La langue française

Reformat

Sommaire

  • Définitions du mot reformat
  • Phonétique de « reformat »
  • Citations contenant le mot « reformat »
  • Traductions du mot « reformat »
  • Synonymes de « reformat »
  • Antonymes de « reformat »

Définitions du mot « reformat »

Trésor de la Langue Française informatisé

REFORMER, verbe trans.

A. −
1. Refaire ce qui était défait; donner une nouvelle forme, image, apparence. Un moment la voiture déchira les brumes qui aussitôt reformèrent leur rideau de grisaille autour du Chenal du Moine (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 273).[Dans un cont. métaph.] Oui, l'épreuve est bien le ciseau du sculpteur divin qui réveille, qui reforme en nous la créature céleste, et l'heure de la douleur suprême est celle de la suprême révélation (Monod, Sermons, 1911, p. 164).
2. Empl. pronom. Prendre une nouvelle forme, retrouver sa forme primitive; prendre une nouvelle apparence. À mesure que les rides de l'eau s'élargissaient et se mouraient, il vit l'apparition se reformer. Elle oscilla longtemps dans un balancement qui donnait à ses traits une grâce vague de fantôme (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 180).Le navire glisse sur l'eau, le flot fendu se reforme et le sillage s'efface (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 230).
B. −
1. Reconstruire, recomposer, reconstituer ce qui avait été détruit, décomposé, dissous. Après avoir enlevé à la partie respirable sa base par le mercure, nous la lui avons rendue pour reformer de l'air en tout semblable à celui de l'atmosphère (Lavoisier, Chim., t. 1, 1789, p. 49).Une masse vitreuse qui, redissoute dans l'eau, reforme de nouveaux cristaux (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 542).
2. Empl. pronom. Se reconstituer, se recomposer, se régénérer. Au-dessus d'une certaine température, les complexes phosphorescents peuvent se dissocier pour se reformer par refroidissement (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 24).Une lueur louche rampe encore autour du village, une espèce de brume au flanc roux que l'aube dissipe chaque matin, qui se reforme chaque soir, là-bas (...) au-dessus des étangs décolorés (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1434).
Empl. pronom. impers. Plus de fièvre; la suppuration s'arrête, et il est presque certain qu'il ne se reforme pas de foyer dans la cuisse (Flaub., Corresp., 1846, p. 52).Au fig. Le roi se préparait à rentrer dans son palais, moi dans ma retraite. Le vide se reforme autour de monarques sitôt qu'ils retrouvent le pouvoir (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 627).
C. −
1. Regrouper ce qui avait été dispersé; organiser, mettre selon une certaine disposition des éléments divers, épars. Reformer les rangs. Tous reformèrent le cercle autour du foyer tandis que Diavolaccio s'éloignait (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 441).Si la Pologne eût été reformée en royaume, la race slave depuis la Baltique jusqu'à la Mer Noire reprenait son indépendance (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 414).
ART MILIT. Ce chef, un grand sec, arrêtait son monde et le reformait au milieu des landes et des broussailles (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 218).Situation qui imposait au commandant de la 4earmée la nécessité de reformer ses unités dissociées (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 294).
2. Empl. pronom. Se regrouper, s'organiser selon une disposition nouvelle ou selon l'ancienne. La Révolution avait été non avenue pour le monde où je vivais. Les idées religieuses du peuple n'avaient pas été atteintes; les congrégations se reformaient (Renan, Souv. enf., 1883, p. 145).Des espaces restaient vides, des groupes se formaient, s'émiettaient, allaient se reformer plus loin (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 309).
ART MILIT. Se rallier, se regrouper. Les divisions (...) du corps du maréchal Soult résistèrent bravement au feu terrible des redoutes, et permirent à la cavalerie de Murat (...) de se reformer et de reprendre l'avantage (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 145).Cette retraite, aussi lente et mesurée que possible, doit permettre aux troupes de se reformer et de s'établir à nouveau sur les positions que fournit la route (Foch, Princ. guerre, 1911, p. 258).
Prononc.: [ʀ əfɔ ʀme], (il) reforme [ʀ əfɔ ʀm]. Étymol. et Hist. A. 1. 1174 refurmer « rétablir » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3201); 2. ca 1440 « créer, produire à nouveau » (Le Cycle de Mystères des premiers martyrs, éd. G. A. Runnalls, v. 295, p. 75). B. 1. 1269-79 verbe pronom. « prendre une nouvelle forme » (Jean de Meung, Rose, éd. F. Lecoy, 5904); 2. 1787 « se rallier (de troupes dispersées) » (Fér. Crit.). Dér. de former*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 298. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 152, b) 323; xxes.: a) 395, b) 722.

