Serin : définition de serin, serine


Serin, serine : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SERIN, -INE, subst. et adj.

A. − Subst. Oiseau au plumage jaune vif (plus rarement vert), au bec court et épais, couramment élevé en cage pour son chant. Synon. canari, jaunet.Serin des Canaries; chant du serin; cage à serins. Un amateur d'oiseaux avoit (...) Parmi les œufs d'une serine Glissé l'œuf d'un chardonneret. La mere des serins (...) Ne s'en apperçut point (Florian, Fables, 1792, p. 42).Dans une cage (...) sifflent les serins de la petite Constant, qui lui ressemblent par la gentillesse, le ramage et l'esprit (France, Vie fleur, 1922, p. 392).
Jaune serin, jaune-serin (vieilli), jaune queue de serin (plus rare). Jaune clair et vif. Jupons (...) d'un jaune queue de serin très-vif (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 65).Une barbe blond fauve, avec des coulées jaune serin renouvelait son visage (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 182).V. fluorine ex. de Goncourt.En appos. ou adj. (plus rare). Des gants serins (Banville, Odes funamb., 1859, p. 163).Un petit-maître en culotte serin (France, Dieux ont soif, 1912, p. 28).
B. − Subst. ou adj. (plus rare), fam., péj. (Celui, celle qui est) niais(e), nigaud(e). Il/elle est un peu serin(e). Elle a un mari trop serin pour ne pas le faire cocu (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 678).[Les] serins que compte le Mercure. J'entends par serins ceux qui joignent au manque de talent une prétention assez marquée (Léautaud, Journal littér., 2, 1908, p. 171).V. fort1ex. 7.
Ce serin de + n. désignant une pers.Ils sont tous comme ça, ces serins d'hommes. En public, roides comme des crins; dans le tête-à-tête, souples comme des gants (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 14).Quand ce serin de Loti se vantait de ne rien lire, j'avais envie de lui dire: « Ça se voit » (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 243).
En apostrophe. [De l'injure à l'appellation affectueuse] Grand, petit, vieux serin! Aimé a embrassé sa sœur, lui a donné une tape sur la joue en lui disant: « Tu vois bien, petite serine, qu'on s'en tire tout de même? » (Colette, Cl. école, 1900, p. 241).
[P. méton.]. Empl. adj. Caractéristique d'une personne niaise, nigaude. Liquéfié à cinquante-trois ans, il écrit à Guitry des lettres de petit enfant (...). C'est larmoyant, vaniteux et serin (Renard, Journal, 1902, p. 744).Il a l'air serin! (...) il porte ses vêtements (...) avec une gaucherie indélébile et sympathique, en beau paysan endimanché (Colette, Vagab., 1910, p. 144).
Prononc. et Orth.: [sə ʀ ε ̃], fém. [-in]. Homon. serein. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1478 ornith. (d'apr. Bl.-W.1-5); ca 1480 (Guillaume Coquillart, Monologue du puys, 10 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 300); 1680 serine « femelle du serin » (Rich.); 2. a) 1790 subst. « couleur jaune vif » (Les Actes des Apôtres, numéro 142, 8-9 ds Quem. DDL à paraître); b) 1800 adj. (Pet. Affiches de Paris, numéro 156, 6 prairial an, 8, 2617, ibid.); 3. a) 1811 subst. « sot, niais » (Jouy, Hermite, t. 1, p. 311); b) 1821 adj. « id. » (Desgranges, Petit dict. du peuple ds Fr. mod. t. 13, p. 295). Suivant FEW t. 11, p. 655, prob. empr. à un parler mérid. où le mot aurait désigné d'abord le serin de Provence, puis le serin des Canaries (cf. a. prov. cerena « oiseau de chasse » ca 1200 ds Levy Prov.; serena « guêpier (oiseau) » xves., Floretus d'apr. FEW t. 11, p. 654), lui-même empr. au lat. de basse époque sirena (v. Blaise Lat. chrét.), lat. class. siren, seren littéral. « sirène (v. ce mot) (personnage mythologique à corps d'oiseau et tête de femme) », du gr. Σ ε ι ρ η ́ ν qui avait, à côté du sens myth., le sens de « guêpe » (att. également en lat. chez Pline) et « petit oiseau chanteur » (ves., v. Liddell-Scott), cf. aussi le prov. sereno « guêpier (oiseau), pic-vert » v. Mistral. Fréq. abs. littér.: 239. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 313, b) 349; xxes.: a) 551, b) 229. Bbg. Callebaut (Br.). Index hist. et explicatif des noms des oiseaux en fr. Trav. Ling. Gand. 1980, n o7, p. 169. − Quem. DDL t. 20, 22. − Wartburg (W. von). Glanures étymol. R. Ling. rom. 1960, t. 24, p. 290.

Serin, serine : définition du Wiktionnaire

Nom commun

serin \sə.ʁɛ̃\ masculin (pour la femelle on dit : serine)

