La langue française

Émir

Sommaire

  • Définitions du mot émir
  • Étymologie de « émir »
  • Phonétique de « émir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « émir »
  • Citations contenant le mot « émir »
  • Images d'illustration du mot « émir »
  • Traductions du mot « émir »

Définitions du mot émir

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉMIR, subst. masc.

Titre porté autrefois et actuellement par des personnages importants du monde musulman, turc et arabe.
Descendant de Mahomet et particulièrement chef du monde musulman au début de l'hégire. Les émirs descendent de Mahomet par les femmes (Ac.1798-1878).
Officier; chef d'une tribu, d'un territoire. Un messager de l'émir des Arabes de Balbek (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 178).Antioche (...) appartenait à l'émir turc Yâghi Siyân, qui était vassal du roi seldjoukide d'Alep, Ridwân (Grousset, Croisades,1939, p. 31).
Émir des pèlerins. Personnage commandant les caravanes de pèlerins se rendant à La Mecque. Sous les pas du cheval de l'émir des pèlerins (Nerval, Corresp.,1830-55, p. 130).
Prononc. et Orth. : [emi:ʀ]. Ds Ac. 1762-1932. Ds la docum. on rencontre la graph. émyr (cf. Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 341; Leconte de Lisle, Poèmes trag., 1886, p. 3). Étymol. et Hist. 1. xiiies. « chef de province ou de tribu » (G. de Tyr, Roman d'Eracle, éd. P. Paris, t. 2, p. 63 : mès leur chevetaines, que il claiment Emir en leur langage); 2. 1575 « titre des descendants de Mahomet » (Thevet, Cosmogr. I, 14 ds Hug.). Empr. à l'ar.'amīr, « chef, commandant; prince, émir » dér. de 'amara, « ordonner, commander » (FEW t. 19, pp. 4-6; Lok. no69). Fréq. abs. littér. : 333. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 862, b) 158; xxes. : a) 240, b) 450.
DÉR.
Émirat, subst. masc.Dignité, fonction d'émir; territoire gouverné par un émir. À la mort de son père, l'émirat était revenu à son frère aîné (Tharaud, Les Mille et un jours de l'Islam,II, 1938, p. 15).Sur les terres de l'émirat arabe de Tripoli (Grousset, Croisades,1939, p. 74). [emiʀa]. 1reattest. 1938 (Tharaud, loc. cit.); de émir, suff. -at*. Fréq. abs. littér. : 3.
BBG. − Richard (J.). B. de l'Éc. des Chartes 1960, t. 118, pp. 325-327.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉMIR, subst. masc.

Titre porté autrefois et actuellement par des personnages importants du monde musulman, turc et arabe.
Descendant de Mahomet et particulièrement chef du monde musulman au début de l'hégire. Les émirs descendent de Mahomet par les femmes (Ac.1798-1878).
Officier; chef d'une tribu, d'un territoire. Un messager de l'émir des Arabes de Balbek (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 178).Antioche (...) appartenait à l'émir turc Yâghi Siyân, qui était vassal du roi seldjoukide d'Alep, Ridwân (Grousset, Croisades,1939, p. 31).
Émir des pèlerins. Personnage commandant les caravanes de pèlerins se rendant à La Mecque. Sous les pas du cheval de l'émir des pèlerins (Nerval, Corresp.,1830-55, p. 130).
Prononc. et Orth. : [emi:ʀ]. Ds Ac. 1762-1932. Ds la docum. on rencontre la graph. émyr (cf. Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 341; Leconte de Lisle, Poèmes trag., 1886, p. 3). Étymol. et Hist. 1. xiiies. « chef de province ou de tribu » (G. de Tyr, Roman d'Eracle, éd. P. Paris, t. 2, p. 63 : mès leur chevetaines, que il claiment Emir en leur langage); 2. 1575 « titre des descendants de Mahomet » (Thevet, Cosmogr. I, 14 ds Hug.). Empr. à l'ar.'amīr, « chef, commandant; prince, émir » dér. de 'amara, « ordonner, commander » (FEW t. 19, pp. 4-6; Lok. no69). Fréq. abs. littér. : 333. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 862, b) 158; xxes. : a) 240, b) 450.
DÉR.
Émirat, subst. masc.Dignité, fonction d'émir; territoire gouverné par un émir. À la mort de son père, l'émirat était revenu à son frère aîné (Tharaud, Les Mille et un jours de l'Islam,II, 1938, p. 15).Sur les terres de l'émirat arabe de Tripoli (Grousset, Croisades,1939, p. 74). [emiʀa]. 1reattest. 1938 (Tharaud, loc. cit.); de émir, suff. -at*. Fréq. abs. littér. : 3.
BBG. − Richard (J.). B. de l'Éc. des Chartes 1960, t. 118, pp. 325-327.

Wiktionnaire

Nom commun

émir \e.miʁ\ masculin

  1. Chef d’une tribu ou d’un territoire dans les pays musulmans.
    • À Dubaï, les émirs rivalisent en construisant des édifices plus prestigieux les uns que les autres.
  2. (Noblesse) Titre de dignité que les musulmans donnent à ceux qui descendent de Mahomet par les femmes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉMIR. n. m.
Titre de dignité que les mahométans donnent à ceux qui descendent de Mahomet par les femmes. Il se dit aussi, chez les Arabes, du Chef d'une province ou d'une grande tribu. L'émir Abd-el-Kader.

Littré (1872-1877)

ÉMIR (é-mir) s. m.
  • Chez les Arabes, gouverneur d'une province ou d'une tribu considérable.

