La langue française

Rabelaisienne

Définitions du mot « rabelaisienne »

Trésor de la Langue Française informatisé

RABELAISIEN, -IENNE, adj.

A. − HIST. DE LA LITT.
1. Qui appartient à Rabelais, à son œuvre. Personnage, texte, style rabelaisien; prose rabelaisienne. Panurge, qui, dans l'œuvre rabelaisienne, symbolise le peuple, car ce nom est composé de deux mots grecs qui veulent dire: Celui qui fait tout (Balzac,Splend. et mis., 1847, p. 527).Le Rabelais auquel ils [les hommes du XVIesiècle] songent, c'est bien un ivrogne et un bouffon, puisqu'il incarne en lui toutes les beuveries, les gaudrioles et les facéties du roman rabelaisien (L. Febvre,Sur Rabelais, [1931] ds Combats, 1953, p. 253):
1. Nulle part la vallée de la Loire n'est aussi animée et joyeuse que dans cette large ouverture qu'encadrent les coteaux de Chinon, de Bourgueil et de Montsoreau. L'esprit est alerte et la langue colorée, sur cette terre rabelaisienne où se déroule, entre Picrochole et Gargantua, une guerre moins fertile encore en coups qu'en paroles. Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 168.
2. Qui concerne Rabelais et son œuvre. Études rabelaisiennes. [Plattard] n'a cessé de participer aux recherches rabelaisiennes; nombres d'articles en témoignent et quelques études plus étendues, sur L'adolescence de Rabelais en Poitou notamment, sans compter une édition du texte même de Rabelais (L. Febvre,Sur Rabelais, [1931] ds Combats, 1953, p. 247).L'exégèse rabelaisienne nous montre aujourd'hui dans Gargantua et Pantagruel une boule de neige, qui ramasse toute l'humanité sur son passage, mais qui puise dans les environs de Chinon, dans la Devinière et Lerné, les mêmes origines qu'Ubu dans la classe du P H, Rennes et Thorigné (Thibaudet,Réflex. litt., 1936, p. 172).
B. −
1. Qui rappelle les personnages de Rabelais, leur apparence physique, leur comportement, leurs propos; qui est énorme, gigantesque; qui aime bien manger et bien boire. Synon. gargantuesque, pantagruélique.Face, mine, panse rabelaisienne. Gérard contemplait la mine sensuelle et réjouie de Marius, large des épaules, rablé et maflu comme frère Jean des Entommeures, et il s'étonnait que cette poésie funèbre et macabre pût sortir de cette tête rabelaisienne (Theuriet,Mariage Gérard, 1875, p. 18).La démarche dandinante, un ventre plein d'embonpoint, laisse éclater (...) un sentiment rabelaisien et tout sensuel de la vie (Tharaud,Marrakech, 1920, p. 188).V. gaudisserie ex. de Balzac.
Empl. subst. Personne grosse et bonne vivante. C'était un gros rabelaisien à figure enluminée. Il ressemblait à ces moines que des illustrateurs plaisants, héritiers de l'esprit de Voltaire, représentent trinquant dans un cellier (Jammes,Mém., 1922, p. 92).
2. Qui rappelle la langue, le style, l'esprit des œuvres de Rabelais; qui est gai, licencieux, grivois, parfois grossier et cynique. Synon. gaillard, gaulois, truculent.Langage, style rabelaisien; plaisanterie, verve rabelaisienne. L'esprit [des comédies napolitaines] est grossier, franchement rabelaisien (Taine,Voy. Ital., t. 1, 1866, p. 101).[Georges Brassens] a, cette année, le goût de la chanson rabelaisienne et il en multiplie les échantillons. Dommage, car les plus belles de ses œuvres, ce sont ces histoires tendres, chaudes, qu'il sait si bien raconter (Le Nouvel Observateur, 28 sept. 1966, p. 39, col. 1):
2. La verve gauloise du temps de Henri IV était peu favorable à la mysticité. Tout n'était pas mauvais dans la franche gaieté rabelaisienne qui, à cette époque, n'était pas tenue pour incompatible avec l'état ecclésiastique. Renan,Souv. enf., 1883, p. 201.
Rire rabelaisien. Rire épanoui, moqueur. Tous trois s'attablèrent en analysant la société présente et riant d'un rire rabelaisien (Balzac,Fille Ève, 1839, p. 110).
3. Subst. masc. Connaisseur de Rabelais, de son œuvre; partisan de sa doctrine; écrivain dont l'œuvre s'inspire de Rabelais. Le suffrage que quelques rabelaisiens très-précieux (Bloy,Journal, 1899, p. 370).À ce coup, Panurge se met très en colère (...) Molière, grand Rabelaisien, a mis cette scène dans son Mariage Forcé (A. France,Rabelais, 1909, p. 149).
REM.
Rabelaisant, -ante, adj. et subst. masc.(Personne) qui étudie, qui est spécialiste de Rabelais, de son œuvre. Ayant pratiqué Rabelais beaucoup moins qu'il ne l'a fait lui-même (...) il y aurait quelque impertinence à disputer au pied levé avec un rabelaisien si rabelaisant (A. France,Vie littér., 1891, p. 30).On se demande parfois si ce rabelaisant de marque [J. Plattard] goûte Rabelais vraiment, profondément (L. Febvre,Sur Rabelais, [1931] ds Combats, 1953, p. 259).V. pantagruélique ex. de L. Febvre.
Prononc. et Orth.: [ʀablεzjε ̃], [-ble-], fém. [-jεn]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1828 adj. « qui a rapport à Rabelais, à son œuvre » (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., p. 278: le genre rabelaisien); 1829 (L. J. Catalan, Galerie rabelaisienne, ornée de 76 gravures, Paris ds Catal. gén. des l. imprimés de la Bibl. Nat.); 1903 R. Ét. rabelaisiennes; 1836 subst. « partisan de Rabelais » (Land.); 2. 1830 adj. « qui rappelle la verve, les personnages de Rabelais » (Balzac, Œuvres, Feuilleton des journaux politiques, 3 mars, XXII, p. 32, Calmann-Lévy ds Quem. DDL t. 12: pensée rabelaisienne); 1830 (Id., Œuvres div., t. 1, p. 430: les joyeusetés rabelaisiennes); 1839 rire rabelaisien (Id., Fille Ève, p. 110). Dér. au moyen du suff. -ien* de Rabelais, nom d'un écrivain fr. du xvies. Cf. au xvies. les synon. rabelaitique (1566-67, H. Estienne, Avertissement de l'Apologie pour Hérodote, éd. P. Ristelhuber, t. 1, p. XII: des trais Rabelaitiques) et rabeliste (1571, M. de La Porte, Épithètes, 168 v o: Mocqueur [...] rabeliste), et l'angl. Rabelaisian (1817 ds NED Suppl.2: Rabelaisian humour). Fréq. abs. littér.: 44.

