La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « eunuque »

Eunuque

Variantes Singulier Pluriel
Masculin eunuque eunuques

Définitions de « eunuque »

Trésor de la Langue Française informatisé

EUNUQUE, subst. masc.

A.− Homme privé de la faculté de se reproduire par suite de castration. Une voix d'eunuque; devenir, faire, rendre eunuque. Jamais menton d'eunuque ne fut plus glabre (Gautier, Fracasse,1863, p. 12).Asservies à l'amour brutal, elles se sont privées de toute volupté, et elles approchent par là des hommes qui se sont faits eunuques en vue du royaume de Dieu (France, Lys rouge,1894, p. 205).Parmi les eunuques, il n'y a jamais eu de grands philosophes, de grands savants, ou même de grands criminels (Carrel, L'Homme,1935, p. 103):
1. Ce brave organe génital est le fond des tendresses humaines; ce n'est pas la tendresse, mais c'en est le substratum comme diraient les philosophes. Jamais aucune femme n'a aimé un eunuque... Flaubert, Corresp.,1852, p. 24.
Spéc. [En Orient] Homme châtré employé comme serviteur et chargé en particulier de la garde des femmes dans les harems. Un eunuque noir; le chef des eunuques. La loi de Soliman (...) jeta l'empire en proie aux intrigues des eunuques et aux révoltes des janissaires (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 370).Les eunuques silencieux Versent les liqueurs parfumées Dans les fines coupes gemmées (Moréas, Cantil.,1886, p. 178):
2. L'impuissance, la féminisation et l'obésité des eunuques contribuaient à en faire les gardiens, à la fois efficaces et inoffensifs, des gynécées et des harems. Bariéty, Coury, Hist. méd.,1963, p. 757.
P. métaph. :
3. Bon Dieu! que d'amateurs ayant des collections, véritables sérails dans lesquels ils sont eunuques, sans le sentiment de l'art, n'entrant dans le sens, ni dans le secret de tout ce qu'ils ont, entourés de choses qui prouvent qu'ils ne peuvent rien y comprendre... Goncourt, Journal,1858, p. 434.
P. ext. Homme impuissant ou déficient du point de vue sexuel. Cette volatilisation de l'instinct ne comporte que deux issues, toutes deux aberrantes : ou bien elle est effective, et produit des eunuques; ou bien la sensualité (...), loin d'avoir désarmé, s'abrite dans les recoins (Mounier, Traité caract.,1946, p. 151).
B.− Au fig., péj. Homme dépourvu des qualités traditionnellement (et souvent abusivement) attribuées au sexe masculin (énergie physique et morale, honnêteté, puissance créatrice). Ils feront leur métier ces eunuques du feuilleton [les journalistes] (Balzac, Corresp.,1839, p. 560).Ne te fais pas d'illusion, n'espère pas éviter la destinée. Sois eunuque et engraisse, ou sois homme et lutte; il n'y a pas de milieu (Sand, Mllede la Quintinie,1863, p. 70):
4. Il expliquait dès 1941 l'énorme différence de tonus moral entre les gars des kommandos et les bourgeois des camps, et comment, tandis que les seconds, devenus eunuques, s'enfonçaient dans le mensonge et la servitude, les premiers reprenaient conscience de leur dignité d'hommes et de Français. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 191.
Emploi adj. :
5. Voilà Parny. Le puritas impuritatis de Juste Lipse, est fait pour lui. Il a le cœur et l'âme eunuques. Son impuissance sans doute a quelque grâce; mais il ne se montre insinuant que parce qu'il est énervé. Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 215.
[Appliqué à une chose] Les faits les plus énormes (...), retranchés de l'orbite, excommuniés de tout ensemble, acéphales et eunuques (Bloy, Désesp.,1886, p. 135).
Rem. On rencontre ds la docum. le néol. eunuchat, subst. masc. État de celui qui est eunuque. Le vétuste Pontmartin, rossignol de catacombes, dont l'eunuchat réfrigère opportunément les préhistoriques ardeurs (Id., ibid., p. 193).
Prononc. et Orth. : [ønyk]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1274 eunuche (Chron. de St Denis, ms. Ste Geneviève [782 du xiiies.], fo31dds Gdf. Compl.); 2. 1794 fig. « homme mou, sans énergie » (Chénier, Odes, p. 254). Empr. au lat. eunuchus, lui-même du gr. ε υ ̓ ν ο υ ̃ χ ο ς de même sens. Fréq. abs. littér. : 205. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 328, b) 500; xxes. : a) 388, b) 89. Bbg. Pohl (J.). Contribution à l'hist. de qq. mots. Fr. mod. 1963, t. 31, p. 298 (s.v. eunuqué).Quem. DDL t. 9.

