La langue française

Taupinière

Définitions du mot « taupinière »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAUPINIÈRE, subst. fém.

A. − Terrier de la taupe; petit monticule de terre arrondi marquant l'emplacement de ce terrier. Ils suivent du regard les galeries soufflées que creusent les taupes et qui zigzaguent à fleur de sol (...). Les taupinières y forment un minuscule village de huttes dressées à la mode indienne (Renard, Poil Carotte, 1894, p. 52).Cette prairie, qu'elle serait pure sans les taupinières qui la déshonorent! Cette chaîne de terre soulevée par les taupes (...) c'est toujours l'ouvrage de la même bête aveugle, obstinée (Mauriac, Journal 3, 1940, p. 276).V. chair I A 3 a p. anal. ex. de Renard.
B. − P. anal.
1. Creusement, tranchée, etc. évoquant les galeries de la taupe. Tel était (...) l'antique égout de Paris. Ramifications en tous sens, croisements de tranchées (...), taupinière titanique où l'esprit croit voir rôder à travers l'ombre (...) cette énorme taupe aveugle, le passé (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 521).Enfouir sa destinée dans des taupinières qu'écrasent la pluie et la mitraille, et qu'il faut toujours recommencer (Barbusse, Feu, 1916, p. 22).
2. Petite élévation de terre, évoquant l'aspect extérieur du terrier de la taupe. Les montagnes, qui ne sont pour les géologues que des taupinières, ont des profils découpés comme les Alpes (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, 1856, p. 53).La Flandre se présente comme un pays de monticules (...) à Cassel, des silhouettes de taupinières isolées ou de minces rangées de collines se proposent à l'attention (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 73).P. métaph. Vanité comique des érudits qui construisent des taupinières et les prennent pour des montagnes (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p. 106).
3. Petite habitation, territoire trop exigu, évoquant l'étroitesse du terrier de la taupe. [Napoléon] disait: « L'Europe est une taupinière; il n'y a jamais eu de grands empires et de grandes révolutions qu'en Orient (...) » (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 336).Du haut de nos grandes bêtes de désert, qui sont inquiètes à cause du resserré des maisons (...) nous dominons presque ces taupinières, plongeant du regard dans les petites cours (Loti, Désert, 1895, p. 242).
C. − Au fig., péj. Ce qui constitue une menace par son obscur travail de sape; ce qui n'a qu'une importance médiocre par rapport à une activité, une ambition plus vaste. Le secret travail de la taupinière bourgeoise commença (...) je ne cessai (...) de suivre les lignes tortueuses de cette mine creusée sous le gazon verdoyant d'une apparente félicité (...), le gouvernement ne voyait pas le travail lent et sourd qui s'opérait dans les profondeurs (Vigny, Mém. inéd., 1863, p. 59).Les principes de vie stoïques (...): la morale, le Devoir, lui apparaissaient maintenant sans vérité. (...) Ridicules taupinières! La vie passe, et tout est balayé (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 267).
REM.
Taupinée, subst. fém.a) Synon. région. ou vieilli de taupinière (supra A).Sous le dôme central aux sept arches de terre de la taupinée, Nyctalette s'éveillait du long sommeil hiémal consécutif à une interminable errance par la solitude froide de ses galeries (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 77).b) P. anal. Ce qui évoque une taupinière par sa forme de dôme. Des petits tas de sucre où luisent des paillettes micacées, des taupinées de café brun (Genevoix, Boue, 1921, p. 12).c) Au fig. Synon. de taupinière (supra C).Tout commis est un aigle sur cette taupinée (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 216).L'éternité ne dresse point (...) sa pyramide (...) auprès de laquelle notre petite vie est une taupinée, un pli de sable (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 109).
Prononc. et Orth.: [topinjε:ʀ]. Ac.1694, 1718: taupiniere, 1740: -nière, 1762-1878: -nière ou -née, 1935: -née ou -nière (id. ds Littré); Lar. Lang. fr., Pt Rob. 1980, Rob. 1985: taupinière et vx taupinée. Étymol. et Hist. 1. a) Mil. xives. p. anal. avec les déblais de la taupe creusant sa galerie « borne, souche? » (Roques t. 1, IV-V, 1364: cippus: sep vel taupiniere vel met de ente), ex. isolé; b) 1752 id. « élévation de terre » [ici, dans l'optique de Micromégas, désigne un continent par rapport à la mer] (Voltaire, Micromégas, IV ds Zadig et autres contes, Paris, éd. P. Grimal, 1961, p. 185); c) 1798 « petite maison basse » (Ac.); 2. 1596 « monticule de terre constitué par les déblais de la taupe » (Hulsius d'apr. FEW t. 13, 1, p. 62 b); 1611 (Cotgr.); 3. 1611 « demeure souterraine de la taupe » (ibid.). Dér. de taupe*; suff. -inière, forme élargie de -ière (-ier*). Cf. les synon. (sens 2 et 3): taupaine (fin xiiies., Gautier de Bibbesworth, 810 ds T.-L.); taupinière*; taupinier (1408 ds Gdf.); taupinée (1678, La Fontaine, Fables, VIII, 9); respectivement suff. -ine* (v. Pope,454), -ière, -(in)ier*, -(in)ée*. Fréq. abs. littér.: 39.

