Trémousser : définition de trémousser


Trémousser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉMOUSSER, verbe

A. − Vieilli
1. Empl. intrans. S'agiter sans repos. Ces oiseaux trémoussent de l'aile (Ac. 1835-1935). [Le chanoine] jubile!... Il gambade!... Il trémousse autour de la table (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 664).V. luron ex. 2.
2. Empl. trans. Secouer, agiter. Néanmoins, la joie me trémoussait (Fabre, Chevrier, 1867, p. 333).On prend soin de l'épée, fit-elle; et respectueusement, se dandinant un peu, ce qui trémoussait ses falbalas brillants, elle la porta bien horizontalement sur ses deux mains ouvertes, jusqu'à la table de la salle-à-manger (La Varende, Roi d'Écosse, 1941, p. 313).
B. − Empl. pronom.
1. S'agiter avec de petits mouvements rapides et irréguliers. Synon. se tortiller, frétiller, gigoter.Se trémousser en dansant. Avec sa façon d'attacher sa serviette, de remplir les verres jusqu'au bord, de rire en se trémoussant sur une chaise (...), elle l'exaspéra (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 216).[Les œufs] étaient près d'éclore, et, de l'un d'eux que nous crevâmes, sortit un petit lézard tout formé mais ayant encore au côté sa poche nutritive non résorbée. Il se trémoussa quelques minutes (Gide, Journal, 1941, p. 91).
Se trémousser de + subst. désignant un sentiment.Se trémousser d'aise. Une foule exclusivement composée de noirs, dont on voyait les masques tendus et les corps se trémoussant de joie, formait cercle autour de deux nègres (...) qui se poursuivaient (...), se frôlaient, en un délire cadencé, à la fois guerrier et lascif (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 999).
P. métaph. Là, sur les blancs cailloux, le ruisseau se trémousse (Pommier, Colifichets, 1860, p. 272).
En partic. [Le suj. désigne une femme qui se sait regardée] Remuer des hanches en marchant. Synon. se dandiner.En la croisant, Chaque passant, S'arrête et dit: Dieu! qu'elle est belle! Ce compliment, Elle l'entend, Et suit son chemin toute fière, Se balançant, Se trémoussant, D'une façon particulière (Meilhac-Halévy, Vie paris., 1867, III, 9, p. 73).
2. Au fig., fam. Se démener, se donner beaucoup de mal pour arriver à ses fins. Synon. s'agiter, se manier (pop.).Donnez ordre à tout, trémoussez-vous un peu (Ac.1835-1935).
REM.
Trémoussoir, subst. masc.a) Vx. Fauteuil à ressorts servant à se donner du mouvement et de l'exercice. L'automne venu, ils se mirent à la gymnastique de chambre; elle les ennuya. Que n'avaient-ils le trémoussoir ou fauteuil de poste, imaginé sous Louis XIV par l'abbé de Saint-Pierre. Comment était-ce construit, où se renseigner? (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 65).b) Hapax. Lieu où l'on se trémousse en dansant de façon inconvenante. Je regarde, par une fenêtre ouverte, sauter au casino les gandins qui dansent (...). Tous les hommes de lettres passeraient ici, que pas un n'oserait figurer dans ce trémoussoir (Goncourt, Journal, 1866, p. 273).
Prononc. et Orth.: [tʀemuse], (il) trémousse [-mus]. Ac. 1694, 1718: tremousser; dep. 1740: trémousser. Étymol. et Hist. 1. 1532 réfl. « s'agiter, se remuer » (Rabelais, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, XXII, 14, p. 170); 1556 intrans. « id. » (Ronsard, Nouv. Continuation des Amours, L'Alouette, 10 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 7, p. 289); 1583 trans. tremousser son corps (E. Pasquier, La Puce [de MmeDes Roches] ds Gdf. Compl.); 2. 1549 intrans. « trembler, frémir » (Est.); 1575 (Paré, Introd., chap. 18 ds Hug.); 3. av. 1672 réfl. « se donner beaucoup de mouvement pour le succès d'une affaire » (Gui Patin, Lett., t. 2, p. 496 ds Littré). Prob. dér. de mousse2« écume »; préf. a. fr. tres- (lat. tra(n)s « au delà, par dessus »; Nyrop t. 3,500); dés. -er (FEW t. 16, p. 568b). Fréq. abs. littér.: 107.
DÉR.
Trémoussement, subst. masc.Action de se trémousser; résultat de cette action. Les trémoussements d'un danseur; des trémoussements lascifs. Au son du tambour et de la même phrase musicale (...) tous tournent en formant une vaste ronde, les uns derrière les autres, avec une extrême lenteur et un trémoussement rythmique de tout le corps (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 787).Au fig. Agitation. Ma mémoire s'affaisse aussi irrésistiblement que ma volonté. Les mois et les années passent et je n'achève rien, et je finis par oublier tout. Je m'use en futilités et en trémoussements stériles (Amiel, Journal, 1866, p. 239). [tʀemusmɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: tremoussement ; dep. 1740: tré-. 1reattest. 1573 « action de se trémousser » (J. Louveau et P. Larivey, Facetieuses nuits de Straparole, VIII, fable V, Paris, P. Jannet, t. 2, 1857, p. 163); de trémousser, suff. -(e)ment1*. − Fréq. abs. littér.: 24.
BBG.Baist (G.). Trémousser... Z. rom. Philol. 1900, t. 24, p. 405. − Spitzer (L.). « Trance » - « trémousser »... Mod. Lang. Notes. 1944, t. 58, p. 247.

