La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tarse »

Tarse

Définitions de « tarse »

Trésor de la Langue Française informatisé

TARSE, subst. masc.

A. − ANAT. HUM.
1. OSTÉOLOGIE. ,,Ensemble des sept os courts disposés en double rangée et qui occupent la moitié postérieure du pied`` (Lar. Méd. t. 3 1972). L'atteinte du tarse et du métatarse aboutit soit au pied plat gonococcique de Fournier et Jacquet, soit au pied creux de Coste, Gaucher et Morin provoqué par la contraction musculaire (Ravault, Vignon, Rhumatol., 1956, p. 523).
2. OPHTALMOL. Lame de tissu conjonctif de la paupière, qui la maintient tendue. Tarse palpébral, inférieur. Le tarse supérieur [de la paupière] ressemble à un croissant (Richer, Nouv. anat. artist., t. 2, 1920, p. 123).Empl. adj. Les paupières sont soutenues par une lame cartilagineuse (cartilage tarse) (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 232).
B. − ZOOLOGIE
1. ANAT. ANIM.
a) Région qui, dans le squelette des Vertébrés, est comprise entre l'extrémité du tibia et les métatarsiens. Le tarse du crocodile a cinq os, un astragal, un calcanéum, deux cunéiformes qui répondent aux deux métatarsiens moyens, et un hors de rang qui répond au métatarsien externe (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 381).
b) Jarret du cheval (d'apr. St-Riquier-Delp. 1975).
2. ENTOMOL. Dernière partie de la patte chez les insectes. Les ailes des malheureux sont lacérées, leurs tarses arrachés, leurs antennes rongées (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 252).
3. ORNITH. ,,Portion du membre postérieur des oiseaux résultant de la fusion de deux groupes d'os`` (Cuisin 1969). Le tarse est nu ou emplumé (Cuisin1969.
REM.
Tars(o)-,(Tars-, Tarso-) élém. formanttiré du subst. fr. tarse, marquant un rapport avec le tarse, entrant dans la constr. de termes d'anat. et de méd.a) [Les mots constr. sont des subst.] V. tarsalgie (s.v. -algie) et aussi: α)
Tarsectomie, subst. fém.,chir. ,,Ablation d'un ou plusieurs os du tarse`` (Man.-Man. Méd. 1977); ,,résection partielle du tarse palpébral`` (Man.-Man. Méd. 1977).
β)
Tarsite, subst.Subst. fém., méd. ,,Inflammation du tarse palpébral`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Subst. masc., zool. ,,Chacun des segments du tarse`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
γ)
Tarsomégalie, subst. fém.,méd. ,,Malformation consistant en une hypertrophie du tarse`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
δ)
Tarsoplastie, subst. fém.,chir. ,,Toute opération réparatrice du pied pratiquée au niveau du tarse`` (Man.-Man. Méd. 1977).
ε)
Tarsorraphie, subst. fém.,chir. ,,Suture des cartilages tarses`` (Garnier-Del. 1972).
ζ)
Tarsotomie, subst. fém.,chir. ,,Résection partielle du tarse palpébral, pour la correction d'un entropion`` (Méd. Biol. t. 3 1972); ,,incision du tarse sans ablation des os`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) [Les mots constr. sont des adj.] α)
Tarso-métatarsien, -ienne, anat. Qui se rapporte à la fois au tarse et au métatarse. Articulation tarso-métatarsienne. Amputations partielles du pied, comprenant les amputations tarso-métatarsiennes et médio-tarsiennes, 38 amputations: 9 morts, 24 sur 100 (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 238).
β)
Tarso-phalangien,-ienne, anat. Qui se rapporte à la fois au tarse et à la phalange. Le long fléchisseur du pouce tarso-phalangien, et le long fléchisseur des quatre autres doigts (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 393).
Prononc. et Orth.: [taʀs]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 talse « extension fibreuse placée dans l'épaisseur du bord libre des paupières » (Trad. de la Grande Chirurgie de Guy de Chauliac ds Sigurs); 1478 tarse « id. » (ibid., foIII, ibid.); 2. 1575 « partie postérieure des os du pied » (Paré, Œuvres, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 1, p. 289); 1814 cartilages tarses (Nysten); 3. 1762 « partie terminale de la patte des insectes » (Geoffroy, Hist. des insectes qui se trouvent aux environs de Paris, Explication des termes les moins fam., xxviij); 4. 1812 zool. « troisième article du pied d'un oiseau » (Mozin-Biber). Empr. au gr. τ α ρ σ ο ́ ς « rangée des doigts au bout du pied », « le pied lui-même ». Fréq. abs. littér.: 60.
DÉR.
Tarsien, -ienne, adj. et subst. masc. plur.a) Adj., anat. α) Qui est relatif au tarse ou qui constitue le tarse. Artère, articulation tarsienne; douleur tarsienne. L'extrémité tarsienne du péroné (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 375).Au pied, on peut observer des arthropathies tarsiennes, tarso-métatarsiennes, métatarso-phalangiennes (Quillet Méd.1965, p. 353).Os tarsiens. Os qui constituent le tarse. [Un sujet] dont les os tarsiens, quand il marche, prennent aisément un point d'appui pour faire la bascule (Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 288). β) ,,Relatif au tarse palpébral`` (Man.-Man. Méd. 1977). Conjonctive tarsienne (Man.-Man. Méd. 1977). Il existe un exsudat pseudo-membraneux qui se développe exclusivement sur la conjonctive palpébrale, souvent localisé à sa portion tarsienne (Aviragnet, Weill-Hallé, Marie dsNouv. Traité Méd.fasc. 21928, p. 728).b) Subst. masc. plur., zool. Sous-ordre de mammifères primates, arboricoles et sauteurs, de la taille d'un rat, dont les membres postérieurs sont beaucoup plus développés que les antérieurs, et représenté de nos jours par le tarsier (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972) [taʀsjε ̃], fém. [-jεn]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1resattest. a) 1792 subst. masc. plur. « famille de quadrupèdes » (Encyclop. méthod. Système anatomique; Quadrupèdes, t. 2, p. XCII), b) 1800 « qui appartient au tarse » (B. des sc., 98), c) 1928 « qui se rapporte au tarse palpébral » (Aviragnet, Weill-Hallé, Marie, loc. cit.); de tarse, suff. -ien*.

