La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pourpoint »

Pourpoint

Définitions de « pourpoint »

Trésor de la Langue Française informatisé

POURPOINT, subst. masc.

HIST. DU COST. Vêtement d'homme, en usage du xiiieau xviies. en Europe, qui couvrait le torse jusqu'au-dessous de la ceinture. Pourpoint de buffle, de satin, de soie, de velours. Collet, manches, basques de pourpoint (Ac.).[Les armures] se composaient, au XIVesiècle, de plaques d'acier ou de fer forgé (...) qu'on attachait par-dessus un pourpoint de cuir épais (Mérimée, Don Pèdre Ier,1848, p. 403).Matamore (...) avait tiré du fond de son coffre (...) un pourpoint bombé comme un corselet, et zébré de bandes diagonales alternativement jaunes et rouges qui convergeaient vers une rangée de boutons (...). La pointe du pourpoint descendait fort bas sur le ventre. Les bords et les entournures en étaient garnis d'un bourrelet saillant (Gautier, Fracasse,1863, p. 113).Rodrigue quitte le pourpoint noir et gris d'une jeunesse radieuse, pour endosser la cuirasse noire et or du Cid triomphant (Serrière, T.N.P.,1959, p. 117).V. agrafer ex. 6.
Moule du pourpoint. V. moule1.
Proverbe, vx. La chemise* est plus proche que le pourpoint.
Prononc. et Orth. : [puʀpwε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1215 li porpoinz plur. (Aymeri de Narbonne, 2812 ds T.-L.). Subst. de l'adj. porpoint « piqué, brodé » (ca 1165, Benoît de Ste-Maure, Troie, 10228 ds T.-L.). Les anc. formes du mot, en par-/per-, cf. les subst. a. fr. parpoint, terme d'habill. (dep. ca 1195, Ambroise, Guerre sainte, 3568 ds T.-L.) et a. prov. perponh « id. » (fin du xiies., Bertrand de Born, Sirventes, I, 6, éd. A. Stimming, p. 55), semblent indiquer qu'il faut partir d'un perpunctum (att. seulement en 1191, en lat. médiév., v. Du Cange), part. passé du b. lat. perpungere « percer en piquant » (ves., Caelius Aurelianus ds Ern.-Meillet, s.v. pungere), comp. de per- (v. per-) et de pungere (v. poindre). La substitution du préf. pour- à par- s'est faite en a. fr. Fréq. abs. littér. : 161. Bbg. Quem. DDL t. 19.

Wiktionnaire

Nom commun - français

pourpoint \puʁ.pwɛ̃\ masculin

  1. (Habillement) Justaucorps, chemise ou habit d’étoffe piquée qui couvrait le corps du cou jusqu’à la ceinture.
    • "Philandre : Ce blasphème à tout autre aurait coûté la vie.
      - Tircis : Nous tomberons d’accord sans nous mettre en pourpoint.
      C’est-à-dire sans nous mettre en chemise pour nous battre — (Corneille, Mélite)
    • Il portait un élégant pourpoint garni de zibeline, un haut-de-chausses très-ample et des souliers fendus dans toute leur longueur. — (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, Traduit par Henry Egmont)
    • Mon pourpoint n’est pas plus vieux que les tapisseries de la couronne. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Il était simplement mis, mais élégamment vêtu d'un pourpoint de drap violet foncé avec de légères broderies de soie de même couleur. — (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.1)
    • Puis il passa par-dessus son jacques des chausses et un pourpoint gris et argent, qui étaient ses couleurs favorites. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Ce furent les Croisades qui firent pénétrer en France l’usage des parfums : on introduisait ceux-ci sous forme de peaux odoriférantes destinées à faire des pourpoints, des ceintures, des gants. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924)
    1. Camisole.
      • (Poétique) pourpoint de pierre, prison.
      • Il ne sera pas bien à Lyon, de peur d’un pourpoint de pierre de taille en Pierre-Ancise. — (Patin, Lettres choisies)
    2. (Histoire) Cotte d’armes en taffetas, rembourrée, qui se portait sous l’armure.
      • pourpoint de sental.
  2. (Rare) (Désuet) (Cuisine) Morceau d’un lapin, d’un lièvre.
    • M. de Chevreuse se hâtait de manger quelque pourpoint de lapin, quelque grillade, enfin ce qui avait le moins de suc. — (Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POURPOINT. n. m.
Partie de l'ancien habillement français qui couvrait le corps depuis le cou jusqu'au-dessous de la ceinture. Collet, manches, basques de pourpoint. Pourpoint de satin. Boutonner un pourpoint. Se mettre en pourpoint. Pourpoint tailladé. Tirer un coup à brûle-pourpoint, Le tirer à bout portant ou de très près. À brûle-pourpoint s'emploie aussi figurément tomme locution adverbiale. Voyez BRÛLE-POURPOINT.

Littré (1872-1877)

POURPOINT (pour-poin ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pourpoin-z élégants) s. m.
  • 1Nom qu'on donnait autrefois à l'habit français qui a précédé les justeaucorps, et qui couvrait le corps depuis le cou jusqu'à la ceinture. Un bon pourpoint bien long et fermé comme il faut, Qui pour bien digérer tienne l'estomac chaud, Molière, Éc. des mar. I, 1. Nos pères sur ce point étaient gens bien sensés, Qui disaient qu'une femme en sait toujours assez, Quand la capacité de son esprit se hausse à connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse, Molière, Femm. sav. II, 7. Tous les usages de la vie civile [au XVIe siècle] différaient des nôtres ; le pourpoint et le petit manteau étaient devenus l'habit de toutes les cours, Voltaire, Mœurs, 121. On raconte de Pétrarque que, dans ses promenades solitaires, il écrivait sur son pourpoint de peau les vers qu'il composait, Mongez, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 275.

    Se mettre en pourpoint, se disposer pour se battre. Philandre : Ce blasphème à tout autre aurait coûté la vie. - Tircis : Nous tomberons d'accord sans nous mettre en pourpoint, Corneille, Mél. I, 5.

    Mettre un homme en pourpoint, le dépouiller de son manteau, et fig. le ruiner. … Il aime la France et ne souffrirait point… qu'on la mît en pourpoint, Régnier, Sat. X.

    Tirer un coup à brûle-pourpoint, tirer à bout portant ou de très près. Et [l'Amour] la tire à brûle-pourpoint D'un petit arc qu'on ne voit point, Scarron, Virg. I.

    Fig. Tirer sur quelqu'un à brûle-pourpoint, lui dire quelque chose à brûle-pourpoint, lui dire en face quelque chose de dur, de désobligeant. Mais les coups éloignés ne vous émeuvent point ; Il faut vous les tirer plus à brûle-pourpoint, Boursault, Ésope à la cour, IV, 2.

    Ce qu'il vous dit là est à brûle-pourpoint, c'est-à-dire est trop dur, trop grossier pour être dit en face.

    Il y va à brûle-pourpoint, c'est-à-dire il agit sans ménagement, sans détours.

    Il y a un sot dans son pourpoint, c'est-à-dire c'est un sot.

    Fig. Ma pauvreté est fière ; je n'ai qu'un méchant pourpoint, mais je n'y veux point de taches, Ducis, Corresp. 11 oct. 1813.

    Un pourpoint de pierre, la prison. Il ne sera pas bien à Lyon, de peur d'un pourpoint de pierre de taille en Pierre-Ancise, Patin, Lettres, t. II, p. 495.

  • 2 Fig. Le moule du pourpoint, le corps. Sauver le moule du pourpoint, sauver son corps, sa personne.

    On dit de même : le contenu du pourpoint. Le dévouement est grand à la personne d'un maître ; c'est à la personne qu'on se dévoue, au corps, au contenu du pourpoint, Courier, Simple disc.

    Il y a laissé le moule du pourpoint, de son pourpoint, se dit d'un homme qui a été tué en quelque occasion.

  • 3Pourpoint de sental, cotte d'armes en taffetas, rembourrée, qui se portait sous l'armure, dans le moyen âge.
  • 4Il s'est dit d'un morceau d'un lapin, d'un lièvre. M. de Chevreuse se hâtait de manger quelque pourpoint de lapin, quelque grillade, enfin ce qui avait le moins de suc, Saint-Simon, 336, 156.

HISTORIQUE

XIIIe s. Qui lor veïst d'une part et d'autre haubiers roller… pourpoins et quiries et escus enarmer, Chr. de Rains, p. 76.

XIVe s. Pour la façon de certains pourpoints et joyaux qu'il fit faire pour le roy, pour son voyage de Saint-Omer, où le roy d'Angleterre devoit estre en personne, De Laborde, Émaux, p. 473.

XVe s. Ma peine pers comme fait maint… Je sens où mon pourpoint m'estraint, Orléans, Rondeau. Il avoit si tres-grand haste de bien fournir son pourpoint [de manger], qu'il ne disoit mot, Louis XI, Nouv. LXXXIII.

XVIe s. Ce lourd grossissement de pourpoincts, qui nous faict touts aultres que nous ne sommes, Montaigne, I, 338.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POURPOINT, s. m. (Ouvrage de Tailleur.) le pourpoint est un vêtement dont on se servoit autrefois beaucoup en France ; il descendoit jusque au défaut des reins, où il finissoit par des basques, & avoit des manches dans lesquelles on mettoit les bras. C’étoit la partie d’un habit d’homme qui couvroit le dos, l’estomac & les bras. Il étoit composé du corps du pourpoint, des manches, d’un collet, de busques & de basques ; on n’ignore pas ces vers de Moliere.

Nos peres sur ce point étoient gens bien sensés,
Qui disoient qu’une femme en sait toujours assez,
Quand la capacité de son esprit se hausse
A connoître un pourpoint d’avec un haut de chausse.

La communauté des marchands Pourpointiers a été réunie en 1655, à celle des tailleurs d’habits.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pourpoint »

Part. passé pris substantivement de l'anc. verbe pourpoindre, de pour et poindre : poindre, piquer à travers (le pourpoint étant piqué, brodé) ; bourg. porpoint, prepoint ; provenç. perpong, perpoing, perponh ; espagn. perpunte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Substantivation de l’adjectif ancien français porpoint (« piqué, brodé ») ou aussi parpoint (« pourpoint ») dérivés du latin perpungo (« piquer au travers ») → voir per-, poindre, point et piqué.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pourpoint »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pourpoint purpwɛ̃

Citations contenant le mot « pourpoint »

  • Nos pères, sur ce point, étaient gens bien sensés, Qui disaient qu'une femme en sait toujours assez Quand la capacité de son esprit se hausse À connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale
  • Géographe. Individu qui peut vous dire à brûle-pourpoint la différence qu'il y a entre l'extérieur et l'intérieur du globe. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable

Traductions du mot « pourpoint »

Langue Traduction
Anglais doublet
Espagnol doblete
Italien doppietto
Allemand dublett
Chinois 成对的东西
Arabe صدرة ضيقة
Portugais gibão
Russe дублет
Japonais ダブレット
Basque jipoia
Corse doublet
Source : Google Translate API

Synonymes de « pourpoint »

Source : synonymes de pourpoint sur lebonsynonyme.fr

Pourpoint

Retour au sommaire ➦

Partager