La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « quiproquo »

Quiproquo

Définitions de « quiproquo »

Trésor de la Langue Française informatisé

QUIPROQUO, subst. masc.

Méprise, malentendu faisant prendre une personne, une chose pour une autre. Dailly (...) avait raconté au dessert la mort de sa femme à La Salpêtrière et un drolatique quiproquo entre sa lettre d'engagement à La Gaîté et la lettre annonçant l'ouverture du corps de sa femme (Goncourt,Journal, 1888, p. 853).Je n'ai jamais su que peu de mots de romaïque, aussi notre conversation s'embrouillait-elle constamment dans des quiproquos ridicules (Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 180).Il nous semble cependant que le moins qu'on puisse exiger, pour qu'il soit légitime de dire que le nombre est défini, c'est que, lorsque deux mathématiciens parlent entre eux de ce nombre (...), il n'y ait pas de quiproquo, c'est-à-dire qu'ils soient certains qu'ils parlent l'un et l'autre du même nombre (E. Borel,Paradoxes de l'infini, 1946, p. 180).
Prononc. et Orth.: [kipʀ ɔko]. Ac. 1694, 1718: quiproquo; 1740-1835: un quiproquo, des quiproquo. Littré: ,,Au plur. (...) on pourrait regarder le mot comme français et écrire des quiproquos``. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 240: des quiproquos. Étymol. et Hist. 1370 rendre quid pro quo, chose pour chose (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, VIII, 18, p. 447); 1458 avoir un quid pro quo « se tromper, se laisser abuser » (A. Greban, Passion, éd. O. Jodogne, 23252); 1466 vendre qui pro quo « abuser l'acheteur en lui vendant une chose pour une autre » (Pierre Michault, Doctrinal du temps présent, éd. Th. Walton, XXXVIII, 345); 1482 qui pro-quo « médicament donné à la place d'un autre » (Guillaume Flamang, Vie St Didier, éd. J. Carnandet, 421); 1541 qui pro quod « confusion consistant à prendre une chose pour une autre » (Calvin, Institution, éd. J.-D. Benoît, III, IV, p. 107). Loc. de lat. médiév. qui pro quod, qui pro quo ou quid pro quo signifiant « quelque chose pour quelque chose » utilisée notamment dans la lang. de la pharm. pour désigner la substitution, volontaire ou non, d'un médicament à la place d'un autre (Sain. Lang. Rab., t. 1, p. 403; Du Cange). Fréq. abs. littér.: 61.

Wiktionnaire

Nom commun - français

quiproquo \ki.pʁɔ.ko\ masculin

  1. Méprise qui consiste à prendre une personne pour une autre, une chose pour une autre.
    • Modeste avait échappé, par un quiproquo vulgaire, au plus innocent des espionnages qu’Ernest se reprochait déjà. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’éternel quiproquo des maris qui embrassent les bonnes, en croyant embrasser leurs femmes, ne suffit-il pas à la gaieté d’une soirée? Rien de plus digestif que ce jeu du quiproquo. Il est à la portée de tout le monde, il soulève toujours le même éclat de rire, comme ces calembours de province qui sont la joie d’un salon. — (Émile Zola, Le Naturalisme au théâtre, 1881)
    • L’absence de plan, l’espèce de cohue et de quiproquo perpétuel entre les auteurs et leurs personnages, déroute à chaque instant l’esprit du lecteur. — (F. de Lagenevais, La Littérature illustrée, 1843)
    • [...] la comédie rentre en scène avec Dubouloy, qui, apprenant l’annulation du mariage de Saint-Hérem, conclut à l’annulation du sien. Ce quiproquo fait naître entre Louise et son mari une scène des plus gaies. Dubouloy est toujours marié, et il envie le bonheur de Saint-Hérem, qui ne l’est plus. — (Victor de Mars, Chronique de la quinzaine. – 31 juillet 1843)
    • Sans la vérité, l'amour est au mieux un quiproquo, au pire un mensonge. — (Raphaël Arteau, La perte et l'héritage, Boréal, Montréal, 2018, p. 149)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

QUIPROQUO. n. m.
Terme emprunté du latin. Méprise qui consiste à prendre une personne, une chose pour une autre. Il a fait un amusant quiproquo, un étrange quiproquo.

Littré (1872-1877)

QUIPROQUO (ki-pro-ko) s. m.
  • Méprise consistant à prendre une personne, une chose pour une autre. …Plus je contemple Ces fruits [gland, citrouille] ainsi placés, plus il semble à Garo Que l'on a fait un quiproquo, La Fontaine, Fabl. IX, 4. Il y a ici du quiproquo sur ma parole, Regnard, Sérén. 8. Là, j'ai vu votre frère au milieu des commis Qui s'emportait contre eux du quiproquo commis, Regnard, les Ménech. II, 1. Il faut tellement approprier la louange à ceux qu'elle regarde, que le plus ombrageux amour-propre ne puisse y trouver de quiproquo, Rousseau, Confess. X. À peine a-t-il son habit d'officier qu'il porte la main à l'épée aux premières railleries du comte sur le quiproquo d'un soufflet, Beaumarchais, Préface du Mar. de Fig.

