La langue française

Diapason

Sommaire

  • Définitions du mot diapason
  • Étymologie de « diapason »
  • Phonétique de « diapason »
  • Évolution historique de l’usage du mot « diapason »
  • Citations contenant le mot « diapason »
  • Images d'illustration du mot « diapason »
  • Traductions du mot « diapason »
  • Synonymes de « diapason »

Définitions du mot diapason

Trésor de la Langue Française informatisé

DIAPASON, subst. masc.

A.− [P. réf. à un système ou à un élément concr.]
1. [P. réf. à un système]
a) MUS. Échelle des sons que peut produire une voix ou un instrument déterminé, du son le plus grave au son le plus aigu. (Quasi-)synon. registre.Cet air sort du diapason de la voix (Ac.1798-1932).Francœur a intitulé « Diapason général des voix et des instruments » un tableau réunissant l'étendue comparée de chacun d'eux (Brenet, Dict. prat. et hist. mus.,1926, p. 115):
1. Si, dans cinquante ans d'ici, on remonte encore le diapason de trois autres quarts de ton, et que, d'après le conseil fort sage que donne le musicien dont je viens de citer l'avis, on écrive les parties vocales, entre les deux notes extrêmes qui forment le diapason forcé des chanteurs, n'y aura-t-il pas incohérence sensible pour l'oreille entre le chant et l'accompagnement? Delécluze, Journal,1824, p. 75.
P. métaph. Mais ma tête, montée au ton d'un instrument étranger, était hors de son diapason : elle y revint d'elle-même; et alors je cessai mes folies (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 58).
b) P. ext. [Surtout à propos de la parole] Ton, tonalité. Parler sur un diapason bas et sourd (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 82).Une brutalité (...) due aussi au diapason qu'il devait prendre pour se faire entendre d'elle [la vieille] (Gide, Faux monn.,1925, p. 1060).L'œuvre [Tristan et Iseut], qui fut jouée sur un excellent diapason modéré (Colette, Jumelle,1938, p. 127).
[Avec un compl. prép. de] Les commères causaient et riaient sur un diapason de dispute (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 643).
2. [P. réf. à un élément]
a) MUSIQUE
α) Son de fréquence donnée servant de référence (la de l'octave moyenne). Remonter le diapason (cf. ex. 1). L'élévation progressive du diapason est une cause de ruine pour les plus belles voix (Berlioz, À travers chants,1862, p. 290).L'assemblée a adopté le diapason de 870 vibrations par seconde pour le « la » d'orchestre à la température de +15 degrés centigrades (Schmitt, Simon, Guédon, Nouv. manuel organiste,1905, p. 190).
Mettre un instrument au diapason. Accorder un instrument en fonction du son de référence. D'un grattement du pouce il en [du violon] fit vibrer toutes les cordes, qu'ensuite, l'oreille tendue, il mit au diapason (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 64).
β) P. méton. Instrument qui donne le la de référence.
Instrument se présentant sous la forme d'une fourche vibrante à deux branches. Les vibrations d'un diapason; faire vibrer un diapason. [Le] diapason qui, lorsqu'on le frappe, donne un son d'une justesse fondamentale (Montherl., Olymp.,1924, p. 239).Point de diapasons, point de métronomes (Valéry, Variété V,1944, p. 146):
2. Quand un diapason vibre, ses vibrations se transmettent à l'air environnant, et, si dans le voisinage se trouve un diapason d'accord avec le premier, il entre à son tour en vibration. Poincaré, La Théorie de Maxwell et les oscillations hertziennes,1899, p. 29.
P. compar. Le pas fin et pur du cheval monté que les étriers en tintant accompagnent parfois de leur timbre de diapason (Morand, Extrav.,1936, p. 17).Les libellules vibraient comme des diapasons d'or transparent (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p. 174).
Plus rarement. Petit instrument à vent (généralement du type de l'harmonica). Le droguiste souffle dans son diapason (Giraudoux, Intermezzo,1933, II, 5, p. 135).