Wiktionnaire

Nom commun - français

eunuque \ø.nyk\ masculin

  1. Individu à qui l’on a enlevé les organes génitaux.
    • Taisez-vous Taxis, taisez-vous ! vous êtes hideux et impolitique. Algébriste, vous avez l’esprit faux ; protestant, vous l’avez étroit ; eunuque, vous l’avez envieux. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (En particulier) Gardien des harems dans les pays d’Orient et en Chine.
    • Le Sultan n’a emmené en campagne qu’une trentaine de femmes de son harem. […]. Une garde d’eunuques à cheval et armés jusqu’aux dents les encadre, annonçant leur arrivée à grands cris : […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 117)
    • Beaucoup plus connue est la généralisation de la castration dans le monde arabe, par l’intermédiaire des eunuques de harem, ces « gardiens du lit » au sens littéral du mot, à qui revenait la responsabilité de la chasteté des femmes du sultan. — (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, page 15)
  3. (Traduction de textes anciens) Personne (principalement homme) qui n’a pas d’attirance sexuelle pour le sexe opposé ; qui ne souhaite pas se marier ou procréer ; homosexuel (strict) ; par analogie, personne chaste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EUNUQUE. n. m.
Celui à qui on a enlevé les organes génitaux. Il se disait spécialement de Ceux qui, dans les pays d'Orient, étaient chargés de la garde des harems.

Littré (1872-1877)

EUNUQUE (eu-nu-k') s. m.
  • 1Anciennement, chez les souverains de l'Asie et de l'Égypte, homme employé à la garde de la chambre des princes, sans pour cela qu'il fût châtré. Le roi fit venir un de ses eunuques, Sacy, Bibl. Paralip. II, XVIII, 8. Dieu fit en même temps que Daniel se concilia les bonnes grâces et la bienveillance du chef des eunuques, Sacy, ib. Daniel, I, 9. Par toute l'Écriture le nom d'eunuque se prend souvent pour un valet de chambre, ou en général pour tout officier servant auprès de la personne d'un prince sans marquer aucun défaut personnel, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXV, 2e part.
  • 2Homme châtré employé à la garde des femmes, particulièrement dans l'Orient. On voit, dans l'histoire de la Chine, un grand nombre de lois pour ôter aux eunuques tous les emplois civils et militaires ; mais ils reviennent toujours ; il semble que les eunuques en Orient soient un mal nécessaire, Montesquieu, Espr. XV, 19. L'eunuque Narsès fut encore donné à ce règne pour le rendre illustre, Montesquieu, Rom. ch. 20. Jamais passion n'a été plus forte et plus vive que celle de Cosrou, eunuque blanc, pour mon esclave Zélide, Montesquieu, Lett. pers. 53.
  • 3Tout individu humain qui a été châtré. On crève les yeux au jeune roi son fils [de Tancrède], et on le fait eunuque, Voltaire, Mœurs, 49.
  • 4 Fig. Homme impuissant à agir, à produire. Cet homme est sans imagination ; c'est un eunuque. Seule [Charlotte Corday] tu fus un homme et vengeas les humains ; Et nous, eunuques vils, troupeau lâche et sans âme, Nous savons répéter quelques plaintes de femme, Mais le fer pèserait à nos débiles mains, Chénier, Ode IX. Même à ces majestés caduques Il faudrait des peuples d'eunuques, Béranger, Ste-All.
  • 5Espèce de flûte qui n'a que trois trous, dans laquelle on chante et qui donne une sorte d'agrément à la voix ; dite autrement jombarde.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « eunuque »

