Alambiquer : définition de alambiquer


Alambiquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ALAMBIQUER, verbe trans.

A.− Inus. Distiller à l'alambic. (Attesté ds Boiste 1834, Besch. 1845, etc.).
B.− Au fig., vx, péj.
1. Emploi trans. Tourmenter à force de réflexions, par excès de recherche. Alambiquer le sentiment, l'esprit, la cervelle :
1. La galanterie de la cour était noble, décente, peut-être même un peu cérémonieuse; celle de la ville, dont Ninon tenait école, sans être d'une aussi grande réserve, n'était pourtant par exempte d'une sorte de recherche qui tendait à alambiquer le sentiment et à mettre en crédit le jargon précieux de Clélie et d'Artamène. V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 12.
2. Emploi abs. Analyser avec un excès de raffinement, de subtilité. Allez au fait, sans alambiquer (Besch. 1845) :
2. On se débattra sur les motifs qui me déterminèrent dans la catastrophe du duc d'Enghien, et ainsi d'une foule d'autres événements. Souvent on alambiquera, on tordra ce qui fut tout à fait naturel et entièrement droit. E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 375.
3. Il est dans la nature de la femme d'être légère, volage, étourdie, changeante, elle doit l'être, il le faut, et c'est bien. Il ne faut pas qu'elle s'appesantisse, qu'elle analyse, qu'elle pense, qu'elle alambique; il faut qu'elle soit toujours et toujours étourdie, entraînée d'une chose à l'autre ... P. Borel, Champavert,Passereau, l'écolier, 1833, p. 185.
Spéc. [En parlant du style] Écrire de manière trop subtile et raffinée :
4. ... bref il est impossible de dire vrai quand on l'écrit. On se touche, on se rit, on se minaude, il se passe quelquefois des pensées opposées tandis qu'on écrit la même phrase. Hâtez-vous, vous tronquez, retenez-vous, vous alambiquez et relâchez. G. Flaubert, Souvenirs, notes et pensées intimes,1841, p. 104.
3. Emploi pronom.
a) Réfl. dir. S'égarer dans quelque chose de trop compliqué, de trop subtil :
5. ... j'évitois même la conversation de Jean-François les Bas-Bleus, ou je ne m'approchois de lui que lorsqu'il s'alambiquoit dans une de ces phrases éternelles qui sembloient n'avoir pour objet que d'épouvanter la logique et d'épuiser le dictionnaire. Ch. Nodier, Jean-François les Bas-Bleus,1844, p. 11.
b) Réfl. indir. S'alambiquer l'esprit (Ac. 1798-1932). Se torturer l'esprit :
6. Tiens, mon p'tit homme, au lieu d'nous alambiquer l'esprit, j'te conseille de prendre ton parti, et d'y aller tout d'suite. C'est comme une médecine qu'il faut avaler. Nous saurons au moins à quoi nous en tenir. T. Leclercq, Proverbes dramatiques,Le Savetier et le financier ou Contentement passe richesse, 1835, pp. 221-222.
Prononc. : [alɑ ̃bike]. − Rem. Fér. 1768 précise que la 2esyllabe est longue.
Étymol. ET HIST. − 1552 « distiller » fig. (Ronsard, Amours de Cassandre, Œuvres, éd. Marty-Laveaux, I, 90, ds Hug. : O toi qui es de moy la quinte essence, De qui l'humeur sur la mienne a puissance, Ou de tes yeux serene mes douleurs, Ou bien les miens alambique en fontaine, Pour estoufer mon amour et ma peine, Dans le ruisseau qui naistra de mes pleurs). − 1611 (Cotgr.); 1559 « distiller » au propre (M. Sceve, Microcosme, III ds Gdf. Compl. : Lambiquant l'or potable), très rare et considéré comme inusité à partir de Fur. 1690; 1579-1619 « se torturer (l'esprit, etc.) » (Larivey, Le Laquais, II, 2 ds Hug. : Jamais je ne me suis alambiqué le cerveau à lire en Ronsard, Baïf, et autres qui composent à leur mode, et moy à la mienne); 1688 alambiqué part. passé adjectivé « exagérément compliqué et contourné » (Bossuet, Hist. des variations, 11, N. CLXXXIII, d'apr. J. Rey-Debove, A. Rey, H. Cottez ds Fr. Mod., t. 36, p. 325 : Mais ils n'ont pas plutôt parlé nettement qu'ils s'égarent dans des discours alambiqués). Dér. de alambic*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 9.
BBG. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Sar. 1920, p. 50.

Alambiquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

alambiquer \a.lɑ̃.bi.ke\ transitif et intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Figuré) Distiller.
    • Alambiquer l’esprit, s’alambiquer l’esprit, la cervelle. Torturer l’esprit, le rendre trop subtil.
  2. Raffiner, subtiliser, compliquer.
    • Dans ces sortes de matières, il ne s’agit pas d’alambiquer.
    • Allez au fait, sans alambiquer plus longtemps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Alambiquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALAMBIQUER. v. tr.
Distiller. Il ne s'emploie qu'au figuré. Alambiquer l'esprit, s'alambiquer l'esprit, la cervelle, Torturer l'esprit, le rendre trop subtil. Il s'emploie aussi comme verbe intransitif et signifie Raffiner, subtiliser. Dans ces sortes de matières, il ne s'agit pas d'alambiquer. Allez au fait, sans alambiquer plus longtemps. Esprit alambiqué, Qui aime à raffiner, à subtiliser. Style alambiqué.

Alambiquer : définition du Littré (1872-1877)

ALAMBIQUER (a-lan-bi-ké) v. a.
  • 1Fatiguer à des choses subtiles. N'allons pas là-dessus nous alambiquer la cervelle. Il faut donc alambiquer son esprit dans ces questions, Bossuet, Avert. 6.
  • 2 Absolument. Subtiliser. Aller au fait sans alambiquer.
  • 3S'alambiquer, v. réfl. Même sens. [Ces gens] à qui l'ambition la nuit tire l'oreille, De qui l'esprit avare en repos ne sommeille, Toujours s'alambiquant après nouveaux partis, Qui pour Dieu ni pour loi n'ont que leurs appétits, Régnier, Sat. XI. Pour moi j'ai déjà vu cent contes de la sorte ; Sans nous alambiquer [tourmenter], servons-nous-en : qu'importe ? Molière, l'Étour. IV, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. Mais le mal par les yeux ne s'allambique pas ; De quoi donques nous sert ce fascheux larmoyer ? Du Bellay, J. VI, 17, recto. Ou de tes yeux appaise mes douleurs, Ou bien les miens alambique en fontaine, Ronsard, 97. Cacher sous un glaçon des flammes allumées, S'alambiquer l'esprit, se paistre de fumées, Ronsard, 212. … Car sans honneur la muse, consommée De long travail, s'alambique en fumée, Ronsard, 680.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « alambiquer »

Étymologie de alambiquer - Littré

Alambic ; espagn. alambicar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de alambiquer - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Dénominal de alambic.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alambiquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alambiquer alɑ̃bike play_arrow

Conjugaison du verbe « alambiquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe alambiquer

Évolution historique de l’usage du mot « alambiquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alambiquer »

  • E.W. : L’essentiel du récit était écrit dés le départ, mais le rôle d’un des personnages s’est modifié peu à peu, d’une part pour éviter de trop alambiquer l’histoire et d’autre part parce qu’il s’est imposé avec une certaine logique dans le récit et je vous jure que ça m’a fait une drôle de surprise quand je l’ai découvert…  , « Ce n'est peut-être pas un adieu »
  • Dans ce livre, le mot menu est employé dans le sens liste des mets, pas en tant que support. Escoffier évoque dans l'introduction l'importance du menu et notamment la dénomination des plats, l'orthographe à laquelle il faut faire attention. Il accuse aussi parfois les amphitryons d'alambiquer les dénominations. Mais son livre est vraiment consacré à l'ordonnancement des mets et à ce que l'on sert à table.  France Culture, La table de l'Elysée par ses menus
  • Et il continue son récit en évoquant l’idée «d’alambiquer» l’eau de mer... tout en observant, fort judicieusement, que les mouvements d’un bateau ne siéraient pas tellement aux fourneaux et autres fragiles verreries nécessaires à l’opération. , Les voyageurs de l'eau - C'est pas la mer à boire - Libération.fr
  • Pour alambiquer il sait faire le frontalier , je confirme pour l’avoir vécu et subi !…… Si ronron s’étale de trop sur ce site il en a parfaitement le droit et si tu veux pas être alambiqué tu fais comme moi t’ échanges pas avec lui … Tu verras tu te sentiras bien mieux … Rallye-Sport.fr, Ogier rejoint Toyota en 2020
  • Il faut alambiquer. Même si ça n'est pour rien, même si c'est à vide : il faut alambiquer. Ça n'est pas une question de style, comme on pourrait a priori le penser, comme moi aussi je l'ai d'abord pensé. C'est une question de pouvoir. C'est une question politique. Celle du maintien en tant que classe dominante d'une bourgeoisie qui au fond sait – ou du moins pressent – qu'elle est illégitime, à voir comme elle s'échine sans discontinuer à se grimer, à redoubler de complications et d'artifices pour garder la face. Une bourgeoisie qui hait se penser elle-même en tant que classe puisque ça n'est pas son intérêt de classe (elle préfère affirmer que, pauvres et riches, il ne faut pas nous opposer car nous serions tous « dans le même bateau », vous connaissez la chanson, qu'importe si quelques uns squattent la première classe pendant que les autres sont entassés dans la cale avec les rats). Mais une bourgeoisie qui sait néanmoins adopter des réflexes de préservation de classe, de façon presque aussi palpable que le ferait un corps organique. Club de Mediapart, Pourquoi il est politique qu'on entende autant dire "déceptif" au lieu de "décevant" | Le Club de Mediapart
  • Ces partitions contre Montpellier, Brest, Bordeaux et Angers sont très bonnes, il a été justes dans ses choix, ses courses. Il a multiplié les efforts, son abattage a été crucial, et surtout tout a été coordonné. Morgan s’est appliqué et surtout a eu cette confiance nécessaire pour ne pas se disperser et alambiquer son jeu. Son volume de jeu ont permit aussi à Amavi de prendre confiance offensivement. Peuple Olympien, Peuple Olympien
  • Julien Blaine a évidemment beaucoup compté dans l'invention de la poésie-action, dans la vie culturelle et artistique comme on dit de la grande Marseille, de ce pays, du monde entier, dans un rhizome secret, creusant les souterrains, très actif, dans le dialogue que personne ou presque n'ose ouvrir, entre la science et la poésie, habitant la poésie vraie, seule capable d'absorber, de transfigurer, de distiller, d'alambiquer les chocs du réel qui autrement seraient mortels. Club de Mediapart, Offrande de Julien Blaine | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « alambiquer »

Langue Traduction
Corse cunvolve
Basque convolve
Japonais たたむ
Russe скручивать
Portugais convolver
Arabe تلتف
Chinois 卷积
Allemand falten
Italien convolve
Espagnol retorcerse
Anglais convolve
Source : Google Translate API

Synonymes de « alambiquer »

Source : synonymes de alambiquer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires