La langue française

Communier

Sommaire

  • Définitions du mot communier
  • Étymologie de « communier »
  • Phonétique de « communier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « communier »
  • Citations contenant le mot « communier »
  • Images d'illustration du mot « communier »
  • Traductions du mot « communier »
  • Synonymes de « communier »

Définitions du mot communier

Trésor de la Langue Française informatisé

COMMUNIER1, verbe.

A.− Emploi intrans.
1. Être en union spirituelle ou affective avec d'autres personnes, partager une condition, un sentiment. Nous avons passé de bonnes heures, dans l'allée droite de son jardin, à renouer, à communier, à nous comprendre d'un mot (E. et J. de Goncourt, Journal,1857, p. 388):
1. Dédier! c'est un blanc geste qui dit : « Ceci est à Vous, œuvre de mes doigts, mangez et buvez, nous communions. » Valéry, Correspondance[avec Gide], 1891, p. 138.
Communier avec (qqn).Par la charité, le croyant communie avec tous les hommes, protestants, païens, tous autres (Barrès, Mes Cahiers,t. 11, 1914-18, p. 152).
Communier à.Je désire communier à l'ardeur de ce peuple qui se bat (P. Bourget, Le Sens de la mort,1915, p. 249).
Communier dans (un même acte d'union).Je me sauvais sur le balcon. Désiré venait me rejoindre. Nous passions là des heures à communier dans la tristesse (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 219).
2. P. anal. Être en union avec le monde physique :
2. Quand la lune se levait au ciel, je communiais avec les lointaines cités, les déserts, les mers, les villages qui au même moment baignaient dans sa lumière. Je n'étais plus une conscience vacante, un regard abstrait, mais l'odeur houleuse des blés noirs, l'odeur intime des bruyères... S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 126.
B.− En partic., LITURG. (S')unir au Christ dans l'Eucharistie.
1. Emploi intrans. Recevoir l'hostie consacrée. « Voilà Pâques bientôt : J'espère que vous donnerez l'exemple en communiant avec ferveur » (Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 41):
3. Pourvu que je puisse communier, qu'est-ce que me fait tout le reste? S'incorporer le Christ, c'est s'incorporer au Christ, communier avec le Christ, c'est communier avec tous les chrétiens. Claudel, Correspondance[avec Gide], 1899-1926, p. 196.
2. Emploi trans., rare. Distribuer à quelqu'un l'hostie consacrée. Le Sauveur communia les apôtres sous les espèces du pain et du vin (A. Lenoir, Archit. monastique, t. 1, 1852, p. 351).Le chanoine communia la malade (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 326).
Emploi pronom. Le prêtre se communie. Se donne à lui-même, au moment de la communion, l'hostie qu'il a consacrée au cours de l'office même. Attesté ds Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Quillet 1965.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. adj. communiant. Qui fait communier. Le pouvoir « communiant » de la fidélité (Teilhard de Chardin, Le Milieu divin, 1955, p. 174). b) Le part. passé adj. communié. Qui a fait sa première communion. Pauvres petits bougres, tous communiés, tous certifiés, tous portant le même petit ballot de science creuse (Guéhenno, Journal d'un homme de 40 ans, 1934, p. 86).
Prononc. et Orth. : [kɔmynje], (je) communie [kɔmyni]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1remoitié xes. « donner le sacrement de l'Eucharistie » (St Léger, éd. J. Linskill, 83); fin xiie-début xiiies. soi commeniier « recevoir ce sacrement » (Jourdain de Blaye, éd. P. F. Dembowski, 811); 1531 les communians « ceux qui communient » (Inv. du trésor de la Cathédrale d'Auxerre, 49 ds Delb. Notes); 1690 p. ext. (Fur. : On appelle communier en esprit, quand on élève son cœur à Dieu, pendant que le prêtre communie à la Messe, afin de participer au mérite de sa communion 1849 p. anal. (Lamartine, Les Confidences, p. 301 : Nous ne pouvons pas plus communier ensemble que la démocratie et l'aristocratie). Empr. au lat. chrét. communicare « avoir part, partager », d'où « être en communion avec l'ensemble des fidèles » et spéc. « avoir part avec l'ensemble des fidèles au corps et au sang du Christ »; -ier par traitement semi-savant de la finale, à la différence de communiquer*. Fréq. abs. littér. : 515. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 273, b) 436; xxes. : a) 1 208, b) 994.

COMMUNIER2, subst. masc.

