La langue française

Cilice

Sommaire

  • Définitions du mot cilice
  • Étymologie de « cilice »
  • Phonétique de « cilice »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cilice »
  • Citations contenant le mot « cilice »
  • Traductions du mot « cilice »
  • Synonymes de « cilice »

Définitions du mot cilice

Trésor de la Langue Française informatisé

CILICE, subst. masc.

A.− Tunique, ceinture de crin ou d'étoffe rude, garnie éventuellement de clous ou de pointes de fer à l'intérieur et portée sur la chair par mortification. Porter, prendre le cilice; cilice de pénitente; cilice de poil de gazelle :
1. On fabriquait, paraît-il, les cilices en Cilicie, avec du poil de chèvre. Je ne crois même pas que l'on puisse trouver de tels articles dans le commerce. G. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 59.
2. Ça me dégoûte comme d'aller à confesse, c'est du même ordre que les « pénitences », le cilice des moines, tout l'arsenal ordurier du masochisme chrétien... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 181.
P. métaph. :
3. À cette heure de nuit, la nature était morte, l'ombre tendait de crêpe les murs blanchis, la fraîcheur lui mettait aux épaules un cilice salutaire; ... Zola, La Faute de l'Abbé Mouret,1875, p. 1286.
B.− Au fig. Ce qui est cause de tourments. Endosser le cilice de la misère (Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 376):
4. La haire sacrée et le cilice rigoureux des saintes épreuves ne nous défendent pas eux-mêmes contre les prestiges du mauvais esprit; nous souffrons comme vous, mes enfants, et nous jugeons de la rigueur de vos combats par ceux que nous avons livrés. Nodier, Trilby,1822, p. 146.
Prononc. et Orth. : [silis]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. silice. Étymol. et Hist. 2emoitié du xiiies. (Machabées, 62 ds Quem.). Empr. au lat. class. cilicium « pièce d'étoffe en poil de chèvre [de Cilicie] ». Fréq. abs. littér. : 135.

Wiktionnaire

Nom commun

cilice \si.lis\ masculin

  1. (Habillement) Espèce de plastron ou de large ceinture, qui est faite d’un tissu de poil de chèvre, de crin de cheval, ou de quelque autre poil rude et piquant, et que l’on porte sur la chair par mortification.
    • Alors c’étaient des larmes, des désespoirs, et le jeûne, et le cilice, et la discipline.  — (Alphonse Daudet, Les lettres de mon moulin, p. 297)
    • Chaque soir, à genoux, la peau écorchée d’un cilice, il s’efforçait de chasser le fantôme de la femme regrettée. — (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
    • Il était prêt à tout croire au sujet de Ervin, qu’il portait un cilice clouté sous sa robe de bure, et qu’avant de mourir il aurait les stigmates… mais qu’il ne fumait plus ! — (Antal Szerb, Le voyageur et le clair de Lune, 1937, page 128, édition Viviane Hamy, traduction par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huszvai)
  2. (Figuré) Quelque chose qui est la cause d’un ou plusieurs tourments.
    • Porter le cilice ; Prendre le cilice ; Se revêtir d’un cilice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CILICE. n. m.
Espèce de plastron ou de large ceinture, qui est faite d'un tissu de poil de chèvre, de crin de cheval, ou de quelque autre poil rude et piquant, et que l'on porte sur la chair par mortification. Porter le cilice. Prendre le cilice. Se revêtir d'un cilice.

Littré (1872-1877)

CILICE (si-li-s') s. m.
  • Ceinture de crin qu'on porte sur la peau par mortification. Porter le cilice. Affliger son corps de cilices et de jeûnes. Mais d'où vient cet air sombre, et ce cilice affreux, Et cette cendre enfin qui couvre vos cheveux ? Racine, Esth. I, 3. Elle pleura la mort de son époux dans le jeûne et dans le cilice, Massillon, Jeûne. Le moine secoua le cilice et la haire, Boileau, Lutr. VI. Il faut porter ta croix, goûter de ton calice, Couvrir son front de cendre et son corps d'un cilice, La Fontaine, Captivité de St Malc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CILICE, s. m. (Hist. anc. & mod.) vêtement fait de poils de chevre ou de bouc, dont l’usage est venu des anciens Ciliciens qui portoient de ces sortes de robes, particulierement les soldats & les matelots.

Nec minus interea barbas, incanaque menta,
Cinyphii tondent hirci, setasque comantes,
Usum in castrorum, & miseris velamina nautis.

Géorg. liv. III.

Peut-être le vrai sens de ces vers est-il qu’anciennement les soldats & les matelots se servoient de ces tissus de poil de chevre pour en faire des tentes & des voiles ; & c’est ce que semble insinuer Asconius Pedianus, dans une remarque sur la troisieme verrine, où il dit : Cilicia tenta in castrorum usum atque nautarum. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cilice »

Provenç. cilici, cirici, selitz ; espagn. cilicio ; ital. ciliccio ; de cilicium, étoffe de poil de chèvre, de ϰιλίϰιον, étoffe ainsi nommée à cause qu'elle se faisait avec du poil de chèvres de Cilicie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du latin cilicium (« morceau d’étoffe en poil de chèvre de Cilicie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cilice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cilice silis

Évolution historique de l’usage du mot « cilice »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cilice »

  • Tous types d’émaux (cilice, alumine, talc, feldspath, carbonate de calcium) et d’oxydes (étain, fer, cobalt, chrome, manganèse) sont utilisés. S’ensuit une seconde cuisson de 9 heures à 1.290°C, qui assure la vitrification des pièces. PresseLib, Depuis son atelier landais de Saugnacq-et-Muret, elle travaille l’émail et propose une vaisselle sobre et élégante aux couleurs de nos paysages… - PresseLib
  • «L’Opus Dei est une association controversée de laïcs catholiques faisant partie de l’Église. De stricte obédience papiste, il s’agit d’un groupe ultraconservateur. Il suscite la méfiance du fait de son caractère secret : les membres sont invités à ne pas révéler leur affiliation. On y encourage les pratiques de mortification, notamment la flagellation et le port du cilice (ceinture de crin), deux heures par jour.  Le Journal de Montréal, Scheer et l’Opus Dei | Le Journal de Montréal
  • Dans l’Ancien Testament, pour manifester publiquement sa conversion et sa repentance devant Dieu, le juif se revêtait d’un cilice, s’asseyait sur des cendres et en répandait sur sa tête. Le cilice est un vêtement pénitentiel sous la forme d’un sac fait de tissu rugueux, généralement en poil de bouc noir, assez inconfortable à porter. La Croix Africa, L’origine de l’imposition des cendres - La Croix Africa
  • La Fontaine s'est alité en ce 10 avril 1695. Il ne se relèvera plus. Le 13, il a rendu son âme à Dieu. A même sa chair, il portait un cilice. Le Figaro.fr, Jean de La Fontaine en dix dates : 13 avril 1695, il meurt à 73 ans
  • Après sa mort, révèle Erik Orsenna, on découvrit que Jean de La Fontaine portait un cilice, « cette chemise de fer qui entaillait la chair pour le punir de ses abandons passés ». Triste fin pour un si grand écrivain. La Croix, Le fabuliste et l’académicien

Traductions du mot « cilice »

Langue Traduction
Anglais hair shirt
Espagnol cilicio
Italien cilicio
Portugais cilício
Source : Google Translate API

Synonymes de « cilice »

Source : synonymes de cilice sur lebonsynonyme.fr
Partager