La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « décussé »

Décussé

Définitions de « décussé »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCEVOIR, verbe.

A.− Vieilli. Tromper, séduire par une apparence qui promet plus qu'elle ne donne. Synon. abuser, duper, leurrer.Il est contre les habitants de Paris. Il veut nous décevoir et nous trahir comme frère Richard, qui en ce moment chevauche avec nos ennemis (A. France, Contes Tournebroche,1908, p. 80).
Rare. Décevoir à.Je me suis laissé un peu trop décevoir peut-être à sa pure grâce de causeur et d'écrivain (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 257).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. décevance. Action de tromper. Synon. vieilli de déception* A. D'âpres décevances (Huysmans, Ste Lydwine, 1901, p. 97).
B.− Causer à quelqu'un une déconvenue, un désappointement en ne répondant pas à son attente, à ses espoirs, ou à ses illusions. Décevoir l'attente, le désir de quelqu'un; décevoir un rêve. Cette évidence c'est l'absurde. C'est ce divorce entre l'esprit qui désire et le monde qui déçoit (Camus, Sisyphe,1942, p. 71):
1. Enfin, tout de même, y a un chapitre où il m'a jamais truqué, jamais déçu, jamais bluffé, jamais trahi (...) pourvu que je l'écoutasse, il était constamment heureux, ravi, comblé, satisfait... Céline, Mort à crédit,1936, p. 424.
2. « Moi, Joseph Pasquier, je n'ai confiance en personne. Et, comme ça, je ne suis jamais déçu... » Duhamel, Chronique des Pasquier,La Nuit de la Saint-Jean, 1935, p. 135.
Emploi pronom. Ah! Ah! Monsieur Ouine, il y a des jours où, quoi qu'il arrive, on est sûr de ne pas se décevoir soi-même, il y a des jours visités par les dieux! (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1373).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. décevable. Sujet à n'être pas suivi d'effet. Une prognose dissymétrique et toujours décevable (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 217). ,,Peu usité`` ds Ac. 1835, 1878.
Prononc. et Orth. : [des̬vwa:ʀ], [desəvwa:ʀ], (je) déçois [deswa]. L'élision s'accompagne d'une tendance à l'ouverture de la voyelle de 1resyll. Tel est sans doute le sens de la rem. de Littré (rejetée avec indignation ds Dupré 1972 : ,,surprenante remarque de Littré!``) : ,,Dans décevoir et les autres mots de cette famille, la prononciation met plutôt un accent grave qu'un aigu``. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-35 « tromper » (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg., 181); 2. ca 1360-1400 part. passé « qui éprouve une déconvenue » (Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, I, 30, p. 57). Du lat. vulg. dēcipēre, class. dēcipĕre (v. Vään. § 314) « attraper; tromper; causer une déconvenue (Pline) »; le traitement du -c- comme à l'initiale, par suite de la persistance du sentiment de la composition, en relation avec recipere, concipere. Fréq. abs. littér. : 235. Fréq. abs. littér. : xixes. : a) 44, b) néant; xxes. : a) 282, b) 791. Bbg. Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, p. 101. − Lew. 1960, p. 59, 126, 128 (s.v. décevance).

Wiktionnaire

Adjectif - français

décussé \de.ky.se\

  1. (Anatomie) Décrit un croisement en X.
    • Les nerfs optiques sont décussés : ils se croisent au niveau du chiasma et renseignent les aires visuelles de l'hémisphère cérébral opposé à l'œil dont ils sont issus. De même pour les nerfs du faisceau pyramidal qui décussent au niveau du bulbe.
  2. (Botanique) Se dit de structures, disposées par paires opposées, dont les axes centraux se croisent à angle droit d’un nœud à l’autre tout le long de la tige.
    • [T]iges couchées (portant des racines adventices), puis redressées, rondes, avec 2 lignes de poils longitudinales opposées décussées d’un entre-nœud au suivant […]. — (Veronica chamaedrys / Véronique petit-chêne in Gérard Dumé, Christian Gauberville, Dominique Mansion, Jean-Claude Rameau, Jacques Bardat, Éric Bruno, René Keller, Alain Lecointe et Jean Timbal, Flore forestière française — Plaines et collines, Institut pour le développement forestier, 2018, ISBN 978-2-916525-47-1)
    • [F]euilles opposées décussées, pétiolées, ovales cordées à triangulaires, terminées en pointe, à fortes dents […]. — (Lamium album / Lamier blanc in Gérard Dumé, Christian Gauberville, Dominique Mansion, Jean-Claude Rameau, Jacques Bardat, Éric Bruno, René Keller, Alain Lecointe et Jean Timbal, Flore forestière française — Plaines et collines, Institut pour le développement forestier, 2018, ISBN 978-2-916525-47-1)
  3. (Héraldique) (Rare) Se dit d’emblèmes passées en sautoir.
    • L’écu bleu est surmonté par les symboles de la dignité pontificale, identiques à ceux voulus par son prédécesseur Benoît XVI (mitre placée entre des clés décussées d’or et d’argent, reliées par un cordon rouge)— (site internet du Saint-Siège, Le blason et la devise du Pape François, 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCEVOIR. (Il se conjugue comme APERCEVOIR.) v. tr.
Abuser, tromper par quelque chose de spécieux et d'engageant. Ces propositions ne tendent qu'à vous décevoir. Il signifie surtout Tromper quelqu'un dans son attente, son espérance ou Rendre vaine une attente, une espérance. Il m'a déçu par sa manière d'agir. Tous ses espoirs ont été déçus.

Étymologie de « décussé »

Du latin decussatus (« croisé »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « décussé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décussé dekyse

Évolution historique de l’usage du mot « décussé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « décussé »

Langue Traduction
Anglais decussate
Espagnol decusado
Italien decussate
Allemand diskutieren
Chinois 讨人喜欢
Arabe فك
Portugais decussar
Russe пересекающийся под прямым углом
Japonais 議論する
Basque decussate
Corse decide
Source : Google Translate API

Antonymes de « décussé »

Décussé

Retour au sommaire ➦

Partager