La langue française

Tine

Définitions du mot « tine »

Trésor de la Langue Française informatisé

TINE, subst. fém.

A. − TECHNOL., vx
1. Récipient de bois qui servait soit au transport de la vendange, soit à celui de l'eau ou du lait suivant les régions où il était en usage. Tu veux t'y que j'âlle te chercher une tine ? (Colette, Cl. ménage, 1902, p. 262).
2. Récipient utilisé dans les poudreries pour le transport des matières explosives en cours de préparation. La matière à agglomérer [poudre noire] est composée des deux binaires, mélangés à la main (...) et humectés (...) dans une tine en bois (Vennin, Chesneau, Poudres et explosifs, 1914, p. 331).
B. − Arg. Grande quantité, multitude, foule. Synon. tinée (arg., pop.).[Le voleur à la tire:] il y a tine, il faut abouler, nous aurons du pèse (Intérieur prisons, 1846, p. 51).
REM.
Tinet, subst. masc.,synon. (supra A 1).La « canelle » [sic] est déficelée et le vin vermeil jaillit à flots pressés dans la « jale » ou le « tinet » (baquet de bois) et à pleins seaux il emplit les hottes de bois ou les bennes, que les hommes s'en vont vider dans les futailles alignées sur les chantiers du cellier ou de la cave (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 2, 1954, p. 77).
Prononc. et Orth.: [tin]. Att. ds Ac. dep. 1694 (id. ds Littré, Lar. Lang. fr.). Rob. 1985 ,,parfois écrit tinne`` au sens de « tonneau ou baquet pour transporter l'eau, le lait ». Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « récipient pour transporter la vendange, l'eau, le lait... » (Escoufle, 685 ds T.-L.); 2. 1537-38 « baquet en bois employé dans la fabrication de la poudre et du salpêtre » (Comptes de Charles Lithier, receveur, Arch. mun. Nevers, CC 108 ds Gdf.); 3. 1582 « sorte de tonne ouverte par un de ses fonds qui sert à contenir le minerai ou les eaux qu'on élève au-dessus d'un puits de mine » (Louvrex, Ed. et réglem. pour le pays de Liège, II, 204, éd. 1750 ds Gdf.); 4. 1835 « foule de monde » (Raspail, Réforme pénitentiaire ds Le Réformateur, 20 sept., p. 2). Du lat. tina « sorte de carafe à long col avec couvercle ». Bbg. Vincent (A.). Les N. d'objets creux comme n. de lieux. Mél. Dauzat (A.). 1951, pp. 394-395.

Wiktionnaire

Nom commun

tine \tin\ féminin

  1. (Vieilli) Sorte de tonneau qui sert à transporter l’eau, le lait, la vendange, le beurre etc.
  2. (Vieilli) Saloir, pot en grès.
    • Saloirs à beurre ou à lard, à panse renflée, appelés tines. — (Musée de Normandie)

Nom commun

tine [ˈtinə] féminin

  1. Tine, baquet, cuvette.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Tonneau.
  3. Cuve, tonne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TINE. n. f.
Sorte de tonneau qui sert à transporter l'eau, le lait, la vendange, etc.

Littré (1872-1877)

TINE (ti-n') s. f.
  • 1Tonneau qui sert à transporter de l'eau.

    Sert aussi à transporter la vendange de la vigne au pressoir.

  • 2Nom des espèces de tonnes ouvertes par un des fonds, lesquelles servent à contenir le minerai ou les eaux qu'on élève au-dessus d'un puits de mine.
  • 3Baquet en bois employé dans la fabrication de la poudre
  • 4Tine de beurre, coquille du genre cône.

HISTORIQUE

XVIe s. Celier pour les cuves, tinnes et pressoirs, De Serres, 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TINE, s. f. terme de Tonnelier, en latin tina dans Varron, petit vaisseau en forme de cuve, dont on se sert en plusieurs lieux pour porter les vendanges de la vigne au pressoir ; on l’appelle autrement tinette. Voyez ce mot. (D. J.)

Tine, (Géog. mod.) île de l’Archipel, & l’une des Cyclades, au midi oriental d’Andros, au couchant de l’île de Nicaria, au nord de l’île de Nicone, & à l’Orient de l’île Jura.

Cette île fut anciennement nommée Tenos, suivant Etienne le géographe, d’un certain Tenos qui la peupla le premier. Hérodote, liv. VIII. nous apprend qu’elle fit partie de l’empire des Cyclades, que les Naxiotes possederent dans les premiers tems. Il est parlé des Téniens parmi les peuples de Grece, qui avoient fourni des troupes à la bataille de Platée, où Mardonius, général des Perses, fut défait ; & les noms de tous ces peuples furent gravés sur la droite d’une base de la statue de Jupiter regardant l’orient.

A voir l’inscription rapportée par Pausanias, il semble que les peuples de cette île fussent alors plus puissans ou aussi puissans que ceux de la nation : néanmoins ceux de Tenos, les Andriens, & la plûpart des autres insulaires, dont les intérêts étoient communs, effrayés de la puissance formidable des Orientaux, se tournerent de leur côté. Xerxès se servit d’eux & des peuples de l’île Eubée, pour réparer les pertes qu’il faisoit dans ses armées.

Les forces maritimes des Téniens, sont marquées sur une médaille fort ancienne, frappée à la tête de Neptune, révéré particulierement dans cette île ; le revers représente le trident de ce dieu accompagné de deux dauphins. Goltzius a fait aussi mention de deux médailles de Tenos au même type. Tristan parle d’une médaille d’argent des Téniens, à la tête de Neptune, avec un trident au revers.

Le bourg de San-Nicolo, bâti sur les ruines de l’ancienne ville de Tenos, au-lieu de port, n’a qu’une méchante plage qui regarde le sud, & d’où l’on découvre l’île de Syra au sud-sud-ouest. Quoi qu’il n’y ait dans ce bourg qu’environ cent cinquante maisons, on ne peut pas douter par le nom de Polis qu’il porte encore, & par les médailles & les marbres antiques qu’on y trouve en travaillant la terre, que ce ne soient les débris de la capitale de l’île. Strabon assure que cette ville n’étoit pas grande, mais qu’il y avoit un fort beau temple de Neptune dans un bois voisin, où l’on venoit célébrer les fêtes de cette divinité, & où l’on étoit régalé dans des appartemens magnifiques ; ce temple avoit un asyle, dont Tibere regla les droits, de même que ceux des plus fameux temples de la mer Egée.

A l’égard de Neptune, Philocore, cité par Clément d’Alexandrie, rapporte qu’il étoit honoré dans Tenos comme un grand médecin, & que cela se confirme par quelques médailles : il y en a une chez le Roi, dont Tristan & Patin font mention. La tête est d’Alexandre Sévere ; au revers est un trident, autour duquel est tortillé un serpent, symbole de la Médecine chez les anciens : d’ailleurs cette île avoit été appellée l’île aux serpens.

Elle a soixante milles de tour, & s’étend du nord-nord-ouest au sud-sud-est. Elle est pleine de montagnes pelées, & elle ne laisse pas d’être la mieux cultivée de l’Archipel. Tous les fruits y sont excellens, melons, figues, raisins ; la vigne y vient admirablement bien, & c’est sans doute depuis long-tems, puisque M. Vaillant fait mention d’une médaille frappée à sa légende, sur le revers de laquelle est représenté Bacchus tenant un raisin de la main droite, & un thyrse de la gauche ; la tête est d’Antonin Pie. La médaille que M. Spon acheta dans la même île est plus ancienne ; d’un côté c’est la tête de Jupiter Hammon, & de l’autre une grappe de raisin.

Tine est la seule conquête qui soit restée aux Vénitiens, de toutes celles qu’ils firent sous les empereurs latins de Constantinople. André Cizi se rendit maître de Tine vers l’an 1209, & la république en a toujours joui depuis, malgré toutes les tentatives des Turcs. Peu s’en fallut que Barberousse II. du nom, dit Chereddin, capitan bacha, qui soumit en 1537 presque tout l’Archipel à Soliman II. ne s’emparât aussi de Tine.

Quoique les Vénitiens n’aient pas des troupes reglées dans cette île, on y pourroit cependant, en cas d’allarmes, rassembler trois ou quatre mille hommes de milice. Le provéditeur de ce lieu ne retire néanmoins qu’environ deux mille écus de son gouvernement. Les femmes des bourgeois & contadins, comme on parle dans le pays, sont vêtues à la vénitienne ; les autres ont un habit approchant de celui des Candiotes. Latit. de San-Nicolo, 37. (D. J.)

Tine, (Géogr. mod.) petite ville de la Turquie européenne, dans la Bosnie, à quatorze lieues au nord-est de Sébénico. Long. 24. 45. latit. 44. 27. (D. J.)

Tine, la, ou la Tyne, (Géogr. anc.) en latin Tina, riviere d’Angleterre. Elle sépare une partie de la province de Durham de celle de Northumberland, & se jette dans la mer du Nord, à Tinmouth : cette riviere sert à un prodigieux négoce de charbon. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tine »

Wallon, teinn ; provenç. espagn. et ital. tina ; du lat. tina.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin tina (« récipient »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin tina.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tine tin

Citations contenant le mot « tine »

  • fabricants triacétine avec les meilleurs faits et des chiffres, le sens, la définition, lanalyse SWOT, avis dexperts et les derniers développements à travers le monde. Le rapport calcule également la taille du marché, triacétine ventes, le prix, les revenus, la marge brute et part de marché, la structure des coûts et le taux de croissance. Le rapport estime que les revenus générés par les ventes de ce rapport et technologies par divers secteurs dapplication. , triacétine Taille Marché 2020: Top données pays avec lanalyse de la demande mondiale et les possibilités Perspectives 2026 – Derrière-l'Entente.com

Images d'illustration du mot « tine »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tine »

Langue Traduction
Anglais tine
Espagnol púa
Italien rebbio
Allemand zinke
Chinois 尖齿
Arabe طينة
Portugais dente
Russe зубец
Japonais タイン
Basque tine
Corse dente
Source : Google Translate API

Synonymes de « tine »

Source : synonymes de tine sur lebonsynonyme.fr

Tine

Retour au sommaire ➦

Partager