La langue française

Chirurgien, chirurgienne

Sommaire

  • Définitions du mot chirurgien, chirurgienne
  • Étymologie de « chirurgien »
  • Phonétique de « chirurgien »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chirurgien »
  • Citations contenant le mot « chirurgien »
  • Traductions du mot « chirurgien »
  • Synonymes de « chirurgien »

Définitions du mot chirurgien, chirurgienne

Trésor de la Langue Française informatisé

CHIRURGIEN, IENNE, subst.

I.−
A. Médecin spécialiste qui pratique la chirurgie. Un grand chirurgien; un chirurgien célèbre, en herbe :
1. Il était habile chirurgien, mais il n'entendait rien à la médecine et appliquait ce maudit émétique à tous les maux. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 257.
SYNT. a) [Selon le domaine de la chirurgie pratiquée] Chirurgiens accoucheurs*, plastiques; chirurgien barbier (Roussy [F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 4, 1920-24, p. 412]); chirurgiens bandagistes, herniaires (anc.). b) Chirurgien de profession, consultant, des hôpitaux; chirurgien mutualiste; chirurgien militaire, d'armée, des armées, de campagne, de (la) marine, de quartier, de vaisseau, de village; chirurgien-major; premier chirurgien; chirurgien en chef; officier chirurgien; aide-chirurgien, apprenti chirurgien; chirurgien en robe longue; en qualité de chirurgien; être entre les mains des chirurgiens. c) [Chirurgien + terme spécificateur] Chirurgien dentiste, vétérinaire.
Rem. 1. Rare au fém. − Nous n'avons pas assez d'infirmières. Moi, je suis chirurgienne (Malraux, L'Espoir, 1937, p. 510); au sens de ,,femme d'un chirurgien`` dans Lar. 19eseulement. 2. En emploi adj. Je suis presque chirurgien (Ponson du Terrail, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 140). L'Éducation anatomique et clinique des jeunes dames chirurgiennes (Taine, Notes sur Paris, Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 18).
B.− P. anal., littér.
1. Fréq. Chirurgien céleste (Balzac, Honorine, 1843, p. 395), chirurgien spirituel (Huysmans, À rebours,1884, p. 254).(Le) prêtre :
2. Le chirurgien de l'âme n'est pas de ce monde. Le mot d'Ambroise Paré est bien plus vrai de l'âme que du corps. Les âmes se pansent (seulement!) et Dieu les guérit (quelquefois!). Barbey d'Aurevilly, 3eMemorandum,1856, p. 75.
2. Rare :
3. Le pivert : « Peut-on entrer? » Il regarde de l'autre côté s'il a percé l'arbre. Le chirurgien des arbres. Renard, Journal,1895, p. 289.
3. Argot :
4. Chirurgien en vieux, s. m. Savetier, qui répare les vieux cuirs, − dans l'argot des faubouriens. A. Delvau, Dict. de la lang. verte,1866, p. 80.
II.− ZOOL. [En parlant d'animaux dont les ongles ou les arêtes ressemblent à des lancettes]
A.− ORNITH. Échassier.
B.− ICHTYOL. Nom vulgaire de l'acanthure.
Rem. Selon Burn. 1970, la bécasse est aussi appelée chirurgien parce qu'elle est capable de bander et de panser elle-même sa patte brisée.
Prononc. et Orth. : [ʃiʀyʀ ʒjε ̃]. Aucune transcr. de cérugien. Pour la prononc. de l'initiale par [ʃ] cf. chimère. Ds Ac. 1694-1932. Pour la forme chirurgien et la forme sirugien, cf. chirurgie. Étymol. et Hist. 1172-75 cirurgiien (Chr. de Troyes, Chevalier charrette, éd. W. Foerster, 3597); 1466 chirurgienne (Exéc. testam. de Jeh. Gosse, A. Tournai ds Gdf. Compl.); 1728 chirurgien dentiste (P. Fauchard, Le Chirurgien dentiste ou traité des dents, éd. 1746 [rédigé en 1728] d'apr. Mél. Grevisse, 223 ds Quem. Fichier). Dér. du rad. de chirurgie*; suff. -ien*. Fréq. abs. littér. : 686. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 196, b) 1 222; xxes. : a) 685, b) 829. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 239. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 8, 51, 68. − Lew. 1960, p. 219. − Quem. 2es. t. 3, 1972.

Wiktionnaire

Nom commun 1

chirurgien \ʃi.ʁyʁ.ʒjɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : chirurgienne)

  1. (Chirurgie) Celui ou celle qui pratique la chirurgie.
    • Deux sortes de personnes contractent nécessairement beaucoup d'insensibilité : les chirurgiens, les prêtres. A voir toujours souffrir et mourir, on meurt peu à peu soi-même dans les facultés sympathiques. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, Préface de la 3e édition, p.XVIII)
    • (Par apposition)On serait livré par drone et soigné avec le dernier cri de la technologie médicale : robots chirurgiens, thérapies cellulaires et thérapies géniques. — (Dominique Nora, Lettres à mes parents sur le monde de demain, Grasset, 2015)

Nom commun 2

chirurgien \ʃi.ʁyʁ.ʒjɛ̃\

  1. (Zoologie) Une des espèces de poissons osseux marins, de la famille des acanthuridés (Acanthuridae), variante de poisson-chirurgien.
  2. (Ornithologie) Synonyme de jacana à longue queue (Hydrophasianus chirurgus), espèce d'oiseau de la famille des jacanidés.

