La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « coupelle »

Coupelle

Variantes Singulier Pluriel
Féminin coupelle coupelles

Définitions de « coupelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

COUPELLE, subst. fém.

A.− Petite coupe. Une coupelle de verre contenait des épingles à cheveux (Giono, Hussard,1951, p. 108).
P. anal. Ce qui a la forme d'une petite coupe. Un bouquet de pavots rouges bien ouverts, leur coupelle montrant, à la base des pétales, la macule d'un noir bleuté (Colette, Chambre d'hôtel,1940, p. 87).
B.− Petit creuset en substance poreuse réfractaire dont on se sert pour la coupellation (cf. ce mot). Or, argent de coupelle; fourneau de coupelle; mettre, passer un métal à la coupelle :
Toute cette salle... était pleine... de creusets, de matras, de coupelles... et de vases de formes inconnues. A. France, La Rôtisserie de la Reine Pédauque,1893, p. 107.
Au fig. Mettre, passer, soumettre qqc. ou qqn à la coupelle. Le mettre à l'épreuve pour juger de sa valeur. [Les] lecteurs (...) qui ont l'habitude de soumettre les questions à la coupelle du raisonnement (Delécluze, Journal,1827, p. 391).Ceux-là n'auraient pu faire autrement (...) que de la passer, pour leur gouverne, à la coupelle de l'obéissance et de l'humilité (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 182).
Rem. Les dict. attestent le verbe trans. coupeller. Passer à la coupelle. Coupeller de l'or (Lar.).
Prononc. et Orth. : [kupεl]. Enq. : /kupel/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1431 coupelle (d'apr. Fagniez, Industrie aux XIIIeet XIVes., 308 ds A. Delboulle, Recueil de notes lexicologiques); av. 1590 fig. éprouver à la copelle (Du Bartas, 2eSemaine, 3eJour, Les Peres, p. 310 ds Hug.); 2. 1953 coupelle « petite coupe » (Rob.). Dér. de coupe*; suff. -elle*. Fréq. abs. littér. : 5. Bbg. Gohin 1903, p. 361.

coupelle. « Petite coupe »

Wiktionnaire

Nom commun - français

coupelle \ku.pɛl\ féminin

  1. (Métallurgie) Petit vase en forme de tasse, fait avec des cendres lavées ou des os calcinés, dont on se sert pour séparer, par l’action du feu, l’or et l’argent des autres métaux avec lesquels ils sont unis, et particulièrement du cuivre.
    • Les apprentis courent d’un endroit à l’autre, apportent sur des coupelles les poudres de couleurs vives, les délayent, mitonnent les préparations d’or dont ils ont le secret. — (Flora Cès, Roger de Flor condottière des mers, 1993)
    • Fourneau de coupelle. - Cet or a passé par la coupelle. - Cet argent a été mis à la coupelle.
  2. (Par analogie) (Chimie, Cuisine) Petit récipient utilisé en chimie ou en cuisine.
    • Pourquoi tu ramènerais de quoi béqueter dans un bar ? À moins d'être germophobe et de ne pas vouloir mettre les doigts dans la coupelle, on t'offre toujours de quoi manger, au pire, tu commandes. — (Mathieu Guibé, Elvira Time, Saison 1/Épisode 1 : Dead Time, illustrations d'Élodie Marze, Éditions du Chat Noir, 2013)
    • En début de soirée, il commanda une assiette de pastels à une marchande assise à même la rue. Elle faisait frire ces petits beignets de poisson dans un chaudron d'huile bouillante et les servait dans une coupelle en plastique bleue et rouge. — (Laure Allard-d'Adesky & Fanny Bernard, Pourquoi il ne faut pas tuer (tout de suite) son voisin, 2019, Éditions HQN (Harlequin), chap. 15)
    • Dans chaque maison, il y a au moins un attrapeur de rêves, une paire de mocassins ou une coupelle avec de la sauge, parfois un ragoût d’orignal sur le feu. — (Delphine Jung, Les oubliés de Lac-Rapide, ici.radio-canada.ca, 9 décembre 2021)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUPELLE. n. f.
T. d'Arts. Petit vase en forme de tasse, fait avec des cendres lavées ou des os calcinés, dont on se sert pour séparer, par l'action du feu, l'or et l'argent des autres métaux avec lesquels ils sont unis, et particulièrement du cuivre. Fourneau de coupelle. Cet or a passé par la coupelle. Cet argent a été mis à la coupelle. Or de coupelle, argent de coupelle, L'or et l'argent du plus haut titre.

