La langue française

Branleur, branleuse

Sommaire

  • Définitions du mot branleur, branleuse
  • Étymologie de « branleur »
  • Phonétique de « branleur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « branleur »
  • Citations contenant le mot « branleur »
  • Traductions du mot « branleur »
  • Synonymes de « branleur »

Définitions du mot branleur, branleuse

Trésor de la Langue Française informatisé

BRANLEUR, EUSE, adj. et subst.

A.− Adjectif
1. [En parlant d'une chose] Qui branle. Une lampe d'huile (...), branleuse au plafond (Céline, Mort à crédit,1936, p. 52).
2. [En parlant d'une pers.] Arg. Qui ne fait rien. Branleur, timide, intellectuel et tout! (Céline, Mort à crédit,1936p. 21).
B.− Substantif
1. Au masc. Branleur (petit). Individu de pâle envergure qui mène une vie oisive (cf. emploi pronom. de branler).
2. IMPR. Au fém., branleuse,
a) Machine qui sert, après le tirage et avant le massicotage, à égaliser les feuilles grâce à des soufflets qui les agitent constamment (cf. E. Chautard, Gloss. typogr., 1937, p. 58).
b) Ouvrière qui travaille sur ce genre de machine (cf. G. et H. Coston, L'A.B.C. du journ., 1952, p. 192).
PRONONC. − Seule transcr. dans Land. 1834 : bran-leur, fém. -leûze.
ÉTYMOL. ET HIST. − A. − 1690 adj. bransleur (Fur. : Bransleur [...] Qui bransle. Il n'est gueres en usage qu'en un sens odieux & obsene) − 1797, Gattel; repris en 1932 par Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 217, et supra. B.− Subst. fém. 1. 1834 branleuse « repasseuse » (Mérimée, Corr. gén. 1, 328 dans Quem.); 2. a) 1930 typogr. (Chautard, Gloss. typogr., p. 58 dans IGLF Techn.); d'où b) 1930 « ouvrière qui effectue ce travail » (Ibid.). Dér. de branler* « agiter »; suff. -eur2*, -euse*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6.

Wiktionnaire

Nom commun 1

branleur \bʁɑ̃.lœʁ\ masculin (pour une femme on dit : branleuse)

  1. (Vieilli) Paillard ou femme qui n’est pas assez belle ou qui n’est plus assez jeune pour être fourrée, ou qui redoute de l’être à cause des enfants, et qui fait son métier de branler les hommes.[1]
  2. (Par extension) Onaniste.
    • Assez souvent il lui est arrivé de se livrer à l'onanisme, en contemplant ses voisines ou en y songeant. […]. C'est qu'en effet on le tourne en ridicule on se moque de lui, on fait des allusions blessantes à ses mauvaises habitudes. […]. Il comprend que, s'il allait dans la rue, un tas de voyous s'ameuteraient autour de lui ; on lui dirait : « Voyez le saligot, le branleur. » — (Gilbert Ballet, « Idées de persécution observées chez les dégénérés à préoccupations hypocondriaques ou mélancoliques », Congrès annuel de Médecine mentale (troisième session tenue à Blois du 1er au 6 aout 1892), Comptes rendus et rapports, tome 3, Blois : Imprimerie Dorion, 1893, p. 193)
    • Des astecs, des peigne-grelots, des quarterons interrompus par un coup de sonnette, trois-quart de sang petit bourgeois envahi d'idées préfabriquées, un quart de sang marlou-de-carnaval, des chiards exhibitionnistes, des branleurs de pissotière déguisés en paladins d'opéra-bouffe, des manekenpiss en papier mâché, des guignols. — (Paul Malar, Tropique du caducée, tome 3, Paris : Éditions J. d'Halluin/Éditions du Scorpion, 1954, p. 196)
    • Il s'agite en rythme, le branleur qui se branle, faisant s'agiter ma queue dans son anus, sans que j'ai besoin de m'épuiser à la tâche. — (Jean-Marc Brières, Profession « Régulateur », Éditions Textes Gais, 2015, chap. 6)
  3. (Vulgaire) (Injurieux) Personne qui emploie une partie significative de son temps à ne rien faire d’utile.
    • Pas mal de douteux, et aussi des faux artistes de cinoches, de ces branleurs de studio qui draguent autour des régies dans l'espoir de décrocher une petite frime : un joueur de jukebox dans un bistrot, un passant, n'importe quoi. Ça marne dans la panouille. — (Frédéric Dard, San-Antonio : Dis bonjour à la dame, éd. Fleuve Noir, 1975)
    • Richard Blakely n'est qu'un petit branleur arrogant et misogyne, et qui utilise le sexe (pas énorme, d'ailleurs) pour asseoir son pouvoir.
      Richard Blakely est une machine, un égocentrique au dernier degré, et c'est mon patron. Putain de vie !
      — (Jane Sigaloff, Personnel et confidentiel, traduit de l'anglais par F.M.J. Wright, éd. Harlequin, 2005)
    • Si vous voulez mon avis, Œdipe et tout ça, c'est des conneries. Et Freud est un malin et un sacré branleur parce que toutes ses théories reposent sur des suppositions et qu'on ne pourra jamais rien vérifier. — (Olivier Martinelli, Une Légende, E-fractions éditions, 2014, chap. 15)
    • Toutefois il ne faut pas être injuste. Ayant sans doute entendu qualifier l’équipe Macron de « gouvernement de branleurs », Griveaux a fait ce qu’il a pu pour se montrer à la hauteur. — (Paul Galois, “Les (v)idéaux de Griveaux”, Lutte ouvrière, nº 2690, 21 février 2020, p. 6)

Nom commun 2

branleur \bʁɑ̃.lœʁ\ masculin

  1. (Didactique) (Vieilli) Sorte de mécanisme qui s'agite en va-et-vient.
    • Ce mécanisme de sonnerie est caractérisé par la suppression de la roue-étoile du limaçon compteur et de son bras, par une disposition particulière de coup de fouet permettant de sonner les demies et de supprimer le détentillon de sûreté, et enfin par une et disposition spéciale, dite à pompe, du déclenchement du branleur du réveil. — (Description des machines et procédés pour lesquels des brevets d'invention ont été pris sous le régime de la loi du 5 Juillet 1844, année 1882, tome 2, Paris : Imprimerie Nationale, 1887, p. 7)

Adjectif

branleur \bʁɑ̃.lœʁ\

  1. Qui branle.
    • Les belles déclarations l’assaillaient, et s’il lui avait fallu répondre à tous les billets qui la sollicitaient des plus honteuses et des plus naturelles propositions, elle y eut perdu son doigt branleur et sa langue gamahucheuse. — (Alphonse Momas, Passions de jeunes miss, VIII, 1907.)

Forme d’adjectif

branleuse \bʁɑ̃.løz\

  1. Féminin singulier de branleur.

Forme d’adjectif

branleuse \bʁɑ̃.løz\

  1. Féminin singulier de branleur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « branleur »

Dérivé de branler avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « branleur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
branleur brɑ̃lœr

Évolution historique de l’usage du mot « branleur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « branleur »

  • Le joueur de l'Antwerp a utilisé Instagram pour traiter le Club de Bruges de "branleurs", et ce à quelques jours du match entre les deux équipes pour le compte de la 24e journée de championnat. "Cela ne cadre absolument pas avec les valeurs familiales de notre club", a réagi le Great Old. Dans une story diffusée sur le réseau social, le joueur camerounais apparaît sur une photo bras croisés et coiffé d'une couronne virtuelle. Il toise le public avec, en haut de l'image, l'insulte "branleurs" (écrite en anglais) adressée au compte officiel du Club de Bruges. Dans le bas sont retranscrites des paroles du rappeur français Niska: "Quand c'était la galère y avait pas grand monde, la vie est belle sous l'mauvais angle". , Nouveau dérapage de Lamkel Zé: il traite les Brugeois de "branleurs" avant le déplacement au Jan Breydel ! - DH Les Sports+
  • Le travail du professeur. La crise sanitaire a fait tomber les masques. Ils sont apparus au grand jour, ces professeurs incapables de construire un cours, ces accrocs à « l’exposé », à la « classe inversée » et au « travail de groupe » qui se dispensent de délivrer un contenu consistant, tout en se garantissant une évaluation positive par les inspecteurs. Difficile de faire illusion quand on doit soudain produire un cours complet et l’accompagner des exercices d’application. Certains ont entretenu l’illusion qu’ils travaillaient en faisant travailler leurs élèves. C’est-à-dire, en les occupant ; trop et mal. Par exemple, de nombreux parents de collégiens se réjouissaient que leurs enfants puissent « enfin » progresser en français : le confinement serait l’occasion de leur faire « enfin » travailler la grammaire et la conjugaison, de leur faire faire « enfin » des rédactions de plus de 10 lignes et des dictées. Mais non : ces profs qu’on eût aimé voir décrocher se sont bien accrochés, et leurs élèves durent produire des vidéos, des enregistrements, réaliser des activités sans fin et sans queue ni tête, prétendument ludiques, sous le regard affligé de leurs parents. Confinement ou pas confinement, certains professeurs mettent un point d’honneur à entretenir l’idée que le français est, comme le disent mes élèves à l’entrée en seconde, « une matière de branleur où tu peux avoir 18 sans rien foutre, parce que y a rien à apprendre, on regarde des films et on fait des sorties ». Valeurs actuelles, Enseignement : pourquoi on persiste dans l’erreur malgré la crise sanitaire | Valeurs actuelles
  • Un branleur pour remplacer une branleuse. AgoraVox, La liberté d'expression est en danger - AgoraVox le média citoyen
  • A Limoges, j’étais un peu branleuse  France Bleu, Tournoi des 6 Nations : la Limougeaude Pauline Bourdon pleine d'ambition avant le choc face aux Anglaises
  • n’importe quoi la fifi,avec ses brin d’acier,chambre d’ado lol fifi la branleuse= frustré ado AgoraVox, OK Boomer - « Drôle » d'époque ! - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « branleur »

Langue Traduction
Anglais wanker
Espagnol pringado
Italien fannullone
Allemand wichser
Portugais palhaço
Source : Google Translate API

Synonymes de « branleur »

Source : synonymes de branleur sur lebonsynonyme.fr
Partager