γ) P. anal., domaine de la fabrication des instruments de mus.
[Orgue] Rapport entre la longueur et le diamètre d'un tuyau. Des tuyaux d'un diapason encore plus étroit, ce sont ceux qui servent pour les jeux de voix célestes et d'éoline (Schmitt, Simon, Guédon, Nouv. manuel organiste,1905p. 173).
P. méton. Barème qui donne les dimensions de tous les jeux de l'orgue. On dresse, sous le nom de D[iapasons], pour chaque sorte de jeux [d'orgue], des tableaux contenant tous les chiffres relatifs aux dimensions des tuyaux et au débit de l'air employé dans un espace de temps et sous une pression donnés (Brenet, Dict. prat. et hist. mus.,1926, p. 115)).
[Instruments à cordes] Longueur de la partie vibrante d'une corde. Cf. Bouasse, Cordes et membranes, 1926, p. 278; Huberson, Nouv. manuel accord. et répar. pianos, 1926, p. 38.
b) P. anal., TOPOGR. Un diapason est constitué par 2 lignes parallèles, tracées sur une bande de papier. On dessine, soigneusement entre ces lignes, les types de hachures correspondant aux 12 pentes caractéristiques, on le promène sur la carte et quand on obtient la coïncidence entre les hachures, on en déduit la pente (La Pédale,16 nov. 1927, p. 25, col. 1).
B.− Au fig. Niveau, degré plus ou moins élevé (qu'ont atteint ou auquel se trouvent les dispositions, l'état d'esprit d'une personne). L'exaltation maternelle de Rosita se maintint, pendant le premier mois, au diapason le plus élevé (L. Halévy, Criquette,1883, p. 85).Les deux enfants avaient (...) monté leurs sentiments à un diapason tel qu'il leur était impossible de les y maintenir dans la réalité (Rolland, J.-Chr.,Matin, 1904, p. 157).
(Être, mettre, se mettre) au diapason (de qqn, qqc). (Être, mettre, se mettre) dans une disposition conforme (aux circonstances) ou en harmonie avec (les dispositions d'autrui).
[Avec compl. prép. de] Je remercierai Hipp L. sans chaleur, pour être à son diapason (Hugo, Corresp.,1862, p. 394).Tu te mets volontiers au diapason du milieu dans lequel tu te trouves (Gide, Journal,1914, p. 441).Se remettre au diapason de la ville (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 102).
[Sans compl. prép. de] Renseigné par un premier coup d'œil sur les physionomies, le vieux parlementaire comprit qu'il n'était pas au diapason (Vogüé, Morts,1899, p. 13):
3. Aufrère est un type! Intelligent mais plus encore ambitieux. Ses boutades! Ses réticences! Impénétrable, à son dire; d'ailleurs caustique et brûlant d'esprit. Il est savant et m'explique, non sans raillerie, mille et mille choses passionnantes. Je me suis mis au diapason; je blague. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 71.
Prononc. et Orth. : [djapazɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1762. Pour Grammont Prononce 1958, p. 32 ce mot se prononce [djapɑzɔ ̃]. Qq. occurr. de diapazon, v. p. ex. Joubert, Pensées, t. 2, 1824, p. 114. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 dijapason « étendue des sons que la voix peut parcourir, de la note la plus grave à la plus aiguë, octave » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 4996), rare jusqu'au xviies. (xiiies. ds Gdf., s.v. diapenté; xives. Oresme, Livre du ciel et du monde, éd. Menut-Denomy, p. 480; Cotgr. 1611); av. 1705 au fig. (Regnard, Bel., sc. 9 ds DG : Nul ne sait de l'amour mieux le diapason); 2. 1690 p. ext. « hauteur relative d'un son dans une échelle sonore » (Fur.); 1819 en partic. « instrument à deux branches, en forme de U » (Boiste). Empr. au b. lat.diapason « octave » (gr. δ ι α π α σ ω ̃ ν c'est-à-dire η ̔ δ ι α ́ π α σ ω ̃ ν (χ ο ρ δ ω ̃ ν σ υ μ φ ω ν ι ́ α) « l'échelle de toutes les notes, l'octave »). Fréq. abs. littér. : 116. Bbg. Gohin 1903, p. 369. − Gottsch. − Redens. 1930, p. 339.

