La langue française

Creuset

Sommaire

  • Définitions du mot creuset
  • Étymologie de « creuset »
  • Phonétique de « creuset »
  • Évolution historique de l’usage du mot « creuset »
  • Citations contenant le mot « creuset »
  • Images d'illustration du mot « creuset »
  • Traductions du mot « creuset »
  • Synonymes de « creuset »

Définitions du mot creuset

Trésor de la Langue Française informatisé

CREUSET, subst. masc.

Récipient réfractaire utilisé pour fondre, calciner, purifier des matières minérales. Creuset brasqué. L'or brut s'épure dans le creuset (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 240).Calcination d'alun ammoniacal purissime dans un creuset de quartz (Metta, Pierres préc.,1960, p. 107).
P. ext. Partie inférieure, en forme de récipient, d'un haut fourneau, où est recueilli le métal fondu. Les laitiers sont des silicates très complexes surnageant la fonte dans le creuset des hauts fourneaux (Bourde, Les Trav. publ.,1928, p. 153).
P. métaph. ou au fig.
[P. réf. au fait que dans un creuset les matières sont fondues et comme détruites] Il passa la soirée avec elle, et fondit bravement ses cinq francs au creuset de la prodigalité (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 102).Il traitait les titres d'oripeaux, de vieux galons bons à mettre au creuset (Sandeau, Sacs,1851, p. 46).Verdun allait devenir le creuset où se réaliserait la fonte des réserves adverses (Joffre, Mém.,t. 2, 1916, p. 235).
[P. réf. au fait que dans un creuset des matières différentes sont fondues en une seule] L'amour, c'est le creuset sublime où se fait la fusion de l'homme et de la femme (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 646):
Des siècles pénibles et douloureux s'écoulèrent avant qu'une fusion s'accomplît. Elle se réalisa grâce à une forme religieuse, sortie elle-même du creuset méditerranéen, issue du mélange d'hommes et d'idées qui s'y était accompli... Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum.,1921, p. 207.
[P. réf. au fait que dans un creuset les matières sont éprouvées et éventuellement purifiées] Le temps, ce véritable creuset des caractères (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 641).La douleur est le creuset où l'amour s'épure (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 488).La beauté de l'aimée purifiée au creuset de l'épreuve et sans cesse grandie (Estaunié, Ascension M. Baslèvres,1919, p. 257).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. creuseterie. Fabrique de creusets. Vainement, Luc s'était efforcé de le prendre [Lange] avec lui, en lui offrant de diriger la creuseterie qu'il avait dû créer (Zola, Travail, t. 1, 1901, p. 298).
Prononc. et Orth. : [kʀøzε]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1514, juill. croiset « vaisseau destiné à faire fondre ou à calciner certaines substances » (Inv., A. Vienne ds Gdf. Compl.); 1754 « partie inférieure du haut fourneau où se rassemble le métal fondu » (Encyclop. t. 4); par image 1674 (Boileau, Longin, Reflex., 7ods Littré : Tout son mérite [de Corneille], à l'heure qu'il est, ayant été mis par le temps comme dans un creuset, se réduit à huit ou neuf pièces de théâtre qu'on admire); 1732 au fig. « moyen d'épuration morale ou intellectuelle » (Trév.). Issu par substitution de suff. (-et*), avec ensuite attraction de creux*, de l'a. fr. croisuel (2emoitié du xies. croisol « lampe » ds Raschi Blondh., no285; xiies. cruisol « id. » Gl. Tours ds T.-L.; 1202 croiseus plur. « creuset » Tailliar ds T.-L.; date douteuse m. fr. croisous, plur. « id. » Arch. J. 1034, no28 ds Gdf.; 1532 creziou « id. » Rabelais, Pantagruel, VII, éd. Marty-Laveaux, I, 246) d'un gallo-roman *croceolus d'orig. discutée soit de même orig. que creux [d'apr. la forme de la lampe à huile] (Bl.-W.2-5) soit très anciennement issu de l'a. b. frq. krōk (croc*) [la lampe se suspendant à un crochet] FEW t. 2, p. 1356 b. Le lat. médiév. crucibulum « petite lampe » (xiiies. ds Nierm.) serait une latinisation des formes romanes faite d'apr. le class. turribulum « brûle-parfum ». Fréq. abs. littér. : 167. Bbg. Gohin 1903, p. 361.