    Titre que portent les princes descendants de Mahomet par les femmes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « émir »

Arabe, emir, commandant. Ce titre se trouve dans les vieux textes sous les noms d'amiret, d'amirant (voy. AMIRAL).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’arabe أمير, ʾāmyr (« celui qui donne les ordres »). ʾĀmyr est lui-même dérivé du verbe arabe amar qui signifie « commander ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « émir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
émir emir

Évolution historique de l’usage du mot « émir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « émir »

  • Le journal britannique Mirror rapporte mi-juin que le Sheikh Khalifa bin Zayed al-Nahyan, émir d’Abu Dhabi, a rempli les réservoirs de son manoir anglais d’eau minérale d’Evian. Le Messager, De l’eau minérale d’Evian coule au robinet de l’émir d’Abu Dhabi - Le Messager
  • « On ne choisit pas sa famille » (4/5). Dans la famille Al Thani, je demande… le cousin dissident. En exil depuis 2017, Sultan Ben Suhaim Al Thani ne cesse de clamer que le Qatar est manipulé par la Turquie et l’Iran, et exige la démission de l’émir, Tamim Ben Hamad Al Thani. JeuneAfrique.com, Au Qatar, l’embarrassant cousin de l’émir Al Thani – Jeune Afrique
  • En privé, pourtant, les experts de la péninsule, les chroniqueurs royaux et les journalistes occidentaux n’ont pas manqué de relater chaque rebondissement depuis le départ de Haya. Si sa fuite a un rapport avec celle, ratée, de Latifa, la fille du cheikh Mohammed, se pourrait-il que l’émir privilégie la raison d’État aux dépens de ses héritiers, comme c’est si souvent le cas ? Il doit en effet gouverner son pays et empêcher sa progéniture de l’embar­ras­ser, quitte à se montrer inflexible et brutal. On se demande aussi pour quelles raisons Mohammed aurait laissé Haya s’enfuir alors qu’il a fait déployer 35 000 camé­ras dans les rues de Dubaï (25 fois plus qu’à Paris) pour sur­veiller ses sujets. S’il avait soupçonné que son mariage battait de l’aile, n’aurait-il pas chargé l’un de ses ministres d’espionner la princesse et révoqué ses accès à leurs (multiples) jets privés ? Les journaux britanniques ont aussi fait leurs choux gras d’une possible liaison de la princesse avec un garde du corps. Dans un poème intitulé Tu as vécu et tu es morte adressé à une femme anonyme et publié sur Instagram le jour de la disparition de Haya, l’émir écrit : « Ô, toi qui as trahi la plus précieuse des confiances, ton jeu est révélé. Tes mensonges sont finis ; peu importe ce que nous étions, peu importe ce que tu es », ajoutant plus loin : « Tu as lâché la bride de ton cheval. » Vanity Fair, Enquête : Fuite rocambolesque, enlèvement, divorce... Scandales en série chez l'émir de Dubaïaï
  • L’exercice est rare. Une semaine après l’élimination d’Abdelmalek Droukdel, l’émir d’al-Qaida au Maghreb islamique, l’armée a raconté comment les forces spéciales de la task force Sabre ont «neutralisé» l’une des figures du terrorisme djihadiste au Sahel. «Droukdel était un vétéran du djihad ; il était le troisième adjoint de l’émir d’al-Qaida ; depuis 2012 il avait développé une stratégie d’extension régionale d’Aqmi au Sahel ; il était à l’origine de la création du RVIM (Rassemblement pour la victoire de l’islam et des musulmans), dont il a confié la direction à Iyad Ag Ghali», a souligné jeudi une source proche des opérations lors d’un débriefing avec la presse avant de lever un coin du voile. Le Figaro.fr, Comment l’armée française a réussi à éliminer l’émir d’al-Qaida au Maghreb islamique
  • Le djihadiste français Tyler Vilus, devenu "émir" de l’organisation terroriste Daesh, sera jugé devant la cour d’Assises de Paris à partir de jeudi, pour des crimes commis en Syrie, entre 2013 et 2015 SudOuest.fr, Terrorisme : Tyler Vilus, un émir français de Daesh jugé aux Assises à partir de jeudi
  • Un geste qui pourrait être perçu par certains comme une provocation. En effet, l’émir Abdelkader El-Djezairi fut l’un des grands artisans du combat contre la présence française en Algérie, au milieu du 19e siècle. Au contraire, le maréchal Robert Bugeaud, héros des guerres napoléoniennes, a été l’un des acteurs majeurs de l’Algérie française, dont il fut gouverneur. En 1836, il a d’ailleurs reçu l’ordre d’écraser la révolte d’Abdelkader, et signera avec lui le traité de Tafna, le 30 mai 1837, par lequel l’émir reconnaît aux Français la possession de plusieurs enclaves sur la côte algérienne. En dehors de Paris, le maréchal Bugeaud est honoré aux quatre coins de la France : une rue porte son nom à Lyon et à Marseille et une statue est érigée à son effigie sur la place centrale de la ville de Périgueux. L’émir Abdelkader a, lui aussi, l’honneur d’une place qui porte son nom dans le quartier du Jardin-des-Plantes du 5e arrondissement de Paris.  Valeurs actuelles, Guerre d’Algérie : l’Elysée n'envisage pas d'ériger une statue de l’émir Abdelkader à Paris | Valeurs actuelles

Images d'illustration du mot « émir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « émir »

Langue Traduction
Anglais emir
Espagnol emir
Italien emiro
Allemand emir
Chinois 埃米尔
Arabe أمير
Portugais emir
Russe эмир
Japonais エミール
Basque emir
Corse emiri
Source : Google Translate API
Partager