La langue française

Antiparticule

Sommaire

  • Définitions du mot antiparticule
  • Étymologie de « antiparticule »
  • Phonétique de « antiparticule »
  • Évolution historique de l’usage du mot « antiparticule »
  • Citations contenant le mot « antiparticule »
  • Traductions du mot « antiparticule »
  • Synonymes de « antiparticule »

Définitions du mot « antiparticule »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANTIPARTICULE, subst. fém.

PHYS. NUCL. Particule ayant une charge et un moment magnétique opposés à ceux d'une autre particule :
La théorie relativiste de Dirac prévoit qu'à chaque particule correspond une antiparticule. Une particule et son antiparticule doivent avoir la même masse, le même spin, et des valeurs égales et opposées de la charge électrique et du moment magnétique. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1963, p. 383.
Rem. Attesté pour la 1refois ds Duval 1959; dér. de particule*, préf. anti-*.
PRONONC. : [ɑ ̃tipaʀtikyl].
BBG. − Charles 1960. − Duval 1959. − Électron. 1963-64. − Fromh.-King 1968 (s.v. anti-particule).Laitier 1969. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Musset-Lloret 1964. − Neyron 1970. − Nucl. 1964.

Wiktionnaire

Nom commun

antiparticule \ɑ̃.ti.paʁ.ti.kyl\ féminin

  1. (Physique) Analogue de la particule subatomique dont les masse, spin et durée de vie sont identiques, mais dont les charges électrique et faible sont opposées (et le cas échéant dont la charge de couleur est complémentaire).
    • L'exercice est délicat car il est difficile d'empêcher de tels atomes d'entrer en contact avec des protons ou des électrons, lesquels s'annihilent avec leurs antiparticules correspondantes. — (Une première : on a piégé des antiatomes d'hydrogène !, Futura-Sciences, 19 nov 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « antiparticule »

(XXe siècle) Mot composé de anti- et particule.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antiparticule »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antiparticule ɑ̃tipartikyl

Évolution historique de l’usage du mot « antiparticule »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antiparticule »

  • Aux électrons s’opposent donc les positrons (ou antiélectrons), aux protons les antiprotons, aux neutrons les antineutrons et, cas particulier, aux photons les photons… car oui, le photon est sa propre antiparticule, cela fait partie des joies de la physique quantique. , Disparition de l’antimatière : les (anti)neutrinos sur le banc des accusés
  • Certaines supernovae très brillantes pourraient provenir de la création de paires de particule et antiparticule. Un groupe d'astrophysiciens pense avoir observé le premier exemple indiscutable de ce type d'explosion d'étoile avec de l'antimatière : SN 2016iet. Futura, La première supernova productrice d'antimatière aurait été observée
  • L’antimatière est « bizarre » mais son existence est prouvée. La masse d’une antiparticule est la même que pour sa particule jumelle, mais ses caractéristiques sont inversées. Par exemple, l’électron, particule chargée négativement, trouve son opposé dans le positron, antiparticule chargée positivement. Aux origines, le Big Bang a créé à la fois de la matière et de l’antimatière… et normalement, en des quantités équivalentes. Pourtant, aujourd’hui il existe une asymétrie : tout ce que nous observons est majoritairement fait de matière. Expliquer les raisons de cette asymétrie est un défi de tous les instants pour les physiciens. Numerama, Comment l'antimatière pourrait être la clé pour comprendre la matière noire (et vice-versa)
  • En effet, on considère que «si la matière et l’antimatière ont été créées et détruites ensemble, il semble que l’Univers ne devrait contenir rien d’autre que de l’énergie résiduelle. Néanmoins, une minuscule partie de la matière – environ une particule sur un milliard – a réussi à survivre. C’est cette matière que nous observons aujourd’hui». Les chercheurs ont observé que des particules se transforment spontanément en leur antiparticule (on dit qu’elles oscillent) plusieurs millions de fois par seconde avant de se désintégrer. El Watan, Grand collisionneur de hadrons : De nouvelles mesures plus précises obtenues | El Watan
  • Certaines réponses aux grandes questions sur l’Univers se cachent peut-être aux plus petites échelles, dans les propriétés des particules subatomiques. C’est le cas de l’énigme de l’absence d’antimatière dans l’Univers. Lors du Big Bang, la matière et l’antimatière se seraient formées dans des proportions égales. Pourtant, aujourd’hui, l’Univers ne semble rempli que de matière… Où est passée l’antimatière ? En principe, les antiparticules ont des propriétés exactement opposées à celles de leurs particules homologues. Mais cette symétrie n’est peut-être pas parfaite. De telles asymétries pourraient expliquer pourquoi la matière a pris le dessus. Une différence entre le comportement des neutrinos et celui des antineutrinos qui vient d’être mise en évidence pourrait constituer un indice dans ce sens. Guillaume Pignol, du Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC), à Grenoble, et ses collègues traquent pour leur part les indices d’une asymétrie possible dans les propriétés du neutron. Ils viennent de réaliser la mesure la plus précise à ce jour du moment dipolaire magnétique de cette particule. Pourlascience.fr, Une nouvelle contrainte sur le moment dipolaire du neutron | Pour la Science
  • Ce qui est certain, c’est que les particules et les antiparticules ne font pas bon ménage. Lorsqu’elles entrent en contact, elles s’annihilent dans une formidable explosion qui ne laisse derrière elle que de l’énergie pure qui peut, à son tour, se transformer dans un autre jeu de particules et d’antiparticules. , Une «Nuit de l’antimatière» pour faire découvrir au public «l’un des grands mystères de l’univers»
  • Selon Nitin Samarth, chef du département de physique de Downsbrough et professeur de physique à Penn State : « Lorsque le physicien italien Ettore Majorana a prédit la possibilité d’une nouvelle particule fondamentale qui est sa propre antiparticule, il n’aurait guère pu imaginer les implications durables de son idée imaginative ». Fredzone, Du nouveau sur la fameuse « particule de l'ange »
  • En physique, tout comme en mathématique, les opérations de symétrie dans les équations jouent un rôle important pour définir ces équations et les lois de conservation qu'elles impliquent. L'équation de Dirac, qui permet d'associer à toute particule son antiparticule, permet alors de définir une opération dite de conjugaison de charge. Notée C, elle transforme une solution de l'équation décrivant une particule de charge Q en une solution décrivant une antiparticule de charge opposée - Q. On peut de même définir une opération notée P, pour parité, qui permet de voir ce qui se passe pour un phénomène, une expérience, transposés par un miroir. Ainsi, le courant dans une boucle conductrice change de sens lorsque l'on regarde une boucle qui serait en miroir. Futura, Énigme de l'antimatière : LHCb découvre une nouvelle piste avec les mésons D
  • Contrairement à la très mystérieuse matière noire, dont on ne sait à peu près rien, pas même si elle existe vraiment, l'antimatière, découverte en 1931 par le génial physicien britannique Paul Dirac, n'a plus rien de spéculatif et commence même à nous livrer ses secrets. Elle constitue un monde miroir du nôtre. A chaque particule de matière correspond une antiparticule de même masse, de même durée de vie et de charge électrique opposée : au proton, chargé positivement, correspond l'antiproton de charge négative ; à l'électron, le positron, etc. Mais particules et antiparticules ne font pas bon ménage : lorsqu'elles entrent en contact l'une avec l'autre, elles s'annihilent en un déferlement d'énergie (sous forme d'émission de photons). Les Echos, L'antimatière, clef du mystère de l'Univers ? | Les Echos
  • Au Cern, l’antihydrogène livre finalement quelques secrets. Étudiée par spectroscopie laser, la structure fine de l’antiparticule de l’hydrogène montre une similitude très marquée avec celle de l’hydrogène. En d’autres termes, les propriétés de l’antihydrogène ont été vérifiées avec une précision accrue. Ces nouveaux travaux, publiés dans Nature, s’avèrent en ligne avec les prédictions de la physique des particules (électrodynamique quantique). , Le CERN sur la piste de la violation de symétrie entre matière et antimatière - Heidi.news
  • Le vide est-il ennuyeux ? Pas d’après la physique quantique. Le vide est en effet le lieu d’une activité microscopique fantastique : sans cesse, des paires particule-antiparticule apparaissent et disparaissent en une fraction de seconde. En étudiant les effets de ces « paires virtuelles » sur les propriétés de l’électron, l’équipe de l’expérience Acme, menée par John Doyle, de l’université Harvard, pose aujourd’hui certaines contraintes sur les théories qui visent à dépasser le modèle standard de la physique des particules. Pourlascience.fr, L’électron met à mal des théories au-delà du modèle standard | Pour la Science

Traductions du mot « antiparticule »

Langue Traduction
Anglais antiparticle
Espagnol antipartícula
Italien antiparticella
Source : Google Translate API

Synonymes de « antiparticule »

Source : synonymes de antiparticule sur lebonsynonyme.fr
Partager