La langue française

Closier, closière

Définitions du mot « closier, closière »

Trésor de la Langue Française informatisé

CLOSIER, ÈRE, subst.

Vieilli. Celui ou celle qui exploite une closerie, qui a soin d'un clos. Closier-viticulteur :
La maison du closier chargé de faire les façons de la vigne est adossée au pignon de gauche... Balzac, La Grenadière,1834, p. 228.
Prononc. : [klozje], fém. [-jε:ʀ]. Étymol. et Hist. 1225-30 closier « gardien d'un jardin » (G. de Lorris, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 2811). Dér. de clos* subst., suff. -ier*; cf. lat. médiév. closarius, spéc. attesté dans les pays de Loire au sens de « métayer », dep. fin xie-début xiies. d'apr. Bambeck Boden, p. 95. Fréq. abs. littér. : 4.

Wiktionnaire

Nom commun

closier \klo.zje\ masculin

  1. (Désuet) Petit métayer qui tient une closerie avec un bail à ferme (à loyer fixe).
    • Des closiers labourent des champs perpendiculaires. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • C'est un fait très caractéristique, nous l'avons vu, que, ni dans les listes électorales de 1790, ni dans les rôles des tailles, ni dans les registres d’état-civil antérieur à la Révolution, on ne trouve le terme de « cultivateur ». On trouve, par contre, toujours une divisions tripartie en laboureurs (ou fermier), bordagers (ou, dans le sud-ouest, closiers), journaliers. Éventuellement s’y ajoute : vignerons. — (Paul Bois, Paysans de l’Ouest : des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Flammarion, coll. « Champs », 1971 (1re éd. 1960), page 189)
    • En réalité, dès l’Ancien Régime, le terme de « métairie » désignait dans l’Ouest une exploitation importante, menée par un « laboureur » pourvu d’un notable capital d’exploitation, et notamment d’un ou plusieurs attelages par opposition au « bordage », de beaucoup plus petite dimension, exploité par un bordager ou closier, sensiblement plus démuni de cheptel vif ou mort. Que la métairie fût exploitée en faire-valoir direct, en fermage, ou, très rarement, à mi-fruits, peu importait : le vocabulaire local ne variait pas. Inversement, un bordage donné en bail à mi-fruits n’était jamais qualifié de métairie. — (François Goguel, Bois (Paul) – Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, dans Revue française de science politique, no 4, 1961, 11, p. 983-987 [texte intégral])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CLOSIER (klô-zié) s. m.
  • Celui qui tient à ferme une closerie.

    Dans certaines provinces, celui qui a soin du clos.

HISTORIQUE

XIIIe s. Mes uns vilains, qui grant honte ait, Près d'ilecques repost s'estoit : Dangiers ot nom, si fu closiers Et garde de tous les rosiers, la Rose, 2839.

XVe s. Du lieu où lavande Croist et rosiers, à grant foison, sans façon de cloisiers, Christine de Pisan, Dit de Poissy.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « closier »

Sans doute dérivé de closerie, nom issu de clos,participe passé de "clore" venant du latin infinitif claudere qui signifie fermer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « closier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
closier klɔsie

Évolution historique de l’usage du mot « closier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « closier »

Langue Traduction
Anglais closier
Espagnol más cercano
Italien closier
Allemand näher
Chinois closier
Arabe أقرب
Portugais mais próximo
Russe closier
Japonais クロージャー
Basque closier
Corse più chiusu
Source : Google Translate API

Synonymes de « closier »

Source : synonymes de closier sur lebonsynonyme.fr

Closier

Retour au sommaire ➦

Partager