Trémousser : définition du Wiktionnaire

Verbe

trémousser \tʁe.mu.se\ pronominal, intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se trémousser)

  1. (Pronominal) S’agiter d’un mouvement vif et irrégulier.
    • De leur balcon qu’on atteignait par une échelle,, les musiciens déversaient sans répit sur la foule, des airs de valse, de java, de shimmy, de charleston et tout le monde se trémoussait. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Il se mit à se trémousser sur sa chaise, secoué d’un accès d’hilarité, des larmes dans les yeux, […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 15)
    • Cette fausse ingénue qui n'a rien d’une nunuche, se trémousse dans une nuisette à écourter les études d’un séminariste. — (Henri Grimm, Une pile qui tombe pile-poil, Atramenta, 2016, p. 22)
    • ... la grosse cloche était sa bien-aimée. C'est elle qu'il préférait dans cette famille de filles bruyantes qui se trémoussait autour de lui — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  1. (Figuré) (Familier) Faire des démarches nombreuses, se donner beaucoup de mouvement pour faire réussir une affaire.
    • Donnez ordre à tout, trémoussez-vous un peu.
    • Il se trémousse fort.
  2. (Intransitif) S’agiter sans repos.
    • Ces oiseaux trémoussent de l’aile.
  3. (Transitif) Agiter, secouer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Trémousser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÉMOUSSER (SE). v. pron.
S'agiter d'un mouvement vif et irrégulier. Ce n'est pas là danser, ce n'est que se trémousser. Il signifie, figurément et familièrement, Faire des démarches nombreuses, se donner beaucoup de mouvement pour faire réussir une affaire. Donnez ordre à tout, trémoussez-vous un peu. Il se trémousse fort.

TRÉMOUSSER s'emploie aussi comme verbe intransitif; il ne se dit guère qu'en parlant de Quelques mouvements d'oiseaux. Ces oiseaux trémoussent de l'aile.

Trémousser : définition du Littré (1872-1877)

TRÉMOUSSER (tré-mou-sé) v. a.
  • 1Trémousser quelqu'un, lui donner du mouvement, de l'activité. Cette voiture [un carrosse belge] est spécifique, Pour trémousser et secouer Un bourguemestre apoplectique ; Mais certe il fut fait pour rouer Un petit Français très étique, Tel que je suis, sans me louer, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 20 juill. 1740.
  • 2 V. n. Il se dit des oiseaux qui se donnent du mouvement. Un moineau trémousse sans cesse dans sa cage.

    Par extension. Maître AEéas en trémoussa, Sans dire ce qu'il en pensa, Scarron, Virg. VI. J'ai bien à leur parler d'autre chose [à ses anges, M. et Mme d'Argental], et voici sur quoi je supplie leurs ailes de trémousser beaucoup, Voltaire, Lett. d'Argental, 10 déc. 1766.