RÉFORMER, verbe trans.

A. − RELIG. Rétablir dans sa forme ancienne ou primitive. Réformer un ordre religieux. L'abbé Guillaume fut appelé de Dijon en Normandie, par le duc Richard II (...) pour y réformer les couvents (Grillet, Ancêtre violon, t. 1, 1901, p. 67).Non, je ne signerai pas un formulaire qui condamne toutes les idées sur lesquelles ce monastère a été réformé, c'est-à-dire en quelque sorte fondé (Montherl., Port-Royal, 1954, p. 974).
B. −
1. Supprimer, retrancher quelque chose que l'on considère comme nuisible. Réformer les excès, le luxe. On a trop parmi nous réformé l'opulence (Delille, Homme des champs, 1800, p. 34).Voilà ceux qui ont renversé ces saints lieux, ces saintes maisons, qui en ont fait des écuries!... Quand l'Église ne réforme pas de tels abus, (...) Dieu châtie ainsi des crimes par d'autres crimes (Dupanloup, Journal, 1851, p. 141).
2. Diminuer, réduire quelque chose que l'on considère comme superflu, excessif. Réformer ses dépenses. J'ai donc modifié mon régime, réformé ma table. Point de vin, des viandes blanches. Le café proscrit (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 262).Elle réforma la maison en huit jours, renvoya le chef et sa femme pour ne prendre qu'une cuisinière, qui, avec le valet de chambre et le cocher, devait suffire au service. Elle ne garda aussi qu'un cheval et une voiture (Zola, Argent, 1891, p. 65).
3. Vieilli. Réformer des troupes. ,,Les réduire à un moindre nombre`` (Ac. 1798-1878). On a réformé tel régiment, et on l'a réduit à huit compagnies (Ac.1798-1878).
C. − Transformer en vue d'améliorer; procurer une amélioration.
1. Domaine moral.Synon. corriger.Réformer les mœurs.
a) [Le compl. désigne une pers.] Je crois (...) monsieur, que s'il y a un homme précisément qui puisse attacher Cécile, la réformer dans ses petits défauts (...) c'est vous (Feuillet, Journal femme, 1878, p. 142).
Empl. pronom. Plus que jamais mondain, il avait rempli Avallon (...) de l'éclat surtout de ses parties de plaisir. Enfin il fut sérieusement touché (...). Il fit une confession générale à son frère, religieux minime, et se réforma pour ne plus se démentir (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 90).
b) [Le compl. désigne une composante de la personnalité, le comportement] Un homme que j'ai connu assez vif de ton, et qui a réformé son caractère (Alain, Propos, 1911, p. 102).Cet état d'image [être faits à l'image de Dieu] nous permet d'abord de comprendre ce qu'il y a de vicié en nous, donc aussi ce qu'il faut réformer pour (...) permettre à l'homme de se livrer à l'étreinte mystique du Verbe (Gilson, Espr. philos. médiév., 1932, p. 91).
Absol. Ne retirons rien à l'esprit humain; supprimer est mauvais. Il faut réformer et transformer (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 618).
c) [Le compl. désigne une not. abstr. de valeur nég.] La mission de l'homme dans la nature c'est de réformer le laid et l'immoral (Renan, Avenir sc., 1890, p. 526).Fermer les cabarets et réformer les mœurs des colons (Camus, Homme rév., 1951, p. 71).
Empl. pronom. À l'époque que nous allons étudier, (...) vous verrez la force et le mensonge se réformant peu à peu sous la main du temps; le droit et la vérité prenant place dans la civilisation (Guizot, Hist. civilis., leçon 3, 1828, p. 10).
2. Domaine intellectuel.Exercer une influence prépondérante. Réformer le monde, les idées, la société. « Nos spectacles », (...) revue qui cherche à réformer le théâtre (Becquet, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 216).Comment Ronsard conçoit l'épopée, comment Du Bellay défend et illustre la langue française ou comment De Baïf tente de réformer la versification (J. Vuillemin, Être et trav., 1949, p. 36).
D. − Changer quelque chose qui est institué afin de le transformer; organiser quelque chose.
1. Organiser, modifier quelque chose (un état de fait, un système, une institution) en transformant les règles existantes afin d'améliorer ses structures, son fonctionnement. Réformer l'Église, l'État; réformer les études, les institutions, le calendrier. Lorsque Turgot, en 1775, proposa au roi de réformer l'administration des campagnes, le plus grand embarras qu'il rencontra (...), vint de l'inégale répartition des impôts (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 305).L'ordonnance du 7 mars 1944 réforma le statut de l'Algérie (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 567).
Empl. pronom. L'ancienne corporation devait se transformer, pour continuer à remplir son rôle dans les nouvelles conditions de la vie économique. Malheureusement, elle n'eut pas assez de souplesse pour se réformer à temps (Durkheim, Divis. trav., 1902, p. xxvii).
2. [Le compl. désigne un acte, un écrit] Modifier les termes, la rédaction d'un accord, d'une décision, d'une loi. Réformer la constitution, un jugement, un arrêt. Présenter au tribunal civil une expédition en bonne forme du jugement de condamnation, avec un certificat du tribunal criminel, portant que ce même jugement n'est plus susceptible d'être réformé par aucune voie légale (Code civil, 1804, art. 261, p. 49):
... Birotteau n'ayant pas entendu donner à mademoiselle Gamard cette somme énorme (...), il y avait, judiciairement parlant, lieu à réformer leurs conventions; autrement la vieille fille eût été coupable d'un dol volontaire. Balzac, Curé Tours, 1832, p. 230.
Au fig. Incapable, ainsi que la plupart des hommes, de réformer ses jugements sur de nouvelles expériences, il s'en tenait aux opinions acquises et aux idées préconçues (A. France, Vie fleur, 1922, p. 310).
3. Vieilli. Réformer les monnaies. ,,Changer la valeur ou l'empreinte des espèces, sans faire de refonte`` (Ac. 1835, 1878).
E. − Domaine milit.Retirer du service, mettre à la réforme.
1. [Le compl. désigne un militaire]
a) [Le compl. désigne un officier] Lui retirer son commandement en lui versant sa solde (notamment en cas de réforme des troupes). Synon. arg. usuel fendre* l'oreille.Le Général: Vous avez réformé les vieux officiers et c'est une grande faute (Fongeray, Soir. Neuilly, t. 2, 1827, p. 352).
b) [Le compl. désigne un soldat] Le retirer du service auquel il est (devenu) impropre. Robert Claisse (...) un jeune, qui a été réformé, qui n'a jamais été soldat (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 642).Monsieur a fait la guerre. Il était réformé au début des hostilités, réformé pour déficience générale (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 144).
2.
a) [Le compl. désigne un animal de l'armée] Réformer des chevaux (Ac. 1835-1935).
b) [Le compl. désigne du matériel] Réformer une partie du matériel (Ac. 1835, 1878). Réformer des effets de petit ou de grand équipement (Ac. 1935). V. réforme B 2 b ex. de Lubrano-Lavadera.