A.− Vieux
1. Bourgeois d'une commune :
1. ... les communiers s'alliaient à qui ils pouvaient, parfois à de véritables brigands féodaux. Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 59.
2. Membre d'une milice communale :
2. En l'absence de la chevalerie, tout entière au siège de Tyr, la bourgeoisie hiérosolymite courut aux portes et fit si bonne contenance que les envahisseurs se retirèrent. La chronique de l'Eracles se montre à juste titre fière de l'attitude de ces roturiers, dignes de nos communiers de Bouvines. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 126.
B.− DR. Propriétaire en commun :
3. Et l'on croit remédier au mal, [de la famille] en découronnant l'homme, en émancipant la femme; en faisant des époux des associés, des concubins, des communiers, des actionnaires d'une entreprise de progéniture. Proudhon, La Pornocratie,1865, p. 257.
Prononc. : [kɔmynje]. Étymol. et Hist. I. 1304 subst. comoner « personne qui est en communauté de biens avec une autre » (Year books of the reign of Edward the first, XXXII-XXXIII, p. 233 ds Gdf. Compl.); 1467 communier (Usem. de la for. de Brecelien, Cart. de Red., Eclairc., CCCLXXVII ds Gdf. Compl.), qualifié comme terme d',,anc. législ.`` par Ac. Compl. 1842; repris au xixes. 1865 (Proudhon, loc. cit.). II. [1398 subst. communyer « membre d'une commune (ici, prob. « syndic ») » (E. Deschamps, éd. G. Raynaud, t. 8, p. 5, 71)]; 1411 communier (Doc. comm. par M. Daussy ds Jouanc.), v. aussi Pat. Suisse rom.; considéré comme ancien dep. Lar. 19e; n'est plus employé que dans un cont. historique. I dér. de commun* « qui appartient à plusieurs », suff. -ier*. II empr. au lat. médiév. communarius « celui qui dans une communauté exerce une charge publique » (1221 ds Du Cange s.v.; v. aussi Nierm., s.v. communiarius), communiarius « membre d'une commune » (1313 ds Latham; v. aussi Nierm.). Fréq. abs. littér. : 5.

Wiktionnaire

Verbe

communier \kɔ.my.nje\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Religion) Recevoir le sacrement de l’Eucharistie.
    • Dans des quantités de communes dont les maires sont des radicaux ou des radicaux-socialistes, les électeurs, bien qu’il leur advienne de patronner, quand bon leur semble, les opinions les plus extrêmes, tiennent à faire leurs Pâques et à communier deux fois par an. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Religion) (Transitif) Administrer la communion.
    • C’est son curé qui l’a communié.
  3. (Littéralement) Vivre quelque chose en commun avec autrui ; être en communion avec quelque chose ou quelqu’un.
    • Il fallait voir, le jeudi 10 décembre 1896, tous ces pauvres petits bonhommes et toutes ces pauvres petites bonnes femmes, esthètes infortunés des deux sexes qui, l’œil noyé, tendaient le cou et ouvraient à demi la bouche pour communier en l’honneur d’Ubu. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.34)
    • Cette pratique du chabrot était une manière de communier dans un savoir pastoral. Ceux qui faisaient chabrot étaient corréziens à cent cinquante pour cent et ceux qui rechignaient à le faire, des étrangers. — (Jean-Paul Malaval, L'Auberge des diligences, Presses de la Cité, 2009, chap. 5)

Nom commun

communier \kɔ.my.nje\ masculin (pour une femme on dit : communière)

