La langue française

Dilemme

Sommaire

  • Définitions du mot dilemme
  • Étymologie de « dilemme »
  • Phonétique de « dilemme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dilemme »
  • Citations contenant le mot « dilemme »
  • Traductions du mot « dilemme »
  • Synonymes de « dilemme »

Définitions du mot « dilemme »

Trésor de la Langue Française informatisé

DILEMME, subst. masc.

A.− LOG. Raisonnement dans lequel deux prémisses contraires, dont l'une est fausse si l'autre est juste, conduisent toutes deux à une même solution. Construire, poser, refuser un dilemme; s'enfermer dans un dilemme. Je sens bien que mon dilemme ne vous convaincra pas et qu'un dilemme n'empêche pas le cœur de saigner (Chateaubr., Corresp.,t. 2, 1789-1824, p. 3).Cependant, la solution du problème qui m'est soumis peut affecter la forme du dilemme (Verne, Vingt mille lieues,t. 1, 1870, p. 17).
B.− P. ext. usuel. Nécessité dans laquelle se trouve une personne de devoir choisir entre les deux termes contradictoires et également insatisfaisants d'une alternative. Abominable, angoissant, cruel dilemme (à résoudre). Je m'agite dans ce dilemme : être moral; être sincère (Gide, Journal,1892, p. 29).Pour elle, en ces heures-là, aucun autre dilemme qu'être ou ne pas être (Mauriac, Cah. noir,1943, p. 370).
Rem. On rencontre ds la docum. a) La forme dilemme chez différents aut. On a fait ce dilemme : violation de la propriété, ou prime à la délation (Proudhon, Révol. soc., 1852, p. 297). b) Dilemnatique, adj., rare. Qui ressortit au dilemme. À quarante ans, la femme (...) éprouve un effroi solennel (...) Voici le sens dilemnatique de cette crise (Balzac, Pts bourg., 1850, p. 67).
Prononc. et Orth. : [dilεm]. Enq. : /dilem/. Ds Ac. 1694-1932. Var. dilemne par dissimilation des 2 m dans des aut. comme Sand, Compagn. Tour de Fr., 1840, p. 76; Proudhon, Les Confessions d'un révolutionnaire, 1849, p. 331; Balzac, Œuvres div., t. 2, 1830-35, p. 128; Hugo, Pitié supr., 1879, p. 167; J. Vuillemin, Être et travail, 1949, p. 1; Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 104, 322, 393. Noter que ces aut. ont écrit mm ailleurs (cf. Balzac, Lettres Étr., t. 3, 1850, p. 35; Hugo, op. cit., p. 167; J. Vuillemin, op. cit., p. 78, 211). Étymol. et Hist. 1555 le dilemme de Menon (La Ramée, Dial., II, 3 ds Gdf. Compl.); 1662 dilemme (B. Pascal, Pensées, p. 549). Empr. au b. lat.dilemma, terme de log., gr. δ ι λ η μ μ α. Fréq. abs. littér. : 199. Bbg. Honoré (M.). Qu'est-ce qu'un dilemme? Vie Lang. 1957, pp. 253-254. − Spence (N.C.W.). Fr. St. 1972, t. 26, p. 495.

Wiktionnaire

Nom commun

dilemme \di.lɛm\ masculin

  1. Sorte d’argument qui contient deux ou plusieurs propositions différentes ou contraires, dont on laisse le choix à l’adversaire, pour le convaincre également, quelle que soit celle qu’il adopte.
    • Poser un dilemme.
    • Dilemme sans réplique.
  2. (Par extension) Choix difficile ou cornélien.
    • Je suis devant un dilemme : faire ou ne rien faire ? — (Georges-Marc Benamou, Comédie française: Choses vues au cœur du pouvoir, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DILEMME. (On prononce Dilème.) n. m.
Sorte d'argument qui contient deux ou plusieurs propositions différentes ou contraires, dont on laisse le choix à l'adversaire, pour le convaincre également, quelle que soit celle qu'il adopte. Poser un dilemme. Dilemme sans réplique. Dilemme pressant. Il fut enfermé dans un dilemme dont il ne put pas se tirer.

Littré (1872-1877)

DILEMME (di-lè-m') s. m.
  • Terme de logique. Argument présentant deux propositions contraires et conditionnelles dont on laisse l'alternative à l'adversaire, certain que l'une comme l'autre le convaincra. Poser un dilemme. Il fut enfermé dans un dilemme dont il ne put se tirer. On peut définir un dilemme, un raisonnement composé où, après avoir divisé un tout en ses parties, on conclut affirmativement ou négativement du tout ce qu'on a conclu de chaque partie, Port-Royal, Logique, III, 16. Par exemple, ayant à prouver qu'on ne saurait être heureux en ce monde, on peut le faire par ce dilemme : " On ne peut vivre en ce monde qu'en s'abandonnant à ses passions ou en les combattant, etc. " ib. Un philosophe qui a autant d'esprit que Sénèque, ne s'expose point à un pareil dilemme, surtout quand il sollicite une grâce, Diderot, Règne de Claude et Nér. II, § 91.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DILEMME, s. m. (Logique.) Le dilemme est un argument composé de deux ou de plusieurs propositions, arrangées de façon, qu’en accordant telle de ces propositions que vous voudrez, la conclusion sera toûjours contre vous.