Wiktionnaire

Nom commun

creuset \kʁø.zɛ\ masculin

  1. Récipient de terre réfractaire ou de métal, qui sert à faire fondre certaines substances, et principalement les métaux.
    • Il était chauffé dans un creuset en porcelaine émaillée, au milieu d’une masse de fer porphyrisé qui le préservait de l’oxydation. — (Pierre Curie, Propriétés magnétiques des corps à diverses températures ; Annales de Chimie & de Physique, 7e série, t.V, juillet 1895)
    • Ces minerais ont encore un inconvénient grave : à cause de leur finesse, […], ils traversent les charges du haut-fourneau et arrivent jusqu'au creuset sans être réduits. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 80)
    • On ne doit pas négliger de couvrir le creuset, sans cette précaution il s'y introduiroit du charbon qui gêneroit pour la coulée qui se fait dans une lingotière de fer forgé. — (RÉSULTAT Des Expériences & Observations de MM. De Ch… & Cl… sur l'Acier fondu, dans le Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, juillet 1788, , vol.33, p.47)
  2. (Figuré) Source ; origine.
    • Le creuset de sa prise de conscience serait dans la détestation des élites : la caste, la supranationalité, Bruxelles, Berlin, la mondialisation, le parti médiatique, les bons sentiments, voire la « gôche », ce terme qui vient tout droit de l’extrême droite des années 1930. — (Roger Martelli, Roger Martelli : « Ce que ce peuple déboussolé attend, c’est une politique de justice et de dignité », Le Monde. Mis en ligne le 24 novembre 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CREUSET. n. m.
Récipient de terre réfractaire ou de métal, qui sert à faire fondre certaines substances, et principalement les métaux. Creuset de terre, d'argent, de platine. Éprouver, épurer l'or et l'argent dans le creuset. Passer par le creuset. Fig., Son âme s'est épurée au creuset de la souffrance.

Littré (1872-1877)

CREUSET (kreû-zè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des kreû-zè-z en platine ; creusets rime avec traits, succès, paix) s. m.
  • 1Vaisseau de terre ou de métal, de forme et de grandeur variables, mais ordinairement rétréci vers son fond, destiné à être mis au milieu du feu, pour obtenir la fusion des corps très réfractaires. Un autre avantage bien rare de la porcelaine des Indes, c'est que sa pâte est admirable pour faire des creusets et mille autres ustensiles de ce genre, Raynal, Hist. phil. V, 27. Leurs successeurs [de Newton et Leibnitz] s'imaginèrent tenir Dieu dans leurs creusets et dans leurs télescopes, Chateaubriand, Génie, I, IV, 3. Ton art [l'alchimie] est sûr ; le Pactole et Jouvence Dans le creuset vont marier leurs flots, Béranger, Alchim.

    Creusets brasqués, creusets dont l'intérieur est garni d'une pâte faite avec du charbon de bois pulvérisé, légèrement humecté et fortement battu.

    Terme de métallurgie. Partie inférieure et distincte d'un fourneau, dans laquelle se tient le métal fondu.

  • 2 Fig. Sa main est un creuset qui fond l'argent, Sévigné, 439. Chez Mme de Maintenon, sans nom de maîtresse ni d'épouse, était déjà le creuset de la cour et de l'État [c'est-à-dire le lieu où se fondaient, se décidaient toutes les affaires de la cour et de l'État], Saint-Simon, 413, 188. Tout son mérite [de Corneille], à l'heure qu'il est, ayant été mis par le temps comme dans un creuset, se réduit à huit ou neuf pièces de théâtre qu'on admire, Boileau, Longin, réflex. 7e. Raffinez sur tous les plaisirs, subtilisez-les, mettez-les dans le creuset, Massillon, Pet. car. Malh. Hélas ! j'aimais en vous un or faux et perfide, Par le creuset du temps en vapeur converti, Rousseau J.-B. Odes, III, 9. Feu sacré dont brûla ton âme généreuse Qui s'épurait encore au creuset du malheur, Voltaire, Odes, XI.
  • 3Nom de quelques champignons ayant la forme d'un creuset.

    Sorte d'agaric des caves très humides, nommé aussi basset.

HISTORIQUE

XIIIe s. Croiseus por argent fondre, Tailliar, Recueil, p. 19.

XVe s. Encore firent faire ceux de Gand un engin, et asseoir devant la ville qui jetoit croisseux de cuivre tout bouillans, Froissart, II, II, 161.

XVIe s. Fourneaux avec creusets, pour faire reduction des metaux calcinés, Paré, t. III, p. 638.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CREUSET, subst. m. (Chimie.) Le creuset est un vaisseau de terre, dont la forme la plus ordinaire est celle d’un gobelet (voyez la Planche.), qui est employé par les Chimistes pour exécuter diverses opérations qui demandent un feu violent, & des vaisseaux ouverts ou qu’on n’est pas obligé de fermer très-exactement. Les opérations qui s’exécutent dans les creusets ordinaires, sont la fusion & la calcination des sels, la fixation du nitre par différentes matieres, la fusion, la calcination, la réduction, la cementation & l’alliage des substances métalliques, la vitrification de leurs chaux, la préparation des régules, la combinaison du soufre avec les substances alkalines, la formation du soufre artificiel, la fusion des terres & des pierres, &c.

Les creusets employés dans quelques arts chimiques, qui s’occupent de quelqu’une des opérations que nous venons d’indiquer, sont des creusets de cette espece ; tels sont les creusets des Verreries, ceux dont on se sert pour la préparation du cuivre jaune, &c. Voyez Verrerie & Cuivre jaune.

On donne des formes particulieres aux creusets qu’on employe dans les essais des mines, & qu’on appelle, à cause de cet usage, creusets d’essai. Voyez Essai.

Les qualités essentielles d’un bon creuset, sont celles-ci : il doit résister au plus grand feu sans se casser & sans se fendre ; il ne doit rien fournir aux matieres que l’on traite dedans ; & enfin il ne doit pas être pénétré par ces matieres, & les laisser échapper à-travers ses pores, ou à-travers des trous sensibles qu’elles se pratiquent dans leurs parois & dans leur fond.

La matiere la plus propre à former des creusets qui réunissent dans le plus grand nombre de cas les trois conditions que nous venons d’assigner, est une excellente terre glaise, purifiée de toute terre calcaire, & mêlée d’un peu de sable. Cette matiere étant bien préparée, & cuite avec soin, prend une dureté considérable, & ses parties se lient par une sorte de demi-vitrification.

La terre cuite réduite en poudre, celle des fragmens de vieux creusets, par exemple, mêlée à de la bonne argille, fournit un mêlange très-propre à donner de bons creusets.

Mais ce n’est proprement qu’à l’expérience aveugle & au tatonnement qu’on doit les meilleurs creusets qu’on employe dans les laboratoires, & ce n’est presque que par ce moyen que l’on peut encore raisonnablement tenter de les perfectionner.

On prévient facilement l’inconvénient qui pourroit dépendre de ce qu’un creuset seroit sujet à casser ou à se fendre, en l’échauffant & le laissant réfroidir avec précaution ; ce n’est que dans un petit nombre de cas qu’il peut nuire, comme fournissant quelque principe aux matieres qu’il contient (je ne connois guere de changement essentiel observé qui dépende de cette cause, que la réduction du plomb opérée par la craie dans une expérience de M. Pott, d’après laquelle cet habile chimiste a condamné la prétention de quelques auteurs qui avoient écrit qu’un morceau de craie creux, étoit un excellent creuset pour tenir en fonte le verre de plomb) ; mais le grand défaut des creusets ordinaires, c’est d’être entamés, pénétrés, & percés par certaines substances, entre lesquelles le sel marin, l’alkali fixe ordinaire, & le verre de plomb sont les plus connues ; ensorte que tenir long tems le sel marin, le sel de tartre, & le verre de plomb en fonte, c’est-là l’éloge éminent pour un creuset.

Les creusets d’Allemagne, & sur-tout ceux de Hesse, ont été long tems fameux parmi les Chimistes de toutes les nations ; nous ne nous en servons presque plus en France, parce que nous en avons de meilleurs. Les creusets ordinaires des fournalistes de Paris sont généralement bons pour toutes les opérations ordinaires ; mais ils ne tiennent pas long tems les sels & les verres de plomb, épreuve que les creusets d’Allemagne ne soûtiennent pas non plus. Les meilleurs creusets d’Allemagne n’ont pû résister à certains mélanges très-fusibles, que M. Pott a traité dans ces vaisseaux (voyez la Lithogeognosie.) ; il y a apparence que les nôtres ne seroient pas plus propres aux mêmes expériences.

