins de la faune sauvage situé à Tonneins, non loin du parc Ferron, rouvre ses portes. SudOuest.fr, Lot-et-Garonne : le centre de soins de la faune sauvage bientôt en action
  • Laissez-vous surprendre par la faune nocturne locale : chauves-souris, papillons de nuit, rapaces nocturnes... HERAULT direct, Vias - Laissez-vous surprendre par la faune nocturne locale ! 15 juillet à Vias : HERAULT direct
  • Le conflit Homme-faune est un problème central dans le travail de la Big Life Foundation, une organisation qui protège la faune sauvage sur 1,6 million d'acres du Kenya et de l'écosystème Amboseli-Tsavo-Kilimandjaro en Tanzanie. « Lorsque nous avons commencé « Big Life », il s'agissait essentiellement de lutter contre le braconnage, explique Brandt. Mais l'augmentation de la population et de l'expansion des terres agricoles ont accéléré ce conflit et un nombre beaucoup plus élevé d'éléphants ont été tués par des agriculteurs. » Le conflit Homme-faune n'est pas un problème d'éléphant ou un problème africain car du Canada à la Colombie, les gens et les animaux s'affrontent sur les ressources naturelles, l'eau, la nourriture et l'espace vital. Futura, Cri d'alarme pour la faune sauvage : le conflit Homme-animal
  • La faune sauvage ?? Il en reste ? Sapiens a tout exterminé, ou presque.Il est seul sur terre ! Entouré de son bétail et de sa volaille, du toutou à sa mémère, et des cafards et des rats qui vivent avec lui. Le Figaro.fr, Une étude inédite pour mesurer l’impact du confinement sur la faune sauvage

Images d'illustration du mot « faune »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « faune »

Langue Traduction
Anglais wildlife
Espagnol fauna silvestre
Italien natura
Allemand tierwelt
Chinois 野生动物
Arabe الحيوانات البرية
Portugais animais selvagens
Russe живая природа
Japonais 野生動物
Basque fauna
Corse animali salvatichi
Source : Google Translate API

Synonymes de « faune »

Source : synonymes de faune sur lebonsynonyme.fr

Faune

Retour au sommaire ➦

Partager