La langue française

Alexandrin

Sommaire

  • Définitions du mot alexandrin
  • Étymologie de « alexandrin »
  • Phonétique de « alexandrin »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alexandrin »
  • Citations contenant le mot « alexandrin »
  • Traductions du mot « alexandrin »
  • Synonymes de « alexandrin »

Définitions du mot alexandrin

Trésor de la Langue Française informatisé

ALEXANDRIN1, INE, adj.

A.− Qui appartient à la ville d'Alexandrie, qui est relatif à cette ville, à ses habitants ou à ses mœurs :
1. L'Évangile de saint Marc est donc un abrégé de saint Matthieu écrit dans le sens le plus convenable aux Juifs d'Alexandrie. C'est l'Évangile juif alexandrin. C'est l'Évangile essénien. P. Leroux, De l'Humanité,t. 2, 1840, p. 802.
2. Pour obéir à la tradition de toutes les orgies alexandrines, elle s'était livrée tout d'abord, à trois amants à la fois; mais sa tâche ne se bornait pas là, et jusqu'à la fin de la nuit, selon la loi des esclaves qui devenaient courtisanes, elle devait prouver par un zèle incessant que sa nouvelle dignité n'était point usurpée. P. Louÿs, Aphrodite,1896, p. 152.
Empl. substantivement. Habitant d'Alexandrie :
3. Lorsqu'après sa mort, on renversa les statues d'Antoine, un Alexandrin donna cinq millions de notre monnaie, pour qu'on laissât debout celles de Cléopâtre. J. Michelet, Histoire romaine,t. 2, 1831, p. 315.
1. LING. Dialecte alexandrin. Dialecte provenant de la confusion du dialecte macédonien avec les autres dialectes grecs. Connu aussi sous le nom de dialecte hellénistique.
2. LITT. Poésie alexandrine. Poésie érudite, précieuse et parfois énigmatique dans laquelle le raffinement des sentiments s'allie à la perfection de l'expression et qui, entre l'époque d'Alexandre et celle d'Auguste, a fleuri en particulier à Alexandrie :
4. On ne saurait trop recommander aux amateurs de littérature comparée l'étude de la littérature alexandrine, dont l'historien [A. Couat] en quelque sorte définitif que nous venons de citer observe, dès 1882, combien elle a d'analogies avec celle de la France contemporaine. J. Benda, La France byzantine,1945, p. 223.
3. PHILOS. Philosophie alexandrine. Celle de l'école néo-platonicienne d'Alexandrie :
5. Si ses penchants le portaient avec une passion à chaque instant plus évidente vers les recherches métaphysiques, il était clair aussi que certaines périodes de la pensée humaine l'avaient retenu par un charme persistant, et tout particulièrement l'époque de la fin de la philosophie alexandrine et les premières lueurs de ce qu'on a convenu d'appeler l'idéalisme allemand, ... J. Gracq, Au Château d'Argol,1938, pp. 159-160.
Empl. substantivement. Littérateur ou philosophe appartenant à l'école d'Alexandrie :
6. Les conditions de cette union dépendaient d'un premier problème : savoir, s'il y a correspondance entre les existences invisibles que la métaphysique suppose et les notions que la logique déduit, entre les réalités et les idées? C'était ce problème célèbre des universaux légué par l'Antiquité, dans une phrase de l'Alexandrin Porphyre, au Moyen Âge qui l'accepta. F. Ozanam, Essai sur la philosophie de Dante,1838, p. 38.
B.− Rare. D'Alexandre, nom propre (Alexandre le Grand, Alexandre Sévère, Alexandre de Tralles ...) :
7. Rome roidit ses bras contre la Gaule et l'Espagne; il lui suffit de toucher du doigt les successeurs d'Alexandre pour les faire tomber. Quelle qu'ait été l'injustice des attaques de Rome, il faut avouer que ce monde alexandrin méritait bien de finir. J. Michelet, Histoire romaine,t. 2, 1831, p. 51.
1. B.-A. Appareil alexandrin. ,,Espèce de mosaïque, ou plutôt de mosaïque précieuse, composée de porphyres rouge et vert, de marbres et d'émail. Il tire son nom de l'empereur Alexandre Sévère, qui en fut l'inventeur, selon Lampride. (...) L'appareil alexandrin fut très à la mode en Italie et en Sicile aux xiieet xiiiesiècles.`` (Bach.-Dez. 1882).
2. MÉD., vx. Emplâtre alexandrin. ,,Nom d'un emplâtre irritant, aujourd'hui inusité, inventé par Alexandre, médecin contemporain de Mesué [viiie-ixes.]`` (Nysten 1814-20).
DÉR.
Alexandriner, verbe trans.,néol., iron. Faire preuve d'obscurité et de subtilité excessive dans ses propos (L. Daudet, La Recherche du beau, 1932, p. 27).
Alexandrinisé, ée, adj.,rare. Gagné par la civilisation, la philosophie alexandrine (J. Michelet, Journal, juin 1845, p. 605).
Étymol. ET HIST. I.− Alexandrin. 1. 1100 adj. « d'Alexandrie » (Roland, 462 ds Gdf. Compl. : Afublez est d'un mantel sabelin, Qui fut cuverz d'un palie alexandrin); 2. 1838 emploi substantivé philos. (Ac. Compl. 1842 : Alexandrin. Philosophe, écrivain de l'école d'Alexandrie). II.− Alexandriner, 1932, supra rem. III.− Alexandrinisé, 1845, supra rem. I empr. au lat. alexandrinus, adj. attesté au sens 1 dep. Plaute, Pseud., 147 ds TLL, 1536, 57. II, III dér. de alexandrin 1; II dés. -er; III suff. -isé (-iser*).
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bible 1912. − Laurent (P.). Contribution à l'histoire du lexique français. Romania. 1925, t. 51, p. 33. − Nysten 1814-20.

ALEXANDRIN2, INE, adj. et subst. masc.

A.− Emploi adj. Qualifie le vers de douze syllabes (quand la rime est masculine) ou de treize syllabes (si l'on compte l'e de la rime féminine), appelé aussi vers héroïque ou grand vers :
1. N'en doutez pas, si un écrivain aussi parfait eût été forcé de mettre sur la scène tragique un sujet tout moderne, il eût employé le mot simple et eût rompu le balancement régulier et monotone du vers alexandrin, par l'enjambement d'un vers sur l'autre; il eût dédaigné l'hémistiche. Et peut-être même (ce que nous n'osons pas) réintégré l'hiatus, ... A. de Vigny, Lettre à Lord*** sur la soirée du 24 octobre 1829, 1829, p. 274.
2. Il y a (...) dans le vers [alexandrin] classique certains éléments fixes et immuables, certains éléments susceptibles de variété. La coupe qui sépare les deux hémistiches ne peut pas être déplacée : elle tombe obligatoirement après les six premières syllabes et coupe le vers en deux parties égales comme nombre de syllabes (...). Chaque demi-vers est aussi divisé en deux parties ou mesures, se terminant chacune sous un temps marqué ou accent rythmique. (...) mais le nombre des syllabes de chaque mesure peut varier de 1 à 5. M. Grammont, Petit traité de versification française,1908, pp. 88-89.
B.− [Empl. de préférence substantivement] Employer l'alexandrin dans un poème (Ac. 1835-1932) :
3. Des alexandrins bien ronflants sont un cache-sottise... Stendhal, Vies de Haydn, Mozart et Métastase,1817, p. 258.
4. ... nécessairement, il y a du tour de force dans l'exécution de ce raccourci qui consiste à emprisonner sous les douze syllabes d'un alexandrin une idée dont la transcription naturelle est autre; ... P. Bourget, Essais de psychologie contemporaine,1883, pp. 100-101.
5. Les vers m'ennuient, l'alexandrin est usé jusqu'à la corde; le vers libre est informe. Le seul poète qui me satisfasse aujourd'hui, c'est Rimbaud. A. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, pp. 1149-1150.
Rem. Syntagmes fréq. alexandrin épique, grave, harmonieux, héroïque, majestueux, noble.
Prononc. : [alεksɑ ̃dʀ ε ̃], fém. [-in]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 attribuent à l'avant-dernière voyelle une demi-longueur. − Rem. Fér. est le seul des auteurs ant. à Passy 1914 à relever cette longueur, en 1768 et 1787.
Étymol. ET HIST. − 1. 1411-1432 adj. rime alexandrine « vers de douze syllabes » (Règles de la seconde rhétorique, éd. E. Langlois [Recueil d'arts de seconde rhétorique, Paris, 1902, pp. 28-29] cité par Knud Togeby, Hist. de l'alexandrin fr. ds Immanence et structure, recueil d'articles publ. à l'occasion du 50eanniversaire de K. Togeby, Copenhague, 1968, R. rom. nospéc. 2, p. 225 : Rime alexandrine, pour faire rommans, est pour le present de douze silabes chascune ligne en son masculin et de XIII ou feminin, et sont a ceste exemple : « Seignors, or faites pais, pour Dieu le roy divin »... Après sont aultres diz faiz de ceste rime alexandrine, et en fait on tout communement diz de Vies de sains, ou aucuns traitiez d'amours, et se mettent 4 et 4, a l'exemple du Testament maistre Jehan de Meun, et ausi de la Vie Florence de Romme et de saint Alexis); 1432 ligne alexandrine (Baudet Herenc, Doctrinal de la seconde rhétorique, cité par E. Langlois, op. cit., pp. 28-29, ibid. : Cy s'ensuivent les tailles de lignes alexandrines. Et sont dittes lignes alexandrines pour ce que une ligne des fais du roy Alexandre fu fait de ceste taille); 2. 1611 subst. (Cotgr. : Alexandrin. A verse of 12, or 13 sillables). Dér. du nom d'Alexandre le Grand, le dodécasyllabe étant utilisé ds le Roman d'Alexandre (fin xiie-début xiiies.). Bien que l'alexandrin ait été antérieurement utilisé − en fr. dès 1120-1150 ds Li ver del Juïse et av. 1150 ds la Chanson d'Antioche et ses 2 suites la Chanson de Jérusalem et les Chétifs − en prov. dès 1130-1145 ds la Canso d'Antiocha, le nom d'alexandrin est issu du Roman d'Alexandre, car c'est le seul ouvrage où le dodécasyllabe s'emploie avec des rimes plates, les alexandrins rimant deux par deux [dans les chansons de geste les alexandrins sont groupés en laisses, dans les poèmes relig. en strophes, surtout en quatrains], d'apr. Togeby, op. cit., p. 226; voir aussi Porter ds Mod. Lang. Notes, t. 51, pp. 528-535.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 293. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 378, b) 206; xxes. : a) 452, b) 540.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Dagn. 1965. − Dem. 1802. − Laurent (P.). Contribution à l'histoire du lexique français. Romania. 1925, t. 51, p. 33. − Morier 1961. − Nysten 1814-20. − Porter (M. E.). The Genesis of Alexandrin as a metrical term. Mod. Lang. Notes. 1936, t. 51, pp. 528-535. − Prév. 1755.

Wiktionnaire

Adjectif

alexandrin \a.lɛk.sɑ̃.dʁɛ̃\

  1. (Versification) Qui a douze syllabes. Note : L’utilisation du nom alexandrin est beaucoup plus fréquente que celle de la locution vers alexandrin.
    • Les tragédies, les poèmes épiques sont ordinairement écrits en vers alexandrins.
    • La césure, le repos du vers alexandrin est le plus souvent après la sixième syllabe.
  2. Originaire d’Alexandrie, relatif à Alexandrie, ville d'Égypte ou ville d'Italie.
    • Le musée a été récemment restauré et agrandi pour conserver le produit des fouilles alexandrines qui ne cesse de s’élargir.
  3. (Histoire littéraire) Qui a rapport à l’école d’Alexandrie.
    • Un poète, un philosophe alexandrin.
    • La période alexandrine de la littérature grecque.
    • Je pense aussi au mot « albâtre » – dont Cléopâtre a la pureté – puis j’évoque des images de portiques, de colonnes devant lesquelles se promènent les philosophes alexandrins – vieux pouilleux en guenilles – qui interfèrent dans ma mémoire avec ce que je connais de la moderne Alexandrie. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 138.)
  4. (Théologie) Relatif à l'école de théologie d'Alexandrie, et aux rites religieux spécifiques à cette église.
    • Le rite chaldéen ou syrien oriental, fait partie des six familles de rites qui subsistent aujourd'hui avec le rite antiochien (syrien occidental), alexandrin, byzantin, arménien et latin. Ces rites sont communs à la fois aux Églises orientales séparées de Rome et à celles qui lui sont unies. (Irak, le monde redoute une purification religieuse- Journal La Croix 23 juillet 2014)
  5. Relatif à Saint-Alexandre, municipalité québécoise de la région de la Montérégie [2].
  6. Relatif à Saint-Alexandre, ancienne municipalité de village québécoise de la région de la Montérégie [2].
  7. Relatif à Saint-Alexandre, ancienne municipalité de paroisse québécoise de la région de la Montérégie [2].
  8. Relatif à Saint-Alexandre, ancienne municipalité de paroisse québécoise de la région du Bas-Saint-Laurent [2].
  9. Relatif à Saint-Alexandre-de-Kamouraska, municipalité québécoise [2].

Nom commun

alexandrin \a.lɛk.sɑ̃.dʁɛ̃\ masculin

  1. (Versification) Vers de douze syllabes.
    • […] mais il craignit de se compromettre avec la prose française, dont les exigences sont cruelles à ceux qui contractent l’habitude de prendre quatre alexandrins pour exprimer une idée. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • C’est horrible ! oui, brigand, jacobin, malandrin,
      J’ai disloqué ce grand niais d’alexandrin.
      — (Victor Hugo, « Quelques mots à un autre », dans Les Contemplations, 1858)
    • Le vers libre n’a jamais voulu détruire et ne détruit pas l’alexandrin. — (Robert de Souza, Où nous en sommes, 1906)
    • « Mais c’est qu’il aime Corneille ! ». Je ne l’aimais pas : les alexandrin me rebutaient. Par chance l’éditeur n’avait publié in extenso que les tragédies les plus célèbres ; des autres il donnait le titre et l’argument analytique : c’est ce qui m’intéressait. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 62.)
    • En un seul vers, on est passé de l’alexandrin ronflant, sûr de sa dialectique enjôleuse et rouée, de sa musique menteuse et parfumée, à l’implacable octosyllabe du procès-verbal. — (Philippe Delerm, Dickens, barbe à papa, Gallimard, collection Folio, 2005, page 85)
    • Je me souviens d’alexandrins, de cette tringle aux douze anneaux dont parle Pierre Michon en inventant Rimbaud, je me souviens qu’il faut s’en méfier comme du choléra si l’on cherche la prose. — (Jean-Baptiste Harang, Nos cœurs vaillants, Paris, Grasset, 2010, p. 22)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALEXANDRIN, INE. adj.
T. de Versification. Qui a douze syllabes. Vers alexandrin. Les tragédies, les poèmes épiques sont ordinairement écrits en vers alexandrins. La césure, le repos du vers alexandrin est le plus souvent après la sixième syllabe. Les vers alexandrins sont aussi appelés Vers héroïques. Il s'emploie quelquefois comme nom dans ce sens, Un alexandrin. On dit absolument et collectivement L'alexandrin, pour Les vers alexandrins. Employer l'alexandrin dans un poème.

ALEXANDRIN, en termes d'Histoire littéraire, se dit aussi de Ce qui a rapport à l'École d'Alexandrie. Un poète, un philosophe alexandrin. La période alexandrine de la littérature grecque.

Littré (1872-1877)

ALEXANDRIN (a-lè-ksan-drin)
  • 1Adj. m. Il se dit du vers français de douze syllabes. Les vers alexandrins sont aussi appelés vers héroïques.
  • 2 S. m. Quel trait d'orgueil ! dira la calomnie : Ferait-on plus pour des alexandrins ? Béranger, In-8.

HISTORIQUE

XVIe s. Encores que les vers alexandrins respondent plus aux senaires des tragiques qu'aux magnanimes vers d'Homere et de Virgile, Ronsard, 581.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ALEXANDRIN (l’) quartier d’Italie dans le Duché de Milan, autour d’Alexandrie, qui lui donne le nom d’Alexandrin.

* Alexandrin ; épitéthe qui désigne dans la Poësie françoise la sorte de vers affectée depuis long-tems, & vraissemblablement pour toûjours, aux grandes & longues compositions, telles que le poëme épique & la tragédie, sans être toutefois exclue des ouvrages de moindre haleine. Le vers alexandrin est divisé par un repos en deux parties qu’on appelle hémistiches. Dans le vers alexandrin, masculin ou féminin, le premier hémistiche n’a jamais que six syllabes qui se comptent : je dis qui se comptent, parce que s’il arrive que cet hémistiche ait sept syllabes, sa derniere finira par un e muet, & la premiere du second hémistiche commencera par une voyelle ou par une h non aspirée, à la rencontre de laquelle l’e muet s’élidant, le premier hémistiche sera réduit à six syllabes. Dans le vers alexandrin masculin, le second hémistiche n’a non plus que six syllabes qui se comptent, dont la derniere ne peut être une syllabe muette. Dans le vers alexandrin féminin, le second hémistiche a sept syllables dont la derniere est toûjours une syllabe muette. Voyez Rime masculine, Rime féminine, Hémistiche. Le nombre & la gravité forment le caractere de ce vers ; c’est pourquoi je le trouve trop éloigné du ton de la conversation ordinaire pour être employé dans la comédie. Le vers alexandrin françois répond au vers hexametre latin, & notre vers marotique ou de dix syllables, au vers iambique latin. Il faudroit donc faire en françois de notre alexandrin & de notre marotique l’usage que les Latins ont fait de leur héxametre & de leur iambique. Une loi commune à tout vers partagé en deux hémistiches, & principalement au vers alexandrin, c’est que le premier hémistiche ne rime point avec le second ni avec aucun des deux du vers qui précede ou qui suit. On dit que notre vers alexandrin a été ainsi nommé ou d’un Poëme françois de la vie d’Alexandre composé dans cette mesure par Alexandre de Paris, Lambert Licor, Jean le Nivelois, & autres anciens Poëtes, ou d’un Poëme latin intitulé l’Alexandriade, & traduit par les deux premiers de ces Poëtes, en grands vers, en vers alexandrins, en vers héroïques ; car toutes ces dénominations sont synonymes, & désignent indistinctement la sorte de vers que nous venons de définir.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « alexandrin »

On ne sait pas au juste d'où vient cette dénomination. « Quelques-uns ont cru, dit Ménage, que c'est parce qu'Alexandre Paris, vieux poëte français, s'est servi particulièrement de ce genre de vers ; et les autres, à cause que Lambert li cors, c'est-à-dire le court, Alexandre Paris, Pierre de St-Cloct et Jean li Nivelois s'en servirent en écrivant la vie d'Alexandre le Grand. » Quoi qu'il en soit, ce mot vient d'Alexandre, Ἀλέξανδρος, de ἀλέξειν, protéger, et ἀνὴρ, homme ; qui protége les hommes. Pour ἀλέξειν, voy. ALEXITÈRE ; et pour ἀνήρ, voy. ANDR….

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(c. 1100) Du latin Alexandrinus.
Sens lié aux localités : le mot est lié à Alexandrie ou Alexandre (Saint-Alexandre).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alexandrin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alexandrin alɛksɑ̃drɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « alexandrin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alexandrin »

  • Monsieur le Président-Directeur-Général : l'alexandrin le plus riche. De Anonyme
  • Le vers alexandrin n'est souvent qu'un cache-sottises. De Stendhal / Racine et Shakespeare
  • Un ver de huit pieds s’appelle octosyllabe. Le ver de douze pieds, lui, se nomme alexandrin. Et un verre à un pied, c’est un muscadet ! De Philippe Geluck / Et vous, chat va ?
  • Commençons par une petite devinette. Remarquez-vous quelque chose de particulier dans la phrase suivante : "Juge, flambez l'exquis patchwork d'Yvon" ? Non ? Alors, je vous propose celle-ci : "Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume". Toujours pas ? Eh bien, toutes deux ont la particularité de contenir les 26 lettres de notre alphabet (la seconde poussant la coquetterie à prendre la forme d'un alexandrin). En langage savant, on les appelle des pangrammes (de pan, "tout", et gramma, la "lettre").  LExpress.fr, Pangrammes, lipogrammes et autres bizarreries de la langue française - L'Express
  • Mariant la poésie et la percussion, l'alexandrin et le cinéma, Dave Brubeck et le polar, ce boxeur de syllabes n'a eu de cesse de bousculer les mots de son accent rocailleux pour mieux les faire sonner. "Du son qui fait sens" était sa maxime. France Culture, Claude Nougaro (1929-2004) : du swing plein les mots
  • Mais lui est commerçant et il a écrit son journal en alexandrins, avec, en tête de chapitre, la date et le décompte des morts du Covid-19 en France. , A Saint-Malo, Gérald écrit un journal du confinement en alexandrins | Le Pays Malouin
  • "Lorsque l’âge avance on ignore l’instant Et nos rêves jouent la valse à quatre temps. Nos songes sont là pour peupler toutes nos nuits Ils sont nos compagnons et ils chassent l’ennui…" Depuis le début du confinement, Michel Diaz, à la résidence senior Les Rives du Tarn, écrit et offre ses poèmes aux résidents. Il a toujours écrit et uniquement en alexandrins. Cet Albigeois d’origine que d’importantes responsabilités professionnelles ont conduit à Paris pendant 20 ans, est revenu sur ses terres. Il a eu 90 ans le 18 avril., en plein confinement. Et c’est lui qui a fait un cadeau. Il a fait relier ses poèmes pour les offrir à une vingtaine de ses voisins de résidence. Et vu le succès, il prévoit une prochaine édition. ladepeche.fr, Albi. Poète confiné offre carnet de bord en alexandrins - ladepeche.fr
  • Autant l'imprévisible excite les créateurs, autant l'inattendu fige les annonceurs. Ce double alexandrin s'est encore vérifié avec le confinement décrété le 13 mars dernier. Prises de panique, les marques ont soudainement stoppé leur communication commerciale et gelé, dans la foulée, leurs investissements médias. En rue, les sociétés JCDecaux et Clear Channel ont ainsi été contraintes de remplacer leurs habituelles affiches publicitaires par une longue campagne d'intérêt général avec le même mot-clé #staysafe (restez en sécurité), histoire de ne pas laisser leurs panneaux en jachère. ... Site-Trends-FR, Voici les clés d'une com' déconfinée - Entreprises - Trends-Tendances
  • Rappelons que l’alexandrin est un terme qui apparaît au XIIe siècle dans une poésie «épique», le Roman d’Alexandre, ainsi que le raconte Elsa Marpeau dans son article «Vers». «Ce vers va devenir le mètre de référence du théâtre, en particulier dans l’âge dit ‘‘classique’’.» À cette époque, l’alexandrin a une «structure régulière, déterminée par un rythme binaire»: composé de douze syllabes, «usuellement divisées en deux groupes de six syllabes, nommés hémistiches et coupés par une césure». Cette dernière tombe sur la sixième syllabe. Le Figaro.fr, «Nous sommes à l’hémistiche du quinquennat»: qu’a voulu dire Macron?
  • L'alexandrin est un support de jeu. Le masque, un support de travail Le Point, Théâtre : à vos masques, prêts, jouez ! - Le Point

Traductions du mot « alexandrin »

Langue Traduction
Anglais alexandrian
Espagnol alejandrino
Italien alessandrino
Portugais alexandrino
Source : Google Translate API

Synonymes de « alexandrin »

Source : synonymes de alexandrin sur lebonsynonyme.fr
Partager