M. Rouelle a éprouvé depuis quelques années, que les petits pots de grais dans lesquels on porte à Paris le beurre de Bretagne, & qu’on trouve chez tous les Potiers sous le nom de pots à beurre, étoient les plus excellens creusets qu’on pût employer, & qu’ils pouvoient remplir les desirs de plusieurs chimistes, qui ayant des prétentions sur le verre de plomb, se sont plaints de n’avoir point de vaisseaux qui le pûssent long tems tenir en fonte. Voyez Plomb.

Quelques chimistes ont employé des creusets doubles, c’est-à-dire, un creuset emboîté juste dans un autre creuset, pour exposer à un feu long tems continué des mélanges difficiles à contenir ; M. Pott a eu recours avec succès à cet expédient. Voyez la Lithogeognosie.

On fait une espece de descensum en plaçant l’un sur l’autre deux creusets, dont le supérieur a le fond percé de plusieurs trous, & adapté exactement à l’ouverture de l’inférieur ; cet appareil est principalement employé à retirer l’antimoine de sa mine. Voyez Antimoine, Distillation & Descensum.

On se sert très-commodément d’un creuset comme d’une capsule à bain de sable, dans plusieurs opérations, par exemple, dans la sublimation en petit. V. Sublimation. (b)

Creuset, c’est une partie du fourneau des grosses forges. Voyez Grosses Forges.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « creuset »

Wallon, crizou ; namurois, crîjou ; espagn. crisol, creuset ; crisuelo, lampe ; ital. crogiuolo, crociuolo, creuset ; crogiolo, cuisson ; crogiare, rôtir ; angl. cruset ; bas-lat. crosollus, cresollus, cruselinum, crusellus ; anc. franç. creuseul, croissol, crusset, crasset, espèce de lampe. Mot d'origine difficile. Diez, sans s'occuper des autres formes, tire l'espagnol crisuelo et, par suite, crisol du basque criselua, cruselua, lampe. La forme primitive en français est croiseul (creuset n'en est qu'une altération) ; à croiseul répondent l'espagnol crisuelo, crisol, et l'italien crogiuolo ; cet accord paraît écarter l'étymologie prise au basque, qui dès lors a plutôt emprunté que donné ce mot. L'étymologie est certainement le bas-latin crucibulum qui n'a pu être refait sur les mots romans et qui au contraire leur a donné naissance. Crucibulum paraît être dérivé de crux, croix, et avec la finale instrumentale bulum, parce que ces sortes de lampes portaient deux mèches en croix, ce qui faisait quatre becs. De lampe, le sens a passé à creuset.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle)[1] Avec substitution de suffixe par -et et sous l’influence de creux, de l’ancien français creusol (« lampe à huile, creuset »)[2][1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « creuset »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
creuset krøzɛ

Évolution historique de l’usage du mot « creuset »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « creuset »