    Un quiproquo d'apothicaire, médicament donné l'un pour l'autre. Les quiproquo d'apothicaire sont fort dangereux. Est-ce que l'on ne dit pas ordinairement : un tel a fait un quiproquo d'apothicaire ; ce qui suppose qu'il nous arrive souvent de nous tromper, Lesage, Est. Gonz. 17.

    Au plur. Des quiproquo, selon le Dictionnaire de l'Académie ; mais on pourrait regarder le mot comme français et écrire : des quiproquos.

HISTORIQUE

XVIe s. S'il est licite de transfigurer ainsi toutes choses, il y aura de terribles qui pro quod, Calvin, Instit. 492. Ah ! mes fillettes, ne vous y fiez pas, ils vous tromperont, il vous feront lire un quid pro quod, Despériers, Contes, I. Quiproquo d'apothicaire, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 214, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

QUIPROQUO, s. m. (Gramm.) terme purement latin, mais qu’on emploie en françois pour signifier la méprise d’une personne qui a donné, pris, fait ou dit une chose pour une autre.

Ce terme se dit particulierement de la méprise d’un apothicaire qui délivre à une personne un remede préparé pour un autre, ou qui dans la composition d’un médicament, emploie une drogue pour une autre. Voyez Ordonnance.

On le dit aussi par extension de toutes les fautes ou méprises qui se commettent en Médecine, soit dans l’ordonnance, la préparation, ou l’application des remedes.

Un médecin du nord avoue franchement dans une these imprimée que les quiproquo sont fréquens en Médecine, & il en distingue plusieurs sortes ; les uns regardent le traitement, les autres le sujet ; d’autres la forme ou les effets. Les premiers sont ceux que fait le médecin ; ceux de la seconde espece viennent du malade, & les derniers de l’inadvertance de l’apoticaire.

Le même auteur parle aussi des quiproquo des Chirurgiens, de ceux des Cuisiniers, & de ceux des nourrices. Il remarque qu’il y a des quiproquo salutaires, qu’il y en a de dangereux, & d’autres indifférens.

On dit proverbialement, Dieu nous préserve d’un quiproquo.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « quiproquo »

Lat. quid, pro, et quod : prendre un quid pour un quod.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Mot d’origine latine (latin médiéval). Il proviendrait de quid pro quo (latin classique juridique signifiant « quoi pour quoi ») signifiant « une chose à la place d’une autre » ; l’expression appartenait originellement au vocabulaire pharmaceutique qui nommait ainsi un médicament pris à la place d’un autre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « quiproquo »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
quiproquo kiproko

Citations contenant le mot « quiproquo »

  • « Les Z’amours » se prêtent souvent à des quiproquos et autres scènes de ménages sur le plateau. Longtemps animée par Tex, l’émission est depuis 2017 présentée par Bruno Guillon, qui s’amuse régulièrement des anecdotes racontées par les candidats. Ce jeudi, on peut dire que le quiproquo était particulièrement gênant. sudinfo.be, Gros malaise dans les «Z’amours» suite à un quiproquo entre Bruno Guillon et un candidat: «Ça a jeté un froid sur le plateau» (vidéo)
  • Frappe ensuite le plaisir de développer le quiproquo – dont la pelote de laine est la métaphore.  Il y a enfin et surtout la mise en scène du couple. Les pattes dans le vide, Monsieur et Madame Souris commentent un événement  qui leur échappe, comme à nous, lecteurs, d’ailleurs. Le Temps de la Comédie, La fabuleuse histoire de la Comédie en bande dessinée (4) – Le Temps de la Comédie
  • Le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous. De Luigi Pirandello
  • « C'était un grand quiproquo, ils n'avaient rien à voir dans l'histoire », admet Christopher H. devant le tribunal correctionnel de Nanterre, qui le jugeait ce mercredi avec deux autres membres de la bande. Les deux derniers sont mineurs et donc jugés par le tribunal pour enfants. leparisien.fr, Deux ados de Neuilly avaient été passés à tabac à cause d’un 17 sur un tee-shirt - Le Parisien

Traductions du mot « quiproquo »

Langue Traduction
Anglais misunderstanding
Espagnol malentendido
Italien malinteso
Allemand missverständnis
Chinois 误解
Arabe سوء فهم
Portugais mal entendido
Russe недоразумение
Japonais 誤解
Basque gaizki ulertu
Corse malentendimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « quiproquo »

Source : synonymes de quiproquo sur lebonsynonyme.fr

Quiproquo

Retour au sommaire ➦

Partager