Nom commun

chirurgienne \ʃi.ʁyʁ.ʒjɛn\ féminin (pour un homme on dit : chirurgien)

  1. (Chirurgie) Praticienne qui pratique la chirurgie.
    • Plaie douloureuse et non mortelle, […], murmura la belle et savante chirurgienne ; passe-moi du baume et prépare de la charpie, Gillonne. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • Dame Trotula y enseignait les balbutiements de la gynéco-obstétrique, alors que sous le règne de Louis XI, Dame Hersent sera la chirurgienne personnelle du roi. — (Bernard Kron, Chirurgie : Chronique d'une mort programmée - Serons-nous soignés demain ?, Éditions L'Harmattan, 2015, page 23)

Nom commun

chirurgienne \ʃi.ʁyʁ.ʒjɛn\ féminin (pour un homme on dit : chirurgien)

  1. (Chirurgie) Praticienne qui pratique la chirurgie.
    • Plaie douloureuse et non mortelle, […], murmura la belle et savante chirurgienne ; passe-moi du baume et prépare de la charpie, Gillonne. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • Dame Trotula y enseignait les balbutiements de la gynéco-obstétrique, alors que sous le règne de Louis XI, Dame Hersent sera la chirurgienne personnelle du roi. — (Bernard Kron, Chirurgie : Chronique d'une mort programmée - Serons-nous soignés demain ?, Éditions L'Harmattan, 2015, page 23)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIRURGIEN. n. m.
Celui qui pratique la chirurgie. Être entre les mains des chirurgiens. Chirurgien-major.

Littré (1872-1877)

CHIRURGIEN (chi-rur-jiin) s. m.
  • 1Celui qui exerce la chirurgie. Un bon chirurgien. Il s'était élevé un procès entre les médecins et les chirurgiens, espèce de guerre civile qui divisait les citoyens d'un même état, Fontenelle, Geoffroy. Il vint à Paris à dix-huit ans s'instruire à l'hôtel-Dieu, la meilleure de toutes les écoles pour de jeunes chirurgiens, Fontenelle, Mery. C'est ainsi que Dieu, comme un chirurgien, avec son couteau affilé et à deux tranchants à la main, qui est sa parole, pénètre les jointures, les moelles, les pensées, les intentions les plus secrètes, Bossuet, Pensées chrét. VIII.

    Chirurgien herniaire, s'est dit de ceux qui s'occupaient spécialement des hernies.

    Chirurgien bandagiste, s'est dit de ceux qui fabriquaient des bandages et qui étaient, comme les autres chirurgiens, reçus à Saint-Côme (c'était autrefois l'école de chirurgie, distincte de l'école de médecine).

  • 2Poisson des mers de l'Amérique, ainsi nommé de deux arêtes fort tranchantes, et plates comme des lancettes, qu'il porte à côté des ouïes.

    PROVERBE

    Il faut avoir jeune chirurgien, vieux médecin et riche apothicaire.

REMARQUE

On fait, si l'on veut, en vers chirurgien de quatre syllabes. Vite un chirurgien. - Qu'il vienne à l'audience, Racine, Plaid, II, 13.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pour ce que il puet avenir que, quant murtrier ou larron sunt bleciez ou blecent autrui, vienent celéement aus cyrurgiens de Paris, et se font guerir celéement…, Liv. des mét. 419. Je sai une fisicienne Qui à Lions ne à Viane, Ne tant comme li siecles dure, N'a si bone serurgienne, Rutebeuf, 37. Quant il vint là, il ne pot parler : pluseurs des cyrurgiens et des phisiciens de l'ost alerent à li, Joinville, 218. Fisique, Ypocras, Galien, Et cil hardi cirurgien, Bat. des 7 arts.

XIVe s. Et se un cyrurgien fendoit ou tranchoit aucun membre pour guarir un homme et il le occioit, Oresme, Eth. 62.

XVe s. Ni surgien ni medecin n'y purent oncques remedier, qu'il n'en mourust, Froissart, II, III, 96. Et bien avoit [le roi Charles] la connoissance [de sa maladie], aussi avoient ses cirurgiens et medecins, Froissart, II, II, 70.