Wiktionnaire

Nom commun

rabelaisienne \ʁa.blɛ.zjɛn\ féminin (pour un homme on dit : rabelaisien)

  1. Femme de tempérament rabelaisien.

Forme d’adjectif

rabelaisienne \ʁa.blɛ.zjɛn\

  1. Féminin singulier de rabelaisien.
    • Et au risque de trop « rabelaisianiser » Perec, il nous semble aujourd’hui que les réflexions que nous avons faites alors au sujet de l’œuvre de Rabelais s’appliquent aussi à La Vie mode d’emploi : « Prometteuse de significations profondes, l’écriture rabelaisienne détient-elle un sens abscons, ou n’en est-elle que le simulacre ? Est-elle mystère ou mystification ? » — (Paul J. Smith, Réécrire la Renaissance, de Marcel Proust à Michel Tournier, 2009, pages 150-151)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RABELAISIEN, IENNE. adj.
Qui se rapporte à Rabelais. Les études rabelaisiennes. Il signifie aussi Qui rappelle le genre de Rabelais. Une plaisanterie, une gaieté rabelaisienne. Il est très rabelaisien dans ses propos. Il s'emploie aussi substantivement. C'est un rabelaisien.

Étymologie de « rabelaisienne »

(Date à préciser) Dérivé de Rabelais avec le suffixe -ienne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rabelaisienne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rabelaisienne rablɛzjɛn

Citations contenant le mot « rabelaisienne »

  • Le même jour, le professeur en lettres a été intronisé comme chevalier dans la Confrérie des Entonneurs rabelaisiens à La Devinière. Cette confrérie vise à promouvoir les valeurs humanistes de Rabelais et le vin de Chinon et réunit d’éminents chercheurs en études rabelaisiennes comme Richard Cooper de l’Université d’Oxford et Mireille Huchon de la Sorbonne, ainsi que des personnalités publiques comme l’acteur Gérard Depardieu ou le prince Albert de Monaco. Réseau de l'Université du Québec, Claude La Charité devient chevalier de la Confrérie des Entonneurs rabelaisiens | Réseau de l'Université du Québec
  • Attachée aux idées d’impureté, de dégénérescence et de stérilité dans l’épistémè renaissante, mais valorisée par les régimes esthétiques moderne et postmoderne, l’hybridité est à la fois un propos et une manière de la geste pantagruélique. Ce volume considère trois registres où Rabelais tantôt dissimule les sutures de son bouturage poétique, tantôt en exhibe les tensions productives. Dans l’ordre générique, les fables, listes, joutes oratoires, prières et autres formes littéraires tissent des liens atypiques, mais vivaces. Fécondes aussi sont les rencontres de nature intertextuelle, qui puisent aux sources les plus diverses (savantes et populaires, antiques et contemporaines, françaises, européennes et orientales) et s’observent jusque dans les contrefaçons rabelaisiennes du XIXe siècle. L’hybridité langagière, enfin, procède du mélange babélesque des langues et du croisement d’autres systèmes de signes, ceux-là harmonieux ou inaudibles, comme la musique et le gestuel, voire le silence même. , Études rabelaisiennes, t. 56 : Rabelais et l'hybridité des récits rabelaisiens

Traductions du mot « rabelaisienne »

Langue Traduction
Anglais rabelaisienne
Espagnol rabelaisienne
Italien rabelaisienne
Allemand rabelaisienne
Chinois 拉贝西嫩
Arabe rabelaisienne
Portugais rabelaisienne
Russe rabelaisienne
Japonais ラベルベジエンヌ
Basque rabelaisienne
Corse rabelaisienne
Source : Google Translate API

Synonymes de « rabelaisienne »

Source : synonymes de rabelaisienne sur lebonsynonyme.fr

Rabelaisienne

Retour au sommaire ➦

Partager