Prononc. et Orth.: [ʀefɔ ʀme], (il) réforme [-fɔ ʀm]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. « ramener à sa forme primitive » (Sermons St Bernard, 17, 22 et 24 ds T.-L.); 1546 eglises réformées (Calvin, Œuvres, éd. J. W. Baum, E. Cunitz et E. Reuss, X, col. 48 ds Richard, p. 19); 1585 religion réformée (Noël Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 279); 2. déb. xves. « changer une chose abstraite pour l'améliorer » (Jean Gerson, Harengue au roi Charles VI, p. 16 ds Littré); 1491 refformer un testament « en modifier la teneur » (Exéc. testam. de Thomas de Turby, A. Tournai ds Gdf. Compl.); 1656-57 réformer un jugement (Pascal, Provinciales, éd. Brunschvicg, XVIII, VII, p. 44); 3. 1636 « supprimer ce qui paraît excessif » (Monet); 1666 « réduire les dépenses d'une maison » (Boileau, Satire, III ds Littré); 4. 1651 « changer de forme pour transformer (de vieilles robes) » (Scarron, Roman comique, éd. E. Magne, 267); 5. a) 1636 réformer les monnaies (Monet); b) 1671 reformer un régiment (Pomey); 1675 capitaine reformé « congédié » (Widerhold); 1844 être réformé « être dispensé des obligations militaires » (Balzac, Paysans, p. 201). Empr. au lat.reformare « rendre à sa première forme, rétablir, restaurer »; fig. « améliorer, corriger ». Fréq. abs. littér.: 409. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 876, b) 348; xxes.: a) 643, b) 412.
DÉR.
Réformable, adj.Qui est susceptible d'être réformé. [Montesquieu] ne voulait certainement pas la ruine de la monarchie, même de Louis XV; il la considérait comme tempérée par les Parlements et réformable en elle-même (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 7, 1852, p. 77).Le raïa turc n'en veut à personne des exactions qu'il souffre: c'est la fatalité. L'Anglais pauvre n'en veut à personne, s'il meurt de faim; c'est la fatalité. Le Français se révolte s'il peut soupçonner que sa misère est la conséquence d'une organisation sociale réformable (Renan, Avenir sc., 1890, p. 495). [ʀefɔ ʀmabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1483 refformable (Lettres ds Rec. anc. lois fr., éd. Jourdan, Decrusy, Isambert, t. 11, p. 15); de réformer, suff. -able*.
BBG.Raymondis (L. M.), Le Guern (M.). Le Lang. de la justice pénale. Paris, 1976, pp. 42-45.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REFORMER. v. tr.
Former de nouveau. On a dissous cette compagnie et on l'a reformée aussitôt après. Ce régiment, qui avait été très éprouvé par des pertes, s'est reformé à l'arrière. Il s'est reformé un abcès au même endroit. Il signifie, en termes de Guerre, Se rallier et reprendre son ordre. Ce corps, ayant été dispersé par l'offensive imprévue de l'ennemi, s'est reformé à quelque distance.

Phonétique du mot « reformat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reformat rœfɔrma

Citations contenant le mot « reformat »

  • Les distillats légers ont fait un bond de 17 %, la plus forte augmentation depuis le 27 avril, pour atteindre 7,311 millions de barils, un record en trois semaines. Les produits de cette catégorie sont l'essence, les composants de mélange d'essence tels que le reformat, le naphta et d'autres matières premières de la pétrochimie légère. wam, Emirates Agence Nouvelles - Les stocks de produits pétroliers de Fujairah tombent à leur niveau le plus bas depuis deux mois
  • La modification de valeurs ou de colonnes intervient dans les phases avant et après traitement. En effet, si l'on souhaite reformater les données ou n'utiliser que certaines d'entre elles, on peut en extraire une partie et ignorer les autres. Developpez.com, z/OS : Débuter avec DFSORT

Traductions du mot « reformat »

Langue Traduction
Anglais reformat
Espagnol reformatear
Italien riformattare
Allemand neu formatieren
Chinois 重新格式化
Arabe إعادة التنسيق
Portugais reformatar
Russe переформатировать
Japonais 再フォーマット
Basque formateatze-
Corse riformattatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « reformat »

Source : synonymes de reformat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « reformat »

Partager