Littré (1872-1877)

COUPELLE (kou-pè-l') s. f.
  • 1Petit vase fait avec des os calcinés, réduits en poudre, puis délayés dans l'eau, et dont on se sert pour la coupellation. Mettre à la coupelle. Passer à la coupelle.

    Or ou argent de coupelle, or, argent très fin, qui a passé par l'essai de la coupelle.

    Fig. Mon cœur s'est purifié à la coupelle de l'adversité, Rousseau, Prom. 1.

  • 2 Terme de marine. Pelle de fer-blanc, qui sert aux canonniers pour prendre de la poudre.

HISTORIQUE

XVe s. Je crois qu'homme n'est si rusé, Fust fin comme argent de coupelle, Qui n'y laissast linge et drapelle, Villon, dans le Dict. de DOCHEZ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COUPELLE, (Docimas. Chimie.) sorte de vaisseau dont se servent les Chimistes pour purifier l’or & l’argent des différens métaux avec lesquels ils peuvent être alliés.

La coupelle est faite d’une matiere qui a la propriété de tenir en fusion tous les métaux parfaits & imparfaits tant qu’ils conservent leur état métallique, & de les absorber ou de les boire, pour se servir du terme de l’art, dès qu’ils sont vitrifiés.

Or tous les métaux, excepté l’or & l’argent, se vitrifiant très-aisément avec le plomb que l’on employe à cet effet, le fondement de l’opération que l’on exécute par le moyen des coupelles est très-évident. Voyez Essai & Affinage.

Pour faire des coupelles, il faut choisir une matiere qui résiste au feu le plus violent sans se fondre, & qui ne se vitrifie pas facilement avec le corps vitrescible, par exemple avec le verre de plomb ; il faut que cette matiere ait assez de cohésion, & qu’elle fasse une masse poreuse.

On a trouvé que la terre qui reste après la combustion des os de tous les animaux, à l’exception de quelques-uns qui sont moins propres que les autres, étoit ce qu’il y avoit de mieux pour cet usage. La terre que l’on retire des végétaux brûlés n’est pas moins bonne, & on fait de très-excellentes coupelles avec le spath. M. Sthal indique même que l’on en pourroit faire de fort bonnes avec la chaux. Voy. Cendrée.

Les cendres d’os & celles de bois étant préparées comme il a été exposé au mot Cendrée, Schlutter veut qu’on prenne pour les coupelles communes trois parties de cendres de bois & une partie de cendres d’os. Si on veut les faire meilleures, dit-il, il faut deux parties des premieres & une partie des autres ; on les mêle bien ensemble, en les humectant avec autant d’eau claire qu’il en faut pour qu’elles puissent se peloter sans s’attacher aux mains ; alors on en fait des coupelles de telle grandeur qu’on veut. Il faut pour cela prendre la partie inférieure du moule, la remplir de cendres que l’on presse avec la main ; on retranche avec un couteau les cendres qui excedent le moule, puis on pose la partie supérieure du moule sur son inférieure, & l’on frappe dessus d’abord à petits coups, jusqu’à ce qu’on soit sûr qu’elles se rencontrent exactement ; ensuite on frappe trois coups forts avec le marteau ou maillet de bois : qui, selon quelques-uns, doit être du même poids que les deux moules ensemble. Il faut que le moule inférieur soit posé sur un gros billot fort. stable, & qui n’ait point de ressort, sans quoi les coupelles seroient sujettes à se refendre horisontalement. Ce moule inférieur qui reçoit les cendres se nomme en Allemagne la nonne : le supérieur qui forme le creux arrondi de la coupelle s’appelle le moine. Après qu’on a retiré ce moule supérieur, on met sur la coupelle une couche très-mince de claire (voy. Claire), en la saupoudrant à-travers un petit tamis de soie ; on l’y étend uniment avec le petit doigt, ensuite on y replace le moine qu’on a bien essuyé, & l’on frappe dessus deux ou trois petits coups : cela étant fait, on presse le fond de la coupelle qui est encore dans le moule sur un morceau de drap attaché exprès sur le billot, où l’on travaille ce qui la détache ; on la renverse sur la main gauche pour la poser sur la planche ou sur l’ardoise où elle doit sécher : on continue ainsi jusqu’à ce qu’on en ait fait la quantité que l’on souhaite. Il est bon de faire observer qu’avant de les mettre sous la moufle, il faut qu’elles ayent été séchées exactement à l’air.

