La langue française

Cent

Sommaire

  • Définitions du mot cent
  • Étymologie de « cent »
  • Phonétique de « cent »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cent »
  • Citations contenant le mot « cent »
  • Images d'illustration du mot « cent »
  • Traductions du mot « cent »
  • Synonymes de « cent »

Définitions du mot « cent »

Trésor de la Langue Française informatisé

CENT1, adj. et subst.

I.− Emplois adj.
A.− Adj. numéral cardinal. Dix fois dix. Pièce de cent sous; la guerre de Cent Ans :
1. « Vous n'auriez pas de la monnaie? » − « de? » − « de mille francs. » (...) Si vous pouviez me donner dix billets de cent francs? ou vingt de cinquante? R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 866.
Rem. Ds la docum., on trouve beaucoup plus fréquemment onze cent(s) ... seize cent(s) que mil(le) cent ... mil(le) six cent(s) (environ 95 % contre 5 %). Pour dix-sept cent(s) ... dix-neuf cent(s) et mil(le) sept cent(s) ... mil(le) neuf cent(s), la différence est moins sensible (environ 70 % et 30 %). Il semble qu'il en soit de même dans la lang. parlée.
[Avec ell. du subst. déterminé] :
2. Convoqués en hâte, les truands et les reîtres me tiraient d'embarras : ils se jetaient sur nous, cent contre un; j'en tuais quatre-vingt-dix, les dix autres enlevaient la comtesse. Sartre, Les Mots,1964, p. 104.
[Avec ell. du subst. déterminant] Quand donc te casseras-tu la gueule sur ta cent-chevaux? (Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 226).Lavelongue piquait un cent mètres (Céline, Mort à crédit,1936, p. 166).Sur une chaise, le menton sur le dossier, se tenait un véritable cent-kilos (E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 367).
B.− P. ext. Un grand nombre (cf. mille, trente-six). Cent et cent fois; il y a cent possibilités. La Discorde aux cent voix (Hugo, Odes et ballades,1828, p. 253).lorsque règne l'opinion aux cent bouches, qui n' est que du bruit, sans aucune pensée. (Alain, Propos,1921, p. 237).O donnez-moi la foi très forte, que je croie Devoir souffrir cent morts s'il plaît à vos desseins (Verlaine, Amour,1888, p. 8):
3. ... il y a cent hommes de sens et de jugement infiniment supérieurs aux membres actuels du conseil, et qui conduiroient cent fois mieux la monarchie. Chateaubriand, Polémique,1818-27, p. 462.
SYNT. Être aux cent coups*; faire les cent, les cent dix-neuf, les quatre cents coups*; faire les cent pas*; mal des cinq cents diables*.
Vieilli. Cent et un. Ma brochure (...) vaut pour la pensée cent et une fois plus que celle de M. de Chateaubriand (Lamartine, Correspondance,1831, p. 234).
Rem. À part cet emploi, un n'est pas relié à cent par et.
Fam. Cent sept ans. Très longtemps. Attendre cent sept ans. J'en aurais, si je m'écoutais, pour cent sept ans de laïus (Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 325).
[Avec ell. du subst.] Je ne sais ce qui me retient de la planter là. (...) une de perdue, cent de retrouvées (Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1035).
SYNT. En un mot* comme en cent; donner* en cent; il y a cent à parier; parier cent contre un.
C.− P. ell. du subst. numéro [Adj. numéral avec valeur d'ordinal, déterminant un élément d'un ensemble numéroté] (cf. centième). Page cent (= page no100).
Pop. Le numéro cent, le cent. Les lieux d'aisances marqués du chiffre 100 (ou de deux zéros) à la campagne, dans les auberges.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Lar. encyclop., Guérin 1892, Rob.
Arg. milit. Fêter le père cent. Fêter le centième jour avant la libération (cf. fêter le Père Noël). Tu te souviens du jour qu'on a cassé la gueule au père cent ... Trente litres pour huit! C'qu'on était pleins (Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 243).
II.− Emplois subst.
A.− Le nombre cent. Deux fois cinquante égale cent; cent en chiffres arabes (100), en chiffres romains (C). Il croise les bras, ferme les yeux, compte jusqu'à cent pour s'obliger au calme (R. Martin du Gard, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 691).
B.− Pour cent. [Précédé d'un nombre cardinal, indique que le rapport entre deux grandeurs dénombrables est exprimé par une fraction ayant cent pour dénominateur] Pour cent unités. Abrév. % (cf. pourcentage). Augmentation de six pour cent; taux d'intérêt de trois pour cent par an. L'année passée, notre perte a été de quatre pour cent de nos recettes brutes (Stendhal, Lamiel,1842, p. 185).Vauban recommandait la « dîme royale », c'est-à-dire un impôt de dix pour cent sur tous les revenus (Bainville, Hist. de France,t. 1, 1924, p. 261).Dans la région, 33 pour cent des réfractaires sont dans les maquis (E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945p. 359):
