La langue française

Suie

Sommaire

  • Définitions du mot suie
  • Étymologie de « suie »
  • Phonétique de « suie »
  • Citations contenant le mot « suie »
  • Images d'illustration du mot « suie »
  • Traductions du mot « suie »
  • Synonymes de « suie »

Définitions du mot « suie »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUIE, subst. fém.

A. − Matière noirâtre d'odeur âcre, provenant d'une combustion incomplète, qui est déposée par la fumée dans les conduits où elle passe ou sur la surface des corps avec lesquels elle est en contact. Synon. littér. fuligine.Suie grasse, noire, sèche; dépôt, odeur de suie; enlever la suie. Tuyau de poêle engorgé par la suie (Ac.1835-1935).Elle était toute portée à craindre, ces soirs où, avant quelque pluie à verse, des paquets de suie dégringolaient dans la cheminée (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 192).
En partic. Suie (de bois). Matière provenant de la pyrogénation du bois et utilisée comme engrais, comme insecticide ou dans la fabrication de couleurs. Pour ceux de ces pucerons [puceron lanigère] qui (...) se réfugient sur le collet de la racine, déchausser le pied des jeunes arbres et y répandre de la suie de bois (Du Breuil, Cult. arbres, 1876, p. 285).Le bistre se prépare en traitant les suies provenant du chauffage au bois (Coffignier, Coul. et peint., 1924, p. 490).
Noir de suie. Noirci par la suie. J'aime les âtres noirs de suie, D'où l'on entend bruire en l'air Les hirondelles ou la pluie Avec le printemps ou l'hiver (Sully Prudh., Solitudes, 1869, p. 92).Tandis que le train roulait (...), deux petits visages noirs de suie apparurent dans le cadre d'une fenêtre (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 457).
[Comme second terme de compar.] Noir comme de la suie. Eugénie a fini par être flanquée dehors, le jour où madame s'est aperçue, à ses draps, noirs comme de la suie, qu'elle recevait chaque matin le charbonnier de la place Gaillon (Zola, Pot-Bouille, 1882, p. 264).
Couleur, noir de suie (loc. adj.) Noir. Synon. fuligineux.Ses cheveux noir de suie et mal peignés surplombent d'un ton mort sa figure verdâtre (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 202).Le ciel était couleur de suie, la neige cousait aux arbres des guipures blanches (Zola, Curée, 1872, p. 593).
B. − BOT. ,,Carie des grains de céréales ou de certaines plantes`` (Fén. 1970). Synon. fumagine, noir.La sombre odeur de cette suie des seigles malades (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 221).
Prononc. et Orth.: [sɥi]. Homon. suis (formes de être et suivre). Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. Déb. xiies. (Benoît, Voyage de Saint Brendan, 1409 ds T.-L.); 2. 1611 suye d'encens (Cotgr.); 3. 1845-46 agric. « maladie des grains » (Besch.). D'un gallo-lat. *sūdia « suie, noir de fumée » (att. dans les gl. lat. sous la forme sugia, CGL t. 3, 590), supposé par la compar. des parlers rom. (a. prov. suga, v. Rayn. t. 5, p. 288a; cat. sutje, Meyer-L., 8425) et confirmé par le vieil irl. suide (J. Vendryes, Lex. étymol. de l'irl. anc.; v. FEW t. 12, p. 397). Le lat. utilisait le mot fuligo d'où sont issus l'ital. fuliggine et l'esp. hollin. Fréq. abs. littér.: 277. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 119, b) 373; xxes.: a) 728, b) 438. Bbg. Horning (A.). Zur Wortgeschichte. Z. rom. Philol. 1906, t. 30, pp. 461-462. − Kristol (A.M.). Color. Berne, 1978, p. 141. − McMillan (D.). Le Suif de cheminée. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, no1, pp. 199-206. − Schmitt (Ch.). Charles de Bovelles... Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1976, t. 14, no1, p. 151.

Wiktionnaire

Nom commun

suie \sɥi\ féminin

  1. Matière noire et épaisse que la fumée dépose sur la surface des corps avec lesquels elle entre en contact.
    • Noir comme de la suie.
    • La cheminée est pleine de suie.
    • Un tuyau de poêle engorgé par la suie.
    • On sent ici une odeur de suie.
    • Couleur de suie.
    • Le malheur lui collait au corps comme la suie sur un ramoneur. — (Biz, La chaleur des mammifères, Leméac, Montréal, 2017, p. 93)

Nom commun

suie \Prononciation ?\ masculin

  1. Sureau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUIE. n. f.
Matière noire et épaisse que la fumée dépose sur la surface des corps avec lesquels elle entre en contact. Noir comme suie, comme de la suie. La cheminée est pleine de suie. Un tuyau de poêle engorgé par la suie. On sent ici une odeur de suie. Couleur de suie.

Littré (1872-1877)

SUIE (suie) s. f.
  • 1Matière noire, d'une odeur désagréable, d'une saveur amère et empyreumatique, que la fumée dépose en croûtes luisantes sur les parois des conduits de cheminée. Ces honnêtes enfants Qui de Savoie arrivent tous les ans, Et dont la main légèrement essuie Ces longs canaux engorgés par la suie, Voltaire, Pauvre diable. L'air [dans la combustion] tend à convertir [par son oxygène] la substance végétale en eau et en acide carbonique ; tel serait le résultat de son action, s'il était en assez grande quantité et si la température était assez élevée ; c'est ce qui n'arrive jamais… voilà pourquoi il s'amasse de la suie dans les tuyaux, Thenard, Traité de chim. t. III, p. 46, dans POUGENS.

    Amer comme suie, très amer.

  • 2Suie d'encens, petites parties d'encens mâle, qu'on fait brûler, pour en faire du noir de fumée.
  • 3Carie, en parlant des grains.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li uns [tonneau] est dous, et l'autre amer Plus que n'est suie, ne la mer, la Rose, 10670.

XVIe s. Ce n'est mie comparaison de suie à miel, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 181.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUIE. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. Fuligo, siue, ESCALLIER, Vocabulaire latin-français 1188 (M. Escallier remarque qu'en picard suie se dit siue).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUIE, s. f. (Chimie.) humidité penétrante, noire, & grasse, qui, quand on brûle des vegétaux, s’eleve en fumée & s’insinue dans les parois de la cheminée, & par sa matiere huileuse les peint d’une couleur très-noire. Cette matiere ainsi rassemblée, s’amasse sur la superficie des parois d’une cheminée en forme de floccons noirs, peu adhérens, & se détachant aisément.

La suie est proprement un charbon volatil, mais fort gras, & qui lorsqu’elle est seche, est une matiere très-inflammable. Elle est très-amere, comme les huiles brûlées ; la quantité d’huile qu’elle contient est ce qui la rend grasse. Sa noirceur lui est donnée par cette même huile brûlée, comme cela arrive à tout charbon. Elle paroît fort simple ; mais, cependant si on la résout en ses principes par la distillation, elle donne premierement une assez grande quantité d’eau, qui étant exactement séparée de toute autre chose, éteint la flamme & le feu.

La vapeur aqueuse qui s’éleve encore dans cette premiere distillation, éteint aussi tout-à-fait le feu ; de sorte qu’à parler proprement, on ne peut guere l’appeller esprit. Si l’on augmente ensuite le feu, il sort de la suie une grande quantité d’huile jaunâtre, inflammable, & qui est un aliment très-convenable au feu & à la flamme.

La partie la plus subtile de cette huile qu’on appelle esprit, est aussi inflammable : on en tire cependant un sel très-volatil, un autre qui l’est moins, & un troisieme qui est plus sec. Si l’on sépare exactement ces sels de l’huile & de l’esprit, dont je viens de parler, on n’y trouvera rien d’inflammable, le sel qui restera sera entierement incombustible.

Enfin la derniere chose qu’on trouvera par cette analyse, c’est du charbon. On voit à présent ce que c’est que la suie, & ce qu’elle renferme de véritablement combustible. Si on l’ôte de la cheminée lorsqu’elle est seche, & qu’on la mette ainsi récente sur le feu, elle brûle & elle s’enflamme presqu’aussi-bien que toute autre matiere combustible ; c’est ce qu’on n’a que trop souvent occasion de remarquer : combien de fois ne voit-on pas, que si on laisse long-tems des cheminées sous lesquelles on fait ordinairement grand feu sans les nettoyer, la suie s’y amasse, le feu y prend, & la flamme sortant par le haut de la cheminée cause de fâcheux incendies. (D. J.)