Wiktionnaire

Adjectif - français

tarse \taʁs\

  1. (Ophtalmologie) Caractérise le cartilage de la paupière.
    • Le cartilage tarse de la paupière supérieure est semilunaire ; celui de la paupière inférieure représente une petite bandelette étroite. — (August Theodore Vidal, Traité de pathologie externe et de médecine opératoire, Éd. Baillière, Paris 1831)

Nom commun - français

tarse \taʁs\ masculin

  1. (Anatomie) Partie postérieure du pied de l’humain ou des mammifères.
  2. (Anatomie) Le basipode du membre caudal correspondant à la cheville et comprenant deux rangées d’os, les os du tarse.
    • Le tarse est composé de sept os chez l’humain.
  3. (Anatomie, Ophtalmologie) Tissu cartilagineux formant l’armature des paupières.
  4. (Ornithologie) Troisième article du pied des oiseaux.
  5. (Entomologie) Partie inférieure articulée des pattes des insectes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TARSE. n. m.
T. d'Anatomie. Partie postérieure du pied. Le tarse est composé de sept os.

Littré (1872-1877)

TARSE (tar-s') s. m.
  • 1 Terme d'anatomie. La partie postérieure du pied, composée de sept os enclavés les uns dans les autres.

    Le troisième article du pied des oiseaux.

    Dans les crustacés, la sixième pièce des pattes simples.

    La dernière partie des pattes des insectes.

  • 2 Adj. Fibro-cartilages tarses, nom donné à deux expansions fibreuses placées dans l'épaisseur du bord libre des paupières.

HISTORIQUE

XVIe s. Les cartillages du tarse des cils, Paré, II, 1. Prenant pour le tarse ce qui est contenu par les sept premiers os, qui respond au carpe de la main, Paré, IV, 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TARSE, s. m. en Anatomie, est ce qu’on appelle communément le cou du pié. C’est le commencement du pié, ou l’espace qui est entre la cheville du pié & le corps du pié, qu’on appelle métatarse. Voyez Pied & Métatarse.

