La langue française

Calade

Sommaire

  • Définitions du mot calade
  • Étymologie de « calade »
  • Phonétique de « calade »
  • Évolution historique de l’usage du mot « calade »
  • Citations contenant le mot « calade »
  • Traductions du mot « calade »
  • Synonymes de « calade »

Définitions du mot calade

Trésor de la Langue Française informatisé

CALADE, subst. fém.

A.− MAN. Terrain en pente sur lequel on exerce les chevaux à descendre au galop.
B.− Rue pavée :
C'est, au long de la calade qui descend à la fontaine, un double cortège de femmes qui s'en viennent avec leurs urnes vides ou remontent, la hanche chargée. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 86.
Rem. Ce sens est attesté uniquement chez Cendrars et T'Serstevens qui localisent leurs ex. dans le bassin méditerranéen. Chartreuse de San-Martino où s'amorçaient les premières marches des escaliers de la calade descendant vers la maison (cf. Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 132).
Prononc. et Orth. : [kalad]. Ds Ac. 1762-1932. Besch. 1845, Lar. 19e-20eet Quillet 1965, à côté de calade, enregistrent la forme chalade dont l'initiale [ʃ] imite les formes du nord en oppos. à l'initiale en [k] des formes du provençal. Étymol. et Hist. I. 1. 1564 calade « cale, partie d'un quai ou d'un chantier qui descend en pente douce vers le bassin d'un port » (Du Pinet ds Delb., Rec. d'apr. DG); 2. 1611 calate « terrain en pente » (Cotgr.); 3. 1690 man. calade (Fur.). II. 1933, supra. I empr. à l'ital. calata, part. passé fém. substantivé de calare « descendre », v. caler, terme mar. (DEI; Wind, p. 134) attesté ds Batt., au sens de « déclivité, pente » dep. le xvies. (M. Franzesi); le terme de man. est attesté en 1681 ds Oudin Ital.-Fr., le terme de mar. ne semble pas attesté av. le xixes. (Boccardo ds Batt.). II prob. empr. au prov. calata (1229 lat. médiév. callata « voie pavée » Avignon ds Du Cange); dér. du lat. callis « sentier » (FEW t. 2, p. 99a); cf. prov. calado « rue pavée, espace pavé; trace frayée dans la neige ou la boue » ds Mistral. Fréq. abs. littér. : 25. Bbg. Kohlm. 1901, p. 35. − Sar. 1920, p. 32.

Wiktionnaire

Nom commun

calade \ka.lad\ féminin

  1. (Équitation) Pente d’un terrain élevé par où l’on fait descendre plusieurs fois un cheval au petit galop pour lui apprendre à plier les hanches et à former son arrêt.
  2. Rue empierrée de galets, souvent pentue, comme on en trouve surtout dans le sud de la France.
    • Rue en calade.
    • Les villes ont un cœur. Celle-ci avait une âme. Et peut-être plusieurs, qui flottaient le long des calades, ricochaient sur les pavés. — (Henri Lœvenbruck, Le Testament des Siècles, 2003)
  3. (Par extension) Type d’empierrement décoratif à base de galets.

Forme de verbe

calade \ka.lad\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de calader.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de calader.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de calader.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de calader.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de calader.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALADE. n. f.
T. de Manège. Pente d'un terrain élevé par où l'on fait descendre plusieurs fois un cheval au petit galop pour lui apprendre à plier les hanches et à former son arrêt.

Littré (1872-1877)

CALADE (ka-la-d') s. f.
  • Terme de manége. La pente d'un terrain par lequel on fait descendre un cheval au petit galop, pour donner de la souplesse à ses hanches.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CALADE, (Marech.) est la même chose que basse. Voyez Basse. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « calade »

(1564) Apparait avec le sens de « cale, partie d'un quai ou d'un chantier qui descend en pente douce vers le bassin d'un port » ; de l’italien calata (« déclivité, pente »), participe passé féminin substantivé de calare (« descendre », → voir caler en termes de marine), le sens de « rue empierrée » est un emprunt à l’occitan calata de même origine, apparenté, pour le sens à l’espagnol calle (« rue ») qui remonte au latin callis (« sentier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. calata, de calare, caler (voy. ce mot), laisser tomber.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « calade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calade kalad

Évolution historique de l’usage du mot « calade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calade »

  • La place Aubanel aura retrouvé son cachet d’antan. La calade est effectivement posée à l’ancienne, sur un lit de sable fin et simplement jointée par le chaux. Par ailleurs, deux arbres ont aussi été plantés le long de la rue, que délimite une bordure en pierre des Baronnies. Un thème repris dans tout le centre piéton de l’intra-muros. , Environnement | Avignon : la pose de calade de la place Aubanel s’achève cette semaine

Traductions du mot « calade »

Langue Traduction
Anglais cobblestone
Source : Google Translate API

Synonymes de « calade »

Source : synonymes de calade sur lebonsynonyme.fr
Partager