4. ... 46 pour cent du monde dit libre disposent de 2 000 calories par jour, soit 20 pour cent de moins que le minimum F.A.O. (2 550). Perroux, L'Écon. du XXes.,1964, p. 350.
1. Cent pour cent. Le double :
5. Ces dix pauvres mille francs grossissaient, s'élargissaient, avec la prospérité de la compagnie. Dès 1820, ils rapportaient cent pour cent, dix mille francs. Zola, Germinal,1885, p. 1198.
P. ext., fam. [Emploi adv., rarement adj.]
a) Vieilli. Beaucoup, considérablement. Vous avez gagné (...) cent pour cent dans mon esprit et encore plus dans mon faible cœur (Mérimée, Lettres à la duchesse de Castiglione-Colonna,1870, p. 50).Quelques-uns de mes dessins du XVIIIesiècle encadrés, auxquels l'or du cadre et le luisant du verre font gagner cent pour cent (E. et J. de Goncourt, 1896, p. 919).
b) Entièrement, totalement. Français cent pour cent (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 42).L'artiste (...) est d'accord cent pour cent (...) je vois dans son acceptation cent pour cent une sorte d'attachement (Giono, Les Grands chemins,1951, p. 201).Il est cent pour cent pour Volange (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 458).
Rem. Grev. 1969 (§ 841) cite 2 ex. de à cent pour cent : ,,Et ainsi « taximètre » redevint hellénique à cent pour cent ``(A. Thérive, Clinique du langage, [Grasset, 1956], p. 100). − Il est sûr du succès à cent pour cent (A. François-Poncet dans le Figaro litt., 15 oct. 1960).``
2. P. méton.
a) Tant pour cent. Pourcentage (cf. guelte). Calculer le tant pour cent des vendeurs (Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 710).J'ai un tant pour cent sur les commandes que j'apporte (Bourdet, Le Sexe faible,1931, p. 442).
b) Taux d'un emprunt, d'une rente. Remplacer les rentes à 5 pour cent par des rentes à 4 et demi pour cent (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 239).Le taux s'avilit, (...) le cinq pour cent normal n'est plus atteint (Zola, L'Argent,1891, p. 306):
6. Gobseck est banquier comme le bourreau de Paris est médecin. Son premier mot est le cinquante pour cent; il est de l'école d'Harpagon : ... Balzac, César Birotteau,1837, p. 317.
Rem. Dans cet emploi, pour cent est parfois omis. Quant aux autres quarante mille, il a la faculté de te les payer six mois après le premier payement, intérêt à cinq (E. et J. de Goncourt, Charles Demailly, 1860, p. 364).
P. méton. Rente. Il vous plaira placer ces fonds, moitié en trois pour cent anglais, moitié en actions du Crédit Mobilier (About, Le Roi des montagnes,1857, p. 86):
7. En bourse, une panique subite avait fait tomber le 3 pour cent français à 80, et même, un moment, à 78 francs. Depuis 1871, jamais la rente n'avait connu un cours aussi bas. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 279.
3. P. ext. [Le déterminé n'est pas une grandeur dénombrable] L'esprit et le génie perdent vingt-cinq pour cent de leur valeur, en débarquant en Angleterre (Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 277).« Veragua, sa rocaille de Castille ne peut nourrir que des bêtes ayant soixante-quinze pour cent d'arabe... » (Montherlant, Les Bestiaires,1926, p. 430).Vingt pour cent de vérité, quatre-vingts pour cent d'induction (Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 226):
8. Il ne pouvait se dissimuler (...) que dans sa vocation ecclésiastique, il entrait cinquante, soyons francs, soixante pour cent du désir de prêcher, de diriger les âmes, de faire en un mot les gestes du prêtre, plutôt que d'être profondément un prêtre. Aragon, Les Beaux-quartiers,1936, p. 66.
Rem. 1. Précédé d'un nombre cardinal autre que un, pour cent est gén. au plur. dans les emplois autres que méton. (cf. E. Triolet, op. cit., p. 359 et ex. 4), mais on trouve quelques emplois au sing. Lazare, sortant du tombeau, dut avoir lui aussi son dix pour cent de non-bonheur (Montherlant, Les Lépreuses, 1939, p. 1503). Le curé nous dit que dix pour cent de la population assiste à la messe (Green, Journal, 1956, p. 1226). 2. Ds la lang. fam., pour cent est parfois précédé de l'art. partitif. J'allais perdre du 15 à du 25 pour cent en ne les changeant pas à Rio [des billets de banque] (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 41). Un maître maçon (...) qui bâtit des maisons à vil prix pour y fourrer ses concitoyens et se faire ainsi du vingt pour cent (Bloy, Journal, 1899, p. 290). 3. On trouve parfois du cent qui est vieilli et pop. Vous ne pouvez me faire cinq du cent en sus de la remise ordinaire? (A. France, Pierre Nozière, 1899, p. 136). 4. Cf. également les tournures suiv. : Notre presse est le reflet de nous-mêmes que nous proposons chaque matin à des gens dont quarante sur cent considèrent que nous sommes une nation finie (Mauriac, Le Baîllon dénoué, 1945, p. 416). Sur cent personnes qui meurent de la poitrine, quatre-vingt-dix ont les cheveux bruns (Brillat-Savarin, Physiol. du goût, 1825, p. 221). Pour cent enfants il n'y avait pas vingt grandes personnes (Larbaud, Journal, 1934, p. 294). Un insecte sur cent parvient aux noces (Gide, Feuillets d'automne, 1949, p. 1086).
C.− P. méton. Ensemble de cent unités, centaine. Un cent de clous, d'œufs. Je couds des épaulettes, six sous le cent (Frapié, La Maternelle,1904, p. 117):
9. ... il s'élança vers une papeterie de la rue Médicis où il se souvenait d'avoir vu, à la devanture, promettre des cartes de visite à la minute, à trois francs le cent. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 722.
1. Spécialement
a) Vieilli. Un cent (pesant). Un quintal. Papa te prie d'acheter (...) un cent de bon trèfle ou de luzerne pour sa jument (Flaubert, Correspondance,1845, p. 195).
b) JEUX. Partie de cent points. Faire un cent de piquet après dîner (E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 309).Jouer un cent de dominos (Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 34).
2. P. ext. Ensemble d'environ cent unités, un grand nombre. Des cents et des milliers d'années (Lamartine, La Chute d'un ange,1838, p. 824).Séparés par plusieurs cents mètres d'intervalle (Fromentin, Dominique,1863, p. 5).Une fontaine, où s'écrasaient un cent de soldats (Benjamin, Gaspard,1915, p. 69).Un cent de beaux vers politiques (A. Suarès, Voyage du Condottière,t. 3, 1932, p. 21).
Rem. Dans cet emploi, on trouve beaucoup plus fréquemment centaine.
Fam. Des mille et des cents. Beaucoup, une grande somme. Gagner des mille et des cents. Une magnifique opération de carambouillage qui nous rapporterait des mille et des cents (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 71).
D.− P. ext. [À valeur ordinale; désigne un élément d'un ensemble numéroté] Habiter au cent de la rue. Miser sur le cent.
Rem. Langues centum. ,,Langues indo-européennes du groupe occidental : grec, italique, celtique, germanique ... dans lesquelles la gutturale palatale ancienne est représentée par une occlusive (k), ainsi à l'initiale du mot lat. centum = cent`` (Mar. Lex. 1933, p. 45).
Prononc. et Orth. : [sɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Liaison devant voyelle, excepté les cas de un, unième, huit, huitième, onze, onzième et les mots commençant par h aspiré (Littré, Barbeau-Rodhe 1930). Pas de liaison non plus entre cent ou cents et une préposition (Fouché Prononc. 1959, p. 451) : ,,il y en a cent/à Paris. Il en a perdu deux cents/au jeu``. ,,Les composés de cent (et de mille) ne prennent pas de trait d'union. (...) Vingt et cent s'écrivent avec une s quand ils sont multipliés (...). Cependant on supprime l's quand vingt et cent sont suivis d'un autre nombre : quatre-vingts ans, quatre-vingt-deux ans, trois cents hommes, trois cent dix hommes`` (Gramm. Ac. 1932, p. 69). Cette dernière disposition a été rendue facultative par l'arrêté du 26 févr. 1901. Homon. sang, sans, sens (de sentir). Étymol. et Hist. A. Adj. 1. Fin xes. adj. numéral cardinal « dix fois dix » (Passion de Clermont ds W. Foerster, E. Koschwitz, Altfranzösisches Übungsbuch, p. 71, vers 348); 2. ca 1040 « un grand nombre de (seul ou dans la composition d'un multiple) » (Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, 119, e); 3. 1243 employé comme adj. numéral ordinal au sens de « centième » (seul ou en composition d'un plus grand chiffre) (Ph. Mousket, Chron., éd. Reiffenberg, 24539 ds T.-L. : En l'an de l'incarnation Mil et vingt et cinq et deus cens). B. Subst. 1. a) ca 1100 a millers e a cent (Roland, éd. Bédier, 1417); b) 1174-76 « une centaine » un cent (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2599 ds T.-L.); 2. inv. a) xiiies. (précédé d'un numéral) sor le cent « pour cent unités (dans une proportion) » (Louange N.D., éd. Andresen, 499 ds T.-L. : vint sor le cent); 1538 pour cent « id. » (R. Estienne, Dictionarium latinogallicum); b) 1458 « le nombre cent » (A. Gréban, Passion, éd. G. Paris et G. Raynaud, Paris, 1878, 26229 ds IGLF). Du lat. class. centum « cent » adj. numéral cardinal indéclinable attesté également au sens de « un grand nombre ». Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 224, 251, 335, 415. − Sckommodau (H.). Cinq cents diables. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, pp. 363-371. − Spitzer (L.). La Psychol. du lang. Fr. mod. 1938, t. 6, pp. 49-51.

CENT2, subst. masc.

A.− Centième partie du dollar. Nous avons déjeuné pour quelques cents dans les automatiques (Morand, New York,1930, p. 259).
B.− Centième partie du florin. Sur la place de Middelburg (...) Maria débitait ses crevettes; dix cents le paquet (Van der Meersch, L'Empreinte du dieu,1936, p. 150).
Rem. Au Canada, le terme courant pour désigner la centième partie du dollar est cenne, subst. fém., qui p. ext. désigne la menue monnaie. Vos cennes et vos piasses (= dollars) (R. Carrier, Le Deux-millième étage, Montréal, 1973, p. 114). Cenne noire. Pièce de un cent en cuivre. On rencontre moins souvent cent, subst. fém. Pas maline pour une cent (J.-J. Richard, Centre-Ville, Montréal, 1973, p. 59).
Prononc. : [sεnt]. Étymol. et Hist. I. [1835 d'apr. FEW t. 18, p. 41a]; 1838 (Ac. Compl. 1842 : Cent Monnaie de compte, centième partie du dollar des îles Ioniennes). II. 1838 (Ac. Compl. 1842 : Cent [...] Monnaie de cuivre du royaume des Pays-Bas, centième partie du florin). I empr. à l'anglo-amér. cent subst. attesté dep. 1782 comme terme désignant une monnaie (Morris ds Sparks, Life G. Morris − 1832 − I, 275 ds DAE) et qui fut choisi pour désigner la centième partie du dollar aux États-Unis d'Amérique et dans différentes colonies britanniques (Jrnls Cont. Congress, 8 Aug. 1786, 504, ibid.); l'angl. cent subst. est attesté dep. 1685 au sens de « un centième » (J. Warner ds Boyle, Hist. Air XVII − 1692 − 134 ds NED); en ce sens l'angl. est plutôt une contraction de centesm, centysme « centième » que formé sur le lat. centum. II empr. au néerl. cent attesté au même sens dep. 1816 et formé sur le lat. centum, peut-être sous l'infl. du fr. centime* (De Vries Nederl.).
STAT. − Cent1 et 2. Fréq. abs. littér. : 21 364. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 40 136, b) 34 159; xxes. : a) 27 890, b) 21 531.
BBG. − Behrens Engl. 1927, p. 107. − Bonn. 1920, p. 26.

Wiktionnaire

Adjectif numéral

cent \sɑ̃\ masculin et féminin identiques

  1. (Antéposé) Quatre-vingt-dix-neuf plus un, soit dix fois dix, correspondant au nombre 100.
    • Thorshavn est une capitale lilliputienne : elle compte huit cents habitants, et on la traverse en cinq minutes […] — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, E. Plon & Cie, Paris, 1883, p. 32)
    • Ils demandent ensuite cent francs chacun de gratification quand ils auront trouvé le pêcheur pour nous conduire à l’Oyapok. — (Albert Londres, L’Homme qui s’évada, Les éditions de France, 1928, p. 103)
    • Le Glaoui avait amené cinq cents cavaliers, les Rehamma autant et le Goundafi deux cents. Ces douze cents fusils formèrent le noyau le l’armée hafidiste. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des hautes études marocaines, Les Éditions de la porte, Rabat, 1947, p. 162)
    • Offrir cinq cents flacons de vinaigre des quatre-voleurs comme produit désinfectant au bureau de bienfaisance du XIe arrondissement, c’est un acte généreux […] — (Ange-Pierre Leca, Et le choléra s’abattit sur Paris - 1832, Albin Michel, 1982, p. 199)
  2. (Par extension) Un grand nombre de.
    • Vous trouverez cent occasions plus favorables.
    • Il y a été cent fois.
    • Cent et cent fois.
    • Il y en a plus de cent à qui cela est arrivé avant nous : Cela est arrivé à beaucoup de personnes avant nous.
    • Je vous le donne en cent : Il vous sera fort difficile et peut-être impossible de deviner la chose dont il s’agit.
  3. (Postposé) Centième, 100e, dont l’ordre est de 100.
    • Page cent.
    • Chant premier, vers deux cents.

Nom commun 1

cent \sɑ̃\ masculin

  1. Nombre 100, soit dix fois dix, entier naturel après quatre-vingt-dix-neuf.
    • Des mille et des cents.
    • Cent en chiffres romains s'écrit C.
  2. (Vieilli) Centaine.
    • Un cent, deux cents, trois cents d’œufs, de paille, de foin.
    • Vendre, acheter au cent.
    • Combien vaut le cent de ces marrons ?
    • Jouer, faire un cent de piquet : Jouer une partie de cent points au piquet.
    • Le malheureux notaire croyait avaler un cent d’épingles. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, rééd. Éditions Complexe, 1989, page 98)
    • Que mes artistes préférées étaient Audrey Hepburn et Lollobrigida.
      « C’est bien contradictoire ! me dit-elle. L’une est maigre comme un cent de clous, l’autre est dodue comme vous. »
      — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 72)
    • CENT, en allemand hundert, en danois hundrede, en suédois hundra, hundrade, en hollandais honderd, en anglais hundred, en espagnol ciento, cien, en portugais cem, cento, en italien cento. Nombre qui, dans le commerce, perd souvent sa valeur réelle pour en prendre une autre de convention et supérieure à celle qu’indique cette dénomination. Ainsi, à Amsterdam, le cent de cuirs et peaux est de 104 pieces, le cent de planches de Suède 120, de planches de Westewyck 124, planches de Christiania 127, planches du Nord et de Kopperwyck 132.
      À Anvers le cent de cornes de bœufs est de 104 pièces. Pour tous les objets qui se vendent au marché, tels que les œufs, les noix, etc., le cent est de 4 quarterons ou 104 pièces.
      À Brunswick, Copenhague, Danzig, Francfort-sur-Mein, Hambourg, en Suède, et généralement dans toute l’Allemagne, le grand cent est de 120 pièces et se subdivise en 2 schocks = 3 zimmer = 6 stiege ou snese = 8 mandel = 10 douzaines = 12 decher ou dizaines. Le cent ordinaire est de 100 pièces.
      À Elseneur, le grand cent de douves, bourdillons, pipailles, etc., = 12 ring ou tal = 48 schock = 720 wurff ou kast = 2880 pièces. Le grand cent de lattes ou planches de Norwége = 4 quarters = 120 pièces.
      À Riga, le petit cent est de 120 pièces et se divise en 2 schock = 3 zimmer = 4 band = 6 stiege = 8 mandel. Le grand cent est de 20 grosses = 24 petits cents = 2880 pièces.
      Dans les verreries de l’Allemagne, on appelle cent (
      hütten-hundert) un nombre de 25 pièces.
      À Londres, le grand cent est de 120 pièces. Le cent de harengs est aussi de 120, et le cent de poissons secs de 124.
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
    • Quand je passais à côté de lui, il frisait sa moustache d’un air féroce et roulait de gros yeux, comme s’il eût voulu sabrer un cent d’Arabes. — (Alphonse Daudet, Le Petit Chose, 1868, page 63)
    • Le Petit rat Justin sentit la peur lui courir sur la peau comme un cent de puces aux pattes glacées. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 47)
    • Il ne savait pas que, depuis une quinzaine de jours, les grands frères dansaient devant le buffet parce qu’on ne tuait plus de Porcs à Vergnelibert. Ils n’avaient plus dans le ventre que le cent d’épingles de la faim. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 121.)
  3. (Métrologie) (Belgique) (Désuet)
    • CENT. Mesure agraire, autrefois usitée en Belgique, représentant la 16e partie du bonnier. Voyez aussi Ligne.
      Courtray. Le cent de terre = 100 verges carrées = 10000 pieds carrés = 8398.86 pieds carrés de Paris = 8.8625 ares.
      Tournay. Le cent de terre = 100 verges carrées de 9 pieds 3 pouces de côté = 8598 pieds 42 pouces carrés = 7225 pieds carrés de Paris = 7.6239 ares.
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  4. (Métrologie) (Désuet)
    • CENT. Mesure de solidité, autrefois usitée en France pour le bois de charpente. Le cent de pièces ou solives, dit grand cent, faisait 300 pieds cubes de Paris = 10.2832 stères. Voyez Solive. — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  5. (Métrologie) (Désuet)
    • CENT, Centaine, Grand cent. Mesure de capacité pour le sel, usitée en France, dans les départements de Charente Inférieure, Loire Inférieure et Vendée, comprenant les anciennes provinces de Saintonge, Pays-d’Aunis, Bretagne et Poitou.
      Le cent ou grand cent de sel, en usage à Marennes, Brouage, La Tremblade, Marans, île d’Oléron, La Rochelle, ile de Ré, les sables d’Olonne, Nantes, le Croisic, Noirmoutiers, etc., contient 14 grands muids de La Tremblade = 18⅔ muids de bosse ou combles = 28 muids ras = 100 setiers = 336 mines = 672 boisseaux ou demi-hectolitres = 336 hectolitres = 115.551 quarters d’Angleterre.
      […]
      Le cent ou grand cent auquel on rapporte les diverses autres mesures de localités, est la mesure de vente la plus généralement adoptée dans les grandes transactions ; le nom de
      cent vient de ce qu’autrefois on vendait par 100 setiers, qui répondent aux 28 muids ras, etc. Dans les petites ventes, on traite au boisseau, qui est le demi-hectolitre, et pèse depuis 37 jusqu’à 45 kilog. ; mais ce n’est guère que pour les sels de la consommation et qui s’expédient pour la France.
      À Amsterdam, il y avait autrefois le
      honderd ou cent de sel de 404 maten, pesant 40000 ℔ ou 19760 kilog., contenant environ 248 hectolitres ou 8 lasts. À Elseneur, on le compte pour 7 lasts, à Hambourg, pour 7 ⅓ lasts. — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CENT. adj. et nom numéral cardinal des deux genres
. Qui contient dix fois dix. Il reste invariable quand il n'est pas multiplié par un autre adjectif de nombre ou quand il est suivi d'un autre nombre. Cent ans. Cent hommes. Cent francs. Deux cents hommes. Deux cent trente hommes. Deux cent mille hommes. Dans cent un ans. Il vivait deux cents ans avant l'ère chrétienne. Le produit de cent multiplié par dix. Le nombre cent. Il se dit particulièrement pour Centaine. Un cent, deux cents, trois cents d'œufs, de paille, de foin. Vendre, acheter au cent. Combien vaut le cent de ces marrons? Combien le cent? Jouer, faire un cent de piquet, Jouer une partie de cent points au piquet. Il se dit par extension, dans un sens indéterminé, pour exprimer un Grand nombre. Vous trouverez cent occasions plus favorables. Il y a été cent fois. Cent et cent fois. En eût-il cent fois autant. Il y en a plus de cent à qui cela est arrivé avant nous, Cela est arrivé à beaucoup de personnes avant nous. Je vous le donne en cent, Il vous sera fort difficile et peut-être impossible de deviner la chose dont il s'agit. Il peut remplacer aussi l'adjectif numéral Centième, et alors il reste invariable. Page cent. Chant premier, vers deux cent. Elliptiquement, en termes de Commerce et de Finance, Cinq pour cent, dix pour cent, cent pour cent, etc., se dit d'un Profit, d'un intérêt, d'un escompte qui est, avec la somme avancée ou le capital prêté, dans la proportion de cinq francs, de dix francs, de cent francs pour cent francs, etc. Prêter son argent à cinq pour cent d'intérêt, ou simplement à cinq pour cent. Gagner six pour cent, dix pour cent, cent pour cent dans une affaire. Trois pour cent, Quatre pour cent, etc., s'emploient aussi comme noms pour désigner les Rentes inscrites sur le Grand Livre de la Dette publique. Acheter du cinq pour cent.

Littré (1872-1877)

CENT (san ; le t se lie devant une voyelle ou une h muette : cent hommes, dites : san-t hommes ; au pluriel l's se lie : deux cen-z hommes ; le t ne se lie pas dans cent un ; dites san un. Prononcez de même, c'est-à-dire sans faire sentir le t : deux cent un, cent une, deux cent une, le cent unième, le deux cent unième, le cent onzième, le deux cent onzième, etc. et cent huit, cent huitaines, le cent huitième) adj. numéral ou nom de nombre
  • 1Dix fois dix. Cent ans. Cent livres pesant. Deux cents hommes. Cent un, cent deux, cent trois, etc. Dans cent un ans. Nous partîmes cinq cents ; mais, par un prompt renfort, Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Corneille, Cid, IV, 3. Sait-il bien ce que c'est que cinq cents écus ? - Oui, monsieur, il sait que c'est mille cinq cents livres, Molière, Scapin, II, 2. … A fait de méchants vers douze fois douze cents, Boileau, Vers en style de Chapelain. La Suède et la Finlande composent un royaume large d'environ deux cents de nos lieues, et long de trois cents, Voltaire, Charles XII, 1. On assure que les portefaix ou crocheteurs de Constantinople portent des fardeaux de neuf cents livres pesant, Buffon, Hist. nat. de l'homme.

    Entre mille et deux mille on énonce souvent les centaines, c'est-à-dire qu'on prononce onze cents, au lieu de mille cent, treize cents au lieu de mille trois cents, et ainsi de suite jusqu'à dix-neuf cents ; mais on ne dit point dix cents pour mille, ni vingt cents, trente cents, pour deux mille, trois mille, etc.

    Parier cent contre un, donner quelque chose comme tellement certain qu'on offre de parier cent contre un.

    Le conseil des Cinq Cents, une des deux assemblées législatives dans la constitution directoriale de la république française.

    Les Cent-Jours, règne de Napoléon 1er après son retour de l'île d'Elbe ; il dura cent jours, du 20 mars 1815 au 28 juin de la même année.

  • 2D'une manière indéterminée, un grand nombre. Faut-il vous le dire cent fois ? Il a cent moyens de se tirer d'affaire. Il y en a plus de cent dans le même cas. C'est cent fois pire. Ni sur l'éclat d'un nom cent et cent fois vainqueur, Corneille, Nicom. I, 1. Après avoir tourné le cas En cent et cent mille manières, La Fontaine, Fabl. II, 20. Sans répéter de nouveau ce qu'on a dit cent et cent fois, Bossuet, Rép. II, 20. Les chirurgiens aimeront mieux cent fois briser la lancette et le bistouri que de s'abaisser à une obéissance servile, Diderot, Lett.

    En un mot comme en cent, c'est-à-dire quoi qu'on dise, bref. En un mot comme en cent, vous n'aurez jamais dans ce pays une armée à vous, Courier, I, 289.

    Locution familière. Je vous le donne en cent, essayez tant que vous voudrez.

    Locution familière. Faire quelque chose de cent en quatre, se dit d'une action qui ne se répète que de loin en loin. Locution obscure et que Génin explique conjecturalement par : faire quelque chose de cent tanz quatre, c'est-à-dire quatre fois sur cent ; tanz dans l'ancien français signifiant fois.

  • 3 Terme de finance et de commerce. Cinq, dix, cent pour cent, etc. c'est-à-dire intérêt, gain, produit qui est de cinq francs, dix francs, cent francs, pour cent francs. Prêter à cinq pour cent d'intérêt, ou simplement, à cinq pour cent, ou, plus simplement encore, à cinq. Rente à cinq pour cent. Rente cinq pour cent.

    Il y a cent pour cent à gagner dans cette affaire, c'est-à-dire on doublera sa mise de fonds, on fera un gain très considérable.

    Substantivement, le trois pour cent, le quatre et demi pour cent, nom des rentes françaises inscrites sur le grand livre. Le cinq pour cent a été converti en quatre et demi il y a quelques années.

  • 4Centième. Page cent. Numéro cent.
  • 5 S. m. Le nombre cent. Le produit de cent multiplié par cent.
  • 6Centaine. Un cent de marrons. Deux cents d'œufs, de fagots. Trois cents de paille, de foin. Vendre, acheter un cent de, etc. Joie à brûler un cent de lampions, Béranger, Belges.

    Un cent pesant, un poids de cent livres, un quintal.

    Un cent de piquet, un cent de dominos, une partie en cent points.

    Familièrement. Il a des mille et des cents, il est fort riche. Il ne parle jamais que par mille et par cents, il joue le gros capitaliste ; et, quelquefois, il est exagéré dans tous ses propos. Oh ! nous ne gagnons pas des mille et des cents ; mais, pourvu que j'aie le nécessaire, çà me suffit, Clairville Et Thiboust, la Corde sensible, sc. 13.

  • 7 Terme de commerce. Le grand cent, se dit pour les marchandises vendues à la pièce ou au poids, et dont le vendeur cède quelques pièces ou quelques kilogrammes au-dessus du cent sans les faire entrer en compte.
  • 8Monnaie. Un cent, la centième partie du dollar.

    Monnaie de cuivre du royaume des Pays-Bas, qui était la centième partie du florin.

REMARQUE

1. Cent reste invariable : 1° quand il est suivi d'un autre nombre, ou qu'il peut se rendre par le terme centième ; ainsi il ne prend pas d's dans trois cent mille francs, mille sept cent trente, les deux cent troisièmes, le numéro quatre cent ; cela est arrivé en mil sept cent, etc. On voit que les deux derniers exemples reviennent à : le numéro quatre centième ou le quatre centième numéro ; l'année mil sept centième, ou la mil sept centième année. 2° Quand il n'est pas multiplié par un autre nombre, et lors même qu'il serait suivi d'un pluriel : les cent hommes engagés, les cent premiers numéros. Cent prend l's, lorsque, se trouvant multiplié par un autre nombre, il est suivi ou censé suivi d'un substantif pluriel, accompagné ou non d'un qualificatif : Il a composé deux cents jolies romances ; Cette ville compte plus de trois cents belles maisons ; Cette salle peut contenir neuf cents personnes ; Nous étions sept cents hommes, et nous ne sommes revenus que trois cents ; Je les ai trouvés au nombre de six cents.

2. On entend souvent des phrases comme celle-ci : mon argent est placé à cinq du cent. C'est une locution vicieuse, dites à cinq pour cent. Cinq du cent voudrait dire cinq du cent de francs ; or on ne dit jamais : un cent de francs.

HISTORIQUE

XIe s. Set cenz chamels e mil autours muez, Ch. de Rol. IX. Puis icel jour en fut cent ans deserte, ib. LII. Meurent paien à miller et à cent, ib. CIX.

XIIe s. Un petitz biens vaut mieux, si Diex me voie, Qu'on fait courtoisement, Que cent greignor fait envieusement, Couci, XVI. Ja n'en reviendra pieds [homme], se nous estiens cent, Saxons, XX.

XIIIe s. Li cens d'aloses doit seize deniers, Tailliar, Recueil, p. 15. Il me convient servir mon mestre Qui moult plus riche me fera Cent mile tans quant li plaira, la Rose, 6936. Le cent de pieces pesant de suif, Liv. mét. 162.

XIVe s. En tel doleur sont cil qui sont jalous, Qu'il vauroit [vaudrait] miex, cent contre un, estre cous, Machaut, p. 58.

XVe s. Nous ne savons que nos gens rapporteront, ou paix ou guerre… c'est cent contre un que nous vinssions à paix, Froissart, II, II, 55. … Car il [mon cœur] a de maulx doloreux Plus d'un cent, non pas ung ou deux, Orléans, Bal. 24. Contre un inconvenient qui pourra advenir par execution de justice, cent en adviendront, si on procede par autre voie, Monstrelet, I, 48.

XVIe s. Il lui dit qu'il n'en savoit point de meilleur que de jouer aux cents [piquet], Marguerite de Navarre, Nouv. LIX. L'aprèsdisnée fut passée à jouer au cent, D'Aubigné, Conf. II, 6.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CENT. Ajoutez :

En termes de grande pêche, le grand cent, cent-vingt. Les prix ont été cotés sur place pendant la pêche [en Norvége], comme suit : Poissons frais, le grand cent, prix moyen…, Journ. offic. 17 déc. 1872, p. 7859, 2e col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CENT, (Commerce.) nous exprimons communément les quantités, la proportion des choses, & les profits qui se font dans le commerce, par cent ; ils exigent deux & demi par ou pour cent, pour remettre de l’argent en telle ville : l’intérêt légitime de l’argent est cinq pour cent. Voyez Change, Remise, Intérêt.

Cent est aussi en usage en fait de mesure, pour signifier certaine quantité ou nombre.

Les planches de sapin sont à six vingt le cent ou le grand cent, qui est de 112 livres.

Les lattes & les pieux de cinq piés sont à cinq fois vingt, & ceux de trois à six fois vingt le cent, le poids de cent ou le grand cent. Voyez Quintal.

Cent signifie aussi la perte ou le profit qui se rencontre sur la vente de quelque marchandise : ainsi quand on dit qu’il y a eu dix pour cent de gain, ou dix pour cent de perte sur une marchandise, c’est-à-dire, que l’on y a profité ou perdu dix francs chaque fois.

Cent se dit encore par rapport aux traites & remises d’argent que l’on fait d’une place sur une autre place : ainsi l’on dit, il en coûtera deux & demi pour cent pour remettre en une telle ville.

Le tant pour cent qu’il en coûte pour les traites & remises d’argent, est ce que l’on appelle le prix du change. Voyez Change.

Dans les écritures de marchands le tant pour cent se met ainsi en abregé (2. p. ) c’est-à-dire, deux pour cent. Dict. du Comm. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cent »

Wallon, sain ; picard chint ; provenç. cent, cen ; espagn. cien, ciento ; portug. cem, cento ; ital. cento ; du latin centum ; bas-breton, kant ; zend et sanscrit, çata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif numéral, Nom commun 1) Du moyen français cent, de l’ancien français cent, du latin centum (« cent »).
(Nom commun 2) De l’anglais cent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cent sɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « cent »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cent »

  • Interroger cent personnes, c’est connaître cent choses. De Proverbe chinois
  • Mieux vaut avoir cent amis que cent roubles. De Proverbe russe
  • Qui dit un mensonge en dit cent. De Proverbe français
  • Misère. Cinq cent millions de non-consommateurs. De Anonyme
  • Un bonheur aplanit cent malheurs. De Proverbe chinois
  • Un père peut nourrir cent enfants mais cent enfants ne nourrissent pas un père. De Proverbe français
  • Un homme en vaut cent, et cent n'en valent pas un. De Blaise de Montluc / Mémoires
  • Les gens pensent toujours que ce qui est vrai est vrai cent pour cent. De J. D. Salinger / L’Attrape-coeurs
  • Faire cent batailles et gagner cent victoires n'est pas la meilleure conduite De Sun Tzu / L'art de la guerre
  • Celui qui a cent désire mille, celui qui a mille désire cent mille, celui qui possède cent mille veut ensuite la royauté, et après la royauté le ciel. De Anonyme / Pantcha-Tantra
  • Si l'homme était cent fois plus intelligent, cent fois meilleur, Dieu serait à l'instant même cent fois plus intelligent, cent fois meilleur que l'homme. De Maurice Maeterlinck / Devant Dieu
  • Une bonne tête vaut mieux que cent bras. De Proverbe français
  • Un bon ami vaut mieux que cent parents. De Proverbe français
  • Il vaut mieux un qui sait que cent qui cherchent. De Proverbe auvergnat
  • Le conseil départemental des Ardennes prend en charge la moitié du coût d'un séjour sur son territoire, dans la limite de cent euros. Opération inédite dans le département pour relancer son attractivité touristique. France Bleu, Jusqu'à cent euros offerts aux touristes par le département des Ardennes pour relancer le tourisme
  • C’est dire la qualité de cette formation, sous la houlette souriante mais exigeante de la cheffe Sarah Koné (relayée pour certains morceaux par Clara Brenier), qui réunit en particulier, sur la centaine de chanteurs (600 auditionnés début mars), 60% venus des Z.E.P. Accueillis par la suite dans des classes à horaires aménagés avec une formation d’excellence aux arts de la scène, pas seulement le chant mais aussi la danse, le théâtre (certains étaient sur scène pour l’ouverture du festival d’Avignon 2018 dans le Thyeste de Sénèque mise en scène par Thomas Jolly), le mime, les claquettes, la langue des signes… Franceinfo, Les cent jeunes chanteurs de la Maîtrise de l’Opéra-Comique fêtent l’été, de Bizet à Leonard Cohen : un concert à voir ce soir sur France.tv/Cuturebox
  • Niort : incendie dans un appartement du centre-ville France Bleu, Deux cent policiers réunis devant le Bataclan pour protester contre les accusations de violences policières
  • Ce mercredi, entre cent cinquante et deux cents personnes effectuent une marche pacifique partie à 18 h de la salle polyvalente de Saint-Georges-sur-l’Aa. Objectif : protester contre l’implantation d’une usine de transformation de pommes de terre dans la future zone Grandes Industries du port de Dunkerque. La Voix du Nord, Saint-Georges-sur-l’Aa : près de deux cents personnes rassemblées ce mercredi contre le projet de Clarebout
  • Sous le label « Nos brigades solidaires », des centaines de jeunes vont profiter de la mobilisation du syndicat de l’hôtellerie et la restauration (UMIH 62) et de l’École des chefs, pour se former et trouver un emploi. La Voix du Nord, Moins de cent jours pour se former aux métiers de la restauration

Images d'illustration du mot « cent »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cent »

Langue Traduction
Anglais cent
Espagnol ciento
Italien cento
Allemand hundert
Portugais cento
Source : Google Translate API

Synonymes de « cent »

Source : synonymes de cent sur lebonsynonyme.fr
Partager