La langue française

Retentir

Sommaire

  • Définitions du mot retentir
  • Étymologie de « retentir »
  • Phonétique de « retentir »
  • Citations contenant le mot « retentir »
  • Images d'illustration du mot « retentir »
  • Traductions du mot « retentir »
  • Synonymes de « retentir »

Définitions du mot retentir

Trésor de la Langue Française informatisé

RETENTIR, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne la cause, l'origine du bruit] Produire un son qui résonne fortement. Le canon, les cloches, le cor retentissent; la sonnette retentit. La canne du suisse retentissait seule au milieu du silence, et le bedeau désappointé tendait dans le désert une bourse au fond de laquelle gisait un gros sou (Mussetds Le Temps, 1831, p. 84).Son pas lourd retentissait dans l'escalier. Elle alla jusqu'à ma porte, j'entendis son essoufflement (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 182).
Au fig. Produire des effets, des sensations aux prolongements, aux répercussions remarquables. La palette de Rubens y retentit déjà [dans l'Assomption] dans les quelques notes dominantes, le rouge, le jaune, le noir et le gris, avec éclat, mais avec crudité (Fromentin, Maîtres autrefois, 1876, p. 40).Un jasmin fit soudain retentir son parfum à deux temps (Morand, Lewis, 1924, p. 83).
2. [Le suj. désigne un bruit, un son] Se faire entendre avec éclat. Les appels, les bruits, les chants, les cris, les coups (de feu, de fusil, de marteau, de sifflet), les détonations, les éclats (de colère, de rire), les voix retentissent. On dort peu et mal, dans le fracas des camions allemands, des motocyclettes. Et pire encore, quand, dans la nuit un instant silencieuse, retentit le bruit des bottes... Ce bruit de bottes, qu'écoutent, d'un bout à l'autre de l'Europe, tant d'insomnieux apeurés! (Martin du G., Souv. autobiogr., 1943, p. cxxi).
Au fig. Avoir une forte audience. M. Prunelle (...) maire de Lyon, vers 1833 (...) dit de moi: C'était un fier fat. Ce jugement retentit parmi mes connaissances. Peut-être au reste avait-il raison (Stendhal, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 30).Aussi (...) retentit soudain dans les Allemagnes et par toute la France le bruit que la Pucelle était vivante (A. France, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 415).
B. − Retentir de + subst. spécifiant la nature du bruit.Être rempli d'un bruit puissant. Du sein de ce choc tumultueux s'élève un épais tourbillon de poussière qui couvre les combattans, obscurcit les airs et monte jusqu'au ciel, et les paisibles collines retentissent du bruit des armes, des éclats de la victoire et des gémissemens de la mort (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 321):
On y avait, en divers points, déployé le drapeau tricolore, chanté La Marseillaise, défilé au cri de: « Vive De Gaulle! » À la Santé, ce jour-là, les détenus politiques, se donnant le mot de cellule en cellule et bravant la pire répression, avaient pavoisé toutes les fenêtres, chassé les gardiens, fait retentir le quartier de leurs hymnes patriotiques. De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 291.
Au fig. Vibrer, résonner, se faire l'écho de. Une douleur légère, bizarre, dont tout son corps retentit comme une harpe, l'éveille sans rémission (Colette, Ingénue libert., 1909, p. 315).En bien ou en mal, ils avaient fait des choses extraordinaires, dont l'Europe retentissait encore (Larbaud, Enfantines, 1918, p. 146).
C. − Retentir en qqn.Produire une forte impression, une vive émotion. Toute grande œuvre exige qu'on se penche sur elle, en une attente recueillie, qu'on laisse monter et retentir en soi l'écho étouffé qu'elle nous transmet d'un être (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 325).
D. − Retentir sur.Avoir des répercussions dans, sur. Synon. se répercuter sur.Chez elle, la castration retentissait sur le cerveau, dans le ravage destructeur du désir qu'elle ne contentait plus (Zola, Fécondité, 1899, p. 693).Toute action causale, une fois engagée, retentit sur toute autre (Hamelin, Élém. princ. représ., 1907, p. 326).
Prononc. et Orth.: [ʀ ətɑ ̃ti:ʀ], (il) retentit [-ti]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1155 « renvoyer un son, résonner d'un son éclatant » (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 892); 1546 part. prés. adj. « qui résonne en renvoyant les sons » (R. Estienne, Dict. Latinogallicum, 1109b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 153); 2. ca 1210 « produire un son éclatant » (Dolopathos, 291 ds T.-L.); 1654 part. prés. adj. « qui fait un bruit éclatant » (Scudery, Alaric ou Rome vaincue, p. 356). B. 1. 1654 « se faire l'écho (de), répéter, répandre » (G. De Balzac, Dissertations chrestiennes et morales ds Œuvres, t. 2, 1665, p. 351); 2. 1775 « parvenir (comme un son qui résonne), aboutir à » (Abbé Gérard, Le Comte de Valmont, lettre 39, p. 490); 3. 1779 retentir sur (Loaisel de Tregoate, Lucile et Milcourt, p. 69); 4. 1824 part. prés. adj. « qui a des répercussions, qui exerce une influence » (Joubert, Pensées, t. 2, p. 112). Dér. de l'a. fr. tentir (ca 1165 trans. « faire entendre » Troie, 3987 ds T.-L.); ca 1180 intrans. « faire entendre un son » (Jordan Fantome, Guerre Henri II, 649, ibid.), issu d'un type *tinnītire (à côté de tĭnnĭtare, v. tinter) formé sur le part. passé tinnitus du lat. tĭnnīre « tinter, faire entendre un son » (FEW t. 13, p. 345b). Fréq. abs. littér.: 2 237. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 903, b) 2 635; xxes.: a) 2 473, b) 2 428.