On fait aisément avec les cendres de bois seules, ou avec les mêlanges précédens, des coupelles assez grandes pour passer jusqu’à deux onces de plomb : mais si on les vouloit beaucoup plus grandes, il faudroit avoir des cercles de fer de différens diametres, & de hauteur proportionnée à la quantité de cendres dont on a besoin pour passer depuis trois onces jusqu’à un marc de plomb. On les remplit exactement de cendres de bois seules, ou d’un mêlange de parties égales de ces cendres & de chaux d’os exactement mêlées & humectées, jusqu’à ce qu’elles se pelotent en les pressant sans s’attacher aux doigts : on pose le cercle de fer sur une pierre plate, unie, & qui soit très-stable ; on frappe les cendres avec un moule en demi-sphere, si le cercle de fer n’a que trois ou quatre pouces de diametre ; mais s’il est plus grand, on les bat verticalement avec un pilon de fer arrondi, jusqu’à ce qu’elles ayent acquis assez de fermeté pour que le doigt n’y fasse aucune impression ; ensuite avec un couteau courbé on y forme un creux en section de sphere, & on le perfectionne avec une boule d’ivoire. On ne retire point les cendres de ce cercle de fer comme des moules de cuivre précédens ; mais après qu’elles sont exactement seches, on le met sous la moufle avec les cendres qu’il contient.

Quand on fait des coupelles de cendres de bois seules, il faut y joindre quelque chose de glutineux, sans quoi elles conservent fort difficilement la forme que le moule leur a donnée. Les uns y mêlent de l’eau gommée, d’autres du blanc d’œuf battu dans beaucoup d’eau, d’autres un peu de terre glaise ; mais ce qui m’a paru réussir le mieux, c’est d’humecter les cendres avec de la bierre, jusqu’à ce qu’en les pressant elles se pelotent sans s’attacher aux doigts. D’autres y ajoûtent un peu de terre glaise purifiée par le lavage, & séchée. Quant à moi, après avoir essayé tous les mélanges décrits par les auteurs, je m’en suis tenu à faire mes coupelles de cendres d’os de veau & d’os de mouton lavées & calcinées deux fois, puis porphyrisées à sec en poudre impalpable ; par-là je ne suis point obligé d’y mettre de claire pour en boucher les pores : quoiqu’elles paroissent à la vûe très-compactes, l’essai y passe aussi vîte que dans les coupelles faites de cendres d’os simplement passées au tamis de soie : elles boivent beaucoup moins de fin que ces dernieres. M. Cramer préfere les coupelles de chaux d’os à celles de cendres de bois ; l’essai, dit-il, dure plus long-tems, mais il se fait avec plus d’exactitude. Le plomb vitrifié avec l’alliage, pénetre lentement la matiere compacte des cendres d’os. Mais de ce léger inconvénient il résulte un avantage ; c’est qu’il n’est point à craindre que la coupelle s’amollisse au feu, & y devienne rare & spongieuse, ni qu’elle boive autant de fin que les coupelles de cendres des végétaux. Il est vrai qu’il faut gouverner le feu du fourneau autrement qu’avec ces dernieres. De plus, les coupelles d’os, ainsi que celles qui sont faites avec un spath bien choisi, n’ont presque pas besoin d’être recuites sous la moufle ; & comme on n’employe que de l’eau pour les humecter, on n’a pas à craindre, comme dans celles qui sont faites de cendres humectées de bierre ou de blanc d’œuf, un phlogistique ressuscitant la litarge en plomb à mesure qu’elle entre dans le corps de la coupelle(Schlutter publié par M. Hellot).

Il y a plusieurs especes de spath qui sont très-propres à faire d’excellentes coupelles, & même meilleures que celles dont nous venons de parler ; mais parce que tout spath n’est pas propre à ce dessein, il faut, selon M. Cramer, avant que de le préparer, essayer si celui dont on va se servir, est de la bonne espece, ou non : pour cela on en fait calciner une petite quantité dans un vaisseau fermé, à un feu médiocre : il se fait une légere décrépitation qui, lorsqu’elle cesse, annonce que la calcination est achevée : on retire le creuset du feu, & on trouve le spath raréfié, & devenu si friable, qu’il peut très facilement être réduit en une poudre très-subtile. On formera avec cette poudre humectée d’une dissolution de vitriol, une coupelle dont on se servira pour faire un essai, par lequel on s’assûrera que le spath dont on s’est servi, est de la bonne espece ; & pour lors on pourra en préparer une quantité suffisante pour faire des coupelles de toutes sortes de grandeurs, qui auront les mêmes avantages que celles qui sont faites d’os, & qui même, selon M. Cramer, leur sont préférables.

M. Stahl dit avoir essayé de faire des coupelles avec l’ardoise ordinaire dont on couvre les maisons, avec la craie, avec le gyps ; & il ajoûte qu’il a observé divers phénomenes qu’il ne détaille pas, & qu’il abandonne aux curieux. Voyez Stahl. opuscul, pag. 824. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coupelle »

Lat. cupella, diminutif de cupa, cuve, coupe (voy. CUVE) : proprement petite coupe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De coupe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coupelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coupelle kupɛl

Évolution historique de l’usage du mot « coupelle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coupelle »

  • C’est l’été, le soleil brille à nouveau, la température monte, et mon chat est retourné faire la sieste dans le lavabo. Bien niché dans la coupelle blanche, il est au frais, et quand j’entre et allume la lumière, mon lavabo bouge et deux yeux jaunes me regardent au ras de la porcelaine. Ça surprend toujours, mais on s’y fait, et je comprends que la canicule arrive selon ses choix de lieu de sieste. La Croix, Le lavabo comme refuge au réchauffement climatique
  • Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher). Depuis qu’elle a lancé la Saison d’art à Chaumont au printemps 2008 (parallèlement au Festival international des jardins), Chantal Colleu-Dumond, la directrice du Domaine et commissaire des expositions, a toujours revendiqué son désir de montrer chaque année, parmi la quinzaine de sélectionnés, aussi bien des artistes renommés que des noms peu connus ; sans oublier un coup de projecteur sur des artistes qui ont connu leur heure de gloire avant d’être aujourd’hui moins en vue. Elle a ainsi eu la bonne idée, pour cette 12e édition de la manifestation, de présenter des œuvres d’Axel Cassel (décédé en 2015 à l’âge de 60 ans). Sa présence est en effet d’autant plus judicieuse que, durant toute sa carrière, le sculteur a fait de la nature un terrain d’art et le chemin initiateur de ses différentes séries qui ont pris leur point de départ dans l’univers végétal. Après avoir sculpté ses formes en bois, en bronze ou en terre, il les surmontait systématiquement d’une petite tête stylisée, pour donner figure et allure humaine à une branche, une grume de bois, une graine en forme de coupelle, une cosse, une liane… Magnifique manière d’humaniser la nature. La quinzaine d’œuvres, regroupées ici sous la forme d’une mini-forêt [voir ill.] dans les grandes écuries, trouve parfaitement son écrin puisque les têtes de ses figures rappellent les pommeaux en laiton de la salle et que la tonalité des patines évoque celle des boiseries. Un peu plus loin, la galerie haute de l’asinerie présente des œuvres de la série « Volutes et fumées », l’une de ses dernières, datée de 2013, qui montre la volonté de Cassel d’immobiliser l’insaisissable et de matérialiser en bronze l’aspect fugitif, volatil, aérien d’un nuage ou de spirales de vapeur. Au rayon découvertes, bonne pioche a été faite cette année avec Isa Barbier et Sophie Lavaux. Dans l’office du château, la première a suspendu à des fils quasi imperceptibles quelque 6 500 plumes d’oie et de goéland qui frémissent au moindre courant d’air pour dessiner dans l’espace de légères ondulations. Entre faisceau de virgules, vaisseau fantôme et conte de fées. Sophie Lavaux, elle, a installé dans les tours de Diane et du Roi des sortes de couronnes en porcelaine blanche, comme des coraux, qu’elle a disposées sur des miroirs pour conjuguer formes naturelles et reflets d’architecture. Le Journal Des Arts, Chaumont-sur-Loire, le domaine de l’art - 1 juillet 2020 - Le Journal des Arts - n° 549
  • Couper 1 tomate en 2. La plonger dans une coupelle contenant 2 cuillère à café de sucre en poudre. Passer par mouvements circulaires la 1/2 tomate constelle´e de grains de sucre sur le visage et le cou. E´viter le contour des yeux. Rincer. Magazine Avantages, Nos recettes pour fabriquer ses soins beauté - Magazine Avantages
  • Arrosage : en été, arrosez tous les deux jours seulement, mais de façon copieuse. Ainsi, vos plantes développent de nombreuses racines et une légère pénurie d’eau ne les affectera pas. Pour la plupart des plantes, il ne faut pas que l’eau stagne dans la coupelle. , Magazine Lifestyle | Quand devez-vous rempoter vos plantes ?
  • Le charbon actif végétal est disponible en poudre, en gélule ou en comprimé. À vous d’opter pour la présentation qui vous convient le mieux ! Par ailleurs, sachez qu’il est également utile pour l’entretien de votre maison : c’est un excellent désodorisant naturel que vous pouvez placer dans une petite coupelle au frigo, dans une armoire ou encore au fond de votre poubelle. , 4 bienfaits du charbon actif
  • La commission prendra, également, sous sa coupelle les comités de jumelages (Lipova et Staffoli-Santa Croce sull’Arno) et sera épaulée par des membres extra-municipaux. midilibre.fr, Les élus de la nouvelle commission culture prennent leurs marques - midilibre.fr
  • Si vous avez la chance d’avoir un jardin, vous avez constaté qu’avec quelques mangeoires, vous pouviez attirer les oiseaux pour les observer à loisir… sauf que cela appâte aussi les chats, bien contents de trouver des proies à chasser ! Pour éloigner les matous, on peut installer des boîtiers diffusant des sons à haute fréquence. Néanmoins, leur sifflement aigu peut aussi être désagréable à nos oreilles. Mais finalement, que déteste le plus un chat ? Se faire arroser ! C’est en partant de ce constat que Rémi a eu l’idée du Guardflow. Grâce à un capteur de mouvement, l’appareil détecte le passage du félin et déclenche l’arrivée d’eau, qui jaillit d’un tuyau percé. Pour créer son invention, Rémi a d’abord modélisé les différentes pièces sur le logiciel Fusion 360 avant de les imprimer en 3D. Après avoir récupéré des panneaux solaires et un peu d’électronique, il ne lui restait plus qu’à brancher. Enfin, si vous êtes un fervent défenseur des ronronneurs, rassurez-vous, le Guardflow possède d’autres utilisations. Comme arroser les plantes ou remplir une coupelle d’eau afin que les animaux boivent. Et avec sa forme hexagonale, le boîtier se pose facilement partout. Alors, même si le chat de Rémi n’est sûrement pas de notre avis, à SVJ, on pense que ce jeune inventeur a bien mérité son prix Innovez ! Science-et-vie.com,  Innovez : Rémi, 17 ans, invente le Guardflow - Science & Vie
  • Bien niché dans la coupelle blanche, il est au frais, et quand j’entre et allume la lumière, mon lavabo bouge et deux yeux jaunes me regardent au ras de la porcelaine. La Croix, Le lavabo comme refuge au réchauffement climatique
  • Après avoir sculpté ses formes en bois, en bronze ou en terre, il les surmontait systématiquement d’une petite tête stylisée, pour donner figure et allure humaine à une branche, une grume de bois, une graine en forme de coupelle, une cosse, une liane… Le Journal Des Arts, Chaumont-sur-Loire, le domaine de l’art - 1 juillet 2020 - Le Journal des Arts - n° 549
  • La plonger dans une coupelle contenant 2 cuillère à café de sucre en poudre. Magazine Avantages, Nos recettes pour fabriquer ses soins beauté - Magazine Avantages
  • Pour la plupart des plantes, il ne faut pas que l’eau stagne dans la coupelle. , Magazine Lifestyle | Quand devez-vous rempoter vos plantes ?
  • Par ailleurs, sachez qu’il est également utile pour l’entretien de votre maison : c’est un excellent désodorisant naturel que vous pouvez placer dans une petite coupelle au frigo, dans une armoire ou encore au fond de votre poubelle. , 4 bienfaits du charbon actif

Images d'illustration du mot « coupelle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coupelle »

Langue Traduction
Anglais cup
Espagnol taza
Italien tazza
Allemand tasse
Chinois 杯子
Arabe كوب
Portugais copo
Russe кружка
Japonais カップ
Basque kopa
Corse cuppa
Source : Google Translate API

Synonymes de « coupelle »

Source : synonymes de coupelle sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot coupelle au Scrabble ?

Nombre de points du mot coupelle au scrabble : 12 points

Coupelle

Retour au sommaire ➦

Partager