La langue française

Renommé, renommée

Sommaire

  • Définitions du mot renommé, renommée
  • Phonétique de « renommé »
  • Citations contenant le mot « renommé »
  • Images d'illustration du mot « renommé »
  • Traductions du mot « renommé »
  • Synonymes de « renommé »
  • Antonymes de « renommé »

Définitions du mot renommé, renommée

Trésor de la Langue Française informatisé

RENOMMÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de renommer*.
II. − Adj. Qui jouit d'une réputation élogieuse. Ils ne faisaient guère venir du dehors que les terrines des maisons renommées, les rillettes, les bocaux de conserve, les sardines, les fromages, les escargots (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 683).L'on ne peut le nier, les climats les plus renommés de notre province sont issus de l'art viticole des cénobites (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 108).
Renommé pour.Locke, se trouvant dans la compagnie de seigneurs anglais renommés pour leur esprit, distingués autant par leurs manières que par leur consistance politique, s'amusa méchamment à sténographier leur conversation par un procédé particulier (Balzac, Langeais, 1834, p. 319).Il possédait des chiens bleus de Gascogne, renommés pour leur gorge sonore, qui réjouissaient son oreille de leur musique ardente (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 111).
Prononc.: [ʀ ənɔme]. Fréq. abs. littér.: 226. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 657, b) 214; xxes.: a) 204, b) 157.

Wiktionnaire

Adjectif

renommé masculin

  1. Qui est réputé, célèbre.
    • Un capitaine renommé.
    • Il est fort renommé parmi les savants.
    • Renommé par sa sainteté.
    • Il était des plus renommés de ce siècle.
    • C’est une région renommée pour ses bons vins.

Forme de verbe

renommé \ʁə.nɔ.me\ masculin

  1. Participe passé du verbe renommer.

Nom commun

renommé \Prononciation ?\

  1. Renommée.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.

Nom commun

renommée féminin

  1. Renom, réputation.
    • L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en usent avec leurs propres champs lexicaux. — (Carole Faucher, Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle, 2008)
    • Le nom illustre que je porte, et auquel j’ai su donner le plus grand éclat, devient un titre de honte et de reproche ; je perds ma renommée, mon honneur et même la perspective d’une grandeur que les empereurs ont peine à atteindre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils pensent en effet que le luxe vestimentaire est proportionnel à l'importance et à la renommée d'un individu. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Le personnage qui jouit de cette renommée.
    • S’il est glorieux d’épouser une grande renommée, on s’aperçoit bientôt qu’un homme supérieur est, en tant qu’homme, semblable aux autres. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Voix publique qui annonce quelque action, quelque évènement remarquable, qui répand l’éloge ou le blâme sur quelque personnage.
    • J’ai appris cette action, ce grand évènement par la renommée.
    • Je n’en fus instruit que par la renommée.
  4. (Mythologie) Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d’une déesse embouchant la trompette.
    • Grasset n'est pas de ceux qui ont fait retentir avec toute la puissance et tout l'éclat de leur aimable médiocrité le pavillon des cuivres engorgés de la Renommée ; la Déesse aux cent bouches polluées par toutes les irrumations littéraires et artistiques n'est s'est pas plus souciée de sa gloire, que lui ne s'est préoccupé des complaisantes fanfares et sonneries de cette vieille buccinatrice. — (Octave Uzanne, « Les Artistes originaux : Eugène Grasset, illustrateur, architecte et décorateur », dans la revue L'Art et l'Idée, Paris : chez A. Quantin, 1892)

Forme de verbe

renommée \ʁə.nɔ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de renommer.

Forme d’adjectif

renommée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de renommé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RENOMMER. v. tr.
Nommer, élire de nouveau. Les électeurs l'ont renommé. Il signifie aussi Nommer avec éloge, entourer de renom. Le prince s'est fait renommer partout. Ses belles actions l'ont fait renommer par toute la terre. Ce héros qu'on renomme en tous lieux. Le participe passé

RENOMMÉ s'emploie adjectivement et signifie Qui est réputé, célèbre. Un capitaine renommé. Il est fort renommé parmi les savants. Renommé par sa sainteté. Il était des plus renommés de ce siècle. C'est une région renommée pour ses bons vins.

Littré (1872-1877)

RENOMMÉ (re-no-mé, mée) part. passé de renommer
  • 1Nommé une seconde fois. Renommé aux dernières élections.
  • 2Qui a du renom. Et ce pouvoir si grand dont il [Neptune] est renommé, N'est connu que par les naufrages Dont il a garanti ceux qui l'ont réclamé, Malherbe, VI, 16. Ce serait une contestation bien inégale, que des paroles d'un pauvre gentilhomme comme je suis, avec les effets d'un prince tel que vous êtes, renommé par la voix générale de tout le monde, Malherbe, Lettres, I, 4. Ce Grec si renommé, qui, depuis tant d'années, Au pied de l'Aventin prédit nos destinées, Corneille, Hor. I, 3. Rappelez en votre mémoire ces guerres si renommées dont il fut le directeur et le ministre, Fléchier, le Tellier. Les habitudes que M. le Tellier avait eues avec les plus renommés politiques, avaient formé en lui cette étendue de lumières d'un ministre d'État, Fléchier, ib. Ô mont de Sinaï, conserve la mémoire De ce jour à jamais auguste et renommé, Racine, Athal. I, 4.

    On dit renommé pour. Ces peuples, renommés pour leurs observations astronomiques, ont compté Abraham comme un de leurs plus savants observateurs, Bossuet, Hist. II, 2. Tyr, la ville du monde la plus renommée pour le commerce, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 233. dans POUGENS. Ce pays [l'Inde], plus renommé autrefois pour sa religion, ses sciences et ses lois, que pour les richesses qui ont fait de nos jours l'unique objet de nos voyages, Voltaire, Louis XV, 29.

    On dit aussi renommé par ; en ce sens, par indiquant la cause du renom. Cette ville est renommée par ses fabriques de tapis. Un homme renommé par sa sainteté, Dict. de l'Académie. Mais, en cet emploi, par est moins bon que pour.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « renommé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
renommé renɔme

Citations contenant le mot « renommé »

  • Avec de l’argent, chacun peut offrir des mets succulents et des vins renommés, mais la courtoisie, l’amabilité ne s’achètent pas. De Lucien Tendret / La Table au pays de Brillat-Savarin
  • C'est un artiste renommé et un fervent défenseur de la cause arménienne qui disparaît à Romans, dans la Drôme. Le sculpteur Toros s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi. France Bleu, Romans-sur-Isère : le sculpteur Toros est décédé
  • LONDRES, 22 juillet (Xinhua) -- Un expert britannique renommé en matière de santé mondiale a déclaré mardi qu'il ne comprenait pas les remarques du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui a attaqué l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) lors de sa visite en Grande-Bretagne. , Un expert britannique renommé dénonce l'attaque de Pompeo contre l'OMS_French.news.cn
  • Une bonne renommée est un second héritage. Jacob Wimpfeling, La Jeunesse de Jacob
  • Je ne dois qu'à moi seul toute ma renommée, Et pense toutefois n'avoir point de rival À qui je fasse tort en le traitant d'égal. Pierre Corneille, Poésies diverses, Excuse à Ariste
  • Le voile se lève sur le mystérieux projet "Lisa Redler", provisoirement renommé "Amants" en attendant que la réalisatrice se positionne définitivement sur un titre tournant autour de ce mot. Son dernier bébé, Nicole Garcia l'affirme d'emblée, elle en est très fière : "On peut être dégoûté d'un film à la fin, quand on l'a trop vu. Parfois, il y a aussi des films dont le plaisir se régénère et c'est le cas pour ce film. J'adore ces acteurs, j'aime les regarder et je ne me lasse pas. Ce trio est assez extraordinaire. Je suis restée très longtemps en montage et pourtant j'ai toujours une joie à les voir incarner ces personnages si particuliers, si beaux, si forts." À Paris, en Océanie à l'île Maurice et à Genève, la cinéaste a filmé ce long-métrage en trois parties sur la "puissance du féminin" et met en scène "un jeu de pouvoirs entre Benoît Magimel et Pierre Niney". Orange Cinéma, Nicole Garcia : "Pierre Niney arrive à ce niveau de tragique qui me surprend"
  • Fauchées, les victimes d’un jeune chauffard sont restées sur le carreau, dans la nuit de mercredi à jeudi à Colomiers. Il était un peu moins de 2 heures et un couple sortait du restaurant le Carré Vert, un établissement renommé, avenue André-Marie Ampère dans la zone du Perget. ladepeche.fr, Colomiers : le chauffard percute trois personnes et rentre en Uber - ladepeche.fr
  • La sous-marque Poco de Xiaomi propose des smartphones renommés pour toute l’année 2020, avec les Poco F2 Pro, Poco M2 Pro et Poco X2, tous basés sur des appareils Redmi existants. Betanews.fr, Poco C3 obtient la certification, sera un téléphone Redmi renommé (à nouveau) - Betanews.fr
  • L’idée de se couvrir la tête en cuisine remonterait à sept siècles avant J.-C. En Assyrie, dans cette région située au nord de la Mésopotamie, où les souverains ont toujours craint d’être empoisonnés par des cuisiniers mécontents, le roi Ashurbanipal décida de faire porter aux cuisiniers royaux un couvre-chef en forme de couronne, afin de les distinguer des marmitons et autres gâte-sauce qui s’aventureraient dans le palais. Il faudra cependant attendre le XVIIIe siècle pour que le couvre-chef ressemble à la toque actuelle et ce, grâce à l’invention d’un cuisinier français renommé, Marie-... Soirmag, Toque ou… couvre-chef - Soirmag
  • Paul McCartney a demandé que le pont Edmund Pettus soit renommé en l’honneur du défunt activiste des droits civiques et membre du Congrès John Lewis. Urban Fusions, Paul McCartney veut que le pont Pettus soit renommé d'après John Lewis | Rock
  • [La Renommée] acquiert des forces dans sa course. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, L'Énéide, IV, 175

Images d'illustration du mot « renommé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « renommé »

Langue Traduction
Anglais renowned
Espagnol renombrado
Italien rinomato
Allemand bekannt
Chinois 著名的
Arabe مشهور
Portugais renomado
Russe прославленный
Japonais 有名な
Basque entzutetsuak
Corse rinumatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « renommé »

Source : synonymes de renommé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « renommé »

Partager