Escrimer : définition de escrimer


Escrimer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ESCRIMER, verbe intrans.

Faire de l'escrime.
A.− Vx. Ces deux hommes escriment tous les jours l'un contre l'autre (Ac.1835-1932).
B.− Emploi pronom. C'étaient des bretteurs qui s'escrimaient sur le terre-plein au pied de la statue, comme en l'endroit le plus libre et le plus dégagé. Ils criaient : Tue! Tue! (Gautier, Fracasse,1863, p. 297).
[Avec compl. de moyen introduit par de] Tout à l'heure, il s'escrimait avec Pierre, de l'épée à deux mains (Mérimée, Jacquerie,1828, p. 29).La décision sera obtenue par une véritable mêlée où on s'escrimera du sabre et de la lance (Proust, Guermantes 1,1920, p. 116).
P. anal. Se servir d'un objet long et mince comme on le ferait d'une épée. L'irascible portière (...) se mit à s'escrimer avec son manche à balai (Jouy, Hermite,t. 3, 1813, p. 286).
Au fig.
Se battre, lutter avec une certaine vivacité. Je sentais que le vieux ne pouvait manquer de s'escrimer contre son ennemi détesté (Duhamel, Maîtres,1937, p. 234).
S'appliquer à faire quelque chose, faire de grands efforts pour y parvenir, peiner. C'est un fameux galimatias, sur lequel se sont escrimés tous les critiques de textes beethoveniens (Rolland, Beethoven,t. 1, 1937, p. 217).Lui aussi me dit, comme on s'escrimait à monter une côte : « Y a de l'avenir dans l'armée » (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 383).
Prononc. et Orth. : [εskʀime]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1534 au fig. s'escrymer « s'acharner, faire de grands efforts » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V.-L. Saulnier, chap. 21, p. 152); 1540 escrimer « faire de l'escrime » (N. Herberay des Essars, Le premier livre de Amadis de Gaule, p. 718 ds IGLF). Dér. de escrime*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 50.

Escrimer : définition du Wiktionnaire

Verbe

escrimer \es.kʁi.me\ intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’escrimer)

  1. (Vieilli) Faire de l’escrime.
    • Ces deux hommes escriment tous les jours l’un contre l’autre.
  2. (Pronominal) (Vieilli) Faire de l’escrime.
    • La rigueur du temps nous avait chassés de la salle d’armes et nous nous escrimions au milieu du café avec les queues de billard, en buvant un punch. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 89)
  3. (Figuré) (Familier) (Vieilli) Disputer l’un contre l’autre sur quelque matière d’érudition, de science.
    • Ils sont tous deux fort savants, il y a plaisir à les voir escrimer l’un contre l’autre.
  4. (Pronominal) (Figuré) S’appliquer ; se donner du mal.
    • Coconnas, qui n’avait point encore achevé d’enfoncer la porte de Mercandon, quoiqu’il s’escrimât de tout son cœur, fut pris dans ce brusque refoulement. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IX)
    • S’escrimer des pieds et des mains pour grimper en quelque endroit.
    • À droite, l’homme-orchestre Didier Simione, qui s’escrime sur des instruments électroniques dont il tire une musique exotico-planante. — (Jean-Luc Porquet, Le Théâtre : Marco Polo et l’hirondelle du Khan, Le Canard Enchaîné, 18 octobre 2017, page 7)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Escrimer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESCRIMER. v. intr.
Faire de l'escrime. Ces deux hommes escriment tous les jours l'un contre l'autre. Il signifie, figurément et familièrement, Disputer l'un contre l'autre sur quelque matière d'érudition, de science. Ils sont tous deux fort savants, il y a plaisir à les voir escrimer l'un contre l'autre. Dans ces deux sens il vieillit. Fig., S'escrimer à faire quelque chose, S'appliquer, peiner à le faire. Il s'escrime du matin au soir à faire des vers. S'escrimer des pieds et des mains pour grimper en quelque endroit.

Escrimer : définition du Littré (1872-1877)

ESCRIMER (è-skri-mé) v. n.
  • 1S'exercer à faire des armes.

    Faire le coup d'épée. Avoir escrimé dans quelques combats particuliers n'est point du tout une preuve sûre qu'on a véritablement de la valeur, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. III, p. 220, dans POUGENS.

  • 2 Par extension et familièrement. Agiter, mouvoir comme on fait avec un fleuret. Puis escrima de l'encensoir, Scarron, Virg. v.
  • 3Faire tous ses efforts. Mais si bien il escrimera Que de tout à bout il viendra, Scarron, Virg. 1.
  • 4 Familièrement. Disputer contre quelqu'un sur une matière d'érudition, de science, etc. Il y a plaisir à voir deux savants escrimer l'un contre l'autre.
  • 5S'escrimer, v. réfl. Terme familier. Se battre. Il s'escrimait de sa canne et parait les coups de balai. L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes, La Fontaine, Fabl. XII, 2.

    Fig. S'escrimer des pieds et des mains, faire les plus grands efforts. Car chacun s'escrimait et des pieds et des mains, Régnier, Sat. X.

    Se disputer. Laissons-les donc entre eux s'escrimer en repos, Boileau, Art p. III.

  • 6S'exercer, s'appliquer à. S'il s'est heureusement escrimé du pinceau, Scarron, Jodelet ou Le maître valet, I, 1. Tel que vous me voyez, je m'en escrime [de poésie] un peu, Molière, Préc. 10.

    Populairement. S'escrimer des mâchoires ou de la mâchoire, s'escrimer des dents, bien manger.

HISTORIQUE

XIIe s. Et escremissent cil bacheler legier, Lancent et gitent por lor cor essaier, Ronc. p. 6.

XVe s. …Il, qui estoit tout nu et depourvu, et ne portoit fors un coutel, espoir [à peu près] de deux pieds de long, trait le coutel et commence à estremir, Froissart, III, IV, 28.

XVIe s. Nous ne serons jamais bons amis que nous n'ayons un peu escrimé ensemble, Lanoue, 564. Le regiment de M. d'Yvoy s'escrima encor mieux [au pillage] que les deux autres, Lanoue, 575. Je luy appris à tourner les talons en dedans, à escrimer des deux bras [les balancer], à s'amonceler le ventre, D'Aubigné, Conf. II, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ESCRIMER. Ajoutez :
7S'escrimer d'un mot, en user à tort et à travers. Or pour maintenant ne se dit point ; ce mot est la cheville ordinaire des vieux poëtes français ; surtout du Bellay s'en est fort escrimé, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « escrimer »

Étymologie de escrimer - Littré

Provenç. escrimir, escremir ; catal. esgrimar ; espagn. et portug. esgrimir ; ital. schermire ; du germanique : anc. haut allem. skirm, skerm, bouclier, défense. Comp. ESCARMOUCHE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de escrimer - Wiktionnaire

De escrime.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « escrimer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
escrimer ɛskrɛ̃e play_arrow

Conjugaison du verbe « escrimer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe escrimer

Évolution historique de l’usage du mot « escrimer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « escrimer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « escrimer »

Langue Traduction
Corse esgrima
Basque hesiak
Japonais フェンシング
Russe ограждение
Portugais esgrima
Arabe سياج
Chinois 击剑
Allemand fechten
Italien scherma
Espagnol esgrima
Anglais fencing
Source : Google Translate API

Synonymes de « escrimer »

Source : synonymes de escrimer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires