La langue française

Pintade

Sommaire

  • Définitions du mot pintade
  • Étymologie de « pintade »
  • Phonétique de « pintade »
  • Citations contenant le mot « pintade »
  • Images d'illustration du mot « pintade »
  • Traductions du mot « pintade »
  • Synonymes de « pintade »

Définitions du mot « pintade »

Trésor de la Langue Française informatisé

PINTADE, subst. fém.

A. − Oiseau de basse-cour, au plumage gris bleuâtre pointillé de blanc, à tête nue avec une crête cornée, à queue courte et pendante, qui a à peu près la taille d'une poule et est élevée pour sa chair. Le modeste demi-deuil de sa robe à pois blancs, dit Rostand de la pintade (Renard,Journal,1896, p.319):
. Avec les pintades, l'homme vit dans l'incertitude journalière. Ce sont des indépendantes forcenées. Il n'y a pas à songer à les faire pondre ni couver en servage. Elles ne se reproduisent qu'en liberté. Secrètes dans leurs amours, cachées dans leur ponte, d'une habileté extrême à dissimuler leur nid, elles acceptent avec dédain la pâture et le couvert sans se plier à aucune concession. Pesquidoux,Chez nous,1921, p.252.
P. méton. Chair de cet animal. Salmis de pintade; pintade truffée. Le rôti chaud était un filet aux truffes, et le rôti froid, une galantine de pintade à la gelée (Zola,Nana,1880, p.1177).
P. compar. Une jolie femme (...) s'était transformée en Vénus callipyge et allait comme une pintade, tendant le cou, rentrant son busc, et bombant la partie opposée à celle sur laquelle appuyait le busc (Balzac,Théor. démarche,1833, p.633).Au fond, nous autres hommes sommes tous les mêmes, mon vieux pêcheur. Vaniteux comme des pintades (Giraudoux,Ondine,1939, I, 4, p.33).
P. anal., fam., péj. Femme sotte, vaniteuse. Ce n'est pas nous qui avons (...) comme M. Masson, traité de «pintades» et de «grues» les dames qui n'étaient pas de notre avis (Marnold,Cas Wagner,1918, p.135).
ZOOLOGIE
Au plur. Famille de l'ordre des Galliformes, comprenant plusieurs espèces qui vivent en Afrique Orientale, dont la plus commune est à l'origine de la pintade domestique. Les (...) Pintades, ont une tête caronculée, souvent casquée, en grande partie nue, et un plumage comportant de nombreuses petites taches sur fond très pigmenté. C'est une famille exclusivement éthiopienne (Encyclop. Sc. Techn.t.61971, p.183).
Au sing. avec déterm. Espèce appartenant à cette famille. Il existe de nombreuses espèces de pintades, qui se distinguent par la taille, mais surtout par la présence ou l'absence d'une crête cornée sur la tête. On peut citer la pintade commune (Numida meleagris), la pintade noire (Phasidus neger), la pintade à poitrine blanche (Agelastes meleagrides), etc. (Lar. agric.1981).Pintade vulturine*.
B. − P. anal. Fritillaire* pintade.
Prononc. et Orth.: [pε ̃tad]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist.1. 1637 zool. pintarde (Alexis de Saint-Lô, Relation du Voyage du Cap-Verd, p.110 ds Arv., p.411); 1643 poule pintade (Jannequin, Voyage de Lybie au royaume de Senega, pp.166-167, ibid.); 1669 pintade (Villaud de Bellefond, Relation des costes d'Afrique, appelées Guinée, p.107, ibid.); 2. 1918 fig. (Marnold, loc. cit.). Empr. au port. pintada, terme de zool., proprement «[oiseau] peint», dér. de pintar «peindre», du lat. pop. *pinctare, var. de *pictare «id.», lui-même issu du lat. class. pictus, part. passé de pingere, v. peindre. Fréq. abs. littér.: 72.
DÉR. 1.
Pintadeau, subst. masc.Petit de la pintade. Les pintadeaux restent délicats jusque vers deux mois. Passé cet âge, ils deviennent vite très rustiques (Lar. mén.1926).À mi-chemin entre le coq et le faisan, la pintade, et surtout le pintadeau ont une chair plutôt voisine de celle du faisan (Ac. Gastr.1962). [pε ̃tado]. 1reattest. 1772 (La Nux, Lettre du 24 oct. ds Buffon, OEuvres compl., éd. L. de Lanessan, Paris, A. Pilon, t.10, p.234); de pintade, suff. -eau*.
2.
Pintadon, subst. masc.,var. région. (Midi) de pintadeau. À valeur hypocor. Les femmes avançaient leurs têtes (...) jusque dans la voiture, et rien que pour avoir vu le béguin du petit s'exclamaient: −(...) −Il semble son père, qué?... −Déjà son nez Bourbon et ses bonnes manières... −(...) −Il est joli comme un oeuf... −On le boirait dans un verre d'eau... −Té! mon trésor... −Mon perdreau... −Mon agnelet... −Mon pintadon (A. Daudet, N. Roumestan, Paris, Libr. de France, 1929 [1881], p.229). [pε ̃tadɔ ̃]. 1reattest. 1881 id.; du prov. pintado «pintade» (fr. pintade), suff. -on (fr. -on1*).
3.
Pintadine, subst. fém.Huître perlière. Synon. sc. méléagrine.Le mollusque par excellence qui distille la perle, c'est l'huître perlière, la précieuse pintadine (Verne,Vingt mille lieues, t.2, 1870, p.21).[pε ̃tadin]. 1reattest. 1819 (Lamarck, Hist. nat. des animaux sans vertèbres, Paris, Lamarck, 1815-22, t.6, 1repart., p.150); de pintade au sens de «coquille univalve» (1776, Valmont d'apr. FEW t.8, p.429a), lui-même issu de pintade (terme de zool.), la coquille étant tachetée comme le plumage de l'oiseau; suff. -ine*.

Wiktionnaire

Nom commun

pintade \pɛ̃.tad\ féminin

  1. (Ornithologie) Nom donné à quatre genres totalisant six espèces d’oiseaux gallinacés coureurs originaires d’Afrique, appartenant à la famille des numididés, dont le plumage gris-bleuâtre ou noir est souvent semé de taches blanches plus ou moins arrondies et dont la tête est munie d’une sorte de casque de corne, d’une huppe ou d’une crête.
    • Il existe aujourd'hui six espèces de pintades, dont la pintade de Numidie (Numida meleagris) ou pintade commune est celle dont sont dérivées les différentes races de pintades domestiques.
    • Les oies, les dindes, les pintades, les pigeons fraternisant en compagnie de trois chats. — (Émile Zola, La Faute de l'abbé Mouret, 1875)
  2. (Absolument) (Génériquement) (Élevage) (Agronomie) Employé seul, i.e. en absence de descripteur spécifique, synonyme de la forme domestiquée de la pintade de Numidie, ou pintade domestique.
    • Les sentiments sont partagés pour savoir si la pintade a réellement soin ou non de sa couvée : le problème est encore à résoudre. Le plus souvent on ne lui permet pas de couver elle-même ses œufs, par la raison qu'elle ne s'y attache point, et qu'elle abandonne souvent ses petits: dans ce cas, il faut la faire suppléer par des poules, ou mieux par des poules d'Inde. — (L. Moll, Eugène Gayot, "Encyclopédie pratique de l'agriculteur", volume 11, Firmin Didot, Paris, 1874, p. 511)
  3. (Par métonymie) Chair de cet animal.
    • Sa pintade farcie aux noisettes, pistaches et pain d'épice était une merveille
    • Le rôti chaud était un filet aux truffes, et le rôti froid, une galantine de pintade à la gelée. — (Émile Zola, Nana, 1881)
  4. (Figuré) (Familier) Femme sotte et vaniteuse.
    • Michèle est une insupportable pintade.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PINTADE. n. f.
Oiseau de la famille des Gallinacés, dont la tète est munie d'une sorte de casque de corne et dont le plumage gris-bleuâtre est semé de taches blanches plus ou moins arrondies. Figurément et familièrement, il se dit d'une Femme sotte et vaniteuse.

Littré (1872-1877)

PINTADE (pin-ta-d') s. f.
  • 1Genre de gallinacés à tête nue, à queue courte, et à pieds sans éperons, dont l'espèce connue sous le nom de pintade a le plumage gris bleuâtre et semé de taches blanches, numida meleagis, L. Il paraît que la pintade, élevée autrefois à Rome avec tant de soin, s'était perdue en Europe, puisqu'on n'en retrouve plus aucune trace chez les écrivains du moyen âge, Buffon, Ois. t. III, p. 235.
  • 2Coquille univalve.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PINTADE. Ajoutez :
3Nom d'un serpent de l'Inde, du genre des orvets.

