La langue française

Brame

Définitions du mot « brame »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRAMER, verbe intrans.

A.− [En parlant de certains animaux, en partic. du cerf au temps des amours] Pousser des cris :
1. Au fond des bois, les rossignols jetaient des rires perlés de volupté, les cerfs bramaient, ivres d'une telle concupiscence, qu'ils expiraient de lassitude à côté des femelles presque éventrées. Zola, La Faute de l'Abbé Mouret,1875, p. 1408.
Bramer vers :
2. Comme le cerf, selon le psalmiste, brame vers les sources des eaux vives, ainsi la conscience assoiffée soupire vers l'absent incognito dont nul ne sait le nom. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 66.
P. compar. Bramer comme un cerf, comme un taureau.
P. anal. La mer, le vent qui brame.
B.− P. métaph., péj. [En parlant de pers.] Crier, brailler. Mais, soudain, il brame à nouveau : − encore, un qui fume! Sacré bordel! (Barbusse, Le Feu,1916, p. 336).
Rem. Attesté dans Ac. Compl. 1842 et Lar. 19equi le donnent comme ,,vieilli`` et utilisé encore en Provence.
Au fig. Désirer. Bramer pour, vers qqn :
3. ... je n'ai jamais (pour autant qu'il m'en souvienne) bramé pour personne. Ceci a besoin d'explication : j'ai vu, durant ma longue vie, quantité d'êtres épris pour telle personne de l'un ou de l'autre sexe, qu'il suffisait de voir un instant pour être forcé de penser : voici qui ne peut donner que du drame : rien à attendre, rien à espérer : aucune réciprocité n'est possible. Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1241.
Bramer vers la santé, la solitude :
4. − Adieu! Avec rien de ce qui est vivant, je ne veux plus de communauté. Pas plus qu'une licorne vierge, je ne supporterai le poids de la main. Mais je brame vers la tranquillité! Même je crierais, s'il convenait à la gravité virile de se relâcher jusqu'à une expansion indécente. Claudel, La Ville,1reversion, 1893, p. 379.
PRONONC. ET ORTH. : [bʀame] ou [bʀ ɑ-]. Passy 1914, Dub. (cf. aussi Land. 1834, Gattel 1841, Fél. 1851 et DG) transcrivent la 1resyll. par [a] ant.; Pt Rob., Pt Lar. 1968 (cf. aussi Littré) la transcrivent avec [ɑ] post. Warn. 1968 admet [ɑ] ou [a]. On trouve la graph. brâmer (cf. dans G. d'Esparbès, La Folie de l'épée, 1927, p. 198 : ,,Les femmes brâmaient d'amour vers l'émir, de haine contre le caïd``; dans G. Collinet, Recueil des régionalismes de haute-montagne, 1925 : ,,Une vache brâme lorsqu'elle beugle fortement``). Pour la forme braimer, cf. J. Richepin, Mes paradis, 1894, p. 93 : ,,Ne pleure pas en cerf qui braime``. Et pour la forme brêmer, cf. A. Bruant, Dict. fr.-arg., 1905, p. 283, et France 1907.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1528 [d'apr. FEW t. 15, 1, p. 241a] « pousser le cri propre à son espèce (du cerf) » (Marot dans Lar. 19e) ,,Il n'est pas même si usité, quand il se dit du cerf, que Rêre`` note Trév. 1704; 1534 « id. (d'une vache) » (Rabelais, Gargantua, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 72); 1534 « id. (d'une pers.) » (Ibid., p. 29) − 1660, Oudin Esp.-Fr. s.v. bramar; repris en 1808, Boiste. Terme bien vivant seulement en occitan, en franco-prov. et dans le domaine bourg.; parvenu dans le fr. du Nord seulement au xvies., prob. grâce à des aut. tels que Cl. Marot, Rabelais, d'Aubigné, largement influencés par la lang. occitane. Empr. à l'a. prov. bramar « chanter (en parlant d'un homme) » (xiies. dans Carl Appel, Provenzalische Chrestomathie, Leipzig, 1895, p. 52, no12, 5estrophe), « braire (de l'âne) », « chanter (du rossignol) » (id. dans Rayn.), « crier » (1432 dans Pansier t. 3), « désirer ardemment » (Pt Levy), lui-même issu du got. *bra(m)mon (EWFS2; Gam. Rom.1t. 1, pp. 366-367) corresp. au germ. *brammôn à rapprocher du m. b. all. brammen, formations apophoniques p. rapp. au m. h. all. brummen [all. mod. brummen « gronder »]. Étant donnée l'aire géogr. du mot dans la Romania, il semble préférable de faire dériver ses représentants du got. que du germ. (hyp. de Brüch, p. 63; REW3, no1270; FEW t. 15, 1, p. 240; Dauzat 1968).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 81.
BBG. − Brüch 1913, p. 64. − Goldschmidt (M.). Allerlei Beiträge zu einem germanoromanischen Wörterbuch. In : [Mél. Tobler (A.)]. Halle, 1895, p. 164. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 66, 68, 284, 294; t. 3 1972 [1930], p. 444.

Wiktionnaire

Nom commun 1

brame \bʁam\ masculin

  1. (Zoologie) Cri du cerf en rut.
    • Le brame du cerf au fond des bois.
    • La nature nous offre, lors du brame du cerf, l’un de ses plus beaux spectacles. — (Pascal Durantel, Le gibier et ses chasses, 2007)

Nom commun 2

brame \bʁam\ masculin

  1. (Archaïque, orthographe d’avant 1835) Brahmane.
    • C'est dans la classe des solitaires que se trouvent les hommes qui poussent le plus loin la carrière de la vie : tels sont les brames de l'Inde. — (Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, 1788)

Nom commun 3

brame \bʁam\ féminin

  1. (Technique) Masse d'acier de forme parallélépipédique de fortes dimensions.
    • Le dispositif de découpage le plus répandu est l’oxycoupage toujours employé pour les brames et les blooms, et de plus en plus fréquemment pour les machines à billettes. — (Joseph Farhi, Coulée continue de l'acier. Équipement. Exploitation, Techniques de l’Ingénieur, n° M7812, page 8)

Nom commun 4

brame \bʁam\ masculin

  1. (Canada) Brème d’Amérique (poisson).
    • Une brame de 4 ou 5 livres, vidée et sans la tête. — (site mitchifs.canald.com)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRAMER. v. intr.
Il se dit du Cerf qui pousse le cri particulier à son espèce.

Littré (1872-1877)

BRAME (bra-m') s. m.
  • Voy. BRAHMANE.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brame »

Déverbal sans suffixe de bramer.
Poisson : déformation de brème.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brame »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brame bram

Évolution historique de l’usage du mot « brame »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brame »

  • Partez à la découverte des empreintes des mammifères et venez écouter le brame du cerf de la forêt de Signy-l’Abbaye.Prévoir une tenue adaptée selon la météo, chaussures de marche et lampe torche. De 18h à 21h. Unidivers, Brame du Cerf en Forêt Launois-sur-Vence vendredi 25 septembre 2020
  • Au programme : sortie pour écouter le brame du cerf, visite de la Maison des Sources, repas et une nuit dans un lieu unique. Unidivers, Week-end Brame du cerf Ferrère samedi 3 octobre 2020
  • Ce samedi soir devrait attirer encore de nombreux curieux, parfois venus de loin, dans le seul massif forestier du Nord et du Pas-de-Calais où vivent des cerfs, celui de Mormal. La saison du brame y bat en effet son plein. Reportage. La Voix du Nord, Brame du cerf : ces cris dans la nuit qui attirent les foules en forêt
  • Qui a, au moins une fois dans sa vie, marché en forêt de Grésigne la nuit et vibré jusqu'au fond du ventre en entendant bramer le cerf, vous dira à quel point l'expérience est marquante. Une aventure que l'on va bientôt pouvoir (re) vivre grâce, entre autres, aux soirées proposées par le comité de tourisme du Tarn. On se retrouvera au pied du village de Penne, chaque jeudi, vendredi et samedi du 20 septembre au 19 octobre. Au programme, à partir de 17 heures au gîte de l'Hermitage de Penne, avec de superbes images à l'appui, les secrets de cette pulsion reproductrice qui pousse le cerf à fracasser le silence d'un souffle tonitruant Pour comprendre l'enjeu de cette performance gutturale, nul mieux qu'Alain Massol et son assistante Laura Vincent, ne vous dévoilera tous les détails du comportement des cervidés à cette précise période de l'année. Depuis près de trente ans, ce fin connaisseur de la faune sauvage observe, écoute, devine même les habitudes sonores et (mal) odorantes du cerf en rut. Il connaît tous les coins de la forêt où se roulent dans l'eau boueuse, s'appellent, se battent et s'ébattent les cerfs de la Grésigne. L'écouter le raconter est déjà un voyage. Suivre ses pas, dans l'obscurité et le silence de la forêt, jusqu'à la rencontre inespérée, est une aventure unique. ladepeche.fr, Penne. Balade en forêt, la nuit du brame - ladepeche.fr
  • Dans les forêts ardennaises, la saison du brame du cerf a commencé. On fait le point sur ce spectacle sauvage hors du commun. Journal L'Ardennais abonné, Extraordinaire brame du cerf dans la Pointe
  • Dans la nuit étoilée, 5 cerfs se répondent sur une zone de 500 mètres, c'est à qui bramera le plus fort pour attirer les biches. Pour séduire les dames, les mâles arrivent tout beau à la fin de l'été avec de nouveaux bois qui peuvent atteindre le mètre et qui peuvent être un bon moyen de se défendre en cas de combat avec un concurrent, ils marquent leur territoire avec leur urine, et poussent donc ce cri si particulier explique Eric Penet vice président d'Objectif Mormal l'association de photographes naturalistes France Bleu, Ecouter le brame du cerf sous les étoiles dans la forêt de Mormal

Traductions du mot « brame »

Langue Traduction
Anglais rutting season
Espagnol losa
Italien bramma
Allemand bramme
Portugais rugido
Source : Google Translate API

Synonymes de « brame »

Source : synonymes de brame sur lebonsynonyme.fr

Brame

Retour au sommaire ➦

Partager