XVIe s. Le chirurgien qui avoit pansé la playe du chevalier Bayard montra à son barbier comme il le pensoit et lui donna un onguent pour faire un emplastre qu'il devoit lui appliquer tous les jours, Hist. du chevalier Bayard, p. 286, dans LACURNE. Nous defendons et inhibons par tous les trois edits (porte le langage latin) que, dans la ville et vicomté de Paris, nuls chirurgiens et chirurgiennes ne puissent exercer l'art de chirurgie, soit publiquement ou en privé, s'ils n'ont esté prealablement examinez et approuvez par les autres maistres chirurgiens jurez demeuranz à Paris, à ce expressement appellez. Chose de prime face estrange et toutefois excusable, si par nos anciens romans (images de nos coustumes anciennes) nous trouvons que nos chevaliers ayans esté casuellement blessez par la campagne, ils avoient recours aux plus proches chasteaux, dans les quels ils trouvoient leur guerison par le ministere des preudes dames et damoiselles, Pasquier, Recherches, IX, p. 820, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHIRURGIEN. Ajoutez :
1Ajoutez : Chirurgien major, voy. MAJOR, n° 5.
3 Au féminin, chirurgienne, femme qui connaît la chirurgie. Je ne sais que la mort de la pauvre chirurgienne qui s'est tuée parce qu'on lui avait ôté son amant, Lettre du chevalier de Grignan, 1674, dans Lett. inéd. de Mme de Sévigné, éd. Capmas, t. I, p. 329.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHIRURGIEN, s. m. celui qui professe & exerce la Chirurgie. Voyez Chirurgie.

L’état des Chirurgiens a été différent, suivant les révolutions différentes que la Chirurgie a éprouvées. On l’a vûe dans trois états différens, & les seuls qui étoient possibles pour elle. De ces trois états, deux ont été communs à toutes les nations étrangeres, & le troisieme a été particulier à la France.

Le premier état de la Chirurgie, celui qui fixe nos yeux, comme le plus éclatant, du moins chez les nations étrangeres, ce fut celui où cet art se trouva après la renaissance des lettres dans l’Europe. Quand les connoissances des langues eurent ou vert les thrésors des Grecs & des Latins, il se forma d’excellens hommes dans toutes les nations & dans tous les genres. Mais ce qu’il y eut de particulier, par rapport à la Chirurgie, sur-tout dans l’Italie & dans l’Allemagne, c’est que cette science fut cultivée & exercée par les mêmes hommes qui cultiverent & qui exercerent la Medecine ; de sorte que l’on vit dans les mêmes savans, & des Chirurgiens admirables, & de très-grands Medecins. Ce furent là les beaux jours de la Chirurgie pour l’Italie & pour l’Allemagne. C’est à ce tems que nous devons rapporter cette foule d’hommes illustres dont les ouvrages feront à jamais le soûtien & l’honneur de l’une & l’autre Medecine.

La disposition des lois avoit favorisé la liberté d’unir dans les mêmes hommes les deux arts ; ce fut cette liberté même qui causa la chûte de la Chirurgie. Il n’est pas difficile de sentir les raisons de cette décadence. Les dehors de la Chirurgie ne sont pas attrayans ; ils rebutent la délicatesse : cet art, hors les tems de guerre, n’exerce presque les fonctions qui lui sont propres que sur le peuple, ce qui n’amorce ni la cupidité ni l’ambition, qui ne trouvent leur avantage que dans le commerce avec les riches & les grands ; de-là les savans, maîtres de l’un & l’autre art, abandonnerent l’exercice de la Chirurgie. Les maladies médicales sont les compagnes ordinaires des richesses & des grandeurs ; & d’ailleurs elles n’offrent rien qui, comme les maladies chirurgicales, en éloigne les personnes trop délicates ou trop sensibles ; ce fut par ces raisons, que ces hommes illustres, Medecins & Chirurgiens tout-à-la-fois, abandonnerent les fonctions de la Chirurgie, pour n’exercer plus que celles de la Medecine.

Cet abandon donna lieu au second état de la Chirurgie. Les Medecins-Chirurgiens, en quittant l’exercice de cet art, retinrent le droit de le diriger, & commirent aux Barbiers les fonctions, les opérations de la Chirurgie, & l’application de tous les remedes extérieurs. Alors le Chirurgien ne fut plus un homme seul & unique : ce fut le composé monstrueux de deux individus ; du Medecin, qui s’arrogeoit exclusivement le droit de la science, & conséquemment celui de diriger ; & du Chirurgien manœuvre, à qui on abandonnoit le manuel des opérations.

Les premiers momens de cette division de la science d’avec l’art d’opérer, n’en firent pas sentir tout le danger. Les grands maîtres qui avoient exercé la Médecine comme la Chirurgie vivoient encore ; & l’habileté qu’ils s’étoient acquise suffisoit pour diriger l’automate, ou le Chirurgien opérateur. Mais dès que cette race Hippocratique, comme l’appelle Fallope, fut éteinte, les préjugés de la Chirurgie furent non-seulement arrêtés, mais l’art lui-même fut presque éteint ; il n’en resta pour ainsi dire que le nom. On cessa de voir l’exemple de ces brillantes, de ces efficaces opérations, qui du regne des premiers Medecins avoient sauvé la vie à tant d’hommes. De-là cette peinture si vive que fait Magatus du malheur de tant d’infortunés citoyens, qui se trouvoient abandonnés sans ressource, lorsqu’autrefois l’art auroit pû les sauver ; mais ils ne pouvoient rien en espérer dans cette situation. Le Chirurgien n’osoit se déterminer à opérer, parce qu’il étoit sans lumieres : le Medecin n’osoit prendre sur lui d’ordonner, parce qu’il étoit sans habileté dans ce genre. L’abandon étoit donc le seul parti qui restât, & la prudence elle-même n’en permettoit point d’autre.

La Chirurgie Françoise ne fut point exposée aux mêmes inconvéniens. Une législation dont on ne peut trop loüer la sagesse, avoit donné à la Chirurgie le seul état qui pouvoit la conserver. Cet état est le troisieme où la Chirurgie s’est vûe, & qui jusqu’à nos jours n’a été connue que de la France.

Long-tems avant le regne de François I. la Chirurgie faisoit un corps savant, mais uniquement occupe à la culture de la Chirurgie. Les membres de ce corps possédoient la totalité de la science qui apprend à guérir ; mais ils n’étoient autorisés par la loi qu’à faire l’application des regles de cette science sur les maladies extérieures, & nullement sur les maladies internes, qui faisoient le partage des Physiciens ou Medecins. La science étoit liée à l’art par des nœuds qui sembloient indissolubles. Le Chirurgien savant étoit borné à la culture de son art. La vanité, l’ambition, ou l’intérêt ne pouvoient plus le distraire pour tourner ailleurs son application. Tout sembloit prévû ; toute source de desordre sembloit coupée dans sa racine ; mais la sagesse des lois peut-elle toujours prévenir les effets des passions, & les tours qu’elles peuvent prendre ? Les lettres qui faisoient le partage des Chirurgiens François sembloient mettre un frein éternel aux tentatives de leurs adversaires. Mais enfin les procès & les guerres outrées qu’ils eurent à soûtenir, préparerent l’avilissement de la Chirurgie. La faculté de Medecine appella les Barbiers, pour leur confier les secours de la Chirurgie ministrante ; ensuite elle les initia aux fonctions des grandes opérations de la Chirurgie ; enfin elle parvint à faire unir les Barbiers au corps des Chirurgiens. La Chirurgie ainsi dégradée par son association avec des artisans, fut exposée à tout le mépris qui devoit suivre une aussi indigne alliance : elle fut dépouillée par un arrêt solemnel en 1660 de tous les honneurs littéraires ; & si les lettres ne s’exilerent point de la Chirurgie, du moins ne parurent-elles y rester que dans la honte & dans l’humiliation.

Par une espece de prodige, malgré les lettres presque éteintes dans le nouveau corps, la théorie s’y conserva. On en fut redevable au précieux reste de l’ancien corps de la Chirurgie. Ces grands hommes, malgré leur humiliation, malgré la douleur de se voir confondus avec de vils artisans, espérerent le rétablissement de leur art. Ils conserverent le précieux dépôt de la doctrine, & firent tous leurs efforts pour le transmettre fidellement à des successeurs qui pourroient un jour voir renaître la Chirurgie : leur zele n’oublia rien. Parmi cette troupe d’hommes avec qui ils étoient confondus, ils trouverent dans quelques-uns des teintures des lettres, prises dans une heureuse éducation ; dans d’autres, des talens marqués pour réparer, dans un âge avancé, le malheur d’une éducation négligée ; & dans tous enfin, le zele le plus vif pour la conservation d’un art qui étoit devenu le leur.

Ce fut ainsi que la Chirurgie se maintint dans la possession de la théorie. Ce fut le fruit des sentimens que ces peres de l’art, restes de l’ancienne Chirurgie, sûrent inspirer à leurs nouveaux associés. Mais cette possession n’étoit pas une possession d’état, une possession publique autorisée par la loi ; c’étoit une possession de fait, une possession furtive, qui dès lors ne pouvoit pas long-tems se soûtenir. La séparation de la théorie, d’avec les opérations de l’art, étoit la suite infaillible de cet état, & la Chirurgie se voyoit par-là sur le penchant de sa ruine. On sentit même plus que le présage de cette décadence, & l’on ne doit point en être surpris ; car les dictées & les lectures publiques étant interdites, on n’avoit d’autre moyen que la tradition pour faire passer aux éleves les connoissances de la Chirurgie ; & l’art dut nécessairement se ressentir de l’insuffisance de cette voie, pour transmettre ses préceptes.

La perte de la Chirurgie étoit donc assûrée : il ne falloit rien moins pour prévenir ce malheur, qu’une loi souveraine qui rappellât cet art dans son état primitif. L’établissement de cinq démonstrateurs royaux en 1724, pour enseigner la théorie & la pratique de l’art, la fit espérer : bientôt après, elle parut comme prochainement annoncée (en 1731) par la formation de l’académie royale de Chirurgie dans le corps de S. Côme ; & ce fut enfin l’impression du premier volume des mémoires de cette nouvelle compagnie, qui amena l’instant favorable où il plut au Roi de prononcer. Voici les propres termes de cette loi mémorable, qui non-seulement prévint en France la chûte de la Chirurgie, mais qui en assûre à jamais la conservation & les progrès, en fermant pour toûjours les voies par lesquelles on avoit pensé conduire la Chirurgie à sa perte.

Après avoir déclaré d’abord que la Chirurgie est reconnue pour un art savant, pour une vraie science qui mérite les distinctions les plus honorables, la loi ajoûte : « Que l’on en trouve la preuve la moins équivoque dans un grand nombre d’ouvrages sortis de l’école de S. Côme, où l’on voit que depuis long-tems les Chirurgiens de cette école ont justifié par l’étendue de leurs connoissances, & par l’importance de leurs découvertes, les marques d’estime & de protection que les rois prédécesseurs ont accordées à une profession si importante pour la conservation de la vie humaine : mais que les Chirurgiens de robe longue qui en avoient été l’objet, ayant eu la facilité de recevoir parmi eux, suivant les lettres patentes du mois de Mars 1656, enregistrées au parlement, un corps entier de sujets illittérés, qui n’avoient pour partage que l’exercice de la Barberie, & l’usage de quelques pansemens aisés à mettre en pratique ; l’école de Chirurgie s’avilit bientôt par le mêlange d’une profession inférieure, ensorte que l’étude des lettres y devint moins commune qu’elle ne l’étoit auparavant : mais que l’expérience a fait voir combien il étoit à desirer, que dans une école aussi célebre que celle des Chirurgiens de S. Côme, on n’admît que des sujets qui eussent étudié à fond les principes d’un art dont le véritable objet est de chercher, dans la pratique précédée de la théorie, les regles les plus sûres qui puissent résulter des observations & des expériences. Et comme peu d’esprits sont assez favorisés de la nature pour pouvoir faire de grands progrès dans une carriere si pénible, sans y être éclairés par les ouvrages des maîtres de l’art, qui sont la plûpart écrits en Latin, & sans avoir acquis l’habitude de méditer & de former des raisonnemens justes par l’étude de la Philosophie ; Nous avons reçû favorablement les représentations qui nous été faites par les Chirurgiens de notre bonne ville de Paris, sur la nécessité d’exiger la qualité de maître-ès-arts de ceux qui aspirent à exercer la Chirurgie dans cette ville, afin que leur art y étant porté par ce moyen à la plus grande perfection qu’il est possible, ils méritent également par leur science & par leur pratique, d’être le modele & les guides de ceux qui, sans avoir la même capacité, se destinent à remplir la même profession dans les provinces & dans les lieux où il ne seroit pas facile d’établir une semblable loi ».

Exposer les dispositions de cette favorable déclaration, c’est en démontrer la sagesse. Les Chirurgiens souffrirent neanmoins à son occasion des contradictions de toute espece. Cette loi les lavoit de l’ignominie qui les couvroit : en rompant le contrat d’union avec les Barbiers, elle rendoit les Chirurgiens à l’état primitif de leur art, à tous les droits, priviléges, prérogatives dont ils jouissoient par l’autorité des lois avant cette union. La faculté de Medecine disputa aux Chirurgiens les prérogatives qu’ils vouloient s’attribuer, & elle voulut faire regarder le rétablissement des lettres dans le sein de la Chirurgie, comme une innovation préjudiciable au bien public & même aux progrès de la Chirurgie. L’université s’éleva contre les Chirurgiens, en reclamant le droit exclusif d’enseigner. Les Chirurgiens répondirent à toutes les objections qui leur furent faites. Ils prouverent contre l’université, qu’une possession fondée sur une législation constante les autorisoit à donner par-tout où bon leur sembleroit, des leçons publiques de l’art & science de Chirurgie ; qu’ils avoient toûjours joüi pleinement du droit d’enseigner publiquement dans l’université ; que la Chirurgie étant une science profonde & des plus essentielles, elle ne pouvoit être enseignée pleinement & sûrement que par les Chirurgiens ; & que les Chirurgiens ayant toûjours été de l’université, l’enseignement de cette science avoit toûjours appartenu à l’université.

De-là les Chirurgiens conclurent que l’université, pour conserver ce droit, qu’ils ne lui contestoient pas, avoit tort de s’élever contre la déclaration du Roi, qui en maintenant les Chirurgiens (obligés dorénavant à être maîtres-ès-arts) dans la possession de lire & d’enseigner publiquement dans l’université, lui conservoit entierement son droit. Ils ajoûterent que si l’université refusoit de reconnoître le collége & la faculté de Chirurgie, comme faisant partie d’elle-même, elle ne pourroit encore faire interdire aux Chirurgiens le droit d’enseigner cette science, étant les seuls qui soient reconnus capables de l’enseigner pleinement ; & que l’université voudroit en vain dans ce cas opposer aux lois, à l’usage, & à la raison, son prétendu droit exclusif d’enseigner, puisqu’elle ne peut se dissimuler que ce droit, qu’elle tient des papes, a été donné par nos rois, seuls arbitres du sort des sciences, à différens colléges qui enseignent, hors de l’université, des sciences que l’université enseigne elle-même.

Ces contestations, qui furent longues & vives, & dans le cours desquelles les deux principaux partis se livrerent sans doute à des procédés peu mesurés, pour soûtenir leurs prétentions respectives, sont enfin terminées par un arrêt du conseil d’état du 4 Juillet 1750. « Le Roi voulant prévenir ou faire cesser toutes les nouvelles difficultés entre deux professions (la Medecine & la Chirurgie) qui ont un si grand rapport, & y faire régner la bonne intelligence, qui n’est pas moins nécessaire pour leur perfection & pour leur honneur, que pour la conservation de la santé & de la vie des sujets de Sa Majesté, elle a résolu d’expliquer ses intentions sur ce sujet ». Le Roi prescrit par cet arrêt, 1° un cours complet des études de toutes les parties de l’art & science de la Chirurgie, qui sera de trois années consécutives ; 2° que pour rendre les cours plus utiles aux éleves en l’art & science de la Chirurgie, & les mettre en état de joindre la pratique à la théorie, il sera incessamment établi dans le collége de saint Côme de Paris, une école-pratique d’Anatomie & d’opérations chirurgicales, où toutes les parties de l’Anatomie seront démontrées gratuitement, & où les éleves feront eux-mêmes les dissections & les opérations qui leur auront été enseignées ; 3°. Sa Majesté ordonne que les étudians prendront des inscriptions au commencement de chaque année du cours d’étude, & qu’ils ne puissent être reçûs à la maîtrise qu’en rapportant des attestations en bonne forme du tems d’études. Le Roi regle par plusieurs articles comment la faculté de Medecine sera invitée, par les éleves gradués, à l’acte public qu’ils soûtiennent à la fin de la licence, pour leur réception au collége de Chirurgie ; & Sa Majesté veut que le répondant donne au doyen de la faculté, la qualité de decanus saluberrima facultatis, & à chacun des deux docteurs assistans, celle de sapientissimus doctor, suivant l’usage observé dans les écoles de l’université de Paris. Ces trois docteurs n’ont que la premiere heure pour faire des objections au candidat ; les trois autres heures que dure l’acte, sont données aux maîtres en Chirurgie, qui ont seuls la voix délibérative pour la réception du répondant.

Par l’article xix. de cet arrêt, Sa Majesté s’explique sur les droits & prérogatives dont les maîtres en Chirurgie doivent joüir ; en conséquence elle ordonne que conformément à la déclaration du 23 Avril 1743, ils joüiront des prérogatives, honneurs & droits attribués aux autres arts libéraux, ensemble des droits & priviléges dont joüissent les notables bourgeois de Paris ; & Sa Majesté par l’article xx. déclare qu’elle n’entend que les titres d’école & de collége puissent être tirés à conséquence, & que sous prétexte de ces titres les Chirurgiens puissent s’attribuer aucun des droits des membres & suppôts de l’université de Paris.

Cette restriction met le collége de Chirurgie au même degré où sont le collége Royal & celui de Louis le Grand. Les Chirurgiens, en vertu de leur qualité de maîtres en Chirurgie, ne peuvent avoir aucun droit à l’impétration des bénéfices, ni aux cérémonies particulieres au corps des quatre facultés ecclésiastiques. Cette restriction annulle implicitement les lettres patentes de François I. qui en 1544 accorda au collége des Chirurgiens de Paris les mêmes priviléges que les suppôts, régens, & docteurs de l’université de cette ville. Il est vrai que la faculté de Chirurgie ne forma jamais, étant de l’ordre laïque, civil, & purement royal, une cinquieme faculté avec les quatre autres de l’ordre apostolique. Les anciens Chirurgiens, en 1579, avoient cherché à faire une cinquieme faculté apostolique, ou pareille aux quatre autres facultés de l’université. Pour y parvenir, ils s’adresserent au pape qui leur accorda une bulle à cet effet, laquelle occasionna un procès qui n’a pas été décidé. Mais les Chirurgiens actuels renonçant aux vûes de leurs prédécesseurs, ont déclaré ne vouloir troubler l’ordre établi de tout tems dans l’université ; ils demandoient seulement d’y être unis sous l’ancienne forme, comme faculté laïque, civile, & purement royale, cette forme ne pouvant porter aucun préjudice à l’université, ni causer aucun dérangement dans son gouvernement. Il étoit très-naturel que les Chirurgiens souhaitassent d’appartenir à l’université, mere commune des sciences, du moins comme maîtres-ès-arts, puisqu’elle croit avoir raison de les refuser comme faculté. « Ce dernier titre, dit M. de la Martiniere, premier Chirurgien du Roi, dans un mémoire présenté à Sa Majesté ; ce dernier titre a fait l’objet de notre ambition : mais dès que votre volonté suprème daigne nous accorder le titre de collége royal, l’honneur de dépendre immédiatement de votre Majesté suffit pour nous consoler de toute autre distinction ». (Y)

Chirurgiens, s. m. pl. (Jurispr.) doivent intenter leur action dans l’année, pour leurs pansemens & médicamens, après lequel tems ils ne sont plus recevables. Coût. de Paris, art. 127.

Les Chirurgiens qui forment leur demande à tems, sont préférés à tous autres créanciers. Mornac, liv. IV. cod. de petitione hæredit.

Les ecclésiastiques ne peuvent exercer la Chirurgie ; ils deviendroient irréguliers. Mais un laïque qui a exercé la Chirurgie, n’a pas besoin de dispense pour entrer dans l’état ecclésiastique. Cap. sententiam extra ne clèrici negot. sæcul. se immisc.

Suivant le droit Romain, où l’impéritie étoit réputée une faute, le Chirurgien étoit tenu de l’accident qu’il avoit occasionné par son impéritie : mais parmi nous un Chirurgien n’est pas responsable des fautes qu’il fait par ignorance ou par impéritie ; il faut qu’il y ait du dol ou quelqu’autre circonstance qui le rende coupable. Voyez les arrêts cités par Brillon, au mot Chirurgien, n. 8.

Les Chirurgiens sont incapables de legs faits à leur profit par leurs malades, dans la maladie dont ils les ont traités. Voyez la loi scio ff. de legat. 1. & leg. Medict.s, ff. de extraord. cognit. Ricard, des donat. part. I. ch. iij. sect. 9. n. 299. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chirurgien »

(XIIe siècle) Mot dérivé de chirurgie avec le suffixe -ien. D'abord cirurgien (1172-1175) est le seul dérivé de chirurgie, entré ultérieurement dans le syntagme chirurgien dentiste (1728)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chirurgie ; génev. cérusien, cérugien. L'anglais surgeon vient de la forme serurgien, surgien. Dans le moyen âge, le cyrurgien était le même que notre chirurgien d'aujourd'hui ; le médecin se disait physicien (qui est devenu le nom du médecin en anglais, et qui dérive de physique), ou miege, de medicus, ou mire, de μύρον, onguent. Du reste, ces trois appellations prenaient souvent l'acception générale d'homme qui traite les maladies soit internes soit externes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chirurgien »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chirurgien ʃiryrʒjɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « chirurgien »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chirurgien »

  • Elle avait un nez superbe, qu'elle tenait de son père, chirurgien esthétique. De Groucho Marx
  • On sourit aux distractions des mathématiciens. On frémit en songeant à celles que pourrait avoir un chirurgien. De Sacha Guitry
  • Le chirurgien doit avoir un oeil d'aigle, un coeur de lion, et une main de femme. De Proverbe anglais
  • Un mauvais chirurgien ne fait de mal qu’à une personne à la fois. Un mauvais professeur à 130. De Ernest Boyer / People
  • De nos jours, un homme qui possède encore ses amygdales et son appendice, ce ne peut être qu’un chirurgien. De Anonyme
  • Le temps est un chirurgien paresseux qui laisse de profondes cicatrices sur les plaies qu’il referme. De Pierre Leroux / Cher éditeur
  • La vengeance est un chirurgien qui n'a jamais réussi qu'à estropier ses patients. De Marie-Antoinette Grégoire-Coupal / Le Sanglot sous les rires
  • Il faut trancher dans le vif comme le chirurgien, être assez froid vis-à-vis de son propre texte pour le corriger, supprimer, alléger. De Patrick Modiano / Magazine Télérama - 02/02/2014
  • - J'aurais dû être chirurgien esthétique ! 500.000 dollars par an pour m'occuper de nichons et de fesses ! De Robert Zemeckis / A la poursuite du diamant vert
  • La guerre est la seule véritable école du chirurgien. De Hippocrate / Aphorismes
  • L'action politique, à certaines heures, est comme le scalpel du chirurgien, elle ne laisse pas de place à l'incertitude. De François Mitterrand / Ma part de vérité
  • Le chirurgien s'instruit aux dépens de l'orphelin. De Proverbe arabe
  • Un chirurgien est un homme qui défend chèrement la vie des autres. De Albert Willemetz
  • Un Picasso étudie un objet comme un chirurgien dissèque un cadavre. De Guillaume Apollinaire / Les peintres cubistes
  • Le chirurgien fait tout, mais ne sait rien ; le médecin sait tout, mais ne fait rien ; le psychiatre ne sait ni ne fait rien ; et le médecin légiste sait tout, mais il est trop tard. De Wayne Miller
  • Le chirurgien orthopédiste grenoblois accusé d’avoir raté des opérations sur des dizaines de patients a été mis en examen, le 10 juin, pour « homicides et blessures involontaires » par les deux juges d’instruction en charge du dossier. Une information révélée par RTL ce lundi 22 juin et confirmée par le parquet de Grenoble à l’AFP. L'Obs, Le chirurgien de Grenoble, suspendu pour avoir raté plusieurs opérations, mis en examen
  • C’est un texte signé par une cinquantaine de médecins et citoyens de l’association "Agir durablement en santé en Nouvelle-Aquitaine". Parmi eux, Jean Cancel, chirurgien viscéral et chef de pôle anesthésie-bloc-chirurgie au centre hospitalier d’Angoulême. Ce manifeste dresse des constats et tire les enseignements de la crise traversée par les hôpitaux français lors de l’épidémie de Covid-19. CharenteLibre.fr, Un chirurgien d’Angoulême signe un manifeste sur l’avenir des établissements de santé - Charente Libre.fr
  • L’un des chirurgiens du centre hospitalier Ariège Couserans (CHAC), le docteur Christian Maestracci, a mis un terme à son activité en début de pandémie du Covid-19 et a enchaîné avec sa retraite programmée. Un départ quelque peu passé inaperçu dans ces circonstances, et alors que l’activité de l’établissement de soins a été fortement réduite avec l’annulation de certaines opérations non urgentes. ladepeche.fr, Saint-Girons. CHAC : l'héritage du Dr Maestracci, un "chirurgien multifacettes" parti à la retraite - ladepeche.fr
  • François Prunel : Eh bien si on remonte à loin (sourire) ma vocation, puisque c’est ainsi qu’on l’appelle, est née sans doute environ l’année de mes dix ans. Le meilleur ami de mon père est chirurgien digestif et à mes yeux d’enfants c’est un demi-dieu, il est plein de charisme, j’ai l’impression de parler à un super héros, c’est comme cela que cette spécialité - la même que la sienne - entre dans ma vie… Après je ne suis pas allé chercher trop loin non plus, je viens d’une famille de médecins qui regroupe de tout, du cardiologue à la dermatologue et même au vétérinaire, mon père, ma grand-mère, mes sœurs… Quant à ce qu’elle recouvre*, pour faire court : tout ce qui se passe entre la bouche et l’anus, la gorge (la thyroïde par exemple), le ventre, l’intestin, etc. c’est très vaste ! (*consulter la liste en fin d’article). , François Prunel, un chirurgien français auprès de l’hôpital Clemenceau | lepetitjournal.com
  • Les blocs opératoires ne sont plus réservés aux urgences, en Creuse, comme c'était le cas pendant le confinement dû à l'épidémie de Covid-19. Les chirurgiens recommencent à programmer des opérations pour des pathologies classiques. Cependant, l'activité reste très réduite. France Bleu, Retour au bloc opératoire très progressif pour les chirurgiens creusois
  • Vous avez peut-être déjà réfléchi à augmenter votre volume fessier mais avant de vous lancer dans une telle opération, qu'il est plus judicieux de prévoir minimum trois mois avant d'exposer ses fesses sur une plage, il convient de connaître les différentes techniques, le coût et les risques d'une telle procédure. Vendredi dans "Sans rendez-vous" sur Europe 1, le Dr Philippe Levan, chirurgien plasticien, et membre de la SOFCEP (Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens) explique tout ce qu'il faut savoir sur la chirurgie des fesses. Europe 1, Quatre choses à savoir sur la chirurgie plastique des fesses
  • L’école ou le sport? L’athlète de Canoë-kayak de vitesse Charlotte Brais préfère ne pas choisir. Avec une moyenne générale de 90% au Collège de Montréal et des résultats impressionnants aux Championnats canadiens de 2019, elle souhaite percer dans sa discipline et étudier en médecine, dans le but de devenir chirurgienne. Journal Métro, Sur les traces de Duvernay-Tardif
  • Sandra Oh a incarné la brillante chirurgienne Cristina Yang dans Grey's Anatomy. Un personnage important pour elle, qu'elle a toujours défendu, surtout quand elle n'appréciait pas la direction que lui donnait les scénaristes dans la série. , Grey's Anatomy : le jour où Sandra Oh s'est opposée aux scénaristes de la série pour une très bonne raison
  • Des journées de travail interminables, des nuits blanches passées à faire des chirurgies difficiles, la vie privée sacrifiée sur l’autel du Travail qui prend toute la place… Telle est la perception du métier de chirurgienne générale que la Dre Roxanne Leblanc a dû confronter durant ses années de formation à la Faculté de médecine à Ottawa… pour en sortir victorieuse et démontrer que les temps ont bien changé! l-express.ca, Une jeune chirurgienne qui veut concilier travail, famille et vie sociale - l-express.ca
  • Elle voulait être chirurgienne plastique, mais la voilà finalement étoile montante de la mode. Depuis le 26 juin, Mowalola Ogunlesi, designer née au Nigeria mais installée à Londres, est de toutes les conversations. La jeune femme, la vingtaine et un CV déjà impressionnant, vient en effet d’être nommée directrice du design de la collaboration entre Kanye West et Gap. L’enseigne américaine, en grande difficulté financière depuis plusieurs années (une crise aggravée par la pandémie de coronavirus), a signé un partenariat inédit avec le rappeur, déjà à la tête de sa propre ligne de prêt-à-porter. Cette collaboration exceptionnelle, prévue pour s’étendre sur dix ans, a fait décoller l’action de Gap, et surtout braqué les projecteurs sur une femme : Mowalola Ogunlesi. À 25 ans, la voilà donc propulsée définitivement dans la cour des grands. Vanity Fair, Yeezy x Gap : Qui est Mowalola Ogunlesi, la créatrice nommée par Kanye West ?
  • Comment masculiniser un visage d’homme grâce à la chirurgie esthétique ? C’est une tendance qui semble se dessiner parmi les patients des chirurgiens esthétiques. "Actuellement il y a des icônes masculines comme Brad Pitt, avec une mâchoire très développée, ou Javier Bardem, icône latino typique. Certains hommes ont envie d’avoir un visage plus masculin", explique sur Europe 1 Catherine Bergeret-Galley, chirurgienne plastique et esthétique. Les motivations derrière ces interventions sont différentes : raisons professionnelles, séquelles de maladies ou de syndromes qui déforment le visage...  Europe 1, Comment masculiniser un visage d'homme grâce à la chirurgie esthétique ?

Traductions du mot « chirurgien »

Langue Traduction
Anglais surgeon
Espagnol cirujano
Italien chirurgo
Allemand chirurg
Portugais cirurgião
Source : Google Translate API

Synonymes de « chirurgien »

Source : synonymes de chirurgien sur lebonsynonyme.fr
Partager