La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « épice »

Épice

Variantes Singulier Pluriel
Féminin épice épices

Définitions de « épice »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPICE, subst. fém.

A.− Gén. au plur. Substance d'origine végétale, aromatique ou piquante, dont on se sert pour assaisonner les mets. Une pincée, une pointe d'épices. Coupez votre carpe en filets ou à l'ordinaire, par tronçons; mettez-les dans une casserole avec sel, poivre, poudre d'épices fines, trois clous de girofle (Gdes heures cuis. fr., Grimod de La Reynière, 1838, p. 158).Des épices, muscade, gingembre, girofle, cannelle et réglisse (Faral, Vie St-Louis,1942, p. 175).La viande que Didace voulait fortement relevée d'épices, d'ail et de gros sel (Guèvremont, Survenant,1945, p. 45):
1. ... épices et aromates, sous ces titres trop généraux s'abritaient non seulement les condiments de la gourmandise mais aussi tous les adjuvants des extases religieuses et tous les éléments de la pharmacopée : c'étaient les narcotiques, les baumes, les poisons, (...) les aphrodisiaques, les diurétiques... Morand, La Route des Indes,1936, p. 13.
Pain* d'épice(s). « Le pain d'épices » est un aliment dont les éléments constitutifs essentiels sont la farine (...) et un sucre autre que du sucre ordinaire (...) le tout additionné ou non d'épices ou d'aromates (Brunerie, Industr. alim.,1949, p. 19).
Rem. ,,Dans le pain d'épice (...) d'épice reste au sing. comme une sorte de qualificatif dont la valeur originelle est oubliée`` (Dupré 1972).
[P. réf. à la couleur du pain d'épice] Il lui aurait plu assez : un grand brun, sec et leste, tout nerfs et tout muscles, avec un visage de pain d'épice (Pourrat, Gaspard,1930, p. 100).
B.− Au fig. Ce qui ajoute du piquant à un sentiment, à une situation. Le désir. Présent, c'est bien en lui, il me semble, que j'aurais puisé, sans effort, le sens de notre rendez-vous de ce soir, l'épice, le danger qui lui faisait défaut (Colette, Naiss. jour,1928, p. 50):
2. ... le plaisir et l'amour du mal ne sont parfaits que grâce au piquant de la contradiction intérieure et à la saveur du fruit défendu, comme pour ces filles galantes qui ont l'épice d'un prie-dieu. Blondel, L'Action,1893, p. 7.
C.− HIST., au plur. Présents que les plaideurs faisaient aux juges. Évêque, on veut sa dîme, et bailli, ses épices (Hugo, Âne,1880, p. 342).
Rem. On rencontre ds la docum. épicéen, enne, adj. Cette religion épicéenne vient d'une conviction profonde, et peut-être sera-t-elle partagée par ceux qui voudront lire l'analyse physiologique à laquelle nous allons soumettre la personne et la figure de l'épicier (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1830-35, p. 11).
Prononc. et Orth. : [epis]. Ds Ac. 1694-1932. Enregistré au plur. ds Fér. 1768. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 plur. « substances aromatiques » (Pèlerinage de Charlemagne, éd. E. Koschwitz, 211); 2. 1245 « friandises sucrées servies après le repas » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 1343 [cf. 1335, 1337, alemandiers ... figuier ... datier]); cf. 1365-66 plur. espices confites (Compte de la D. d'Anjou, A.N. KK 241, fo11 vods Gdf. Compl.); 3. av. 1454 « présent fait au juge d'un procès » (Procès de Jacq. Cuer, Ms, p. 15 ds La Curne); 1512 (Edit de Louis XII, art. 44 ds Laurière). Empr. au lat.species proprement « espèce » signifiant en b. lat. « denrée; épice, drogue ». Fréq. abs. littér. : 250. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 139, b) 484; xxes. : a) 402, b) 438. Bbg. Darm. Vie 1932, p. 58. − Pohl (J.). Contribution à l'hist. de qq. mots. Fr. mod. 1963, t. 31, p. 299.

Wiktionnaire

Nom commun - français

épice \e.pis\ féminin

  1. Condiment végétal, aromatique ou piquant, dont on se sert pour l’assaisonnement.
    • La nigelle des champs, vulgairement barbiche, barbe de capucin ou tout-épice, est commune dans les blés de nos contrées méridionales. Ses semences aromatiques sont employées comme épices. — (Nouvelle encyclopédie théologique ou nouvelle série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse, tome 23 : Dictionnaire d'agriculture (tome unique), publiée par Jacques-Paul Migne, au Petit-Montrouge, 1852, p. 948)
    • Poêlé au beurre avec des éclats d’amandes ou de pistaches, c’est un régal auquel je ne résiste pas ; en compote, c’est un classique, que l’on peut renouveler en ouvrant grand toute la malle à épices : vanille, badiane, cannelle, mais aussi fève tonka, cardamome, réglisse… — (Stéphanie Noblet, L’abricot, star capricieuse de l’été, M le Magazine, 20 juillet 2016)
    • À travers le goût, chacun cherche à retrouver la mémoire de sa famille. C’est pourquoi une étude sociologique menée dans le Sud-Ouest (Agen, Bordeaux, Toulouse) a montré que des femmes venues d’Afrique du nord s’appropriaient un plat «français», le hachis parmentier, en y ajoutant du cumin, une épice qui leur rappelle leurs origines. — (Pierre Carrey, «L'Amérique a changé la recette française du cassoulet !» Libération, 24 septembre 2016)
    • Évidemment, le poisson (hareng, saumon, cabillaud, merlan, églefin) est roi : mariné, fumé, séché, sucré-salé, infusé d’herbes ou d’épices, en sauce ou en gravlax, c’est l’embarras du choix.— (Le « smörgåsbord » ou l’apéro venu du froid, Le Monde, 21 août 2017)
    • Au moment de la formation de la VOC, la noix de muscade était l’épice en vogue en Europe.— (Bruno Philip, En Indonésie, où naquit Manhattan, Le Monde, 2 septembre 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÉPICE (é-pi-s') s. f.
  • 1Toute drogue aromatique ou piquante dont on se sert pour l'assaisonnement. Le poivre est une épice.

    Terme de cuisine. Quatre épices, mélange de girofle, de muscade, de poivre noir, de cannelle ou de gingembre en poudre.

    C'est chère épice, se dit d'une chose qui est plus chère qu'elle ne devrait être.

    C'est une fine épice, se dit d'un homme rusé.

    Pain d'épice, sorte de pain qui se fait avec de la farine de seigle, du miel et des épices, et qui est d'une couleur jaune foncé.

    De pain d'épice, c'est-à-dire de couleur de pain d'épice. Il avait les cheveux plats, un visage de pain d'épice, Rousseau, Conf. III.

    Épice blanche ou petite épice, se disait autrefois du gingembre en poudre.

  • 2 S. f. plur. Anciennement, dragées, confitures.

    Épices des juges, ainsi dites parce qu'anciennement celui qui avait gagné son procès faisait présent au juge ou au rapporteur de quelques dragées ou confitures qui ensuite furent converties en argent ; d'abord volontaires, elles étaient devenues une taxe due. Il me redemandait sans cesse ses épices ; Et j'ai tout bonnement couru dans les offices Chercher la boîte au poivre, Racine, Plaid. II, 7.

  • 3 Fig. et familièrement. Mordant du style, ou langage graveleux. Il n'épargne pas les épices.

    PROVERBE

    Dans les petits sacs sont les bonnes épices, les fines épices, se dit des personnes petites, mais spirituelles.

HISTORIQUE

XIIIe s. Gyngembre, poivre, canele et autres espesses, Alebrand, f° 63. Après laver, isnellement La dame fit donner le vin Et les espices en le [la] fin, Du Cange, species. Et mainte espice delitable Que bon mangier fait après table, la Rose, 1348.

XVe s. Assez tot après apporta-t-on vins et espices, et puis se retraist le roi en sa chambre, Froissart, I, I, 329. Exactions que l'on nomme vulgairement espices, montans à grandes et excessives sommes de deniers, Procès de Jacques Cœur, ms. p. 15, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉPICE. Ajoutez :
4 Arbre aux quatre épices, le ravansara aromatica, Sonner, Baillon, Dict. de botan. p. 248.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épice »

(Vers 1140) Du latin species (« espèce », mais aussi « denrée, drogue », puis « aromates, épices »)[1]. Semblablement[2], l’apothicaire nommait ses drogues species, non pas des drogues en général, mais des drogues particulières et spéciales, l’italien nomme l’apothicaire speziale.
Certains[3][4] tirent épice et épicier de l’arabe أبزار, abzâr ou أبازير abâzir de même sens, et l’apparentent à bazar ou à l’espagnol abacería (« épicerie ») ; contre cette hypothèse, le fait que l’espagnol abacería provient d’un autre étymon que أبزار et que ce même espagnol a especia (« épice »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épice epis

Citations contenant le mot « épice »

  • Tous les jours pendant les fêtes, Olivier Poels nous emmène à la découverte de l’histoire d’un plat. Aujourd’hui, il nous raconte l'origine du pain d'épice. Europe 1, L'origine du pain d'épice
  • LE BON LIEN - Comme tous les ans, les maisons en pain d’épice ont la côte pour Noël. Mais des internautes sans doute affamés lui ont donné une nouvelle jeunesse avec une version salée... en charcuterie et en fromage, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. Le HuffPost, Pour Noël, ils ont transformé la maison en pain d'épice en chalet charcuterie | Le HuffPost

Traductions du mot « épice »

Langue Traduction
Anglais spice
Espagnol especia
Italien spezia
Allemand würzen
Chinois 香料
Arabe التوابل
Portugais especiaria
Russe пряность
Japonais スパイス
Basque espezia
Corse spezia
Source : Google Translate API

Épice

Retour au sommaire ➦

Partager