  1. (Désuet) (Suisse) Membre d'une commune.
    • Par son rapport en date du 20 mai 1875, le Préfet du district de Neuchâtel a informé le Conseil d’État que contrairement aux art. 49 et 54 de la Loi sur les communes et municipalités, et au mépris d'une défense formelle qu'il avait fait signifier, les communiers de Combes, réunis en assemblée générale le 15 mai dernier, ont décidé de se répartir une partie du produit de quatre agrégations communales, et se sont alloué, en outre, un franc de jeton de présence par communier. — (« Assemblée du Grand Conseil, tenue au château de Neuchâtel le 29 novembre 1875 à 10 heures du matin », dans le Bulletin officiel des délibérations du Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, vol. 35, Chaux-de-Fonds : imprimerie du National suisse, 1875, p. 213)
    • Enfin, le Code réglemente aussi la «réception des communiers» : devient communier toute personne qui possède le dtatut d'habitant ou dont la famille est établie à Genève depuis cent ans au moins. — (Frédéric Joye, Projets pour une révolution: Jean-Bénédict Humbert (1749-1819), Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, 2000, annexe p. 117)
    • Un comité se constitue ; quelques jeunes filles lui sont confiées ; il demande une pension de 146 fr. par année pour les communières , et de 150 fr. pour les non communières ; l’asile s’ouvrit en 1856 dans un logement situé au rez-de-chaussée de la première maison du faubourg à droite , sous la direction de Mlle Garin , de Fiez ; […]. — (Wilhelm Grisel, « La Commune de Buttes », dans le Musée neuchâtelois, Société d'histoire et d'archéologie du canton de Neuchâtel,, 1901, p. 283)
  2. (Désuet) Propriétaire en commun avec d'autres.
    • Cependant, il faut convenir qu'il y a des Articles qui sont principalement en faveur des communiers. Tels sont l'Article XIV. qui dit, que l'homme de Mainmorte ne peut disposer de ses biens, en quelle part qu'ils soient assis, par ordonnance de dernière volonté , ni par donation à cause de mort, qu'au profit de ses communiers; & l'Article XVI. qui portant que les gens de Mainmorte ne peuvent se succéder les uns aux autres, que tandis qu'ils sont demeurans en commun, suppose que les communiers doivent succéder les uns aux autres. — (François Ignace Dunod de Charnage, Traité de la mainmorte et des retraits, Paris : chez la Veuve Dupuis, 1760, p. 134)

Verbe

communier \Prononciation ?\

  1. Communier (recevoir la communion).
  2. Communier (administrer la communion).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMMUNIER. v. intr.
Recevoir le sacrement de l'Eucharistie. Communier dévotement. Dans l'Église catholique, les prêtres seuls communient sous les deux espèces. Communier à Pâques. Communier à sa paroisse. Communier à telle messe. Communier de la main de l'évêque, de la main de son curé. Il est aussi transitif et signifie Administrer la communion. C'est son curé qui l'a communié.

Littré (1872-1877)

COMMUNIER (ko-mu-ni-é)
  • 1 V. n. Recevoir la communion, le sacrement de l'eucharistie. Il a communié à Pâques. Il s'est donné à communier comme mortel en la cène, Pascal, J. C. 34. Quoi qu'elle ne pût assez communier pour son désir, elle ne cessait de se plaindre humblement et modestement des communions fréquentes qu'on lui ordonnait, Bossuet, Marie-Thér.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 2 V. a. Administrer le sacrement de l'eucharistie. L'Église communiait les petits enfants, Bossuet, Trad. Il faut que le prêtre avertisse les mourants soupçonnés de jansénisme qu'ils seront damnés, et les communie à leurs risques et périls, Voltaire, Louis XV, 36. Lorsque, sur le point de les communier, il leur déclara…, Bourdaloue, Pensées, t. III, p. 368.

HISTORIQUE

XIIe s. E de part l'arcevesque [il] lur aveit denuncié Qu'il les asoleit tuz, clers e lais, del pechié, Qu'as escumeniez orent comunié, Th. le mart. 121.

XIIIe s. Soit chascuns confès et commeniés, Villehardouin, CLX. Delez le flun habiterai Por toi, que g'i atenderai ; Iluec serai communiée ; Por après serai deviée [morte], Rutebeuf, II, 139.

XVIe s. Ils vinrent mettre en pieces une assemblée des Refformez, communiquans à la cene au village de la Tardiere, D'Aubigné, Hist. III, 346.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. COMMUNIER.
2 V. a. Ajoutez :

Fig. Ton zèle autant de fois saura mystiquement D'une invisible main communier ton âme, Corneille, Imit. IV, 1296.

4Se communier, v. réfl. Administrer à soi-même le sacrement de l'eucharistie. Qu'il n'est pas permis au prêtre qui célèbre de se communier soi-même, Hist. du concile de Trente, traduct. de le Courayer, Amst. 1736, t. I, p. 625.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « communier »

Du latin communicare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(c. 980) Du latin communicare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. communiar, cumeniar, cumengar, cumenegar ; espagn. comulgar ; portug. commungar ; ital. communicare ; du latin communicare, communiquer (voy. ce mot), faire participant. Communier est la dérivation ancienne et légitime de communicare (la consonne se perdant en des cas pareils) ; communiquer a été refait ensuite sur le latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « communier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
communier kɔmynje

Évolution historique de l’usage du mot « communier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « communier »

  • Pour rejoindre ses fidèles malgré la pandémie, la paroisse Saint-Jean-Baptiste, qui est la seule paroisse francophone de Regina, publie des vidéos de ses messes sur les réseaux sociaux. Née du besoin de communier malgré l’interdiction des grands rassemblements dans les lieux de cultes, cette idée fait ses preuves et pourrait perdurer au-delà de la phase de confinement. Radio-Canada.ca, Communier sur la «toile» pour resserrer les liens entre croyants | Coronavirus | Radio-Canada.ca
  • Je n’ai jamais vu personne communier comme elle l’a fait. Pour mon cœur de prêtre, cela reste un moment très émouvant. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Le jour où Anne-Gabrielle Caron a fait sa première communion
  • Il pleut fort sur Quimper en ce dimanche matin de fête des mères. Par petits groupes, sous des parapluies ou tentant de se protéger avec une capuche, les fidèles vont à la messe. C’est la troisième célébration du dimanche donnée en la cathédrale Saint-Corentin depuis la fin du confinement et il y a du monde. Beaucoup. Les gens reviennent. À l’entrée on demande à tous de mettre un masque. Si on n’en a pas, ils en donnent. À l’intérieur, on s’installe par familles ou à distance des uns des autres. Des jeunes, des personnes âgées, des hommes, des femmes, des enfants qui se lèvent d’un bond au son du grand orgue et se mettent à chanter à pleins poumons. « Ça m’a manqué car j’aime bien venir communier. Pendant le confinement, je regardais la messe à la télé, mais c’est pas pareil », lâche Armande, septuagénaire quimpéroise qui a toujours eu ses habitudes à Saint-Corentin. Marie-Thérèse porte un masque mais à ses yeux on devine un large sourire. « Je suis tellement contente de pouvoir revenir à la messe. J’ai suivi les messes virtuelles pendant le confinement avec des communions de désir, des communions spirituelles puisqu’on n’avait pas la communion sacramentaire. Mais revenir dans un lieu saint me manquait terriblement. C’était vraiment une privation », explique la sexagénaire quimpéroise. Le Telegramme, À la cathédrale, les fidèles retournent à la messe - Quimper - Le Télégramme
  • Au niveau des écoles privées, c’est surtout le manque d’enseignants qui frappe l’œil du visiteur. Dans la commune urbaine, ce sont seulement trois écoles privées qui ont pu démarrer les cours ce lundi. Les autres ont été frappées par un manque notable d’enseignants. Ces derniers, très en colère pour avoir été laissés pour compte pendant ces derniers mois, auraient carrément refusé de rallier leurs écoles et communier avec leurs élèves avides de savoir. Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profonde, Réouverture des classes à Mamou : pas de cours au Lycée Cabral et dans certaines écoles privées - Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profondeGuinée Matin – Les Nouvelles de la Guinée profonde
  • Cela demande que ces ministres soient bien formés, et en général ce sont des chrétiens engagés. On sait très bien que seuls les prêtres peuvent produire le Corps de Jésus, Le rendre présent en célébrant l’Eucharistie. Mais s’ils Le rendent présent, c’est pour Le donner à leurs frères. Alors je pense que là aussi, il y a toute une catéchèse à faire, mais c’est tout à fait possible. Cela peut donc très bien être vécu sans qu’il n’y ait aucune confusion. L’une des grâces de cette grande crise, cela va être une meilleure collaboration entre prêtres et laïcs, le dépassement de toute forme de cléricalisme – les prêtres ne sont pas propriétaires, ils sont ministres et serviteurs de l’Eucharistie-, et le fait de mettre Jésus Eucharistie dans les mains des laïcs pour pouvoir Le communiquer le plus largement possible à tous leurs frères, à tous ceux qui sont souffrants; comme il a toujours été admis de donner la communion aux malades, maintenant c’est tout le Peuple de Dieu qui est malade, tout le Peuple de Dieu souffre de la faim. Ce sont des conditions exceptionnelles: normalement, bien sûr, on doit communier pendant la Messe, pendant la célébration, mais là ça n’est plus possible à cause de ces circonstances. J’insiste donc beaucoup sur la créativité du Peuple de Dieu, et en particulier sur la créativité des laïcs. Je pense que l’évènement de Prato devrait être mis en lumière comme un signe prophétique pour toute l’Église catholique, pas seulement pour l’Italie. , Pouvoir communier: «l’une des plus grandes urgences du moment» - Vatican News

Images d'illustration du mot « communier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « communier »

Langue Traduction
Anglais communion
Espagnol comunión
Italien comunione
Allemand gemeinschaft
Chinois 交流
Arabe شركة
Portugais comunhão
Russe общение
Japonais 聖体拝領
Basque komunio
Corse cumunione
Source : Google Translate API

Synonymes de « communier »

Source : synonymes de communier sur lebonsynonyme.fr
Partager