Trésor de la Langue Française informatisé

TAUPINIÈRE, subst. fém.

A. − Terrier de la taupe; petit monticule de terre arrondi marquant l'emplacement de ce terrier. Ils suivent du regard les galeries soufflées que creusent les taupes et qui zigzaguent à fleur de sol (...). Les taupinières y forment un minuscule village de huttes dressées à la mode indienne (Renard, Poil Carotte, 1894, p. 52).Cette prairie, qu'elle serait pure sans les taupinières qui la déshonorent! Cette chaîne de terre soulevée par les taupes (...) c'est toujours l'ouvrage de la même bête aveugle, obstinée (Mauriac, Journal 3, 1940, p. 276).V. chair I A 3 a p. anal. ex. de Renard.
B. − P. anal.
1. Creusement, tranchée, etc. évoquant les galeries de la taupe. Tel était (...) l'antique égout de Paris. Ramifications en tous sens, croisements de tranchées (...), taupinière titanique où l'esprit croit voir rôder à travers l'ombre (...) cette énorme taupe aveugle, le passé (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 521).Enfouir sa destinée dans des taupinières qu'écrasent la pluie et la mitraille, et qu'il faut toujours recommencer (Barbusse, Feu, 1916, p. 22).
2. Petite élévation de terre, évoquant l'aspect extérieur du terrier de la taupe. Les montagnes, qui ne sont pour les géologues que des taupinières, ont des profils découpés comme les Alpes (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, 1856, p. 53).La Flandre se présente comme un pays de monticules (...) à Cassel, des silhouettes de taupinières isolées ou de minces rangées de collines se proposent à l'attention (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 73).P. métaph. Vanité comique des érudits qui construisent des taupinières et les prennent pour des montagnes (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p. 106).
3. Petite habitation, territoire trop exigu, évoquant l'étroitesse du terrier de la taupe. [Napoléon] disait: « L'Europe est une taupinière; il n'y a jamais eu de grands empires et de grandes révolutions qu'en Orient (...) » (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 336).Du haut de nos grandes bêtes de désert, qui sont inquiètes à cause du resserré des maisons (...) nous dominons presque ces taupinières, plongeant du regard dans les petites cours (Loti, Désert, 1895, p. 242).
C. − Au fig., péj. Ce qui constitue une menace par son obscur travail de sape; ce qui n'a qu'une importance médiocre par rapport à une activité, une ambition plus vaste. Le secret travail de la taupinière bourgeoise commença (...) je ne cessai (...) de suivre les lignes tortueuses de cette mine creusée sous le gazon verdoyant d'une apparente félicité (...), le gouvernement ne voyait pas le travail lent et sourd qui s'opérait dans les profondeurs (Vigny, Mém. inéd., 1863, p. 59).Les principes de vie stoïques (...): la morale, le Devoir, lui apparaissaient maintenant sans vérité. (...) Ridicules taupinières! La vie passe, et tout est balayé (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 267).
REM.
Taupinée, subst. fém.a) Synon. région. ou vieilli de taupinière (supra A).Sous le dôme central aux sept arches de terre de la taupinée, Nyctalette s'éveillait du long sommeil hiémal consécutif à une interminable errance par la solitude froide de ses galeries (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 77).b) P. anal. Ce qui évoque une taupinière par sa forme de dôme. Des petits tas de sucre où luisent des paillettes micacées, des taupinées de café brun (Genevoix, Boue, 1921, p. 12).c) Au fig. Synon. de taupinière (supra C).Tout commis est un aigle sur cette taupinée (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 216).L'éternité ne dresse point (...) sa pyramide (...) auprès de laquelle notre petite vie est une taupinée, un pli de sable (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 109).
Prononc. et Orth.: [topinjε:ʀ]. Ac.1694, 1718: taupiniere, 1740: -nière, 1762-1878: -nière ou -née, 1935: -née ou -nière (id. ds Littré); Lar. Lang. fr., Pt Rob. 1980, Rob. 1985: taupinière et vx taupinée. Étymol. et Hist. 1. a) Mil. xives. p. anal. avec les déblais de la taupe creusant sa galerie « borne, souche? » (Roques t. 1, IV-V, 1364: cippus: sep vel taupiniere vel met de ente), ex. isolé; b) 1752 id. « élévation de terre » [ici, dans l'optique de Micromégas, désigne un continent par rapport à la mer] (Voltaire, Micromégas, IV ds Zadig et autres contes, Paris, éd. P. Grimal, 1961, p. 185); c) 1798 « petite maison basse » (Ac.); 2. 1596 « monticule de terre constitué par les déblais de la taupe » (Hulsius d'apr. FEW t. 13, 1, p. 62 b); 1611 (Cotgr.); 3. 1611 « demeure souterraine de la taupe » (ibid.). Dér. de taupe*; suff. -inière, forme élargie de -ière (-ier*). Cf. les synon. (sens 2 et 3): taupaine (fin xiiies., Gautier de Bibbesworth, 810 ds T.-L.); taupinière*; taupinier (1408 ds Gdf.); taupinée (1678, La Fontaine, Fables, VIII, 9); respectivement suff. -ine* (v. Pope,454), -ière, -(in)ier*, -(in)ée*. Fréq. abs. littér.: 39.

Wiktionnaire

Nom commun

taupinière \to.pi.njɛʁ\ féminin

  1. Petit monceau de terre qu’une taupe a élevé en fouillant.
    • Une prairie pleine de taupinières.
    • La mine ne se réduit pas à des couloirs de taupinière. — (Michel Tournier, Jules Verne ou le Génie de la géographie, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 103)
  2. (Figuré) Renflement.
    • Des rides brunes de chaque côté du gonflement fiévreux des lèvres, des crevasses, des taupinières. — (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)
    • Longtemps j’étouffai dans les vallées, les plaines m’accablèrent : je me traînais sur la planète Mars, la pesanteur m’écrasait ; il me suffisait de gravir une taupinière pour retrouver la joie. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 53.)
  3. (Familier) Petite élévation de terre, d’un monticule au milieu de la campagne.
    • Il faudrait abattre cette taupinière qui arrête la vue.
  4. Petite maison de campagne basse et sans apparence.
    • Ils logent dans une taupinière décorée du nom de château.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAUPINÉE ou TAUPINIÈRE. n. f.
Petit monceau de terre qu'une taupe a élevé en fouillant. Une prairie pleine de taupinières. Il se dit, familièrement et en plaisantant, d'une Petite élévation de terre, d'un monticule au milieu de la campagne. Il faudrait abattre cette taupinière qui arrête la vue. Il se dit de même d'une Petite maison de campagne basse et sans apparence. Ils logent dans une taupinière décorée du nom de château.

Étymologie de « taupinière »

(Siècle à préciser) Dérivé de taupinée avec le suffixe -ière.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « taupinière »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taupinière topɛ̃jɛr

Citations contenant le mot « taupinière »

  • Même si la taupe enlaidit parfois votre tapis vert, bouleverse les semis et coupe des racines, en contrepartie elle mange larves, fourmis et gros vers blancs. Elle aère le sol, et la terre des taupinières est une merveille pour composer potées et jardinières. La Croix, Taupes et lapins, on les aime… mais loin du jardin
  • La troupe de randonneurs avait alors forcé le passage, pressés d’aller inspecter cette étrange taupinière, tout droit sortie de “Star Wars”. « Le propriétaire voulait une habitation écologique, résistante aux catastrophes naturelles », avait expliqué Joseph Abdo, quelques minutes plus tard, tandis qu’on pénétrait dans l’étrange demeure. Commerce du Levant, Joseph Abdo, un éco constructeur
  • Atelier dessin au pastel et collage d’éléments naturels de: champignons, les étapes de la pousse d’un chêne, coupe d’une taupinière avec la taupe (collage terre) et modelage en bas-relief. Organisateur : Parc naturel régional des Ballons des Vosges et Françoise Picavet. , « Atelier dessin au pastel et collage d’elements naturels» : Balade, visite guidee a Chateau Lambert
  • Disons que c’est… surprenant ! Voire agaçant ! Quel était l’enjeu ? La recherche d’une taupe, nous dit-on. Pour éliminer la taupe sans doute ? Pour la punir ? Pour sauver quoi, et qui ? Ayant passé une partie de mon enfance dans les Vosges, j’ai souvent vu mon grand-père, chaussé de ses sabots et porteur de son béret, attendre patiemment, porteur d’une houe tranchante, devant une taupinière afin d’éliminer une taupe. C’était juste pour sauver le potager. , Le troublant paradoxe du droit d’écouter et du droit de se taire - Administratif | Dalloz Actualité
  • Mi-serre, mi-terrier, la maison enfouie de l’architecte toulousain Nicolas Eydoux est un modèle atypique de construction bioclimatique. Thermiquement passif, ce projet est particulièrement économe en espaces verts. Enfouie et tournée vers le ciel en même temps, la maison-taupinière de l’architecte toulousain Nicolas Eydoux intrigue les passants qui la découvrent, au détour d’une rue de Villeneuve-Tolosane, […] Le Journal Toulousain, journal de solutions et JAL, La maison enfouie et bioclimatique de l’architecte Nicolas Eydoux
  • L'oignon et l'ail épluchés et insérés dans les trous des taupinières feront également fuir les taupes, importunées par l'odeur des alliacées. Binette & Jardin, Comment faire fuire les taupes de votre jardin ?
  • Ces monticules de terre que vous découvrez au petit matin, c'est ce que l'on appelle des taupinières. En creusant ses nombreuses galeries, à la recherche de nourriture dans le sol du jardin, la taupe doit évacuer la terre... en surface. D'où ces excroissances à intervalle régulier... , La terre des taupinières : un trésor de bienfaits !

Images d'illustration du mot « taupinière »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « taupinière »

Langue Traduction
Anglais molehill
Espagnol topera
Italien inezia
Allemand maulwurfshügel
Chinois 摩尔希尔
Arabe التل الخلدي
Portugais molehill
Russe кротовина
Japonais モレヒル
Basque molehill
Corse molle
Source : Google Translate API

Taupinière

Retour au sommaire ➦

Partager