  1. (Ornithologie) Une des espèces de petits oiseaux passereaux à bec conique, au plumage ordinairement jaune, auquel on apprend à siffler, à chanter des airs.
    • Cependant, le caractère vraiment ornemental et architectural des armoiries, qui ne tolérait pas une représentation des objets sous leur forme parfaitement naturelle, se conserva […] jusqu’au milieu du 16e [siècle]. Depuis, les bonnes traditions allèrent s’affaiblissant, jusqu’au 19e qui a été témoin de la décadence complète de cet art vénérable, dont il semble qu’on eût oublié même les principes les plus élémentaires. Les armoiries qui offrirent le spectacle écœurant de lions pleins de mansuétude dont l’attitude chancelante fit supposer qu’ils étaient pris de vin, de sauvages minés par la phtisie ou bien se pavanant en petits-maîtres sauf le costume, d’aigles à l’air de serins de canarie, de casques en forme de melon ou de bonnet de nuit, inondèrent le monde. — (Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, tome 1 (A–K), G. B. van Goor Zonen, Gouda, 1884)
    • Une cage à serins était pendue au plafond ; les oiseaux avaient été emportés, mais la mangeoire était pleine de chenevis. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Un amateur d’oiseaux avait en grand secret
      Parmi les œufs d’une serine
      glissé l’œuf d’un chardonneret.
      — (Florian, Fables, livre premier, Les Serins et le Chardonneret ; Ernest Flammarion éditeur, Paris, s. d., page 50)
  2. (Figuré) (Familier) Quelqu’un qui est niais.
    • Oui, c’est ce grand serin de Deloche qui nous a fait la confidence, […] — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Aimé a embrassé sa sœur, lui a donné une tape sur la joue en lui disant : « Tu vois bien, petite serine, qu’on s’en tire tout de même ? » — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, page 192)
    • Claudie, comme Edmée […] avait cédé au premier venu. L’Abalstitiel s’était seulement arrangé pour qu’en France ce premier venu fût polytechnicien et en Amérique millionnaire. Simplement parce qu’il n’avait jamais pensé que Claudie épouserait un serin ni Edmée une panne. — (Jean Giraudoux, Choix des élues, chap. 1, Grasset, 1939, 1967)

Adjectif

serin \sə.ʁɛ̃\

  1. (Figuré) (Familier) Niais.
    • Il est un peu serin.

Nom commun

Féminisation de serin.

Nom commun

serine \sə.ʁin\ féminin

  1. Femelle du serin (oiseau).

Forme de verbe

serine \sə.ʁin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de seriner.

Nom commun

Féminisation de serin.

Nom commun

serine \sə.ʁin\ féminin

  1. Femelle du serin (oiseau).

Forme de verbe

serine \sə.ʁin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de seriner.

Nom commun

Féminisation de serin.

Nom commun

serine \sə.ʁin\ féminin

  1. Femelle du serin (oiseau).

Forme de verbe

serine \sə.ʁin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de seriner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de seriner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de seriner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Serin, serine : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SERIN, INE. n.
Passereau à plumage ordinairement jaune, à bec conique, auquel on apprend à siffler, à chanter des airs. Serin des Canaries. Il désigne figurément, dans le langage familier, Quelqu'un qui est niais. C'est un serin. Adjectivement, Il est un peu serin.

Serin, serine : définition du Littré (1872-1877)

SERIN (se-rin, ri-n') s. m.
  • 1Serin vert de Provence, un des noms vulgaires de la fringilla serina, L. (granivores). Le serin vert babite la France méridionale, l'Espagne et l'Italie ; son chant est agréable et fort.
  • 2Par extension du nom d'une espèce à une autre, petit oiseau jaunâtre, originaire des îles Canaries, dont le chant est fort agréable, et auquel on apprend à siffler et à chanter (fringilla canaria, L.). La serine ne chante pas. Serins de Canarie et autres lieux, tant mâles que femelles, le cent 50 livres, Déclar. du roi, nov. 1640, tarif. Si le rossignol est le chantre des bois, le serin est le musicien de la chambre, Buffon, Ois. t. VII, p. 1. Le serin peut parler et siffler ; le rossignol méprise la parole autant que le sifflet, et revient sans cesse à son brillant ramage, Buffon, ib. t. VII, p. 3. Ce tableau m'a rappelé celui de Greuze qui représente une petite fille pleurant la mort de son serin, Genlis, Ad. et Th. t. III, p. 411, dans POUGENS.

    Serin vert ou mulet, produit du serin et du linot ou du chardonneret.

  • 3Serin d'Abyssinie, nom donné par Vieillot à la loxia melanogastra (Sénégal, Abyssinie) de Latham, fringilla abyssinica, L.
  • 4 Populairement. Personne qui se laisse leurrer ou mener facilement, ainsi dite parce que le serin se laisse seriner. C'est un serin. Ils sont tous comme cela ces serins d'hommes : en public, roides comme des crins, dans le tête-à-tête, souples comme des gants, Reybaud, Jérôme Paturot, I, 2.

HISTORIQUE

XVIe s. Ou pas à pas le long des buissonnetz Allois cherchant les nids des chardonnetz, Ou des sereins, des pinsons ou lynotes, Marot, I, 217.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « serin »

Étymologie de serin - Littré

Le serein, que Marot allait chercher dans les haies, est le serin vert de Provence, non celui des Canaries, qui, chez nous, ne vit qu'en cage. Ce même serin est dit serena, dans un texte du XIVe siècle : serena, avis viridis coloris, apes edens, DU CANGE., Enfin, serena en provençal, et serene en vieux français est le nom de la sirène, appliqué à un oiseau indigène d'un chant agréable, et étendu à l'oiseau nouveau venu des Canaries.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de serin - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin Siren, emprunté au grec ancien Σειρήν, Seirến (« sirène, animal ailé ») car le chant de ces oiseaux a été comparé à celui des sirènes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « serin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
serin sœrɛ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « serin »

  • La règle pour faire les liaisons, c'est de ne pas avoir l'air d'un serin. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Quoi que vous en disiez, le serin n’est qu’un volatile sans importance. De Alexandre Pothey / Philo

Images d'illustration du mot « serin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « serin »

Langue Traduction
Corse canarie
Basque kanariar
Japonais カナリア
Russe канарейка
Portugais canário
Arabe كناري
Chinois 金丝雀
Allemand kanarienvogel
Italien canarino
Espagnol canario
Anglais canary
Source : Google Translate API

Synonymes de « serin »

Source : synonymes de serin sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires