La langue française

Biais

Sommaire

  • Définitions du mot biais
  • Étymologie de « biais »
  • Phonétique de « biais »
  • Évolution historique de l’usage du mot « biais »
  • Citations contenant le mot « biais »
  • Images d'illustration du mot « biais »
  • Traductions du mot « biais »
  • Synonymes de « biais »

Définitions du mot « biais »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIAIS, BIAISE, subst. masc. et adj.

I.− Substantif
A.− Direction, forme, position oblique. Le biais d'un mur :
1. Partout où j'apercevais quelqu'un qui pût me reconnaître, je tournais court, prenais un biais, et je m'enfonçais à perte d'haleine dans les sentiers étroits coupant les blés verts, ... Fromentin, Dominique,1863, p. 76.
P. métaph. :
2. J'ai remarqué maintes fois, mon ami, que les hommes d'action, les esprits fermes et résolus, même les plus ignorants, quand ils s'abattent sur les pures idées, y font des percées profondes; (...). Jetés à la rencontre dans la métaphysique, ils y chevauchent étrangement et la traversent par les biais les plus courts, par des sentiers audacieux et rapides. Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 105.
En partic., COUT. La diagonale d'un tissu par rapport à la direction des fils :
3. ... Rocambole (...) avait le bras libre, il enfonça son poignard dans le sac, et la toile, dont il trouva heureusement le biais, se fendit d'un bout à l'autre, et lui permit d'étendre d'abord les bras, puis de dégager ses jambes. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 3, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 481.
De biais. Anton. de droit fil.
B.− Au fig.
1. Péjoratif
a) Déformation, travers :
4. Je ne sais même plus si je fus bien avisé d'écrire que ces doctrines purent, à leur époque, être utiles à notre pays, tant le biais qu'elles donnent aux esprits peut devenir redoutable. Gide, Journal,1934, p. 1209.
b) Détour, subterfuge. Recourir à des biais :
5. ... je voudrais bien trouver un biais, une espèce de subterfuge, une manière de faux-fuyant pour ne pas me brouiller avec lui, ... A. Dumas Père, Halifax,1842, I, 8, p. 37.
6. Cet homme courageux, qui possédait, par nature et par volonté, les vraies vertus d'un vrai soldat, détestait la perfidie, les compromis de conscience, tous les biais, toutes les lâchetés. Il avait senti que son devoir était de parler, de ne pas laisser accuser un innocent. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 226.
2. Non péj.
a) Moyen de résoudre un problème, issue. Chercher, inventer, trouver un biais; une situation sans biais; prendre un biais (une bonne tournure).
b) Côté, aspect, point de vue sous lequel une chose se présente :
7. Mais de ce que les choses ont diverses qualités, l'âme plusieurs biais et inclinations, l'homme classique n'en sent que davantage la nécessité de ne point se livrer aux ténèbres de la conscience intérieure... Massis, Jugements,t. 2, 1924, p. 49.
c) Par le biais de. Sous l'aspect, du point de vue de. Aborder une étude par le biais de la linguistique, de la sociologie.
C.− Loc. adv. De biais, en biais. Obliquement, de travers, en travers, de guingois :
8. ... elle faisait du plat de la main un petit geste en biais, net et péremptoire qui mettait la discussion au cran d'arrêt. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 437.
SYNT. 1. (En parlant de pers.). Marcher de biais. En crabe. Sauter de biais. De côté. S'asseoir, regarder, sourire de biais; prendre un chemin, traverser une place de biais. 2. (En parlant de choses). Enfoncer des pieux, des piquets en biais; un violent vent de biais; la pluie en biais.
P. métaph. :
9. ... les pseudo-agressivités de faiblesse, qui frappent de biais en refusant le combat et triomphent sans lutte en déconsidérant l'adversaire : manie de dénigrement, de l'injure à distance, de la récrimination interminable, et, à la pointe, manies morbides de la persécution, où le persécuteur s'affirme persécuté. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 561.
10. ... c'est justement parce que la positivité suprême est trop positive, trop brûlante et trop éblouissante, et parce que nul n'en supporte l'éclat, que nous l'exprimons de biais, obliquement et indirectement; nous nous la suggérerons ainsi à nous-mêmes par des allusions et des périphrases. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 68.
Spéc., MAN. Aller en biais. Se dit d'un cheval qui avance alternativement chaque épaule avant la croupe.
Rem. 1. Attesté dans les dict. du xixes. 2. Cf. contre-biais.
II.− Adj. Qui est oblique par rapport à la direction principale. Arche, fenêtre, porte, voussure biaise :
11. Je ne hais pas cette voûte en pendentif, à plan berlong et à coupes rondes; mais j'aurais préféré pourtant une voûte d'arête, biaise et également berlongue. Hugo, Le Rhin,1842, p. 69.
Pont biais :
12. Il suffit de se méfier au kilomètre 6 endroit de péril où la route enjambe le précipice par un pont biais... A. Arnoux, Le Chiffre,1926, p. 10.
PRONONC. − 1. Forme phon. : [bjε], fém. [-ε:z]. Pour Fér. 1768 le mot se prononce en une seule syll. longue; il souligne : ,,en vers, on peut le faire de deux syllabes`` (cf. aussi Fér. Crit. t. 1 1787 et Gattel 1841). Littré transcrit bi-ê ou biê et écrit : ,,Molière fait ce mot tantôt monosyllabe, tantôt dissyllabe, l's se lie.`` DG rappelle également qu'au xviies. le mot est dissyllabique. Enq. : /bje, D/. 2. Homon. : biez (canal d'un moulin, cf. Darbois 1830, p. 234 et Zlat. 1862, p. 74).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1250 loc. adv. de biais « qui n'est pas coupé dans le droit fil » (Douin de Lavesne, Trubert, éd. G. Raynaud de Lage); 2. 1563 adj. « oblique » (Palissy, Recepte dans Gdf. Compl.); fin xvies. fig. (Mont., IV, 239 dans Littré); 3. fin xvies. a) subst. « aspect d'une chose » (Id., I, 272, ibid.); b) 1694 cout. (Ac.); c) av. 1592 « moyen détourné » (Mont., I, 224 dans Littré). Prob. empr. à l'a. prov. biais « direction oblique, détour », xiies. (ds Rayn.), d'où le mot paraît s'être répandu dans la Romania. Orig. du prov. controversée. L'hyp. la plus vraisemblable est celle d'un lat. *biaxius « qui a deux axes » (Holthausen dans Arch. St. n. Spr., t. 113, p. 36; v. Cor., s.v. viaje II).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 501. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 114, b) 460; xxes. : a) 756, b) 1 331.
BBG. − Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 305. − Brüch (J.). Etymologisches. Neuphilol. Mitt. 1921, t. 22, pp. 117-119. − Brüch (J.). Wortmiszellen. Neuphilol. Mitt. 1922, t. 23, pp. 93-94. − Feugère (F.). Apr. sept cents ans. Déf. Lang. fr. 1970, no53, p. 11. − Vocab. techn. des quilles. Québec, 1972, p. 20.

Wiktionnaire

Adjectif

biais \bjɛ\

  1. Qui est de biais, oblique.
    • De biais ou de droict fil. — (Michel de Montaigne, Essais, II, 353)
    • L’entrée est biaise, de façon à masquer la porte de l’ouvrage principal. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Porte biaise, porte oblique par rapport au mur où elle est percée.
    • Bouteur biais, bulldozer[3].

Nom commun

biais \bjɛ\ masculin

  1. Obliquité, ligne ou sens oblique.
    • Ce mur présente un biais. Cette allée a un biais.
    • Le mauvais goût et une fausseté de jugement, un biais naturel dans les idées. — (François René Chateaubriand, Génie, III, IV, 5.)
    • Sans cet art, mon âme se pliant avec peine à des biais chimériques, l’illusion ne serait que momentanée. — (Denis Diderot, Éloge de Richardson.)
  2. Tournure, inclinaison, côté, aspect, point de vue, face sous lequel une chose se présente.
    • Mais de ce que les choses ont diverses qualités, l'âme plusieurs biais et inclinations, l'homme classique n'en sent que davantage la nécessité de ne point se livrer aux ténèbres de la conscience intérieure. — (Massis, Jugements, t. 2, 1924, page 49)
    • Pour s'accoutumer à regarder de ce biais toutes les choses. — (René Descartes, Méth. 3.)
    • Vous me défendez mieux que je ne saurais faire
      Et du biais qu’il faut vous prenez cette affaire.
      — (Molière, Sgan. 21.)
    • Voyons, voyons un peu par quel biais, de quel air. — (Molière, Mis. IV, 3.)
    • Il n’y a point d’esprit faux dont on n’eût tiré des talents utiles en le prenant d’un certain biais, comme ces figures difformes et monstrueuses qu’on rend belles et bien proportionnées en les mettant à leur point de vue. — (Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, 1761, cinquième partie, Lettre III à milord Edouard)
  3. Moyen de résoudre un problème ; issue ; tournure.
    • C'est à partir du XVIe siècle, par le biais des contacts avec les Européens au moment du commerce triangulaire, que les boissons distillées furent introduites en Afrique. Le gin et les autres boissons alcoolisées constituaient un mode de paiement pour les esclaves africains ([…]). — (Catherine Fourgeau & Johanna Maula, « Producteurs et productrices d'alcool de palme (Sobadi) dans le sud-est du Bénin », dans Les Cahiers d'outre-mer, vol. 51, n° 202, 1998, page 212)
    • En quoi leur vécu stylisé et codé par les normes du genre opératique, leurs émotions transmises par le biais de lois musicales et scéniques, ont-ils le pouvoir de concerner non seulement les générations passées mais aussi celles de demain ? — (Aurore Rivals, « La construction de livrets », dans Les opéras de Peter Eötvös entre Orient et Occident, publié par Márta Grabócz, éd. Archives contemporaines, 2012, p. 36)
    • Chercher, inventer, trouver un biais.
    • Une situation sans biais.
    • Vous avez pris le bon biais pour toucher son cœur. — (Molière, Bourg. III.)
    • Par quel biais le remettre sur la bonne voie ? Ni menaces, ni gronderies n'ont réussi. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • J'ai donc cherché longtemps un biais de vous donner
      La beauté que les ans ne peuvent moissonner.
      — (Molière, F. sav. III, 6.)
  4. (Occitanie) Adresse, habileté, savoir-faire, don.
    • Il n'a pas de biais, il n'est pas doué, pas manuel, il est malhabile.
  5. (Métrologie) Défaut de mesure, d'échantillonnage, d'évaluation, induisant une valeur erronée.
    • L'exploitant doit fournir la preuve que les échantillons obtenus sont représentatifs et exempts de biais. — (Arrêté du 31/03/2008, relatif à la vérification et à la quantification des émissions déclarées dans le cadre du système d'échanges de quotas d'émission de GES pour la période 2008-2012; France)
    • Une approche alternative consisterait plutôt à utiliser une clé de répartition fixe […]. Mais cette méthode présente un autre risque de biais. — (INSEE, Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France, mai 2009)
    • Si ces dernières décennies nous ont habitués aux sondages dans la vie politique, on connaît leur principal biais : le sondeur impose toujours sa question. — (Mais où va le Web ?, Rencontre avec Baptiste Kotras, auteur de « La voix du web », 3 octobre 2018 → lire en ligne)
  6. (Couture) Diagonale par rapport au droit-fil du tissu.
    • Rocambole (…) avait le bras libre, il enfonça son poignard dans le sac, et la toile, dont il trouva heureusement le biais, se fendit d'un bout à l'autre, et lui permit d'étendre d'abord les bras, puis de dégager ses jambes. — (Ponson du Terrail, Rocambole, t. 3, Le Club des valets de cœur, 1859, page 481)
    1. Bande de tissu taillée dont les fils sont en diagonale par rapport au droit-fil.
      • Poser un biais sur un bord.
      • Au chef-lieu, il se perdait, car il déjouait toute surveillance. Il se perdit ici et là, dans la cathédrale, dans la tour de l’horloge, et notamment dans une grande épicerie, durant qu’on emballait le pain de sucre drapé d’un biais de papier indigo [...] — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 90.)
  7. (Statistiques) Écart entre la vraie valeur d’une variable inobservable et la valeur estimée statistiquement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIAIS, AISE. adj.
Qui a une direction oblique. Il ne s'emploie plus guère qu'en termes de Construction. Pont biais, Voûte biaise, Pont, voûte obliques par rapport à ce qu'ils traversent. Porte biaise, Porte oblique par rapport au mur où elle est percée.

Littré (1872-1877)

BIAIS (bi-ê ou biê ; Molière fait ce mot tantôt monosyllabe, tantôt dissyllabe ; l's se lie : un biais adroit, dites : un bi-ê-z adroit) s. m.
  • 1Obliquité, ligne ou sens oblique. Ce mur présente un biais. Cette allée a un biais.

    Fig. Le mauvais goût est une fausseté de jugement, un biais naturel dans les idées, Chateaubriand, Génie, III, IV, 5. Sans cet art, mon âme se pliant avec peine à des biais chimériques, l'illusion ne serait que momentanée, Diderot, Éloge de Richardson.

  • 2Différentes faces d'une chose, côtés d'un caractère. Pour s'accoutumer à regarder de ce biais toutes les choses, Descartes, Méth. 3. Vous me défendez mieux que je ne saurais faire Et du biais qu'il faut vous prenez cette affaire, Molière, Sgan. 21. Voyons, voyons un peu par quel biais, de quel air…, Molière, Mis. IV, 3. Vous avez pris le bon biais pour toucher son cœur, Molière, Bourg. III. Je vois de quel biais on se doit prendre à faire…, Descartes, Méth. Il n'y a point d'esprit faux dont on n'eût tiré des talents utiles, en le prenant d'un certain biais, Rousseau, Hél. V, 3.
  • 3Moyens détournés qu'on emploie pour réussir. Nous n'aurions pas besoin maintenant de rêver à chercher les biais que nous devons trouver, Molière, l'Étour. I, 2. J'ai donc cherché longtemps un biais de vous donner La beauté que les ans ne peuvent moissonner, Molière, F. sav. III, 6. Et comme pour résoudre avec votre maîtresse Des biais qu'on doit prendre à terminer vos vœux, Molière, l'Étour. IV, 1. Mais encore une fois, madame, je ne sais point le biais de faire entrer ici des vérités si hautes, Molière, Ép. dédic. de la Crit. de l'Éc. des f. On a cent biais pour le rendre public, Bourdaloue, Avent. Sur l'évang. 417. Ils sont morts avant qu'on ait bien concerté le biais qu'il faut prendre pour les avertir qu'ils doivent mourir, Fléchier, Serm. I, 174. Je ne sais quel biais ils ont imaginé, Racine, Plaid. I, 7.
  • 4En biais, de biais, loc. adv. Obliquement, de travers. Tailler en biais, de biais. Les parties des eaux aigres s'y coulent de biais, Descartes, L'homme.

    Fig. Accoutumés que nous sommes à ne voir aller les hommes que de biais et par détours…, Masc. Or. fun. de Tur.

  • 5Biais passé, surface réglée gauche employée pour la construction des voûtes en biais.
  • 6 Adj. Qui est de biais. Un pont biais.

HISTORIQUE

XIVe s. Une figure quarrée et le dyametre qui la traverse de biais [diagonale] sont de celle condicion que par nulle mesure tant soit petite par quoy l'en peut une de ces deux choses mesurer, l'en ne pourroit l'autre mesurer precisement, Oresme, Eth. 66.

XVIe s. Ce grand monde, c'est le mirouer où il nous fault regarder pour nous cognoistre de bon biais, Montaigne, I, 171. À ce biais s'accommode la voix divine : ne soyez pas plus sage qu'il ne fault, Montaigne, I, 224. Chasque chose a plusieurs biais et plusieurs lustres [aspects], Montaigne, I, 272. De biais ou de droict fil, Montaigne, II, 353. Une interpretation destournée, contraincte et biaise, Montaigne, IV, 239. Le dit cabinet sera tortu, bossu, ayant plusieurs bosses et concavitez biaises, Palissy, 62. Les bandes doivent estre coupées de droit fil et non de biaiz, Paré, XII, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BIAIS.
6Ajoutez : Appareil et construction des ponts biais, par Graeff, Paris, 1867.
7 S. m. La ligne la plus longue d'un fichu formé par l'étoffe pliée le droit fil de la chaîne sur le droit fil de la trame.

Biais de robe, petites bandes coupées dans le sens de cette plus longue ligne pour faire des ornements aux jupes et aux corsages. Costumes garnis de biais, de volants et de plissés de toute dimension, Journ. offic. 9 mars 1872, p. 1695, 2e col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BIAIS, s. m. en Architecture, on entend par ce nom les obliquités ou angles saillans, qu’on ne peut éviter dans un mur de face ou mitoyen, à cause du coude que forment souvent les rues d’une ville ou d’un grand chemin, ou le terrein de son voisin avec le sien, par une suite des partages qui ont été faits avant l’acquisition. (P)

Biais, Biaiser, (Jardinage.) c’est à l’art qu’il appartient de racheter les biais d’un jardin, qui forment des alignemens irréguliers & des formes bisarres, & c’est ce qu’on appelle sauver un biais.

Dans les pieces couvertes, comme sont les bosquets, une ligne droite que forme une palissade, redresse un biais qui se perd dans les quarrés de bois.

Dans les lieux découverts, tels qu’un parterre, un boulingrin, le biais paroît un peu plus, mais il se sauve dans l’étendue, & on ne peut juger que par le plan, de l’irrégularité du terrein.

On rejette le biais sur les plattes-bandes dans les petits jardins, en régularisant la piece du milieu, & on redresse les plattes-bandes par un trait de buis ; des lisieres de bois & de brossailles rachetent le biais des murs ; & les coudes des allées qui ne peuvent s’aligner, se corrigent par le moyen d’un berceau ou d’un banc placés à propos dans l’angle.

Pour rendre le biais plus tolérable d’un quarré long dont deux côtés opposés sont inégaux, entrez par le petit côté, la perspective racourcira le grand. (K)

Biais, (Manege.) aller en biais, c’est-à-dire, les épaules avant la croupe. Faire aller un cheval en biais. La leçon du biais au passager. Si les épaules sont avant la croupe, le cheval est en biais, & a la croupe un peu en dehors. Mettre le cheval en biais, tantôt à une main, & puis le pousser en avant ; tantôt à l’autre, & puis le pousser de même en avant, & réitérer cela de main en main & en avant, lui fait obéir la main & le talon, & est une excellente leçon ; mais d’autant qu’il est mis en biais, il faut que les parties de devant aillent toûjours avant celles de derriere. La maniere de faire aller un cheval en biais ; de lui faire faire des courbettes en biais ; de le mettre au pas en biais, & en courbette en biais, est fort détaillée dans New castle. Pour aller en biais, il faut aider aussi à toutes mains le cheval de la rêne de dehors, & soûtenir, c’est-à-dire, le tenir ferme, sans lui donner aucun tems : car le cheval le prend mieux qu’on ne peut le lui donner. Il faut aussi l’aider de la jambe de dehors ; c’est-à-dire, qu’il faut que la rêne & la jambe soient d’un même côté, & toûjours en dehors. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « biais »

(XIIIe siècle) De l’ancien occitan biais (« direction oblique, détour »), peut-être du latin *biaxius[1] (« qui a deux axes ») ou du latin bifax[2] selon Littré qui explique : « Diez le tire de bifax, qui est dans Isidore avec cette signification : duos habens obtutus, c'est-à-dire « ayant un double regard, louche », comme l’espagnol bis-ojo (es), « qui a deux yeux, louche ». De là au sens d’oblique on voit sans peine le passage. La suppression de l’f ne fait pas obstacle : car on en a des exemples dans le provençal refusar et reusar, le français refuser et reüser, et encore dans le provençal preon de profundus. Bifax n'est pas isolé dans la basse latinité ; on y trouve befax, bifacius, bifacies. Ce mot est un adjectif ; et biais l’est aussi. ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon. biaiz ; provenç. biais ; anc. catal. biais ; catal. mod. biax, biaix ; sarde, biasciu ; ital. s-biescio ; napolit. s-biaso ; piém. s-bias ; angl. bias, obliquité, pente. Diez le tire de bifax, qui est dans Isidore avec cette signification : duos habens obtutus, c'est-à-dire ayant un double regard, louche, comme l'espagnol bis-ojo, qui a deux yeux, louche. De là au sens d'oblique on voit sans peine le passage. La suppression de l'f ne fait pas obstacle : car on en a des exemples dans le provençal refusar et reusar, le français refuser et reüser, et encore dans le provençal preon de profundus. Bifax n'est pas isolé dans la basse latinité ; on y trouve befax, bifacius, bifacies. Ce mot est un adjectif ; et biais l'est aussi, comme on le voit dans l'historique et dans la phrase provençale : via biayssa, voie biaise. Bifax, bifacius viennent de bis, deux (voy. BIS), et facies, face (voy. FACE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « biais »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
biais bjɛ

Évolution historique de l’usage du mot « biais »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « biais »

  • Sanofi : le biais reste haussier (D337T) Boursorama, Sanofi : le biais reste haussier (D337T) - Boursorama
  • Un homme politique doit être capable de voir les deux faces d’un problème de manière à pouvoir le prendre de biais. De Anonyme
  • On se réconcilie dans son coeur avec un esprit supérieur au sien par le biais d'une divergence d'opinion. De Pierre Baillargeon / La Neige et le feu
  • Le biais de la fiction est en fin de compte plus personnel que la prétendue sincérité de l'aveu. De Alain Robbe-Grillet / Le Miroir qui revient, 1985
  • Il faut prendre de biais les choses les plus simples. De Gaston Gallimard
  • Ce grand monde, c'est le miroir où il nous faut regarder pour nous connaître de bon biais. De Michel de Montaigne / Essais
  • Sans doute, est-il bien peu de préceptes de sagesse qui, pris sous un certain biais, ne semble folie. De André Gide / Journal
  • Il a été beaucoup question de la nécessité d'avoir des groupes contrôle pour tester l'efficacité des traitements contre le coronavirus. Seule façon de lutter contre l'arbitraire et les biais de jugement qui sont inévitables, explique Olivier Oullier. Les Echos, Les biais cognitifs sont partout | Les Echos
  • Les biais cognitifs, semblables à un coureur qui triche pour finir une course plus vite, font en sorte qu’on partage des articles qu’on n’a pas lus, qu’on donne de la crédibilité à un artiste qui s’exprime sur un sujet scientifique ou qu’on commente sous le coup de l’émotion. l-express.ca, Un petit guide des raccourcis mentaux: sachez identifier vos biais - l-express.ca
  • D'abord IBM, puis Amazon et Microsoft. Dans le sillage de Black Lives Matter, les géants américains du numérique arrêtent ou suspendent leurs projets dans la reconnaissance faciale, accusée de reproduire des biais ethniques lorsqu'elle est utilisée par la police. France Culture, États-Unis : la reconnaissance faciale accusée de favoriser les biais racistes

Images d'illustration du mot « biais »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « biais »

Langue Traduction
Anglais bias
Espagnol sesgo
Italien tramite
Allemand weise
Portugais meio
Source : Google Translate API

Synonymes de « biais »

Source : synonymes de biais sur lebonsynonyme.fr
Partager