Wiktionnaire

Nom commun

diapason \dja.pa.zɔ̃\ masculin

  1. (Musique) Étendue des sons qu’une voix ou un instrument peut parcourir, depuis le ton le plus bas jusqu’au plus haut.
    • Cet air sort du diapason de la voix.
  2. (Par extension) Instrument d’acier composé d’une tige aux branches en forme de U dont on se sert pour prendre le ton.
    • Chaque diapason est monté sur sa caisse de résonnance[sic] et vibre assez longtemps pour qu'on puisse compter les battements pendant une minute et demie. — (Rudolf König, Catalogue des appareils d'acoustique, page 8, 1865)
    • Toute cloche qui n'a pas été accordée par l’instrument musical, par le diapason dont je vous parlais tout à l'heure, est une cloche qui sonne faux et qui n'est plus qu'un bloc de métal. — (Abbé Lebrun, Discours pour la bénédiction des cloches de l'église de Saint-Germain, ptès de Saint-Savin, le 27 janvier 1867, dans L'Enseignement catholique: journal des prédicateurs, Paris , 1867, vol. 5 (série 2), page 196)
  3. (Figuré) Manière actuelle ou habituelle dont quelqu’un vit, agit, pense.
    • Quand il se remit à écrire, après une interruption de dix ans, il n’était plus au diapason.
    • Comme il arrive souvent entre deux êtres dont les destinées complices ont élevé l’âme à un égal diapason, — engageant la conversation assez brusquement, — il eut néanmoins le bonheur bizarre de trouver une personne disposée à l’écouter et à lui répondre. — (Charles Baudelaire, La Fanfarlo, 1847 ; Gallimard, 2012, collection Folio, page 17.)
    • À un diapason plus grave et dans une mesure plus lente, les églises retentissaient des échos de l’exaltation martiale, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 213 de l’éd. de 1921)
    • La conversation continue ainsi. Elle est si enjouée que les quatre vieilles demoiselles, ne se sentant pas au diapason, se taisent. Mais elles suivent, avec un même mouvement de tête, les phrases de M. le Grand Doyen, et sourient du même sourire aux mêmes répliques. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 71.)
    • Dans l’obscure salle à manger de la Crouts, l’anxiété vient d’atteindre son diapason le plus intense. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 176.)
  4. (Cartographie) (Vieilli) Gabarit utilisé pour le tracé des hachures exprimant le relief[1].

Nom commun

diapason \Prononciation ?\

  1. (Musique) diapason.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIAPASON. n. m.
T. de Musique. Étendue des sons qu'une voix ou un instrument peut parcourir, depuis le ton le plus bas jusqu'au plus haut. Cet air sort du diapason de la voix. Il se dit, par extension, d'une Sorte d'instrument d'acier composé d'une tige recourbée en deux branches, dont on se sert pour prendre le ton. Le son du diapason indique ordinairement le la. Le diapason normal a été fixé, sur l'initiative de la France, à 870 vibrations par seconde à la température de 15ø. Il se dit figurément de la Manière actuelle ou habituelle dont quelqu'un vit, agit, pense. Quand il se remit à écrire, après une interruption de dix ans, il n'était plus au diapason. Il faut se mettre au diapason de l'enthousiasme général.

Littré (1872-1877)

DIAPASON (di-a-pa-zon) s. m.
  • 1 Terme de musique. Nom de l'octave chez les Grecs et les Latins.
  • 2L'étendue des notes d'une voix ou d'un instrument, du son le plus grave au plus aigu. Le diapason de la clarinette a cinq ou six notes de plus que celui de la flûte.

