La langue française

Aber

Sommaire

  • Définitions du mot aber
  • Étymologie de « aber »
  • Phonétique de « aber »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aber »
  • Citations contenant le mot « aber »
  • Traductions du mot « aber »
  • Synonymes de « aber »

Définitions du mot aber

Trésor de la Langue Française informatisé

ABER, subst. masc.

MAR., GÉOGR. (Basse-Bretagne). Estuaire d'une petite rivière en forme de crique ou d'anse et servant de lieu de relâche pour les bateaux de pêche y échouant :
1. Ces golfes sont appelés rivières dans la Bretagne française, abers dans la Basse-Bretagne. E. de Martonne, Traité de géographie physique,t. 2, 1940, p. 1024.
2. Mais un spectacle plus curieux encore était celui auquel on pouvait assister dans les abers si fascinants de notre Bretagne, ces fjords dentelés et d'une telle longueur. Ch. Chassé, Les Contes de la Lande en fleur,1944, p. 56.
3. Ces estuaires sinueux et pittoresques, que les géographes appellent des ,,rias`` et les Bretons des abers. Brekilien, La Vie quotidienne en Basse-Bretagne,1966, p. 14.
Rem. 1. Selon Jal 1848 et Jal en cours de rév., le mot est du genre fém. en bret. 2. Noté dans les dict. du xixes. comme vx (cf. étymol. F. Raymond, Dict. gén. de la lang. fr., 1840; etc.) ou tout à fait inus. (Besch. 1845), le mot pénètre dans le vocab. des géographes au début du xxes. 1erélément de topon. bret. comme Aber-Benoît, Aber-Ildut, Aber-Wrach (cf. en outre étymol.; figure aussi dans certains n. géogr. gall. et écossais).
Prononc. : [abε ʀ]. Seule transcription donnée par les dict. du xviiieet du xixes. ds Land. 1834, qui note a-bé.
Étymol. − Corresp. rom. : esp., port. abra. 1751 terme géogr., Encyclop. : Aber s. m. dans l'ancien Breton, chûte d'un ruisseau dans une rivière; telle est l'origine des noms de plusieurs confluens de cette nature, et de plusieurs villes qui y ont été bâties; telles que Aberdéen, Aberconway etc...; Boiste, s.v. (éd. 1834) : Aber s. m. embouchure d'un ruisseau (vieux). Mot. bret. cité comme tel ds Mén.2et Du Cange; voir Henry, Lexique étymologique du breton moderne; empr. au fr. havre*. G. Baist ds Z. rom. Philol., XXXII, 33; Jal2. HIST. − Attesté pour la 1refois au xviiies. (cf. étymol.); enregistré aussi en 1755 comme anc. mot bret. par l'abbé Prévost ds son Manuel lexique ou Dict. portatif des mots françois dont la signification n'est pas familière à tout le monde. Subsiste au xixes. (cf. étymol.; Ac. Compl. 1842, etc.) et au xxes. (cf. sém. A; Lar. encyclop.; etc.). − Rem. Qq. dict. du xixes. (Besch.; Legoarant, Nouv. Dict. critique de la lang. française; La Châtre) mentionnent d'autres sens de aber : 1. n. donné à une petite espèce de moules du Sénégal (Besch. 1845); 2. n. donné par Adanson à une petite espèce de moule, le mytile punicé, qui peut-être est la même que le mytile du Sénégal de Lamarck (La Châtre 1865-1870). Il s'agit sans doute d'un autre mot.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 7.
BBG. − Blanche 1857. − Jal 1848. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

aber \a.bɛʁ\ masculin

  1. (Géographie) Vallée d’un petit fleuve côtier envahie par la mer.
    • Ria : Étendue de MER, relativement longue et étroite, pénétrant à l’intérieur des terres, résultant de l’envahissement par la mer de la partie aval d’une VALLÉE fluviale. Appelée aber en Bretagne. — (Ria, Dictionnaire hydrographique (S-32) de l’Organisation hydrographique internationale (OHI), 2010)
    • La rade de Brest comporte plusieurs abers.

Adverbe

aber \ˈaː.bɐ\

  1. De nouveau, encore (il renforce l’idée de nombre, de quantité).
    • Hunderte und aber Hunderte…
      des centaines et des centaines…
    • tausend und aber tausend
      des milliers et des milliers…
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ABER, s. m. dans l’ancien Breton, chûte d’un ruisseau dans une riviere ; telle est l’origine des noms de plusieurs confluens de cette nature, & de plusieurs villes qui y ont été bâties ; telles que Aberdéen, Aberconway, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aber »

(1834) Du breton aber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du vieux haut allemand avur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aber abe

Évolution historique de l’usage du mot « aber »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aber »

  • La SNSM de Portsall (Ploudalmézeau) était dans l’aber Benoît, ce samedi matin, pour renflouer un voilier coulé en décembre, au Passage, côté Landéda. Le Telegramme, Aber Benoît : une épave de voilier évacuée par la SNSM de Portsall - Saint-Pabu - Le Télégramme
  • Dans sa boutique BZZZT à l’aber, Naïg Oulhen est restée positive : « J’ai redoublé d’énergie pour produire. J’avais le temps de la réflexion et j’ai même créé un moaï (statue monumentale de l’île de Pâques) de 80 cm qui a rempli mon four. J’avais conçu de nombreuses créations pour Abers 2020, je pense que les gens auront envie d’avoir des souvenirs même si la fête a été annulée. J’ai aussi vu des gens qui, je pense, sont venus pour nous soutenir alors qu’a priori ils n’auraient pas été des clients ». Le Telegramme, Métiers d’art à l’Aber : les créateurs sortent de leur isolement - Landéda - Le Télégramme
  • L’Armorique des Phares et Balises, procédait ce jeudi matin à la vérification des bouées de balisage de l’Aber-Benoit, en particulier celle de la pointe de Kervigorn et celle de Corn-Ar-Gazel, au bout du banc de sable. Levée des corps-morts, vérification des chaînes et nettoyage. La manœuvre est toujours délicate car l’aber est très étroit, semé de cailloux et de bancs de sable et le courant y est puissant. L’Armorique est une unité de 47 m de long et de 3 m de tirant d’eau, armée de douze hommes, lancée en 2002. Elle a remplacé l’emblématique Georges-de-Jolly, qui avait été mis en service en 1929. Le Telegramme, L’Armorique des Phares et balises dans l’Aber-Benoit - Saint-Pabu - Le Télégramme

Traductions du mot « aber »

Langue Traduction
Anglais aber
Espagnol ría
Italien aber
Portugais aber
Source : Google Translate API

Synonymes de « aber »

Source : synonymes de aber sur lebonsynonyme.fr
Partager