Un dilemme est un argument composé de deux parties, ou faces contraires, l’une & l’autre desquelles portent contre l’adversaire. C’est pour cette raison qu’on l’appelle argument cornu ; ces deux parties étant disposées de façon, que si on élude l’une, on ne peut éviter l’autre.

On l’appelle aussi crocodilus, parce que de même que le crocodile conduit dans le Nil tous ceux qu’il suit, & court après ceux qui s’enfuyent pour les dévorer ; de même, quelque parti que prenne un adversaire, soit qu’il accorde ou qu’il nie, cette espece de sylogisme tourne toûjours à son desavantage.

Cicéron, pour prouver qu’il faut supporter toutes les peines avec patience se sert de ce dilemme : Omnis dolor aut est vehemens aut levis ; si levis, facilè feretur ; si vehemens, certè brevis futurus est. Le même auteur prouve par un autre dilemme qu’il ne faut point envoyer des députés à Antoine : legatos decernitis ; si ut deprecentur, contemnet ; si ut imperetis, non audiet.

Il ne faut point passer sous silence ce beau dilemme dont se sert Tertullien pour détromper les payens, & pour faire des reproches à Trajan, qui avoit défendu de faire la recherche des chrétiens, & avoit cependant ordonné qu’on les punît lorsqu’on les auroit arrêtés. O sententiam necessitate confusam ! negat inquirendos, ut innocentes ; & mandat puniendos, ut nocentes : parcit & sævit, dissimulat & animadvertit. Quid temetipsum censurâ circumvenis ! si damnas, cur non & inquiris ? si non inquiris, cur non & absolvis ?

Pour qu’un dilemme soit exact, deux choses sont nécessaires : 1°. une parfaite énumération des parties. Ainsi ce fameux dilemme par lequel Aristippe vouloit dissuader du mariage, n’est pas exact, parce qu’il y a un défaut dans l’énumération, y ayant un milieu entre la beauté & la laideur. Si vous vous mariez, votre femme sera belle ou laide ; si vous la prenez belle, elle vous causera de la jalousie : si vous la prenez laide, elle vous donnera du dégoût. 2°. Que le dilemme ne soit que contre l’adversaire seul, & que celui qui le fait ne soit point exposé à le voir retorquer contre lui. Tel est ce fameux dilemme, par lequel un ancien philosophe prouvoit qu’on ne devoit point se mêler des affaires de la république. Si en vous chargeant du gouvernement de l’état, vous vous en acquitez bien, vous offenserez les hommes : si vous vous en acquittez mal, vous offenserez Dieu : donc vous ne devez pas vous charger du gouvernement de l’état. L’argument rétorqué est : Si vous vous en acquittez bien, vous plairez à Dieu : si vous vous en acquittez mal, vous plairez aux hommes : donc, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dilemme »

Du grec ancien δίλημμα, dilemma, composé de δι-, di- (« double ») et λῆμμα, lêmma (« proposition »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Δίλημμα, de δὶς, deux, et λῆμμα, argument : argument à deux fins (voy. LEMME).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dilemme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dilemme dilɛm

Évolution historique de l’usage du mot « dilemme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dilemme »

  • Un dilemme, c'est une proposition philosophique dont l'énoncé fait jouir les belles consciences et l'application périr les démocraties. De Jacques Faizant / Le Point - 12 Octobre 1981
  • L'écriture : cet éternel dilemme entre la vie et la mort, cette ambiguïté qui rejoint les gens dans leur instabilité la plus secrète. De Plume Latraverse / Contes Gouttes ou le pays d'un reflet
  • Il faut donc choisir de deux choses l'une : ou souffrir pour se développer, ou ne pas se développer, pour ne pas souffrir. Voilà l'alternative de la vie, voilà le dilemme de la condition terrestre. De Théodore Jouffroy / Cours d'esthétique
  • Ce dilemme, perte ou salut, aucune fatalité ne le pose plus inexorablement que l'amour. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Cadre : Salarié à responsabilité limitée, enfermé dans un dilemme : la carrière ou les RTT. De Luc Fayard / Dictionnaire impertinent des branchés
  • L'homo sapiens postmoderne fait face à un dilemme de taille : être blasé ou s'étonner constamment. De Jean Dion / Le Devoir - 17 janvier 1999
  • L'épisode de ce vendredi 3 juillet risque de surprendre les fans. L'avocate, Lou Clément va se retrouver face à un dilemme de taille. MCE TV, Demain nous appartient: Lou est face à un dilemme !
  • Le dilemme c'est que l'homme n'aime pas tellement partager Et si nous étions tous riches, et bien on se jalouserait.

Traductions du mot « dilemme »

Langue Traduction
Anglais dilemma
Espagnol dilema
Italien dilemma
Allemand dilemma
Chinois 困境
Arabe معضلة
Portugais dilema
Russe дилемма
Japonais ジレンマ
Basque dilema
Corse dilema
Source : Google Translate API

Synonymes de « dilemme »

Source : synonymes de dilemme sur lebonsynonyme.fr
Partager