    Fig. La manière d'être générale, en parlant des mœurs, des opinions. Joignez le diapason des mœurs nationales, et vous entendrez le vieil Horace dire de son fils : Qu'il mourût ! Diderot, Sur les caract.

    Fig. Se mettre au diapason de quelqu'un, se conformer à sa manière de voir, de sentir.

    On lui fera baisser le diapason, on lui fera baisser le ton.

    Hausser le diapason, élever la voix, élever ses prétentions.

  • 3Petit instrument d'acier à deux branches qui donne le la, ou, plus généralement, une note déterminée. L'invention du diapason, tel qu'il est aujourd'hui connu de tout le monde, peut être approximativement fixée au premier quart du XVIIIe siècle, Lafage, De l'unité tonique et de la fixation d'un diapason universel, § X.

    Le diapason, appliqué vibrant au vertex ou sur les dents, produit, pour celui qui l'écoute ainsi, un son très intense, surtout quand on bouche le conduit auditif externe ; il sert à faire distinguer les surdités qui dépendent d'une lésion de l'oreille, de celles qui proviennent du nerf auditif ou du cerveau.

    Sorte de petit instrument à vent qui sert au même usage que le diapason. Le sifflet-diapason était un véritable sifflet, ayant le bec et la lumière disposés comme ceux de nos flageolets, Lafage, ib. § VII.

    Diapason normal ou officiel, celui qui a été arrêté le 16 février 1859, par le ministre d'État, comme devant régler le conservatoire et tous les théâtres subventionnés. Le la y fait 870 vibrations par seconde, à la température de 15°.

  • 4Échelle dont les fondeurs se servent pour connaître la grandeur, l'épaisseur et le poids des cloches.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li douz ton diatesalon, Diapante, diapason, Bataille des 7 arts.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DIAPASON. Ajoutez :

On appelle aussi diapason le degré d'acuité ou de gravité de tout le système de notes d'un instrument, degré d'ailleurs réglé par l'instrument étalon appelé diapason. On dit par exemple : Je ne puis m'accompagner sur ce piano dont le diapason est trop élevé.

Fig. Diapason s'applique aux couleurs et à leurs nuances, comme il s'applique aux sons.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DIAPASON, f. m. terme de la Musique greque, par lequel les anciens exprimoient l’intervalle ou la consonnance de l’octave. Voyez Octave.

Les facteurs d’instrumens de musique nomment aujourd’hui diapasons, certaines tables où sont marquées les mesures de ces instrumens, & de toutes leurs parties. Voyez l’article Diapason. (Luth.)

On appelle encore diapason, l’étendue de sons convenable à une voix ou à un instrument. Ainsi, quand une voix se force, on dit qu’elle sort de son diapason ; & l’on dit la même chose d’un instrument dont les cordes sont trop lâches ou trop tendues, qui ne rend que peu de son, ou qui rend un son desagréable, parce que le ton en est trop haut ou trop bas. (S)

Diapason, terme de Fondeur de cloches, est un instrument qui leur sert à déterminer la grosseur, l’épaisseur, & le poids des cloches qu’ils fondent. On l’appelle aussi échelle campanaire, brochette, & bâton de Jacob. Voyez Brochette & Cloche.

Diapason, s. m. (Org.) celui dont les Facteurs se servent pour trouver les longueurs & largeur des tuyaux d’orgue, est une figure triangulaire (fig. 29, Pl. d’org.) dont le côté O, VIII est égal à la longueur du plus grand tuyau du jeu dont on veut trouver les proportions, & qui, dans la figure, est le bourdon de 8 piés bouché, sonnant le 16. Voyez Bourdon de 8 piés bouché & l’article Jeux. La ligne VIII, III, est le périmetre du tuyau, ou la circonférence, lorsque les tuyaux sont cylindriques.

La longueur & la largeur du plus grand tuyau d’un jeu étant données, il faut trouver la longueur & la largeur de tous les autres qui doivent être semblables ; pour cela sur les lignes O, VIII & VIII, III, qui font ensemble un angle III, VIII, O, rectangle en VIII, on trace un diapason en cette maniere. On divise la ligne O, VIII, en deux parties égales au point IV, & on éleve la perpendiculaire IV ut, dont la longueur est déterminée au point ut, par la rencontre de la ligne III, O, qui est l’hypothenuse du triangle O, VIII, III, auquel est semblable le triangle O, IV, ut, dont les côtés O, IV, & IV ut, homologues à ceux du grand triangle qui comprennent l’angle droit, sont le côté O, IV, la longueur & le côté IV, ut, la largeur du tuyau ut, qui sonnera l’octave au-dessus du premier tuyau, dont la longueur O, VIII, & la largeur VIII, III, avoient été données, & qui doit toujours être un ut. Pour trouver les autres intervalles intermédiaires, il y a différens moyens que nous allons faire connoître succintement. Premierement il faut connoître les rapports des sons que l’on veut faire rendre aux tuyaux. Ces sons de notre système diatonique, sont dans les rapports des nombres de la table suivante.


Système diatonique
.
Intervalles diatoniques. Rapports des sons. Noms des sons.
VIII. Octave, 1 à 1 UT
VII. Septieme maj. 8 à 15 SI
7. Septieme mineure, 5 à 9 si
VI. Sixte majeure, 3 à 5 LA
6. Sixte mineure, 5 à 8 sol
V. Quinte, 2 à 3

clef de sol SOL

4. Triton, 32 à 45 fa
IV. Quarte, 3 à 4 FA
III. Tierce majeure, 4 à 5 MI
3. Tierce mineure, 5 à 6 mi
II. Seconde majeure, 8 à 9
2. Seconde mineure, 15 à 16 ut
Unisson ou son fondamental. 1 à 1

clef d'ut ut

Connoissant ces rapports, il est facile de trouver sur la ligne O, VIII, les points ut, RE, MI, &c. car il suffit de regarder les termes des rapports ci-dessus, comme les termes d’une fraction qui exprimera combien de parties de la ligne O, VIII, il faut prendre.

L’antécédent des rapports doit être pris pour numérateur, & le conséquent des mêmes rapports doit être pris pour dénominateur. Le dénominateur marquera en combien de parties la ligne totale O, VIII doit être divisée, & le numérateur combien on doit prendre de ces parties en commençant à les compter par l’extrémité O ; ainsi le rapport des sons qui forment l’octave étant 1 à 2, il faut transformer ce rapport en la fraction  ; laquelle fraction marque qu’il faut prendre la moitié O, IV, de la ligne O, VIII, pour avoir l’octave IV, ut.

Le rapport du son fondamental ou de l’ut donné à sa quinte, est 2 à 3, qu’il faut transformer de même en la fraction , qui marque qu’il faut prendre les de la ligne totale O, VIII, pour avoir la quinte SOL sol, ainsi des autres. Les parties de la ligne O, VIII, interceptées entre le point O, & les points UT, RE, MI, FA, &c. sont les longueurs, & les lignes IV ut, Sol sol, RE re, & terminées par la rencontre de la ligne O ut, sol re, III : sont les largeurs des tuyaux semblables qui rendront les sons ut, RE, MI, FA, SOL, LA, SI, UT, & les demi-tons intermédiaires dans les rapports de la table ci-devant QEI. Ce qu’il falloit trouver.