(Date à préciser) Emprunté au latin eunuchus, lui-même emprunté au grec ancien εὐνοῦχος, eunoûkhos (« gardien du lit ») dérivé de εὐνή eunế (« lit ») et du verbe ἔχειν, ékhein (« garder »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Εὐνοῦχος, de εὐνὴ, lit, et ἔχειν, garder, avoir (voy. HECTIQUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « eunuque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
eunuque ønyk

Fréquence d'apparition du mot « eunuque » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « eunuque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « eunuque »

  • Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques un harem.
    Victor Hugo — Fragments
  • L'insensé se fait eunuque pour convaincre sa femme d'adultère, au cas où elle deviendrait enceinte.
    Proverbe turc
  • Wow ! Se vanter d’être eunuque, on ne l’avait pas souvent faite, celle-là.
    AgoraVox — La testostérone rend-elle con ? - AgoraVox le média citoyen
  • Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem.
    Victor Hugo — Fragments
  • Que mes descendants n’autorisent pas d’oeuvres choisies. Tout choix dans un esprit est un amoindrissement. L’eunuque est un homme dans lequel on a choisi.
    Victor Hugo — Choses vues
  • C’est à Al Minya, en Haute-Egypte, que naît Huda Sharawi. Fille du président de la Chambre des députés et d’une esclave circassienne, la jeune Huda passera sa jeunesse dans un harem sous la surveillance d’un eunuque. Si on lui interdit de recevoir des cours d’arabe, car elle n’est pas destinée à occuper un poste important dans la société, elle doit toutefois apprendre le coran par cœur et sait aussi parler français.
    Le360.ma — Google rend hommage à Huda Sharawi, pionnière du mouvement féministe arabe | www.le360.ma
  • Cela peut surprendre, mais une étude menée sur les eunuques coréens entre les XVIe et XIXe siècle a bel et bien établi un lien entre castration et longévité. Grâce au Yang-Se-Gye-Bo (sorte d'arbre généalogique des eunuques de la cour impériale), des chercheurs coréens ont calculé qu'avec une espérance de vie moyenne de 70 ans, les 81 hommes privés de leurs testicules vivaient quatorze à dix-neuf années de plus que les hommes non castrés du même rang social.
    Science-et-vie.com — D'où vient la longévité des eunuques et des castrats ? - Science & Vie
  • Bas-relief du sarcophage de la princesse Kaouit (11e dynastie), où un eunuque verse une boisson à sa maîtresse alors qu'une servante arrange ses cheveux.
    Sciences et Avenir — Deux sépultures d’eunuques en Egypte - Sciences et Avenir
  • Les critiques sont comme les eunuques : ils savent mais ne peuvent pas.
    Sacha Guitry
  • Avec des hommes on fait des eunuques, mais avec des eunuques on ne fait pas des hommes.
    Arcésilas
Voir toutes les citations du mot « eunuque » →

Traductions du mot « eunuque »

Langue Traduction
Anglais eunuch
Espagnol eunuco
Italien eunuco
Allemand eunuch
Chinois 宦官
Arabe الخصي
Portugais eunuco
Russe евнух
Japonais 宦官
Basque irenak
Corse eunucciu
Source : Google Translate API

Synonymes de « eunuque »

Source : synonymes de eunuque sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot eunuque au Scrabble ?

Nombre de points du mot eunuque au scrabble : 16 points

Eunuque

Retour au sommaire ➦