  • La famille est par essence le lieu de la fraternité, c'est le creuset de la société. De Jean-Pierre Raffarin / Discours de politique générale - 3 Juillet 2002
  • C'est dans le creuset qu'on éprouve l'or, c'est dans le malheur qu'on connaît l'ami véritable. De Proverbe oriental
  • La Révolution française est un creuset dans lequel il y a toute l'histoire de France depuis ses origines. De Max Gallo / Février 2009
  • Tout doit rentrer dans le creuset rénovateur où la mort verse continuellement de la matière pour la continuelle floraison de la vie. De Jean Henri Fabre / Souvenirs entomologiques
  • Le rapport de recherche sur le marché mondial des creusets en nitrure de silicium a prédit une croissance futuriste puissante du marché des creusets en nitrure de silicium et la fusion de plusieurs statistiques sur l’industrie respective. En plus de cela, le rapport sur le marché mondial du creuset de nitrure de silicium est considéré comme une découverte complète d’informations importantes liées au marché international. Instant Interview, Taille du marché des creusets en nitrure de silicium 2020-26:, Kyocera, Ortech, Ceramtec – Instant Interview
  • Saint-Louis est le creuset de la résistance en Afrique de l’Ouest. Saint-Louis a mis à la disposition de l’Afrique son élite. SenePlus, SAINT-LOUIS OU LE CREUSET DE L’INDIGNATION | SenePlus
  • Le théâtre universitaire a, de tout temps, été vu comme un creuset d’émergence de talents et un lieu d’épanouissement de jeunes étudiant assoiffés de l’art de la planche où ils peuvent s’exprimer et donner libre cours à leurs dons enfouis, que ce soit par l’écriture, la mise en scène ou encore par le jeu sur scène. D’où l’intérêt de ce livre qui aspire à évaluer cette longue expérience. «C’est le premier ouvrage qui parle de l’expérience du théâtre universitaire au Maroc, depuis son institutionnalisation en 1988 jusqu’aux 10 première éditions avec son fondateur, le Dr Hassan Smili et tout un ensemble de critiques d’art. Il y a aussi les expériences de Meknès et Agadir venues après celle de Casablanca. Le livre évoque, aussi, un répertoire de toutes ces expériences avec des chiffres et des statistiques à l’appui, puis des affiches de chaque édition», indique Fouzia Elbayed. Pour rappeler les premières prémices de la pratique théâtrales au Maroc, Fouzia Elbayed est remonté, dans le cadre de ses recherches, dans le temps, depuis les formes traditionnelles qui avaient lieu dans les espaces publics, comme Lahalqa, Lbsat, Sidi Koutfi et Sultan Tolba. Mais elle indique que ce n’est qu’«à partir de 1920 que de nouvelles formes ont vu le jour, comme le théâtre dit de la résistance, le théâtre amateur, le théâtre professionnel, le théâtre ouvrier, le théâtre de la radio et le théâtre scolaire, entre autres. Ces théâtres, même s’ils étaient calqués sur la définition occidentale, essayaient de refléter les spécificités locales». Toujours est-il que ce vivier des talents avait un rôle et des horizons. «Le théâtre universitaire à Casablanca avait, d’ailleurs, pris le nom de pépinière, parce qu’il a été à l’origine d’un ensemble d’artistes, d’acteurs, de promoteurs dans le domaine culturel. De ce fait, on peut en conclure que l’université n’inculque pas seulement le théâtre, les arts et l’esthétique, mais peut être productrice d’un ensemble de profils qui peuvent alimenter la scène culturelle. C’est pour cela que l’Université ne doit pas être cantonnée dans ce qui est académique et magistral.  Elle peut être une source de la création d’un ensemble de compétences, si sa formation s’apparente au professionnalisme. La Faculté de Ben M’sik, qui est la créatrice de ce festival, avait cette vision en perspective, de faire de l’université un foyer de la création et de talents qui peuvent alimenter la vie culturelle et la dynamiser», précise Fouzia qui ne manque pas d’ajouter qu’à travers le Festival du théâtre universitaire,  il y a eu un vrai brassage culturel entre les talents marocains et tous ceux qui venaient d’autres continents. «Le fait que ce festival soit une source d’attraction pour les festivaliers à travers le monde, qui venaient de tous les continents exhiber leur talent et leur expérience, est une manière de brasser ces multiples talents avec ceux des Marocains et de voir sur la scène de nouvelles expériences présentées». Par ailleurs, l’auteure a soulevé dans son livre la problématique de l’institutionnalisation, car cette expérience a toujours été attachée à des personnes, qui sont les initiateurs de ce théâtre. Quand ces fondateurs partent, il faut des subventions, des collaborations avec un ensemble d’institutions qui peuvent garantir la pérennité de cette activité, surtout à Casablanca qui est une grande mégapole. «Avec l’arrivée de l’ISADAC, qui a acquis une certaine expérience qui peut, aussi, être critiquée du point de vue de son cursus pour être digne d’être évaluée d’une manière académique, il faut penser à un dialogue entre l’université et ces différentes institutions de formation, par le biais d’un pont de communication sur le plan académique», ajoute Fouzia Elbayed à laquelle revient le mérite de ce travail où elle a décortiqué le théâtre universitaire au Maroc en faisant découvrir toutes ses facettes. Selon l’artiste-peintre Azdine Hachimi Idrissi, «l’ouvrage de Fouzia Elbayed “La pépinière du théâtre universitaire au Maroc” résume une expérience dont elle fut un témoin privilégié et montre l’étendue de ses multiples talents et sa grande énergie créatrice couronnée par sa nomination à la tête de la revue “Alfounoun”, édité par le ministère de la Culture, en tant que rédactrice en chef».  Le Matin, Le Matin - Un creuset d’émergence de talents et d’épanouissement des étudiants

Images d'illustration du mot « creuset »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « creuset »

Langue Traduction
Anglais crucible
Espagnol crisol
Italien crogiuolo
Allemand tiegel
Chinois
Arabe بوتقة
Portugais cadinho
Russe тигель
Japonais 坩堝
Basque arragoa
Corse crisolevule
Source : Google Translate API

Synonymes de « creuset »

Source : synonymes de creuset sur lebonsynonyme.fr
Partager