La langue française

Catir

Définitions du mot « catir »

Trésor de la Langue Française informatisé

CATIR, verbe trans.

A.− TEXT. Donner du lustre et du corps à une étoffe en la soumettant à l'action d'une presse. Catir du drap; catir à chaud; catir à froid (Ac. 1835-1932). Anton. décatir*.
Emploi pronom., passif. Se catir. Étoffes qui se catissent difficilement (Lar. 20e, aussi ds Lar. 19e-Nouv. Lar. ill. et Littré).
B.− P. anal., ORFÈVR. Appliquer, à l'aide d'un cotissoir*, de l'or sur les filets d'une pièce à dorer.
Rem. Attesté ds les dict. à l'exception de Ac. 1835-1932 et Rob.
Prononc. et Orth. : [kati:ʀ]. Ds Ac. 1694-1718 et 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. xives. « frapper ensemble » [les trois attest. du sens de « frapper » données par Gdf. sont erronées] (Propr. des choses, II, 6, 3 ds T.-L.); 2. 1606 (Nicot : Catir est en frappant ou ramenant quelque chose qui donne coup, serrer et presser une chose à une autre. Ainsi les Tisserans de draps ou de toiles, disent : un drap ou toile estre bien catis ou quatis, quand la maille est bien serrée); 3. 1751 « appliquer l'or sur les filets d'une pièce à dorer » (Encyclop. t. 1). D'un lat. vulg. *coactire, dér. du part. passé coactus du lat. class. cogere « rassembler », « condenser », d'où « serrer, presser »; FEW t. 2, 1, p. 813, Dauzat 1972 et l'a. fr. se catir « se serrer, se tapir, se cacher ».
DÉR. 1.
Catissage, subst. masc.Action de catir une étoffe, de lui donner lustre et corps. Selon Lar. 20eet Lar encyclop. on dit aussi écatissage. [katisa:ʒ]. 1reattest. 1838 (Ac. Compl. 1842); du rad. du part. prés. de catir, étymol. 3, suff. -age*.
2.
Catisseur, euse, subst. masc.Ouvrier, ouvrière qui catit les étoffes. Anton. décatisseur.Lar. 19e-20eet Guérin 1892 enregistrent un emploi adj. Ouvrier catisseur (Lar. 19e-Nouv. Lar. ill.). [katisœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1835-1932. 1reattest. 1723 (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., t. 1, Paris); du rad. du part. prés. de catir, étymol. 3, suff. -eur2*.
3.
Catissoir, subst. masc.Outil qui sert à appliquer l'or sur les filets des pièces à dorer. Attesté ds la majorité des dict., absent ds Ac. 1835-1932 et Rob.1reattest. 1751 (Encyclop. t. 2); du rad. du part. prés. de catir, étymol. 3, suff. -oir*. Rem. La plupart des dict. gén. du xixes. et Quillet 1965 enregistrent le subst. fém. vieilli catissoire. Petite poêle dans laquelle on mettait des braises pour catir les étoffes à chaud.

Wiktionnaire

Verbe

catir \ka.tiʁ\ transitif direct 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire un traitement aboutissant à raidir un tissu.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Arts) Donner le brillant à une étoffe de laine par le cati.
    • Catir du drap.
    • Catir à chaud.
    • Catir à froid.
  3. (Arts) Appliquer de l’or sur les filets d’une pièce avec un catissoir.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Verbe

catir \Prononciation ?\ intransitif

  1. Variante de quatir.
    • Par saint Denis de France, sa vos covient catir — (Les Loherains, manuscrit de Montpellier, cité par le Dictionnaire de l’ancienne langue, lien ci-dessous.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CATIR. v. tr.
T. d'Arts. Donner le brillant à une étoffe de laine par le cati. Catir du drap. Catir à chaud. Catir à froid.

Littré (1872-1877)

CATIR (ka-tir) v. a.
  • Lustrer une étoffe. Catir du drap, à froid, à chaud.

    Appliquer l'or dans les filets d'une pièce à décorer.

    Se catir, v. réfl. Être cati. Ces sortes de draps ne se catissent pas bien.

HISTORIQUE

XIIe s. Se tant poit [peut] faire et Bernier et Geris Que il se fussent en cel bruellet [petit bois] quaitis [cachés], R. de Cambr. p. 247.

XIVe s. …D'escuierz jusqu'à dix Mena avoeques lui, et si les a quatis En un petit bosquet, Baud. de Seb. VI, 364.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CATIR, v. act. Les Tondeurs se servent de ce terme pour signifier une sorte d’apprêt qu’ils donnent aux étoffes de laine sous une presse, pour les rendre plus fermes & leur donner un plus bel œil.

Il y a deux manieres de catir les étoffes ; l’une à froid, & l’autre à chaud.

La premiere maniere de catir les étoffes qu’on appelle à froid, se fait de cette sorte. Après que l’étoffe a eu toutes ses façons, on la plie quarrément par plis égaux, en observant de mettre entre chaque pli une feuille de vélin ou de carton bien fin, ou bien lisse, & par-dessus le tout un plateau ou une planche quarrée ; puis on la place sous une presse que l’on serre bien fort par le moyen d’une vis que l’on fait descendre perpendiculairement sur le milieu du plateau à force de bras & de leviers. Lorsque l’étoffe est restée un tems suffisant sous la presse, & qu’on en a ôté les cartons ou vélins, l’on y fait quelques points d’aiguille avec de la menue ficelle ou du gros fil pour arrêter le manteau, c’est-à-dire, le côté du chef qui sert comme d’enveloppe ou de couverture à toute la piece pour empêcher qu’elle ne se déplie.

Il faut remarquer que quelques-uns ne se servent point de presse à vis pour catir à froid, se contentant seulement de mettre l’étoffe sur une table solide après l’avoir pliée & cartonnée ; ensuite ils mettent dessus le tout un plateau qu’ils chargent d’un poids plus ou moins fort.

Pour catir à chaud ; quand l’étoffe a reçu toutes ses façons, on la mouille, ce qui s’appelle donner une eau en Languedoc & dans quelques autres provinces ; on l’arrose avec de l’eau un peu gommée que l’on souffle dessus avec la bouche du côté de l’endroit ; ensuite on la plie & on la cartonne comme pour catir à froid ; & de six en six plis, & au-dessus du tout, on met une plaque de fer ou d’airain que l’on a bien fait chauffer dans un fourneau fait exprès : après cette opération, on met l’étoffe sous une presse, & l’on fait descendre dessus avec violence par le moyen d’une longue barre de bois une vis semblable à celle d’un pressoir à vin. On met sous cette presse jusqu’à cinq ou six pieces d’étoffe à la fois toutes cartonnées, & garnies de plaques de fer ou d’airain chaudes. Lorsque ces plaques sont refroidies, on retire les pieces de dessous la presse pour en ôter le carton, les plaques, & les pointer, ce qui se fait de la même maniere qu’en catissant à froid.

Cette derniere maniere de catir les étoffes est tout-à-fait mauvaise & pernicieuse, n’ayant été inventée par les Manufacturiers & ouvriers que pour couvrir les défauts de leurs étoffes, & s’exempter de leur donner tous les lainages & les teintures qui leur seroient nécessaires pour les rendre parfaites & d’une bonne qualité : aussi a-t-elle toujours été défendue par les ordonnances de nos rois.

Celle de Louis XII. donnée à Rouen le 20 Octobre 1508, art. 6. porte que les draps ne seront pressés ni à fer, ni airain.

Celle de Charles IX. donnée aux états d’Orléans en 1560, art. 147, défend de presser à fer d’airain.

Celle de Henry IV. donnée à Fontainebleau le 8 Juin 1601, fait défense de se servir de presse à fer.

Enfin l’arrêt du Conseil d’état du 3 Décembre 1697, sur ce que le reglement général des manufactures du mois d’Août 1669, ne rappelloit pas l’éxécution de ces anciens reglemens, a ordonné qu’ils seroient éxécutés, & fait défense aux manufacturiers, tondeurs, &c. d’avoir chez eux aucunes presses à fer, airain, & à feu, & de s’en servir pour presser aucune étoffe de laine ; & aux marchands de commander & d’exposer en vente aucunes étoffes pressées à chaud, sous les peines portées par ledit arrêt. Voyez l’article Draperie.

L’opération de catir est d’usage chez les Bonnetiers & chez d’autres ouvriers en laine.

Catir, en terme de Doreur, c’est appliquer l’or dans les filets comme ailleurs, au moyen du catissoir qu’on appuie sur du coton ou du linge très-fin. Voyez Catir, & la fig. 12 Pl. du Doreur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « catir »

Norm. se catir, se tapir ; provenç. quait, tapi, caché ; espagn. cacho, serré ; ital. quatto, même sens ; du latin coactus, pressé, serré, d'où dérive aussi cacher (voy. ce mot). Catir, autrefois d'un usage général, n'est resté dans la langue que comme terme de métier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin populaire *coactire, variante de coactare, dérivé de coactus, participe passé de cogere (« rassembler, condenser, serrer, presser »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « catir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
catir katir

Évolution historique de l’usage du mot « catir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « catir »

  • ce qui me pose problème n'est pas la position de la gendarmerie dans Lunel mais le fait que l'on utilise encore des terres cultivables alors que de nombreux terrains vagues passablement salit sont disponibles sur la commune de Lunel notamment après le rond point des portes de la mer et il y en a bien d'autres de ces terrains laissés a l'abandon ,pourquoi faut-il encore prendre des terres cultivées . qu'en est-il aussi de l'écoulement des eaux dans ce secteur qui ne fait que se catir et dont le bassin de retenue d'eau arrive déjà a saturation avec la construction du lycée et des résidences face au collège ambrussum ! les terrains qui vont être bétonnés absorbe énormément d'eau car ils sont régulièrement travaillés ,leur suppression va augmenter les risque d'inondation dans ce quartier jusqu'au centre ville car la pente va vers la 113! midilibre.fr, Le projet de la future compagnie de gendarmerie de Lunel prend corps peu à peu - midilibre.fr

Traductions du mot « catir »

Langue Traduction
Anglais catir
Espagnol catir
Italien catir
Allemand catir
Chinois 卡蒂尔
Arabe قطير
Portugais catir
Russe catir
Japonais catir
Basque catir
Corse catir
Source : Google Translate API

Synonymes de « catir »

Source : synonymes de catir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « catir »

Catir

Retour au sommaire ➦

Partager