La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « serpentaire »

Serpentaire

Variantes Singulier Pluriel
Masculin serpentaire serpentaires

Définitions de « serpentaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

SERPENTAIRE1, subst. fém.

BOT. [N. vulg. donné à différentes plantes, p. anal. de forme, d'aspect avec le serpent ou par la propriété qu'on leur attribuait de tuer les serpents ou de guérir de leurs morsures]
A. − ,,Cactier à grandes fleurs rouges et à tiges rampantes`` (Ac. 1835, 1878; dict. xixeet xxes.). En mai, la serpentaire commence à se couvrir de belles fleurs rouges qui s'attachent immédiatement aux tiges sans rameaux (Brard1838).
B. − Petite serpentaire. Ophioglosse (...) Genre de fougères, renfermant une quinzaine d'espèces petites et très répandues, dont une espèce, langue de serpent, petite serpentaire, est l'ophioglossum vulgatum (Littré, s.v. ophioglosse).
C. − Serpentaire commune ou, en appos., gouet serpentaire. Variété d'arum. On nomme aussi serpentaire une variété d'arum ou de pied-de-veau dont les feuilles sont tachées comme la peau de certains serpens (Brard1838).
D. − Serpentaire de Virginie. Aristoloche originaire d'Amérique du Nord à tige courte et flexueuse, à petites fleurs d'un brun rougeâtre et dont la racine a été utilisée pour ses propriétés thérapeutiques; p. méton., racine de cette plante. Recourir aux antiseptiques, tels que les confections cordiales, la racine de serpentaire de Virginie, le camphre (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 55).
Prononc. et Orth.: [sε ʀpɑ ̃tε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. xiiies. « arum » (Livre des simples medecines, éd. P. Dorveaux, p. 187). Empr. au b. lat.serpentaria « sorte d'arum », dér. p. anal. de forme du lat. serpens (v. serpent).

SERPENTAIRE2, subst. masc.

A. − ORNITH. Rapace diurne au plumage gris, noir et blanc dont le mâle porte sur la tête une huppe érectile, se nourrissant essentiellement de reptiles. Synon. messager, secrétaire.Les statues aussi prendraient un drôle de relief si l'on fixait dans leurs orbites creuses des yeux d'oiseaux rassasiés. Imaginez Minerve avec l'œil digestif du hibou (...). Ève, jetant des étincelles, ayant l'œil escarboucle du serpentaire en colère et tenant tête au serpent (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 20).Le Serpentaire, Sagittarius serpentarius (...) forme à lui seul une famille spéciale. Il habite la savane et les régions découvertes au sud du Sahara et est restreint actuellement à l'Afrique. Cet Oiseau (...) est très haut sur pattes, très élancé avec une queue très longue (Zool., t. 4, 1974, p. 503 [Encyclop. de la Pléiade]).
B. −
1. ASTRON. Vaste constellation en majeure partie australe, située entre le Scorpion et le Sagittaire. C'est dans le Serpentaire que se trouve la célèbre étoile de Barnard, l'une des plus proches de nous (Muller1980).
2. ASTROL. Signe du zodiaque, ignoré en tant que tel par la plupart des astrologues. Certains horoscopes (...) ont fait état de ce signe du Zodiaque qui serait le 13eet aurait seulement un décan. (...) Le Serpentaire se situerait entre la Balance et le Scorpion (CurcioAstrol.1980).
Prononc. et Orth.: [sε ʀpɑ ̃tε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1819 (Nouv. dict. d'hist. nat. [Deterville] ds Quem. DDL t. 9). Du lat. des zoologistes serpentarius « oiseau rapace qui se nourrit de reptiles, d'où son nom ».
STAT. Serpentaire1 et 2. Fréq. abs. littér.: 33.
BBG. Quem. DDL t. 9.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

serpentaire féminin

  1. (Botanique) Nom vulgaire de différentes plantes, réputées détruire les serpents ou guérir leurs morsures : Arum dracunculus ou Dracunculus vulgaris, les aristoloches (aristoloche de Virginie, Aristolochia serpentaria, aristoloche du Texas, Aristolochia reticulata), serpentaire rouge ou renouée bistorte, Polygonum bistorta, etc.

Nom commun 1 - français

serpentaire \sɛʁ.pɑ̃.tɛʁ\ masculin

  1. (Ornithologie) Nom vernaculaire de plusieurs oiseaux de proie rapaces diurnes (falconiformes) de la famille des accipitridés (Accipitridae) ou de la famille des sagittaridés (Sagittariidae), ophiophages, c’est-à-dire qui se nourrissent régulièrement ou occasionnellement de serpents.
    • On croyait le serpentaire de Madagascar définitivement perdu jusqu’à ce qu’on identifie son cri territorial dans les années 1990, sa population totale est aujourd’hui estimée à environ 250 individus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SERPENTAIRE. n. f.
Nom vulgaire de différentes plantes, variétés d'aristoloche, de cactier, etc.

Littré (1872-1877)

SERPENTAIRE (sèr-pan-tê-r') s. f.
  • 1Espèce de cactier à tiges rampantes, dit aussi cierge flagelliforme.
  • 2Serpentaire de Virginie, aristolochia serpentaria, L.

    La racine de cette plante.

    On appelle aussi parfois serpentaire de Virginie, le collinsonia praecox, labiées.

  • 3Serpentaire commune, arum dracunculus, L. qui est le gouet serpentaire.

    Serpentaire femelle, la bistorte.

HISTORIQUE

XVIe s. Serpentaire : il y en a de deux sortes, l'une grande, l'autre petite ; ceste herbe a esté ainsi appellée à cause du serpent qu'elle represente en sa figure, le sommet de la plante semblant la teste d'un serpent, et son tige moucheté et tacheté de rouge et de jaune lui en marquant presque la couleur, De Serres, 513.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SERPENTAIRE, s. f. (Hist. nat. Bot.) dracunculus, genre de plante, qui ressemble au pié de veau, par les fleurs & par les fruits, & dont les feuilles sont découpées profondément en plusieurs pieces. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Cette plante est le dracunculus polyphyllus de C. B. P. 195. & de Tourn. I. R. H. 160. dracunculus major, vulgaris, Ray, hist. Sa racine est plongée profondément dans la terre, elle est blanche, vivace, arrondie, de la grosseur d’une pomme, semblable à une bulbe, garnie de plusieurs fibres, capillaires, blanches, couverte d’une écorce jaunâtre, d’une saveur brûlante. Il vient ordinairement à ses côtés plusieurs petites bulbes par lesquelles elle se multiplie ; sa tige est unique, droite, de la grosseur d’un pouce & plus, haute d’une à deux coudées, cylindrique, lisse, panachée de taches de différentes couleurs, comme la peau des serpens, & composée de gaînes.

Ses feuilles sont portées sur des queues fongueuses, & longues de neuf pouces, elles sont partagées en six, sept, ou un plus grand nombre de segmens en maniere de main, étroits, lisses, & luisans ; du milieu des feuilles s’éleve une tige, grosse à peine comme le doigt, dont le sommet est occupé par une gaîne d’un pié de longueur, verte en-dehors, purpurine en-dedans, d’une odeur fort puante : cette gaîne étant ouverte, forme une fleur d’une seule piece, irréguliere, de la figure d’une oreille de lievre ; de son sein sort un pistil noirâtre, long, gros, pointu, accompagné à la base de plusieurs sommets, & de plusieurs embryons, qui se changent en des baies presque sphériques, succulentes, disposées en grappes vertes d’abord, ensuite rouges, brulantes, & piquantes ; ces baies contiennent une ou deux graines arrondies, un peu dures, & en quelque façon ridées. La serpentaire vient dans les pays chauds, & est cultivée dans les jardins des apothicaires. (D. J.)

Serpentaire, (Mat. méd.) les racines & les feuilles de cette plante, ont les mêmes vertus que celles du pié-de-veau ; de sorte qu’on peut substituer ces deux plantes l’une à l’autre. Cependant Simon Pauli avertit que le pié-de-veau est plus doux que la serpentaire ; c’est pourquoi il faut préférer cette derniere plante, lorsqu’on veut déterger un peu plus fortement ; c’est pour cette même raison qu’on l’emploie plus fréquemment à l’extérieur. Géoffroi, mat. med. La racine de serpentaire entre dans l’emplâtre diabotanum.

Serpentaire de Virginie, (Botan. éxot.) racine, autrement nommée viperine de Virginie, serpentaria virginiana, colubrina virginiana, offic. C’est une racine fibreuse, menue, légere, brune en-dehors, jaunâtre en-dedans, d’une odeur agréable, aromatique, approchant de l’odeur de la zédoaire, d’un goût un peu âcre & amer. On nous l’apporte de la Virginie.

Il faut choisir celle qui est récente, aromatique, pure, & non mêlée avec d’autres racines. Quelques-uns confondent cette plante avec la racine du cabaret de Virginie ; mais le coup d’œil les distingue facilement, puisque les racines de ce cabaret sont noires ; il s’appelle asarum virginianum, pistolochiæ foliis subrotundis, cyclaminis more maculatis.

Thomas Johnson, qui a corrigé l’histoire de Gérard, assure que c’est la racine d’une plante appellée aristolochia, seu pistolochia altera, semper virens ; Mais Rai qui avoit dit la même chose, d’après Johnson, dans son premier tome de l’histoire des plantes, paroît en douter dans le second volume : & enfin dans le troisieme, il prouve que cette plante est différente de la pistoloche de Crete de Clusius ; Pluknet assure que l’on nous apporte de Virginie, les racines de trois plantes, sous le nom de serpentaire de Virginie.

La premiere se nomme aristolochia polyrrhison, articulatis foliis, virginiana, Pluk.

Cette racine est un paquet de fibres & de chevelus attachés à une tête, de laquelle s’éleve une tige haute de neuf pouces, garnie de quelques feuilles en forme de cœur, & portée chacune sur une petite queue ; ces feuilles, en naissant, sont pliées par le milieu, ont la figure d’une oreille, & une longue pointe à leur extrémité supérieure ; les fleurs naissent du bas de la tige, sur de longs pédicules ; elles sont longues, creuses, droites, comme celles des aristoloches ; portées sur un embryon, qui devient un petit fruit à cinq angles, lequel renferme de petites graines semblables aux pepins de raisins.

La seconde serpentaire se nomme aristolochia violæ fructicosæ, foliis virginianæ, cujus radix serpentoria dicitur. C’est une racine composée de fibres très-menues, & blanche, de laquelle s’éleve une tige, le plus souvent seule, grêle, garnie de peu de feuilles, placées sans ordre, larges d’environ un pouce, fermes, taillées en forme de cœur à leur base, & terminées par le haut en une pointe aiguë ; chaque feuille est soutenue sur une queue d’un pouce de longueur ; les fleurs naissent vers le bas de la tige ; les graines sont petites, & semblables à celles que contient la figue.

La troisieme serpentaire est appellée aristolochia pistolochia, caule nodoso, seu serpentaria, virginiana, D. Banister, c’est la véritable espece de serpentaire.

Cette racine n’est qu’un composé de petites fibres, de couleur jaune, d’une odeur, & d’un goût aromatique ; elle pousse une ou deux tiges, lisses, ou du moins très-peu velues, cylindriques, souvent droites ; elles ne sont ni quadrangulaires, ni couchées vers la terre, ni grimpantes comme les sarmens ; les feuilles naissent sur la tige alternativement, & sont placées sur chaque nœud ; elles sont minces, longues, pointues, taillées en maniere de cœur vers la queue, un peu velues en-dessus, rudes en-dessous, saillantes aux côtés, un peu gluantes, & s’attachent aux doigts ; les fleurs sortent près de la terre, elles sont seules, ou au nombre de deux ; leur talon qui est large, arrondis en forme de bonnet, soutient un pavillon ouvert dans le centre, lequel est de couleur pourpre foncé ; le reste de la fleur est d’un jaune sale ; le fruit est à six angles, en forme de poire, & a environ un pouce de diametre lorsqu’il est parvenu à sa maturité. Cette plante n’est pas toujours verte, car lorsque les semences sont mûres, les feuilles & les tiges se fannent & se desséchent. (D. J.)

Serpentaire de Virginie, (Mat. méd.) viperine de Virginie, ou pistoloche de Virginie ; la racine de serpentaire de Virginie nous est apportée seche de l’Amérique, & principalement de la Virginie ; elle a une saveur âcre, amere & camphrée, & une odeur aromatique camphrée.

M. Cartheuser assure qu’on n’en retire point d’huile essentielle, excepté qu’on n’en distille une très grande quantité d’une seule fois ; cet auteur a retiré d’une once de ces racines, environ deux gros d’extrait, par le menstrue aqueux, & environ un gros de matiere résineuse, par l’application de l’esprit devin ; ce dernier principe lui a paru plus actif que le premier, l’un & l’autre retiennent assez la saveur propre de la plante, & le dernier retient de plus une partie de son parfum.

Cette racine est singulierement estimée par les habitans de la Virginie, parce qu’ils la regardent comme un remede souverain contre la morsure du serpent très-venimeux. appellé boccininga ; elle passe aussi pour guérir de la morsure des chiens enragés, pour prévenir & même guérir l’hydrophobie.

Elle est comptée en Europe, parmi les remedes diaphorétiques, diurétiques, carminatifs, fortifians, & vermifuges ; & parmi les alexipharmaques, & les hystériques les plus puissans ; & même M. Cartheuser avertit de l’employer avec beaucoup de circonspection : dans les cas où il seroit dangereux de trop échauffer, exciter, irriter, on doit la donner en infusion dans du vin, depuis un scrupule jusqu’à un gros ; & on peut la faire entrer en substance dans les poudres composées, & dans les électuaires magistraux ; la dose de la teinture est depuis dix jusqu’à quarante gouttes ; tous ces remedes sont recommandés dans la peste, les fievres malignes, la petite vérole, & autres maladies éruptives, la fausse esquinancie, l’apoplexie séreuse, la paralysie, les fievres quartes intermitentes rebelles, la passion hystérique, la suppression des regles, la morsure des animaux vénéneux, &c.

La racine de serpentaire de Virginie entre dans l’eau thériacale, l’eau générale, & l’orvietanum prœstantius de la pharmacopée de Paris ; l’extrait de cette racine entre dans la thériaque céleste. (b)

Serpentaire, s. m. est le nom qu’on donne dans l’astronomie à une constellation de l’hémisphere boréal, appellée aussi ophiucus, & anciennement Esculapius. Voyez Constellation.

Les étoiles de cette constellation sont au nombre de 29, dans le catalogue de Ptolomée ; de 25, dans celui de Ticho, & de 69 dans le catalogue de Flamstead. Chambers. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « serpentaire »

Lat. serpentaria, de serpens, serpent

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Emprunté au latin serpentarius (« qui mange les serpents »).
(Nom commun 2) Emprunté au bas latin serpentaria (« sorte d'arum »), dérivé de serpens (« serpent »), par analogie de forme ou d’aspect ou par les vertus qu’on attribuait à ces plantes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « serpentaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
serpentaire sɛrpɑ̃tɛr

Citations contenant le mot « serpentaire »

  • Le serpentaire n’est pas un signe mais représente l’Ourobouros : le cerclage de la roue astrologique. Signé Mélusine la sepentaire.... AgoraVox, L'« Astrologie » déconnectée du ciel réel, et autres singularités telles que le Serpentaire - treizième signe - AgoraVox le média citoyen
  • Shina du serpentaire projette ses crocs empoisonnés lorsqu'elle attaque et a 60% de chances d'infliger l'effet Poison (se cumule jusqu'à 5 fois, baisse les dégâts de la cible de 6%/10%/14%/17%/20% pendant 2 manches d'action. l'effet recommence si la cible est de nouveau empoisonnée lors de cette durée) Millenium, Saint Seiya Awakening : guide Shina du Serpentaire, cosmos, compétences et 7e sens - Millenium

Traductions du mot « serpentaire »

Langue Traduction
Anglais serpentaire
Espagnol serpentaire
Italien serpentaire
Allemand schlange
Chinois 蛇形
Arabe الثعبان
Portugais serpentário
Russe serpentaire
Japonais セルペンタワール
Basque serpentaire
Corse serpentaire
Source : Google Translate API

Synonymes de « serpentaire »

Source : synonymes de serpentaire sur lebonsynonyme.fr

Serpentaire

Retour au sommaire ➦

Partager