Suie, (Agriculture.) on regarde en Angleterre la suie comme très-bonne pour l’engrais des terres, on croit sur-tout qu’elle est très-propre à faire périr les mauvaises herbes & les plantes aquatiques telles que les joncs & les roseaux dans les prairies basses ; on assure que lorsqu’on veut les détruire, on ne fait que les enlever avec la bêche, & l’on répand de la suie par-dessus, ce qui les empêche de revenir.

Suie, (Teinturerie.) les Teinturiers se servent de suie pour faire une couleur fauve qui est assez belle, il est vrai qu’elle est d’une très-mauvaise odeur, mais en récompense elle conserve les draps & autres étoffes de laine, contre cette espece de vers qu’on appelle teigne, qui les percent & les rongent ; elle est aussi plus propre que la racine de noyer pour faire les feuilles mortes & couleurs de poils de bœuf, surtout quand elle est employée dans un garançage où il y a du terra-merita. Les teinturiers en soie, laine & fil, appellent la suie, bidanet. Diction. du commerce. (D. J.)

Suie, (Chim. Mat. médic.) les médecins-chimistes ont dès long-tems traité la suie par la distillation à la violence du feu, pour en retirer des remedes, savoir un alkali volatil & une huile empireumatique, qui sont des produits de cette opération, & qui sont connus, dans les chimies médicinales, sous le nom de sel volatil de suie ou d’esprit de suie, selon que cet alkali volatil est sous forme concrete, ou sous liquide, & celle d’huile de suie. Mais ces produits n’ayant que les qualités très-génériques des matieres de leur genre respectif, sont à peine employés aujourd’hui, ne méritent du-moins aucune préférence. Voyez sous le mot Sel & à l’article genéral Huile. Les chimistes du même ordre, c’est-à-dire les chimistes-médecins, entre lesquels Nicolas Lemeri mérite d’être distingué, font mention d’un sel fixe de suie qu’ils croient être un alkali fixe. S’il est tel en effet, M. Baron a raison de dire dans ses notes sur Lemeri, que les propriétés médicinales de ce sel lui sont communes avec l’alkali fixe ordinaire, qui se prépare à beaucoup moins de frais, & qui par cette raison mérite la préférence. Mais c’est vraissemblablement accorder trop de confiance à Lemeri que de l’en croire sans examen sur la nature de ce sel, dont la génération ne seroit point cependant difficile à découvrir ; mais encore un coup, avant de s’occuper de cette recherche, il faut s’assurer si le sel fixe de la suie est un alkali.

Outre les produits dont nous venons de parler, savoir l’alkali volatil, l’huile empireumatique, & un sel fixe lexiviel, les chimistes qui, comme Boerhaave, ont examiné plus soigneusement les produits de la distillation de la suie, exécutée dans des vues philosophiques, comptent parmi ces produits un sel ammoniacal, & observent que tous les produits dont nous venons de parler, sont précédés d’une assez bonne quantité d’eau limpide.

Le sel ammoniac vulgaire, est un produit de la distillation à la violence du feu, de la suie de cheminée où l’on brûle de la bouse de vache. Voyez Sel ammoniac.

La suie provenue des matieres animales paroît devoir différer de celle que fournissent les matieres végétales. Peut-être que le sel ammoniac fourni par cette derniere suie, differe du sel ammoniac vulgaire ; mais je ne sache point que les chimistes ayent cherché à s’assurer de cette différence, non plus que des autres principes distinctifs de l’une & de l’autre.

Au reste, ce point de vue est bien différent de celui qu’indique Boerhaave, lorsqu’il dit, à la fin de ses réflexions sur l’analyse de la suie végétale, que la suie qu’on ramasseroit dans les cheminées de cuisine seroit fort différente de celle-là, parce qu’elle seroit fournie non-seulement par les fumées des matieres qu’on emploiroit à entretenir le feu, mais encore par celles qui s’exhaleroient des viandes qu’on cuit ; ce qui paroît à peine pouvoir altérer légerement la suie ; car cuire des viandes, ce n’est pas les brûler, ou du-moins on ne brûle que très-accidentellement & très-rarement les viandes qu’on cuit dans les cuisines, & les vapeurs qui se détachent des viandes simplement cuites, ne sont presque qu’aqueuses, ou tout-au-plus chargées de la partie aromatique de quelques assaisonnemens qu’on emploie à quelques-unes de ces cuites, & d’une légere émanation qui constitue l’odeur des viandes, toutes matieres peu propres à être retrouvées dans la suie. On peut observer encore que l’analyse de la suie que Boerhaave donne comme fournissant le complément des connoissances acquises déjà sur les végétaux traités par le secours du feu dans les vaisseaux fermés, & qu’un chimiste françois qui l’a adoptée trouve décrite avec beaucoup d’exactitude & de précision ; que cette analyse, dis-je, ne sauroit fournir la moindre connoissance sur l’objet auquel Boerhaave la destine ; car cet auteur se promettant de découvrir par cette analyse les matieres que le feu ouvert chasse des corps actuellement brûlans en plein air, a très-mal choisi son sujet en prenant la suie ordinaire des cheminées, formée en partie, selon sa propre observation, par des matieres qui se sont élevées en forme de fumée, n’est point-du-tout un produit propre de l’ignition à l’air libre, mais au contraire un produit propre aux substances échauffées dans les vaisseaux fermés. La fumée qui précede l’apparition de la flamme, dans la combustion à l’air libre, est une matiere absolument identique avec les premieres vapeurs salines & huileuses qui s’élevent d’une matiere végétale dans le commencement de la distillation analytique : ainsi la suie ordinaire contient pêle & mêle, des produits pareils à ceux que le feu chasse d’un vaisseau dans un autre, selon les termes de Boerhaave, & des produits propres à la combustion dans l’air libre, & par conséquent n’est point propre à démontrer les principes que le feu enleve d’une matiere végétale qui brûle & se consume à l’air libre.

L’analyse méthodique de la suie est donc encore une chose intentée ; & pour l’exécuter de maniere à mériter véritablement cet éloge d’exactitude & de précision, il faudroit préparer à dessein une suie qui sût fournie par des matieres uniquement végétales, ou uniquement minérales, toujours enflammées, en ne les plaçant sous la cheminée destinée à recevoir cette suie qu’après qu’elles auroient cessé de fumer, & lorsqu’elles flamberoient vertement.

Un principe de la suie, qui est évidemment produit par les matieres combustibles actuellement enflammées, c’est la matiere colorante noire, qui n’est autre chose qu’un charbon très-subtil volatilisé, ou pour mieux dire, entraîné par le mouvement rapide de la flamme.

Le noir de fumée, qui est la suie des matieres résineuses qui brûlent avec flamme, ne differe de cette matiere colorante de la suie vulgaire, qu’en ce que la premiere est un charbon à-peu-près pur, & que dans la derniere ce charbon est mêlé à de l’eau & à des substances huileuses & salines. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suie »

Vosgien, seuche ; Berry, suje ; saintong. sughe ; prov. suia, sucia, suga ; cat. sutja ; d'après Diez, de l'anglo-sax. sôtig ; angl. sooty, plein de suie. Diez en fait venir aussi le gaélique sùidh, irl. suthche, suth ; cela n'est pas complétement sûr ; et le mot celtique peut être original.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du gaulois *sūdia [1] (→ voir moyen irlandais súide, gallois huddugl), attesté sous la forme sugia en latin tardif, d’où l’occitan suga et le catalan sutge. Le latin utilisait le mot fuligo (accusatif fuliginem) d’où sont issus fuliggine en italien, fulin en romanche, hollín en espagnol et funingine en roumain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suie sµi

Citations contenant le mot « suie »

  • La tour Eiffel, cèdre en acier, s'élance soudain et fuit la suie, le trépignement, l’asphalte roussi. De Abraham Chlonsky / Au bois de Boulogne
  • Il fait si noir dans le noir il fait si chien dans la nuit, ça vous colle aux dents, la suie, ça désespère l'espoir. De Norge / Gros Gibier
  • Présentation du rapport d’étude de marché mondial Souffleurs de suie de chaudière de centrale électrique,: il définit les caractéristiques, la taille et la croissance, la segmentation, les ventilations régionales, le paysage concurrentiel, la part de marché, les tendances et les stratégies pour le secteur Souffleurs de suie de chaudière de centrale électrique,. La section taille donne les revenus, couvrant à la fois les données historiques du marché Souffleurs de suie de chaudière de centrale électrique, et les prévisions pour l’avenir. Les moteurs et les contraintes sont étudiés concernant les facteurs externes influençant la croissance du marché. gabonflash, Souffleurs de suie de chaudière de centrale électrique, Le marché 2020-2028 se concentre sur les principaux fabricants, la croissance, le partage, les tendances et les opportunités - gabonflash
  • Global Centrale électrique Chaudière souffleurs de suie Marché 2020 Rapport de recherche est un rapport de recherche compétent et approfondi sur les principales conditions du marché régional du monde, en se concentrant sur les principales régions (Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique). Il couvre le paysage du marché et ses perspectives de croissance dans les années à venir. Le rapport comprend également une discussion sur les principaux fournisseurs opérant sur ce marché mondial avec des approches descendantes et ascendantes et analysés en outre à l’aide d’outils analytiques tels que l’analyse des cinq forces du porteur et découvrir les opportunités, les défis, les contraintes et les tendances du Centrale électrique Chaudière souffleurs de suie mondial Marché. , Marché Centrale électrique Chaudière souffleurs de suie: tendances de l’industrie, taille, aperçu de la croissance, part, analyse concurrentielle, statistiques, prévisions sectorielles régionales et mondiales jusqu’en 2026 – InFamous eSport
  • Les traces de suie semblent désormais faire partie du décor. Pour la troisième fois en moins d’un an, le poste de police municipale d’Halluin a été visé par un incendie volontaire. Alors que les premiers incidents remontent au mois de novembre, les derniers faits en date ont à peine un mois. Et dans la... La Voix du Nord, Pour la troisième fois en moins d’un an, la police municipale d’Halluin visée par un incendie
  • Emue, elle a expliqué à ses fans avoir vidé son appartement. Elle explique qu'elle a été obligée de "jeter une bonne partie de (ses) affaires car la suie est nocive et détériore la plupart des objets". Triste, elle regrette "J’ai du me séparer de beaucoup de souvenirs liés ou pas à Miss France".  Télé 7 Jours, Clémence Botino (Miss France 2020) : obligée de jeter une grande partie de ses affaires
  • « C'est un pyromane ! » Dans la cage d'escalier, Marie en discute encore vivement. Dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 juillet, un incendie s'est déclaré dans les poubelles, situées juste en bas de son immeuble, rue François-Bonvin (XVe). Les flammes se sont propagées à la façade et ont ravagé la loge du concierge. Une première pour la Parisienne, résidant ici depuis plus de 20 ans : « Il y a de la suie jusqu'au sixième étage ». leparisien.fr, Paris : les encombrants et poubelles du XVe arrondissement victimes d’un pyromane - Le Parisien
  • L'alerte a été donnée par un voisin qui a vu de la fumée se dégager. L'épaisse fumée noire et la suie ont rapidement gagné tout l'atelier et les dégâts sont conséquents, entre la suie et l'eau utilisée pour éteindre le feu. Deux voitures de clients se trouvaient au garage. , Chadrac : un incendie nocturne détruit le garage solidaire Auto Liberté - La Commère 43
  • Seuls le portail, le jardin et une partie de l’entrée ont été touchés par les flammes. Mais la maison est miraculeusement intacte, excepté quelques traces de suie et une forte odeur de fumée. Les pavillons voisins, eux, n’ont pas eu autant de chance et ont été en partie détruits par l’incendie.  Franceinfo, VIDEOS. "J’ai essayé de la défendre comme je pouvais" : comment un habitant d'Anglet a tenté de sauver sa maison des flammes
  • Une immense rivière noire consti­tuée de cendres et de suie a été filmée en Arizona. Selon le compte Twit­ter du comté améri­cain de Pima, qui a publié la vidéo le jeudi 16 juillet, ce phéno­mène effrayant a été engen­dré par un feu de forêt au nord de la ville de Tucson. Ulyces, Une étrange rivière noire gluante s'est formée en Arizona

Images d'illustration du mot « suie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suie »

Langue Traduction
Anglais soot
Espagnol hollín
Italien fuliggine
Allemand ruß
Chinois 煤烟
Arabe السخام
Portugais fuligem
Russe сажа
Japonais すす
Basque kedarra
Corse fuliggine
Source : Google Translate API

Synonymes de « suie »

Source : synonymes de suie sur lebonsynonyme.fr
Partager