On trouve de même facilement la partition de l’octave IV, II, en considérant la ligne O, IV, comme la ligne totale qu’il faut diviser ; en en prenant la moitié pour l’octave, on aura le point II ; & en prenant des parties de la ligne O, IV, comme on a pris des parties de la ligne O, VIII, on aura dans l’étendue de IV, II, des divisions qui termineront les longueurs des tuyaux, qui rendront les sons dont on aura employé les rapports. Si on veut encore ajouter une octave, on regardera la ligne O, II, comme la ligne totale qu’il faut diviser, & de laquelle on prendra la moitié O, I, pour avoir l’octave de O, II, & on trouvera les divisions de l’espace I, II ; comme on a trouvé celle de l’espace VIII, IV. Pour une quatrieme octave, on prendra l’intervalle I , en divisant la ligne totale O, I, en deux parties égales au point , & on repartira cet espace I , comme on a reparti l’espace VIII, IV. Pour une cinquieme octave, on prendra la moitié de la ligne O , en la divisant en deux au point , & divisant l’espace , comme l’on a divisé les autres. Pour une sixieme, il faut prendre la moitié de la ligne O , & en général prendre toujours pour ligne totale la partie de la ligne O, VIII, qui restera du côté de O, & opérer sur cette partie, comme on a opéré sur la ligne totale O, VIII. Si on veut trouver les octaves en descendant, comme, par exemple, l’octave comprise entre le seizieme pié & le huitieme pié, li faut regarder la ligne O, VIII, comme étant la moitié de la ligne O, XVI, & partant il faut ajouter à la ligne O, VIII, du côté VIII, une ligne qui lui soit égale ; ensorte que la ligne totale ait 16 piés, & faire la partition de cette ligne O, XVI, dont il n’y a que la moitié dans la planche, comme on a fait celle de la ligne O, VIII. Si il y a ravalement à l’orgue, on doublera la ligne O, XVI, pour avoir l’octave de 32 piés, qui sera compris entre le XVI pié, & l’extrémité XXXII, de la ligne O, XXXII, que l’on repartira, comme on a reparti la ligne O, VIII, & les autres.

Les tuyaux construits sur ces mesures, seront semblables, à cause de la similitude des triangles, & en raison triplée inverse des termes des rapports ; ils rendront des sons qui seront dans les mêmes rapports que les nombres qu’on aura employés ; ainsi si on a employé les nombres qui expriment les rapports des intervalles diatoniques, ainsi qu’ils sont contenus dans la table ci-devant, les tuyaux rendront des sons qui seront éloignés du son du plus grave, qui est le son fondamental des mêmes intervalles. Autrement prenez les nombres suivans A, qui contiennent le systême tempéré, ou les nombres B, qui font la partition de l’octave en douze demi-sons égaux.

Encyclopedie-4-p977-diapason.PNG

Si on fait usage des nombres A, il faut diviser la ligne totale O, VIII, ou O, IV, ou O II, si c’est une premiere, seconde, troisieme octave, en 1620 parties, & marquer les points ut, SI b si, LA, ♯ sol SOL, &c. vis-à-vis les parties de la ligne O, VIII, exprimées par les nombres A de la table ; ainsi le nombre 810 qui est la moitié de 1620, se trouvera au milieu de la ligne totale, dont il suffit de diviser la seconde partie de 810 jusqu’à 1620 ; puisque la premiere partie de 1 jusqu’à 810 est ajoûtée à toutes les largeurs ; après avoir marqué les points sur la ligne qui répond au nombre A de la table, on menera les verticales IV, ut SOL sol, RE ré, &c. qui seront rencontrées & terminées par l’hypothenuse O, ut, sol, ré III ; ces lignes verticales sont les largeurs des tuyaux, dont les lignes O, IV, O SOL, O RE, O, VIII, &c. sont les longueurs.

Si on veut diviser l’octave en douze demi-ton, égaux, on se servira des nombres B de la table, comme on s’est servi des nombres A ; ensorte que le plus grand 100.000, réponde à l’extrémité VIII, de la ligne O, VIII, & le plus petit 50.000, au milieu de cette même ligne.

Les facteurs ont une pratique peu exacte à la vérité, mais cependant qu’on peut suivre sans inconvénient, puisque lorsque l’on taille les tuyaux, on laisse toujours quelques pouces de longueur de plus qu’il ne faut, qu’on réserve à oter, lorsque les tuyaux sont places, & qu’on les accorde ; ils divisent de même que dans les méthodes précédentes la ligne totale O, VIII, en deux parties égales, pour avoir l’étendue VIII, IV, qui répond à une octave ; ils partagent ensuite cette partie VIII, IV, en trois parties égales, dont une SOL, IV, ajoutée à l’autre moitié O, IV, de la ligne totale, donne la quinte SOL, qui est le seul intervalle juste de cette partition ; ensuite ils divisent le tiers SOL IV, en cinq parties égales, pour avoir les quatre divisions sol ♯, LA, si ♭, SI ; & les deux autres tiers VIII, SOL, en sept parties égales, ce qui donne les points ut ♯, Re mi, ♭ MI, FA fa ♯. Par où ils achevent leur partition qui n’est rien moins qu’exacte, mais qu’on peut cependant pratiquer, en observant de donner toujours aux tuyaux plus de longueur qu’il ne leur en faut.

Quoique nous tolérions la pratique des facteurs, il faut cependant observer qu’il est beaucoup mieux de ne s’en point servit ; car quoique les tuyaux soient amenés à leur longueur en les coupant, lorsqu’on les accorde, il n’est pas moins vrai qu’ils ne sont plus des corps semblables, puisqu’on ne peut réformer le diapason vicieux des grosseurs : il est pourtant requis que les tuyaux aient leurs grosseurs, suivant le diapason ; c’est-à-dire qu’ils soient semblables, pour qu’ils rendent la plus parfaite harmonie qu’il est possible. Cet article est de MM. Thomas & Goussier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « diapason »

Latin, diapason, octave ; de διὰ, par, et πασῶν, toutes (les notes) : en parcourant toutes les notes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Emprunté au latin diapason (« octave »), lui-même emprunté au grec ancien διαπασω̃ν, diapasōn, tiré de l'expression διά πασω̃ν χορδω̃ν συμφωνία, diá pasōn khordōn symphōnía « toutes les cordes, toutes les notes (de l'octave) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin diapason.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « diapason »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
diapason djapazɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « diapason »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « diapason »

  • Ne pas croire les autres capables de souffrir à son propre diapason est une forme subtile de mépris. De Pauline Vaillancourt / Les Poings sur les i
  • Brigitte ne s’en cache pas, elle est bavarde. Son truc : une joie de vivre débordante et l’envie de faire du bien autour d’elle. Pourtant son enfance n’a pas toujours été rose, longtemps, elle n’a pas été bien dans ses baskets. « Je manquais de confiance en moi, d’estime aussi. Je travaillais en Allemagne mais je sentais que je n’étais pas à ma place. En 2013, à 55 ans, je me suis posée et j’ai cherché ce qui pourrait me convenir, m’apaiser. » Elle décide de se lancer dans une formation de sophrologie. Sa certification en poche, elle est convaincue de devoir poursuivre sa route. Elle se perfectionne dans les énergies et découvre les diapasons. « Ça a été une révélation. J’ai appris en parallèle les différentes techniques de massages : californien, prénatal, drainant ainsi que la réflexologie. » , Economie | Brigitte Cornibé au diapason avec sa nouvelle vie

Images d'illustration du mot « diapason »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « diapason »

Langue Traduction
Anglais tuning fork
Espagnol diapasón
Italien diapason
Allemand stimmgabel
Chinois 音叉
Arabe الشوكة الرنانة
Portugais diapasão
Russe камертон
Japonais 音叉
Basque sintonizazio tenkatzailea
Corse forchetta
Source : Google Translate API

Synonymes de « diapason »

Source : synonymes de diapason sur lebonsynonyme.fr
Partager