Wiktionnaire

Verbe

retentir \ʁə.tɑ̃.tiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre ou renvoyer un son éclatant.
    • Cette voûte retentit du bruit des trompettes.
  2. Faire ou produire un bruit éclatant.
    • Le jour commençait à paraître; la générale retentissait, battue dans toutes les sections de Paris; ce mouvement et ce bruit se répercutaient jusque dans la tour, et glaçaient le sang dans les veines de l'abbé de Firmont et de Cléry. — (Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, 6e partie, chap. 23, 1853)
    • Mais, vers quatre heures et demie, la tempête se caractérisa. Des sifflements aigus retentirent dans les hautes couches de l'air. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Et, pour égayer le voyage, les chansons bientôt fusèrent d'elles-mêmes. Les notes joyeuses retentissaient au loin sur la terre nue […] — (Out-el-Kouloub, « Zariffa », dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Dans dix ans, parmi les vestiges de Beaumat, les souffles du vent, les croassements des corbeaux et la chute des pierres retentiront seuls ; nulle oreille humaine ne les entendra et la cloche du village elle-même se taira, fatiguée de tinter seulement pour les morts. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Mais ce n’est pas seulement cela, cette fanfare qui retentit dans les pierres de la ville… Quand j’étais petit, à là campagne où j’ai été élevé, j’entendais cette sonnerie, au loin, sur les chemins des bois et du château. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • (Figuré) - Ses louanges retentissent dans tout l’univers.
  3. (Par extension) (Figuré) Produire dans l’âme une forte impression.
    • Ses paroles ont retenti en moi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RETENTIR. v. intr.
Rendre, renvoyer un son éclatant. Cette voûte retentit du bruit des trompettes. Les échos retentissaient, l'air retentissait de cris d'allégresse. Fig., Toute l'Europe, toute la terre retentit de ses louanges. Tout retentit du bruit de ses exploits, de ses grandes actions. Il signifie aussi Faire ou produire un bruit éclatant. Ce coup de tonnerre a retenti dans toutes les vallées des environs. Faire retentir sa voix. Fig., Ses louanges retentissent dans tout l'univers. Il signifie, par extension et figurément, Produire dans l'âme une forte impression. Ses paroles ont retenti en moi.

Littré (1872-1877)

RETENTIR (re-tan-tir) v. n.
  • 1Rendre, renvoyer un son éclatant. Saint Jean-Baptiste… appela tous les pécheurs à la pénitence, et fit retentir de ses cris tout le désert, Bossuet, Hist. II, 6. Alors les cris redoublèrent, et durant deux heures la place publique retentissait de ces mots : La grande Diane des Éphésiens ! Bossuet, ib. II, 12. Le Jourdain se troubla, et tous ses rivages retentirent du son de ces lugubres paroles Comment est mort cet homme puissant qui sauvait le peuple d'Israël ? Fléchier, Turenne. De nos cris douloureux la plaine retentit, Racine, Phèd. V, 6. Salomon multiplie les concerts, et son palais retentit de toutes parts de chants de volupté et de réjouissance, Massillon, Carême, Enfant prod. L'occasion d'entendre quelques-uns des prédicateurs qui font retentir les églises de Rome pendant le carême, Staël, Corinne, X, 2.

    Fig. Le P. Bourgoing était sur ses bancs [de l'école de théologie], faisant retentir toute la Sorbonne du bruit de son esprit et de sa science, Bossuet, Bourgoing. Les provinces qu'elle a autrefois édifiées par sa piété et par les aumônes qu'elle y a répandues, retentissent du bruit de ses louanges, Fléchier, Duch. de Mont. La terre a retenti assez de la simonie qui valut à ce Borgia la tiare, Voltaire, Pol. et lég. Droits des hommes, acquisitions.

    On dit de même : Tout retentit du bruit de ses exploits. Et déjà dans le port Tout retentit de nos prouesses, Molière, Amph. I, 1.

  • 2Faire ou produire un bruit éclatant. Ce coup de tonnerre a retenti avec une grande force dans la montagne. Ils firent retentir les trompettes avec un grand bruit, Sacy, Bible, Machab. I, III, 54. Ô nuit désastreuse, nuit effroyable où retentit tout à coup, comme un éclat de tonnerre, cette étonnante nouvelle : Madame se meurt, Madame est morte ! Bossuet, Duch. d'Orl. Appelez tout le peuple au secours de son roi, Et faites retentir jusques à son oreille De Joas conservé l'étonnante merveille, Racine, Ath. V, 3.

    Fig. Ses louanges retentissent partout. Les prophètes faisaient retentir de tous côtés… les menaces de Dieu, Bossuet, Hist. II, 4. Toutes ces trompeuses invitations à jouir du beau temps de la jeunesse, qui retentissent partout dans les poésies [de Quinault], Bossuet, Comédie, 3. Je voudrais que le récit de toutes les injustices retentît sans cesse à toutes les oreilles, Voltaire, Pol. et lég. la Méprise d'Arras. Quoi ! du siècle passé le fameux satirique Aura fait retentir la trompette héroïque ! Voltaire, Fontenoi. C'est à Bernoulli qu'on doit Euler, dont le nom retentit aujourd'hui dans toute l'Europe et à juste titre, D'Alembert, Éloges, Bernoulli. Des noms célèbres pendant leur vie, mais qui retentissent plus faiblement de génération en génération, Staël, Corinne, XVIII, 3.

  • 3 Fig. Retentir dans l'âme, dans le cœur, se dit de paroles, de cris qui font une forte impression sur l'âme. Chacune de ses paroles retentissait jusqu'au fond de mon cœur, et me causait des tressaillements, Genlis, Vœux témér. t. II, p. 125, dans POUGENS. Et le cri de la mort retentit dans mon âme, Delille, Parad. perdu, X.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XIIe s. Desoz les piez est li mons retentis, Ronc. p. 72.

XIIIe s. De la noise que il menoient, Trestoz li airs retentissoit, Et toz li cielz en fremissoit, Ren. 11875. Ferai ci-près tel cornerie, Que tot entor moi, sanz mentir, Ferai bois et plain retentir, ib. 15981.

XVe s. Elle estoit tant blanche de chair, qu'il estoit advis que celle blancheur retentist par sa beauté à l'encontre de ses vestements, qu'estoient d'un vermeil samit, Perceforest, t. V, f° 9.

XVIe s. Il [un chien] se prit à japper à pleine gorge, et feit retentir tout ce quartier là du bruit de son abboy, Amyot, Aratus, 9. Au retentir d'un valon, le son d'une trompette semble…, Montaigne, II, 362.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RETENTIR, v. n. RETENTISSEMENT, s. m. (Gram.) continuité d’un son & de ses harmoniques dans un lieu concave ; les cavernes retentissent ; les forêts retentissent ; les appartemens retentissent ; un instrument touché en fait retentir un autre. Il s’exerce dans l’air des ondulations telles que nous les voyons se faire dans l’eau par la chûte d’un corps ; elles se prolongent en tous sens sans s’interrompre ; & sans cette propriété, peut-être pour s’entendre faudroit-il attendre que l’atmosphere fût stagnant & tranquille ; mais grace à la continuité ininterrompue des ondulations en tous sens, tous les sons arrivent à nos oreilles, non arrêtés, non confondus. On peut mettre la masse de l’air d’un appartement en ondulations en chantant tout bas un air ; cet air chanté ne sera aucunement entendu de ceux qui sont dans l’appartement ; cependant ils en seront assez sensiblement affectés pour être déterminés à chanter le même air, s’ils le savent, & s’il leur prend envie de chanter ; on prétend que c’est un fait constaté par quelques expériences qui mériteroient bien d’être réitérées.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « retentir »

(Date à préciser) Construit avec le préfixe re- et l’ancien français tentir (« faire entendre un son ») doublet lexical de tinter et formé sur le participe passé tinnitus du latin tinnio (« tinter, faire entendre un son »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Re…, et l'ancien verbe tentir, qui vient, indirectement et par tinnitus, du lat. tinnire ; prov. retentir, retendir ; esp. retiñir ; portug. retinnir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « retentir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
retentir rœtɑ̃tir

Citations contenant le mot « retentir »

  • Le nom d’un écrivain, le titre d’un livre, peuvent parfois, et pour certains, retentir comme celui d’une patrie. De Leonardo Sciascia / Portes ouvertes
  • Puisse l'histoire des camps d'extermination retentir pour tous comme un sinistre signal d'alarme. De Primo Levi / Si c'est un homme
  • Le son de la sirène d’alerte va de nouveau retentir dans Grandvilliers et à un kilomètre à la ronde à partir de ce jeudi 9 juillet 2020. , La sirène va de nouveau retentir à Grandvilliers | Le Réveil de Neufchâtel
  • Cette sirène a pour but d’alerter face aux risques majeurs d’ordre naturel, industriel, technologique ou militaire. Les six cornets de l’équipement vont alors retentir en effectuant un signal d’alerte complet. Le processus sonore se compose d’un ton montant et ascendant, composé de trois séquences de 1 minute et 41 secondes séparées par un intervalle de 5 secondes. Tonic Radio, Hit et Pop Music Lyon, Villefranche : la nouvelle sirène est testée ce mercredi - Tonic Radio, Hit et Pop Music Lyon
  • Pourtant Jésus ne veut pas que la foule soit renvoyée. Il le dit clairement : « ils n’ont pas besoin de s’en aller ». Jésus refuse la logique, propre à notre monde moderne, qui consisterait à séparer les sphères de l’existence. Il n’est pas question que sa parole, une parole faite chair, retentisse malgré les contingences matérielles auxquelles les hommes sont confrontés. La parole doit retentir au cœur de celles-ci. Jésus n’est pas venu pour nous faire oublier notre condition humaine ; il est venu pour nous faire aimer notre condition humaine. cath.ch, Consommer ou être consommé – Portail catholique suisse

Images d'illustration du mot « retentir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « retentir »

Langue Traduction
Anglais sound
Espagnol sonido
Italien suono
Allemand klang
Chinois 声音
Arabe صوت
Portugais som
Russe звук
Japonais
Basque soinua
Corse sonore
Source : Google Translate API

Synonymes de « retentir »

Source : synonymes de retentir sur lebonsynonyme.fr
Partager