REMARQUE

1. Au mot pintade, le Grand dictionnaire des sciences naturelles (1825-1826) dit qu'il ne faut pas confondre pintade ou pintado, qui est un des noms du petrel damier, lequel est un palmipède (procellaria capensis, Linné), avec la peintade, qui est un gallinacé du genre numida.

2. Pintade dérivant de l'esp. pintado, l'orthographe peintade ne peut être reçue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PINTADE, voyez Peintade, s. f. (Ornithol.) Cet oiseau de la côte d’Or, d’Afrique, de Barbarie, de Guinée, de Numidie, de Mauritanie, en un mot de tous ces pays brûlans, étoit fort connu des Romains ; ils l’appelloient avis afra, l’oiseau afriquain. Il ne brille pas par l’éclat de son plumage, mais ses couleurs modestes ne sauroient manquer de contenter les yeux, par la régularité avec laquelle elles sont distribuées. Le pinceau ne peut rien faire de plus exactement symmétrisé ; & c’est aussi de-là que l’oiseau de Numidie a tiré son beau nom de pintade.

On range la pintade sous le genre des poules, d’où vient qu’on l’appelle la poule de Numidie. Elle a tous les attributs & toutes les qualités des poules, crête, bec, plumage, ponte, couvée, soin de ses petits ; ses caracteres distinctifs ont été indiqués ci-dessus.

Les différences des poules pintades sont fort bien désignées par Varron dans ces paroles, grandes, variæ, gibberæ. Grandes, elles sont effectivement plus grosses que les poules communes. Variæ, leur plumage est tout moucheté : il y en a quelquefois de deux couleurs ; les unes ont des taches noires & blanches, disposées en forme de rhombes, & les autres sont d’un gris plus cendré ; toutes sont blanches sous le ventre, au-dessous & aux extrémités des aîles. Gibberæ ; leur dos en s’élevant forme une espece de bosse, & représente assez naturellement le dos d’une petite tortue ; cette bosse n’est cependant formée que du replis des aîles, car lorsqu’elles sont plumées, il n’y a nulle apparence de bosse sur leur corps ; mais ce qui la fait paroître davantage, c’est que leur queue est courte & recourbée en bas, & non pas élevée & retroussée en haut comme celles des poules communes.

La pintade a le col assez court, fort mince, & légerement couvert d’un duvet. Sa tête est singuliere ; elle n’est point garnie de plumes, mais revétue d’une peau spongieuse, rude & ridée, dont la couleur est d’un blanc bleuâtre ; le sommet est orné d’une petite crête en forme de corne, qui est de la hauteur de cinq à six lignes : c’est une substance cartilagineuse. Gesner la compare au corno du bonnet ducal que porte la doge de Venise ; il y a pourtant de la différence, en ce que le corno du bonnet ducal est incliné sur le devant comme la corne de la licorne, au lieu que la corne de la pintade est un peu inclinée en arriere comme celle du rhinoceros. De la partie inférieure de la tête pend de chaque côté une barbe rouge & charnue, de même nature & de même couleur que la crête des coqs. Sa tête est terminée par un bec trois fois plus gros que celui des poules communes, très-pointu, très-dur, & d’une belle couleur rouge.

La pintade pond & couve de même que les poules ordinaires : ses œufs sont plus petits & moins blancs ; ils tirent un peu sur la couleur de chair, & sont marquetés de points noirs. On ne peut guere accoutumer la pintade à pondre dans le poulailler ; elle cherche le plus épais des haies & des brossailles, où elle pond jusqu’à cent œufs successivement, pourvu qu’on en laisse toujours quelqu’un dans son nid.

On ne permet guere aux pintades domestiques de couver leurs œufs, parce que les meres ne s’y attachent point, & abandonnent souvent leurs petits ; on aime mieux les faire couver par des poules d’inde, ou par des poules communes. Les jeunes pintades ressemblent à des petits perdreaux : leurs piés & leur bec rouge joint à leur plumage, qui est alors d’un gris de perdrix, les rend fort jolies à la vûe. On les nourrit avec du millet ; mais elles sont fort délicates, & très-difficiles à élever.

La pintade est un oiseau extrèmement vif, inquiet & turbulent ; elle court avec une vîtesse extraordinaire, à-peu-près comme la caille & la perdrix, & ne vole pas fort haut ; elle se plaît néanmoins à percher sur les toîts & les arbres, & s’y tient plus volontiers pendant la nuit que dans les poulaillers. Son cri est aigre, perçant, désagréable, & presque continuel : du reste elle est d’humeur querelleuse, & veut être la maîtresse dans la basse-cour. Les plus grosses volailles, & même les poules d’inde, sont forcées de lui céder l’empire. La dureté de son bec, & l’agilité de ses mouvemens, la font redouter de toute la gent volatile.

Sa maniere de combattre est à-peu-près semblable à celle que Salluste attribue aux cavaliers numides : « Leurs charges, dit-il, sont brusques & précipitées ; si on leur résiste, ils tournent le dos, & un instant après font volte face : cette perpétuelle alternative harcelle extrèmement l’ennemi ». Les pintades qui se sentent du lieu de leur origine, ont conservé le génie numide. Les coqs d’inde glorieux de leur corpulence, se flattent de venir aisément à bout des pintades ; ils s’avancent contre elles avec fierté & gravité, mais celles-ci les désolent par leurs marches & contremarches : elles ont plûtôt fait dix tours & donné vingt coups de bec, que les coqs d’inde n’ont pensé à se mettre en défense.

Les pintades nous viennent de Guinée : les Génois les ont apportées en Amérique dès l’an 1508, avec les premiers negres, qu’ils s’étoient engagés d’amener aux Castillans. Les Espagnols n’ont jamais pensé à les rendre domestiques ; ils les ont laissé errer à leur fantaisie dans les bois & dans les savannes, où elles sont devenues sauvages. On les appelle pintades marones ; c’est une épithete générale qu’on donne dans les Indes à tout ce qui est sauvage & errant. Lorsque les François commencerent à s’y établir, il y en avoit prodigieusement dans leurs cantons ; mais ils en ont tué une si grande quantité, qu’il n’en reste presque plus.

Entre les auteurs romains qui ont parlé de la pintade, les uns l’ont confondue avec la méléagride, & n’en ont fait qu’une seule espece. Tels sont Varron, Columelle & Pline. D’autres les ont distinguées, & en ont fait deux diverses especes ; tels sont Suétone, suivi par Scaliger, avec cette différence que Scaliger prétend mettre Varron de son côté, en quoi il est abandonné de ceux même qui suivent son sentiment sur la diversité de la pintade & de la méléagride, & en particulier de M. Fontanini, archevêque titulaire d’Ancire, lequel a donné une curieuse dissertation sur la pintade, dont on trouvera l’extrait dans les mem. de Trévoux, année 1729, au mois de Juin ; cependant le P. Margat a combattu le sentiment de M. Fontanini, dans le recueil des lettres édifiantes.

La pintade faisoit chez les Romains les délices des meilleures tables, comme il paroît par plusieurs passages d’Horace, de Pétrone, de Juvenal & de Varron ; ce dernier prétend qu’elle n’étoit recherchée que par les gourmands, propter fastidium hominum, c’est-à-dire pour piquer leur goût, & les remettre en appétit. Pline dit, veneunt magno pretio propter ingratum virus, expression assez difficile à entendre, mais qui vraissemblablement ne veut pas dire qu’on vendoit cher les pintades, parce qu’elles étoient détestables au goût. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Pintade, (Diete.) La chair de cet oiseau est très savoureuse & très-salutaire. Les experts en bonne-chere prétendent que son goût ne ressemble à celui d’aucune volaille, & que ses différentes parties ont différens goûts. Les gens qui ne sont pas si fins trouvent que la viande de cet oiseau a beaucoup de rapport avec celle de la poule d’inde. Voyez Poule d’inde, diete. On peut assurer en général que c’est un très-bon aliment. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pintade »

Du portugais pintada (« [oiseau] peint » ou « fardé »), participe passé du verbe pintar (« peindre »), en raison des caroncules rouges qui ornent sa tête.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. pintado, bigarré, de pintar, bigarrer, dérivé du lat. pingere (voy. PEINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pintade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pintade pɛ̃tad

Citations contenant le mot « pintade »

  • Quand on fait rôtir une pintade, la perdrix a la migraine. De Proverbe nigritien
  • La pintade étale ses coloris sur son plumage et l'homme garde les siens dans son cœur. De Massa Makan Diabaté / Le coiffeur de Kouta
  • On ne tire pas sur les pintades qu'on a dans son filet. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • © La pintade - APVF Kiss My Chef, Millefeuilles croustillants de jambon et pintade - Kiss My Chef
  • - Disposer les cuisses de pintade et les tomates confites dans le plat. ladepeche.fr, Recette : Cuisses de pintade aux tomates confites et basilic - ladepeche.fr
  • Moins plébiscitée que le chapon sur les tables de réveillon, la pintade mérite pourtant d’être redécouverte. À la fois goûteuse et peu calorique, cette volaille cache de nombreux trésors que nous allons tenter de vous dévoiler… Femme Actuelle, Tout savoir sur la pintade : Femme Actuelle Le MAG
  • Ses petites planches de tartes flambées, nature (avec une pâte extra fine, une crème d’Isigny) ou aux girolles sont exceptionnelles. Mais le reste rappelle que ce brillant garçon fut jadis élevé au bon lait de grandes tables locales, comme le Cerf à Marlenheim, le Crocodile à Strasbourg et le Soldat de ‘An II à Strasbourg. D’ailleurs sa fameuse « choucroute tzigane » avec pintade, lard, saucisse aux épices et paprika, fut jadis créé par Emile Jung, rue de l’Outre, dans la capitale alsacienne. Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat, Saverne : les plaisirs de la Garenne | Le blog de Gilles Pudlowski - Les Pieds dans le Plat
  • Savoureuse à souhait, la pintade doit sa réputation à ses qualités gustatives. Et pour cause, sa chair goûteuse, ferme, fine et légère, se situant entre la saveur des gibiers et des autres volailles, sait se faire grandement apprécier. Et pour ne rien gâcher, cette viande présente l’avantage d’être facile à cuisiner. D’un point de vue nutritionnel maintenant, la pintade est peu calorique avec 155 calories pour 100 grammes. C’est également une viande maigre contenant 5% de matières grasses et 2% de lipides et est donc une alliée de choix dans le cadre d’un régime. En outre, côté protéines, la pintade n’est pas en reste. Et pour cause, avec 23g pour 100g de viande, sa teneur en protéines est remarquable, constituant un met adapté aux plus sportifs. Aussi, elle peut se targuer d’apporter son lot de sels minéraux et d’oligoéléments, avec, en tête, le potassium, le fer et le phosphore et a la caractéristique d’être riche en vitamine B3, la célèbre niacine, contribuant à la production d’énergie et au maintien d’une peau normale. Enfin, en bonus, sa teneur en graisses insaturées lui permet de contribuer à réduire le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Actualités Santé, Les bienfaits de la pintade - Actualités Santé
  • La cuisse de pintade se cuisine surtout pour les fêtes de Noël. Sa chair est moelleuse, pour autant que la cuisson soit parfaite. Voici nos conseils pour bien cuisiner la cuisse de pintade. Femme Actuelle, Cuisse de pintade : nos meilleures recettes faciles et gourmandes : Femme Actuelle Le MAG
  • Pour le Comité interprofessionnel de la pintade, la crise du Covid-19 a fait disparaître les débouchés habituels de la filière, qui doit faire face à « d’importants volumes non commercialisés. » La France Agricole, Volaille de chair : La pintade « en danger de disparition »
  • - Saler et poivrer l'intérieur des pintades. Les brider. ladepeche.fr, Recette : Pintade aux agrumes - ladepeche.fr
  • Par quel mauvais glissement la pintade s’est-elle retrouvée, un jour, à qualifier la bêtise? Sachant que, sur le chapitre, nos amis les fabulistes, Esope comme La Fontaine, n’y sont pour rien, difficile de comprendre comment la volaille est devenue l’animal totem des nunuches et autres parfaits imbéciles. Sa réputation avérée de plumitif très sonore, qui cacabe comme il criaille à longueur de journée, n’arrange bien évidemment pas l’affaire, tout en compliquant les conditions mêmes de son élevage, régulièrement inquiété par les soucis de voisinage. Et pourtant, quelle histoire, la pintade! Le Figaro.fr, La pintade de la Drôme par Antoine Westermann

Images d'illustration du mot « pintade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pintade »

Langue Traduction
Anglais guinea fowl
Espagnol gallina de guinea
Italien faraona
Allemand perlhuhn
Chinois 珍珠鸡
Arabe طير غينيا
Portugais pintadas
Russe гвинейская птица, цесарка
Japonais ホロホロ鳥
Basque pintada
Corse pichja
Source : Google Translate API

Synonymes de « pintade »

Source : synonymes de pintade sur lebonsynonyme.fr
Partager