Le tarse répond au carpe ou poignet de la main. Il est composé de sept os, dont le premier est appellé astragale, & par les Latins, talus & os balistæ. (Voyez Astragale) ; le second calcaneum ; le troisieme est l’os naviculaire, que les Grecs appellent scaphoïde ; le quatrieme, cinquieme & sixieme sont innominés, & appellés par Fallope cunéiformes, à cause de leur figure ; le septieme est le cuboïde. Voyez chacun de ces os décrit dans son article propre, Naviculaire, Cunéiformes, &c.

Tarse, est aussi le nom que quelques anatomistes donnent aux cartilages qui terminent les paupieres, & d’où naissent les cils ou poils des paupieres. Voyez Paupiere.

Ces cartilages sont extrèmement minces & deliés, ce qui les rend légers & flexibles. Leur figure est demi-circulaire ; celui de la paupiere supérieure est un peu plus long que celui de l’inférieure : ils servent tous deux également à fermer l’œil. Voyez Cils.

TARSE, (Géog. anc.) Tarsus, ville d’Asie dans la Cilicie, la plus belle, la plus ancienne & la plus peuplée de la province.

Sans nous arrêter à toutes les fables qu’on a débitées sur le nom & l’origine de Tarse, il est constant que cette ville avoit été fondée par les Argiens, ou du moins qu’elle avoit été augmentée par une colonie greque, & que ses habitans excellerent dans l’étude des belles lettres, de la philosophie & de toutes les sciences qui étoient cultivées chez les Grecs, puisque Strabon ne craint point de dire qu’ils surpasserent en cela Athènes, Alexandrie & toutes les autres académies du monde ; il ajoute que leur ville étoit fort puissante, & soutenoit avec éclat sa dignité de métropole.

Le Cydnus traversoit la ville de Tarse, selon le témoignage de Denys le périégete, de Strabon, de Pomponius Mela, de Pline, d’Arrien & d’Ammien Marcellin. Pline l’appelle ville libre ; elle l’avoit apparemment été anciennement, comme colonie greque, & il nous apprend qu’elle jouissoit aussi de sa liberté sous les Romains.

Quelques-uns croyent qu’elle mérita aussi les privileges de colonie par son grand attachement à Jules César, & que ce privilege communiqua à tous ses concitoyens la qualité de citoyens romains. S. Paul qui étoit né à Tarse, comme il le dit lui-même, act. xxij. 3, jouissoit de ce droit par sa naissance. D’autres soutiennent que Tarse étoit seulement ville libre, & non colonie romaine, du tems de S. Paul, parce que l’on ne trouve dans les médailles aucun vestige de ce titre de colonie romaine, avant le regne de Caracalla ou celui d’Héliogaballe, & qu’ainsi le privilege de citoyen romain n’appartenoit pas à l’apôtre simplement comme citoyen de Tarse, mais par quelque droit particulier que son pere ou ses ayeux avoient acquis.

C’est à Tarse que se rendit Cléopatre mandée par Antoine, & c’est-là qu’il en devint amoureux. Elle fit ce voyage, dit Plutarque, sur un vaisseau brillant d’or & orné des plus belles peintures ; les voiles étoient de pourpre, les cordages d’or & de soie, & les rames d’argent. Ces rames étoient maniées au son des flutes, qui joint à celui des chalumeaux & des lyres, faisoit un concert délicieux.

Cléopatre parée galamment comme on peint la déesse Vénus, étoit couchée sous un pavillon broché d’or ; ses femmes toutes d’une excellente beauté représentoient les nymphes & les graces. La poupe & la proue étoient remplies des plus beaux enfans déguisés en amour, & quelques-uns d’eux étoient à ses côtés, avec des éventails dont ils l’éventoient pour la rafraîchir. Elle avançoit dans cet équipage sur le fleuve Cydnus, au son de mille instrumens de musique.

Les deux rives du fleuve étoient embaumées de l’odeur de parfum que l’on brûloit dans son vaisseau. Tout le peuple de Tarse la prit pour Vénus qui venoit chez Bacchus pour le bien de l’Asie. On quitta le tribunal d’Antoine pour courir au-devant d’elle ; ce romain lui-même alla la recevoir, & en devint éperdument amoureux.

Il soupa chez elle, & y trouva des préparatifs d’une magnificence qui lui étoit inconnue. Ce qui le surprit davantage, ce fut la quantité de flambeaux dont les appartemens étoient éclairés ; ils étoient suspendus, appliqués & rangés avec tant d’art, de variété & de symmétrie, que de toutes les fêtes qui se trouvent décrites dans l’histoire, l’on prétend que c’étoit celle qui faisoit le spectacle le plus ravissant.

J’ai dit à l’article de Soli en Cilicie, que Chrysippe y vit le jour ; cependant quelques auteurs lui donnent Tarse pour patrie. Quoi qu’il en soit, c’étoit un esprit fort subtil en matiere de raisonnement ; l’art de la dialectique la plus déliée ne lui échappoit point ; & la solution de ses argumens étoit si difficile, qu’elle passa en proverbe pour exprimer une chose impossible. Il composa un grand nombre d’ouvrages qui ont péri. Après sa mort les Athéniens éleverent en son honneur une statue dans le céramique.

Hermogène nâquit à Tarse en Cilicie dans le second siecle de l’ere chrétienne. Ce fut un prodige en toute maniere. A l’âge de dix-sept ans il publia ses livres de rhétorique que nous avons encore. Il mit au jour à vingt ans son livre des idées, & à vingt-cinq ans il oublia tout ce qu’il savoit.

Athénodore, célebre philosophe stoïcien, étoit aussi de Tarse en Cilicie ; il vint à la cour d’Auguste, qui l’éleva aux plus grands honneurs, & le fit précepteur de Tibere ; mais il n’eut pas le bonheur de pouvoir corriger le mauvais caractere de ce prince. Il mit au jour divers ouvrages qui ne nous sont pas parvenus. Strabon en cite un sur l’Océan & sur son flux & reflux.

Nectaire, évêque de Constantinople vers la fin du quatrieme siecle, eut Tarse pour patrie. Il n’étoit pas moins distingué par ses vertus, que par sa naissance & par son rang ; car il exerçoit la préture. Il fut fait évêque n’étant pas encore baptisé, de sorte qu’il passa de l’état de cathécumene à celui de pasteur de l’église. Sa douceur envers les autres sectes, & les Apollinaristes en particulier, lui attira une lettre de Grégoire de Naziance, où il le pressoit de sévir contre les hérétiques, & de gagner l’empereur Théodose. Il mourut en 397, & les Grecs l’honorent dans quelques-uns de leurs livres, comme un saint ; il étoit du moins un évêque sage, modéré & pieux. (Le chevalier de Jaucourt.)

Tarse ou plutôt Tarson, (Géog. mod.) en latin Tarsus ; cette ville d’Asie autrefois la plus belle de la Cilicie, n’est aujourd’hui qu’un tas de ruines, dans la Caramanie, à huit lieues d’Adana. Il y a dans le voisinage de ses ruines une église d’Arméniens passablement belle. Latit. 37. 12. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tarse »

Ταρσὸς, tarse, proprement une claie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du grec ancien ταρσός, tarsós (« claie, cheville »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tarse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tarse tars
tarsé tarse

Citations contenant le mot « tarse »

  • Hansi Flick a lui-même confirmé la blessure du champion du monde 2018 face à la presse. L'entraîneur munichois attend désormais les résultats des examens complémentaires pour connaître la durée de l'indisponibilité du joueur de 24 ans mais le Français souffre "d'une lésion ligamentaire au niveau du tarse gauche" et manquera le match amical contre l'OM vendredi prochain ainsi que le "futur proche" avec le Bayern Munich. RMC SPORT, Bayern: blessé à l’entraînement, Pavard veut « revenir plus fort »
  • Flick a remplacé Pavard, l’arrière droit blessé au tarse gauche, par Kimmich, dont le poste vacant au milieu de terrain central a repris Thiago. C’est également un signe pour le onze de départ des huitièmes de finale retour de la Ligue des champions contre Chelsea (match aller 3-0), que Pavard manquera également. Betanews.fr, FC Bayern Munich - Olympique de Marseille 1-0: court mais convaincant! FCB remporte la répétition générale du CL - Betanews.fr

Images d'illustration du mot « tarse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tarse »

Langue Traduction
Anglais tarsus
Espagnol tarso
Italien tarso
Allemand tarsus
Chinois 睑板
Arabe طرسوس
Portugais tarso
Russe предплюсна
Japonais 足根
Basque tarsus
Corse tarso
Source : Google Translate API

Synonymes de « tarse »

Source : synonymes de tarse sur lebonsynonyme.fr

Tarse

Retour au sommaire ➦

Partager