  • 3Se trémousser, v. réfl. Se remuer, s'agiter d'un mouvement vif et irrégulier. Voilà qui n'est point sot, et ces gens-là [des danseurs] se trémoussent bien, Molière, Bourg. gent. II, 1. Pendant que je le coiffais [un enfant], il chantait, il battait la mesure, il se trémoussait, Genlis, Théât. d'éduc. Bal d'enfants, I, 2.
  • 4 Fig. et familièrement. Faire des démarches, se donner beaucoup de mouvement pour le succès d'une affaire. Les vieux docteurs se trémoussèrent là-dessus [la suppression d'un droit], et présentèrent requête, dont ils furent déboutés, Patin, Lett. t. II, p. 496. Voyez, informez-vous ; que votre amitié se trémousse un peu, Voltaire, Lett. Thiriot, 8 déc. 1735. On sait que Molière, excédé des mauvaises plaisanteries de Boileau et de Racine sur la Fontaine, dit un jour : Nos beaux esprits ont beau se trémousser, ils n'effaceront pas le bonhomme, Duclos, Œuv. t. X, p. 83.

    Avec ellipse du pronom réfléchi. Je vous assure que je serai si attentive à vos intérêts, que, s'il se présente une bonne occasion, vous me verrez bien trémousser, et peut-être vous être bonne à quelque chose, Bussy-Rabutin, Lett. t. III, p. 100, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Nous les voyons [les chiens] japper et tremousser en songe, Montaigne, I, 101. La hardiesse aussi bien que la peur font tremousser nos membres, Montaigne, I, 388. Ces pigeons tremoussans et du bec et des ailes, Ronsard, 804. Le phenix, cet oiseau qui tremousse Des ailes à la flamme, Desportes, Œuv. p. 244, éd. de Rouen, 1607.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « trémousser »

Étymologie de trémousser - Littré

Origine incertaine. Diez le tire d'une forme fictive transmotiare, tirée de transmotus, déplacé. On peut penser plutôt à un dérivé de tremere, trembler ; comparez trémoise, qui offre un dérivé analogue. Le provençal avait un verbe trameiar, remuer comme la trémie, s'agiter, frétiller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « trémousser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trémousser tremuse play_arrow

Conjugaison du verbe « trémousser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe trémousser

Citations contenant le mot « trémousser »

  • Certes, on ne sert plus ces temps-ci les 750 couverts par jour entre midi et minuit. Et le dancing du sous-sol, où l'on venait encore se trémousser en costumes des années 1920, 30 ou 40 avant la crise sanitaire, est temporairement transformé en réfectoire pour les salariés. Mais la fastueuse décoration Art déco et l'âme du plus grand restaurant intra-muros des années 1930 sont toujours là. « Il y a deux ans, des travaux ont été entrepris pour rafraîchir la brasserie, raconte Pierre Daridan, le directeur d'exploitation. Le chantier a permis de rouvrir la terrasse, comme elle était à l'origine. » Ici, face au boulevard, les artistes, les intellectuels, les voyous et les demi-mondaines s'amassaient, chapeautés, pour siroter une coupe de champagne. leparisien.fr, Un été au resto : à Paris, la Coupole, brasserie mythique des Années folles - Le Parisien
  • Le public est resté raisonnable, assis, malgré l’envie de se trémousser, appréciant tout simplement d’être là, sirotant une bonne bière, à la fraîche. midilibre.fr, La bière était à la fête sur la place du Millénaire - midilibre.fr
  • Bas les masques ! Docteur Vince, derrière ses platines, dévoile des tubes électro, des raretés et invite toute la famille à se trémousser dans la bonne humeur. Unidivers, Bal masqué électro – Dr Vince Vichy mercredi 26 août 2020
  • Dans cette place qui a longtemps ressemblé à une friche, une scène a été bricolée « pour faire danser les gens ». Sur de la musique afro ou latino, les enfants n’hésitent pas à se joindre aux deux professeurs de danse, à se trémousser devant le public de parents et à montrer leurs plus beaux mouvements. « On a choisi de ne pas servir de boissons alcoolisées. On ne fait pas venir de food-truck non plus puisqu’on commence peu après le déjeuner et qu’on termine avant l’heure du dîner », explique Stephan Ruch. , Culture - Loisirs | Avec la guinguette, un nouveau souffle pour le Drouot

Traductions du mot « trémousser »

Langue Traduction
Corse jiggle
Basque jiggle
Japonais 揺れる
Russe покачивать
Portugais agitar
Arabe تهزهز
Chinois 轻摇
Allemand wackeln
Italien oscillare
Espagnol zangoloteo
Anglais jiggle
Source : Google Translate API

Synonymes de « trémousser »

Source : synonymes de trémousser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires