La langue française

Placet

Sommaire

Définitions du mot placet

Trésor de la Langue Française informatisé

PLACET1, subst. masc.

A. − Vx, littér. Écrit adressé à une personne détenant un pouvoir pour lui demander justice, obtenir une grâce, une faveur. Synon. pétition, requête.Placet apostillé; présenter un placet. Ces divers placets de Molière au roi, à propos du Tartufe, sont fort gais, en excellente prose (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.3, 1848, p.215).Madame rédigeait placets sur placets, pétitions sur pétitions, afin d'obtenir un bureau de tabac (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.102).
B. − DR. ,,Copie sur papier libre de l'acte introductif d'instance contenant les noms des parties en cause et des avoués constitués, qui est remise au greffier pour l'enrôlement de la cause et qui demeure sous les yeux du tribunal au cours des débats`` (Cap. 1936). Il est tard, je vais faire un bout de placet, avec des attendu, et j'irai moi-même au palais (Balzac, Chabert, 1832, p.27).
Rem. La formule lat. placet est utilisée dans les assemblées eccl. pour indiquer un vote favorable (la formule du vote négatif étant non placet): Bien sûr [au concile de Trente] les évêques eux-mêmes étaient tous prêts à prononcer leur placet approbatif (La Varende, Centaure de Dieu, 1938, p.196).
Prononc. et Orth.: [plasε]. Homon. et homogr. placet2. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist.1. 1365 lettre de plachet «assignation à comparaître devant le for ecclésiastique» (Compt. de Valenciennes, no24, fo14 vo, A. Valenciennes ds Gdf. Compl.); 2. a) 1479 «demande succincte par écrit pour obtenir justice, grâce, une faveur, etc.» (Louis XI, Ordonnances des rois de France, t.XVIII, p.514); b) 1549 plus spéc. «demande adressée au tribunal pour obtenir audience» (Est.); c) 1680 (Rich.: Placet. C'est une maniere de petit poëme François qu'on fait en forme de placet); 3. 1482 «consentement, réponse favorable à une demande, permission» (Lettres de Louis XI, X, 33 ds Bartzsch, p.137). Mot lat. placet «il plaît», 3epers. du sing. du prés. de l'ind. du verbe placere (v. plaire) utilisé dans les textes jur. et admin. en lat. médiéval et comme formule de vote dans les assemblées du clergé.

PLACET2, subst. masc.

Petit siège sans bras ni dossier, parfois pliant, souvent garni de tissu ou de tapisserie, en usage de la fin du xves. au xviiies. environ; tabouret. Le duc fit de la main un signe de condescendance à Léonarde et lui indiqua un placet pour s'asseoir (Gautier, Fracasse, 1863, p.329).
Prononc. et Orth.: [plasε]. Homon. et homogr. placet1. Att. ds Ac. 1740-1878. Étymol. et Hist. 1539 (Gilles Corrozet, Blasons domestiques ds Anc. poés. fr., éd. A. de Montaiglon, t.6, p.245 et 258). Dér. de place*; suff. -et*.
STAT.Placet1 et 2. Fréq. abs. littér.: 45.
BBG.Barbier (P.). Nouv. ét. de lexicol. fr. «placet» = «tabouret». Rom. Philol. 1950-1951, t.4, pp.261-263.

Wiktionnaire

Nom commun 1

placet \pla.sɛ\ masculin

  1. (Droit) Acte rédigé par l’avoué du demandeur et déposé au greffe pour faire inscrire l’affaire au rôle.
  2. (Vieilli) Demande succincte par écrit, pour obtenir justice, grâce, faveur, etc.
    • Le Béarnais se mit à rire; […]. La voiture ne s'arrêta pas, car il tombait une petite pluie fine, […], et on avait déjà perdu beaucoup de temps à écouter la harangue des notables de Sainte-Menehould ; mais Henri IV fit prendre les placets des verriers, et peu de jours après leur accorda de nouvelles lettres patentes. — (André Thieuret, Le secret de Gertrude, dans Le Correspondant, tome 82, Paris : chez Charles Douniol, 1870, p. 236)
    • Ils refusèrent de bailler les lettres de placet indispensables pour les exécutions sur leurs territoires. — (Pierre Lenail, Le parlement de Dombes, Lyon 1523 à 1696 - Trévoux 1697 à 1771, Bernoux & Cumin (éds), Lyon, 1900, page 29.)
    • C’est dit ; emportez tous les placets que j’ai reçus à ce sujet : ils sont dans ce coffre. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)

Nom commun 2

placet \pla.sɛ\ masculin

  1. (Désuet) Tabouret généralement carré, à quatre pieds droits, renforcés par une entrejambe en "H". Terme utilisé au XVI et XVIIe siècle.

Nom commun 3

placet \pla.sɛ\ masculin

  1. (Suisse) Partie horizontale d’une chaise, où l’on s’assoit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLACET. n. m.
Demande succincte par écrit, pour obtenir justice, grâce, faveur, etc. Placet au roi. Il a présenté un placet au ministre. Il n'est plus guère d'usage; on dit Pétition.

Littré (1872-1877)

PLACET (pla-sè) s. m.
  • Petit siége qui n'a ni bras, ni dossier. Prends ce banc, ce placet, ou cette chaire à bras, Nouguier, Odyssée à la mode, p. 59. Un lit et deux placets composaient tout son bien, Boileau, Sat. I.

    On dit aujourd'hui tabouret.

HISTORIQUE

XVIe s. Faisants placets d'herbe verte, Pasquier, Monophile, dans LACURNE. Douze plasetz de bois de noyer, dont six grands et six moyens, [Inventaire de Gabrielle d'Estrées], De Laborde, Émaux, p. 452.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLACET, s. m. (Histoire.) ces sortes de requêtes, de supplications faites par écrit que l’on présente au roi, aux grands seigneurs & aux juges sont appellés placets, parce qu’ils commencent toujours plaise à votre majesté, plaise, &c. les Latins les nomment elogia.

Comme je ne connois point dans toute l’histoire de placet plus simple, plus noble, &, selon toutes les apparences, plus juste que celui d’Anne de Boulen à Henri VIII. son époux, & qu’on conserve encore écrit de la propre main de cette reine dans la bibliotheque Cotton, je crois devoir le rapporter ici.

Il est presque inutile de rappeller aux lecteurs le jugement de cette princesse par des commissaires, sa fin tragique sur un échaffaut, & ce que l’histoire manifeste, qu’on lui fit plutôt son procès par les ordres exprès du roi, alors amoureux de Jeanne Seymour, que pour aucun crime qu’elle eût commis. Aussi son placet respire l’innocence, la grandeur d’ame & les justes plaintes d’une amante méprisée, Shakespear n’auroit pu lui prêter un style si conforme à son caractere & à son état. Sa douleur éloquente & profonde est pleine de traits plus pathétiques que ceux dont la plus belle imagination pourroit se parer. Voici donc de quelle maniere s’exprimoit cette mere infortunée de la célebre Elisabeth :

« Sire, le mécontentement de votre grandeur & mon emprisonnement me paroissent des choses si étranges, que je ne sai ni ce que je dois écrire, ni sur quoi je dois m’excuser. Vous m’avez envoyé dire par un homme que vous savez être mon ennemi déclaré depuis long-tems, que pour obtenir votre faveur je dois reconnoître une certaine vérité. Il n’eut pas plutôt fait son message que je m’apperçus de votre dessein ; mais si, comme vous le dites, l’aveu d’une vérité peut me procurer ma délivrance, j’obéirai à vos ordres de tout mon cœur & avec une entiere soumission.

» Que votre grandeur ne s’imagine pas que votre pauvre femme puisse jamais être amenée à reconnoître une faute dont la seule pensée ne lui est pas venue dans l’esprit : jamais prince n’a eu une femme plus fidelle à tous ses devoirs, & plus remplie d’une tendresse sincere que celle que vous avez trouvée en la personne d’Anne de Boulen, qui auroit pu se contenter de ce nom & de son état, s’il avoit plû à Dieu & à votre grandeur de l’y laisser. Mais au milieu de mon élévation & de la royauté-où vous m’avez admise, je ne me suis jamais oubliée au point de ne pas craindre quelque revers pareil à celui qui m’arrive aujourd’hui. Comme cette élévation n’avoit pas un fondement plus solide que le goût passager que vous avez eu pour moi, je ne doutois pas que la moindre altération dans les traits qui l’ont fait naître ne fût capable de vous faire tourner vers quelque autre objet.

» Vous m’avez tirée d’un rang inférieur pour m’élever à la royauté & à l’auguste rang de votre compagne. Cette grandeur étoit fort au-dessus de mon peu de mérite, ainsi que de mes desirs. Cependant si vous m’avez crue digne de cet honneur, ne soufrez pas, grand prince, qu’une inconstance injuste, ou que les mauvais conseils de mes ennemis me privent de votre faveur royale. Ne permettez pas qu’une tache aussi noire & aussi indigne que celle de vous avoir été infidelle, ternisse la réputation de votre femme & celle de la jeune princesse votre fille.

» Ordonnez donc, ô mon roi, que l’on instruise mon procès ; mais que l’on y observe les lois de la justice, & ne permettez point que mes ennemis jurés soient mes accusateurs & mes juges. Ordonnez même que mon procès me soit fait en public ; ma fidélité ne craint point d’être flétrie par la honte ; vous verrez mon innocence justifiée, vos soupçons levés, votre esprit satisfait, & la calomnie réduite au silence, ou mon crime paroîtra aux yeux de tout le monde. Ainsi, quoi qu’il plaise à Dieu ou à vous d’ordonner de moi, votre grandeur peut se garantir de la censure publique, & mon crime étant prouvé en justice, vous serez en liberté devant Dieu & devant les hommes, non-seulement de me punir comme une épouse infidelle, mais encore de suivre l’inclination que vous avez fixée sur cette personne qui est la cause du malheureux état où je me vois réduite, & que j’aurois pu vous nommer il y a long-tems, puisque votre grandeur n’ignore pas jusqu’où alloient mes soupçons à cet égard.

» Enfin si vous avez résolu de me perdre, & que ma mort fondée sur une infâme calomnie vous doive mettre en possession du bonheur que vous souhaitez, je prie Dieu qu’il veuille vous pardonner ce grand crime, aussi-bien qu’à mes ennemis qui en sont les instrumens ; & qu’assis au dernier jour sur son trône devant lequel vous & moi comparoîtrons bien-tôt, & où mon innocence, quoi qu’on puisse dire, sera ouvertement reconnue ; je le prie, dis-je, qu’alors il ne vous fasse pas rendre un compte rigoureux du traitement cruel & indigne que vous m’aurez fait.

» La derniere & la seule chose que je vous demande, est que je sois seule à porter tout le poids de votre indignation, & que ces pauvres & innocens gentilshommes qui, m’a-t-on dit, sont retenus à cause de moi dans une étroite prison, n’en reçoivent aucun mal. Si jamais j’ai trouvé grace devant vous ; si jamais le nom d’Anne de Boulen a été agréable à vos oreilles, ne me refusez pas cette demande, & je ne vous importunerai plus sur quoi que ce soit ; au contraire j’adresserai toujours mes ardentes prieres à Dieu, afin qu’il lui plaise vous maintenir en sa bonne garde & vous diriger en toutes vos actions. De ma triste prison à la Tour, le 6 de Mai. Votre très-fidelle & très-obéissante femme,

» Anne de Boulen ». (D. J.)

Placet, s. m. ustensile, petit siege bas ; rembourré, sans bras ni dossier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « placet »

(Nom 1 : Requête) Du latin placere (« plaire ») signifiant littéralement « il me plait, il me semble bon » et dont le futur « je plairai » a donné placebo.
(Nom 2 : Tabouret) Diminutif de place.  [1]
(Nom 3 : Fond de chaise) Probablement dérivé du sens précédent par métonymie. [2]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

D'après Ménage, c'est, avec un changement de genre, un diminutif de place : XVIe s. Aucunes maisonnettes, petites ou grandes boutiques, ny aussi aucune eschelle, banc ou placette, Nouv. coust. gén. t. I, p. 1007.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « placet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
placet plasɛ

Traductions du mot « placet »

Langue Traduction
Anglais placet
Espagnol placet
Italien placet
Allemand placet
Chinois 胎盘
Arabe بلاسيت
Portugais placet
Russe голос 'за'
Japonais 胎盤
Basque placet
Corse placet
Source : Google Translate API

Synonymes de « placet »

Source : synonymes de placet sur lebonsynonyme.fr
Partager