La langue française

Accueil > Orthographe > « Puis-je » ou « peux-je » ?

« Puis-je » ou « peux-je » ?

« Puis-je emprunter votre vélo pour quelques jours ? »

En français, la forme interrogative des verbes conjugués peut poser des difficultés. Surtout s'il s'agit d'un verbe irrégulier comme vouloir, pouvoir et valoir qui se conjuguent avec un -x dans les terminaisons des deux premières personnes du singulier au présent de l'indicatif (voir notre article sur la conjugaison des verbes du troisième groupe). Alors, faut-il écrire « puis-je » ou « peux-je » à la forme interrogative ? On vous explique tout dans cet article.

Pour poser une question, on écrit « puis-je »

On écrit « puis-je » : la conjugaison du verbe pouvoir à la forme interrogative, au présent de l'indicatif, s'écrit « puis-je ». Voici, pour rappel, les conjugaisons complètes :

  • puis-je ?
  • peux-tu ?
  • peut-il ?
  • pouvons-nous ?
  • pouvez-vous ?
  • peuvent-ils ?

S'abonner

Attention donc à ne pas écrire « peux-je », qui est une erreur de plus en plus fréquente à l'écrit ! En effet, si on écrit je peux à la première personne du singulier, la conjugaison est modifiée à la forme interrogative et on inverse l'ordre du sujet et du verbe, en les liant avec un trait d'union : puis-je.

Exemples :

  • Puis-je vous accompagner ce soir ?
  • Puis-je emprunter de l'argent à la banque ?
  • Puis-je vous dire combien je vous aime ?

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

À noter qu'on retrouve la vieille forme peux-je dans certains écrits, notamment en ancien français. Il semble que cette forme ait peu à peu disparu, pour laisser place à puis-je, peut-être pour une raison d'euphonie.

Ainsi, la plus vieille occurrence de la forme « peux-je » sur Gallica apparaît au XVIe siècle dans Les grandes annales et histoire générale de France, par François de Belleforest :

Peux-je forme ancienne
Source : Gallica

On trouve cette forme ancienne jusqu'au XIXe siècle, comme l'atteste cette traduction d'Hamlet par François-Victor Hugo (le cinquième fils du célèbre écrivain) :

Quelle fiance peux-je avoir en vous, qui comme une lascive paillarde, déréglée sur toute impudicité, allez courant les bras tendus après ce félon et traître tyran qui est le meurtrier de mon père ?

William Shakespeare, Introduction aux Deux Hamlet, Traduction par François-Victor Hugo, 1865

Toutefois, l'analyse des occurrences des deux formes dans les textes publiés au cours des derniers siècles montre une large domination de la forme préconisée par tous les dictionnaires, « puis-je », et une disparition de la forme « peux-je » à partir du XIXe siècle :

Usage peux-je puis-je
Source : Google Ngram

Exemples d'utilisation de « puis-je »

Lheureux s’assit dans son large fauteuil de paille, en disant :
— Quoi de neuf ?
— Tenez.
Et elle lui montra le papier.
— Eh bien, qu’y puis-je ?

Alors, elle s’emporta, rappelant la parole qu’il avait donnée de ne pas faire circuler ses billets

Flaubert, Madame Bovary

Quel coup puis-je sentir, à quelle affection puis-je répondre, quand je vois sur la terrasse Jacques immobile dont la vie ne m’est plus attestée que par ses deux beaux yeux agrandis de maigreur, caves comme ceux d’un vieillard, et dont, fatal pronostic ! l’intelligence avancée contraste avec sa débilité corporelle ?

Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée

TEMPLE (allumant le feu)
Puis-je boire, oui ou non ?
GOWAN Très bien.

Albert Camus, Requiem pour une nonne

Je ne la quittais pas des yeux. La finesse des traits et la fragilité inouïe des attaches, la gaieté des yeux, la douceur de la chevelure mais que puis-je dire ici qui ne trahirait mon souvenir et cette perfection que j'ai connue ?

Romain Gary, La promesse de l'aube

Vous savez désormais pourquoi on écrit « puis-je » à la forme interrogative. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter nos 40 règles de base de l'orthographe française et visiter notre section dédiée à la conjugaison.

S'abonner S'abonner
Sujets :  conjugaison

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager