La langue française

Piauler

Sommaire

  • Définitions du mot piauler
  • Étymologie de « piauler »
  • Phonétique de « piauler »
  • Citations contenant le mot « piauler »
  • Images d'illustration du mot « piauler »
  • Traductions du mot « piauler »
  • Synonymes de « piauler »

Définitions du mot piauler

Trésor de la Langue Française informatisé

PIAULER, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne un oiseau, en partic. un poussin] Pousser de petits cris aigus et répétés. Synon. piailler.Des petits poulets viennent de naître et piaulent au coin du feu (E. de Guérin, Journal, 1838, p.192).Dans les bosquets j'entends piauler les pintades (Jammes, Clairières, 1906, p.118).Il n'était nul besoin de prêter attentivement l'oreille pour entendre une fauvette babillarde ramager au plus haut du chêne (...), des vanneaux piauler sur l'étang (Genevoix, Routes avent., 1958, p.76).
2. [Le suj. désigne un autre animal] Pousser des cris aigus et plaintifs. Il y avait un chacal qui piaulait derrière la seconde pyramide (Flaub., Corresp., 1850, p.154).C'est le chien qui commence à souffrir, on lui écrase la patte d'un grand coup de talon. (...) On rigole bien à le voir disparaître en piaulant sous le lit comme un éventré (Céline, Voyage, 1932, p.330).
B. − P. anal.
1. Fam. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le suj. désigne le plus souvent un jeune enfant] Pleurer en poussant des cris plaintifs, pleurnicher. Synon. piailler.Cet enfant ne fait que piauler (Ac.).Quel beau rôle Que celui d'un nigaud qui gémit et qui piaule (Pommier, Crâneries, 1842, p.161).Au logis, il y a des petits qui piaulent avec des voix de chacal en détresse; des enfants hâves qui crient le froid ou la faim (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.361).V. melon C 2 ex. de Du Camp.
b) Parler, crier ou chanter d'une voix aiguë. Synon. glapir, piailler.Les femmes s'excitaient et piaulaient en agitant leurs ombrelles rouges (L. Daudet, Entre-deux-guerres, 1915, p.53).Ce vigoureux proverbe me hantait, ce dimanche tandis (...) que piaulaient les enfants de Marie entraînées par soeur Sainte-Hélène qui dactylographiait sur un harmonium essouflé (H. Bazin, Huile sur feu, 1954, p.225).
Empl. trans. Une école de gamins (...) piaulant traînardement des litanies vers les acacias en boule de la Promenade (Laforgue, Moral. légend., 1887, p.93).
[En incise] Xavière! piaule une dernière fois mon oncle hors d'haleine (Fabre, Xavière, 1890, p.249).Le boucher va vous entendre (...). −Je l'enquiquine! piaula Fanny (Colette, Seconde, 1929, p.88).
2. [Le suj. désigne un inanimé; en partic. un instrument de musique] Produire un son aigu. Ce fut d'abord un long charivari de basses ronflant, de violons grinçant, de pistons trompettant, de flûtes et de flageolets qui piaulaient (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.65).Les balles inutiles piaulaient, striaient la nuit (Arnoux, Roi, 1956, p.93).
REM. 1.
Piaulant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) [En parlant d'un oiseau, en partic. d'un poussin] Qui piaule. Des oiseaux piaulants (Rob. Suppl. 1970). P. ext. [En parlant d'un autre animal] Qui pousse des cris aigus et plaintifs. Il laissa le corps saignant au milieu des nouveau-nés [des chiots], piaulants et lourds, qui cherchaient déjà les mamelles (Maupass., Contes et nouv., t.2, Saut, 1882, p.11).b) P. anal. [En parlant d'un inanimé, en partic. d'un instrument de musique] Qui grince, ou qui siffle, qui produit un son aigu. La flûte, tout à la fois sucrée et poivrée, piaulante et douce (Huysmans, À rebours, 1884, p.63).Moutonnante, peineuse, résignée, la horde des soldats descend la sape (...) au bruit (...) quelquefois d'une balle piaulante qui s'acharne (Genevoix, Éparges, 1923, p.129).
2.
Piaulis, subst. masc.,fam. rare. Ramage (des oiseaux). Les oisillons, par grand'bandes, voletaient devant François de branche en branche, et le piaulis qu'ils faisaient lui réjouissait l'esprit (Sand, F. le Champi, 1848, p.187).Des oiseaux faisaient tout un piaulis dans les sorbiers (Pourrat, Gaspard, 1922, p.175).
3.
Pigner, verbe intrans.,région. (Ouest et Centre). Pleurer, pleurnicher. Prêt à pigner comme un enfant qui perd ses jouets (H. Bazin, Huile sur feu, 1954, p.305).Elle pignait de toutes ses larmes (La Varende, Coeur pensif, 1957, p.224).
4.
Piotter, verbe intrans.,synon. (supra A 1).(Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [pjole], (il) piaule [pjo:l]. Ac. 1762-1878: piauler, pioler; 1935: piauler. Étymol. et Hist.1. 1552 pieuler ou pioller «pousser de petits cris aigus» [en parlant de petits poussins]» (Est., s.v. pipio, pipis); 2. id. pioller «gémir, se plaindre [en parlant d'une personne]» (Rabelais, Quart livre, XIX, éd. R. Marichal, p.109, 80). Dér. du rad. onomat. pi- évoquant un bruit aigu avec prolongement de l'élém. vocalique par une seconde voyelle: o, et fermeture de la syll. par la cons. l; dés. -er; FEW t.8, p.419 a; cf. piailler. Fréq. abs. littér.: 54. Bbg. De Charencey. Étymol. fr. B. Soc. Ling. 1906-1908, t.14, p.clxcvj.

Trésor de la Langue Française informatisé

PIAULER, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne un oiseau, en partic. un poussin] Pousser de petits cris aigus et répétés. Synon. piailler.Des petits poulets viennent de naître et piaulent au coin du feu (E. de Guérin, Journal, 1838, p.192).Dans les bosquets j'entends piauler les pintades (Jammes, Clairières, 1906, p.118).Il n'était nul besoin de prêter attentivement l'oreille pour entendre une fauvette babillarde ramager au plus haut du chêne (...), des vanneaux piauler sur l'étang (Genevoix, Routes avent., 1958, p.76).
2. [Le suj. désigne un autre animal] Pousser des cris aigus et plaintifs. Il y avait un chacal qui piaulait derrière la seconde pyramide (Flaub., Corresp., 1850, p.154).C'est le chien qui commence à souffrir, on lui écrase la patte d'un grand coup de talon. (...) On rigole bien à le voir disparaître en piaulant sous le lit comme un éventré (Céline, Voyage, 1932, p.330).
B. − P. anal.
1. Fam. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le suj. désigne le plus souvent un jeune enfant] Pleurer en poussant des cris plaintifs, pleurnicher. Synon. piailler.Cet enfant ne fait que piauler (Ac.).Quel beau rôle Que celui d'un nigaud qui gémit et qui piaule (Pommier, Crâneries, 1842, p.161).Au logis, il y a des petits qui piaulent avec des voix de chacal en détresse; des enfants hâves qui crient le froid ou la faim (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.361).V. melon C 2 ex. de Du Camp.
b) Parler, crier ou chanter d'une voix aiguë. Synon. glapir, piailler.Les femmes s'excitaient et piaulaient en agitant leurs ombrelles rouges (L. Daudet, Entre-deux-guerres, 1915, p.53).Ce vigoureux proverbe me hantait, ce dimanche tandis (...) que piaulaient les enfants de Marie entraînées par soeur Sainte-Hélène qui dactylographiait sur un harmonium essouflé (H. Bazin, Huile sur feu, 1954, p.225).
Empl. trans. Une école de gamins (...) piaulant traînardement des litanies vers les acacias en boule de la Promenade (Laforgue, Moral. légend., 1887, p.93).
[En incise] Xavière! piaule une dernière fois mon oncle hors d'haleine (Fabre, Xavière, 1890, p.249).Le boucher va vous entendre (...). −Je l'enquiquine! piaula Fanny (Colette, Seconde, 1929, p.88).
2. [Le suj. désigne un inanimé; en partic. un instrument de musique] Produire un son aigu. Ce fut d'abord un long charivari de basses ronflant, de violons grinçant, de pistons trompettant, de flûtes et de flageolets qui piaulaient (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.65).Les balles inutiles piaulaient, striaient la nuit (Arnoux, Roi, 1956, p.93).
REM. 1.
Piaulant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) [En parlant d'un oiseau, en partic. d'un poussin] Qui piaule. Des oiseaux piaulants (Rob. Suppl. 1970). P. ext. [En parlant d'un autre animal] Qui pousse des cris aigus et plaintifs. Il laissa le corps saignant au milieu des nouveau-nés [des chiots], piaulants et lourds, qui cherchaient déjà les mamelles (Maupass., Contes et nouv., t.2, Saut, 1882, p.11).b) P. anal. [En parlant d'un inanimé, en partic. d'un instrument de musique] Qui grince, ou qui siffle, qui produit un son aigu. La flûte, tout à la fois sucrée et poivrée, piaulante et douce (Huysmans, À rebours, 1884, p.63).Moutonnante, peineuse, résignée, la horde des soldats descend la sape (...) au bruit (...) quelquefois d'une balle piaulante qui s'acharne (Genevoix, Éparges, 1923, p.129).
2.
Piaulis, subst. masc.,fam. rare. Ramage (des oiseaux). Les oisillons, par grand'bandes, voletaient devant François de branche en branche, et le piaulis qu'ils faisaient lui réjouissait l'esprit (Sand, F. le Champi, 1848, p.187).Des oiseaux faisaient tout un piaulis dans les sorbiers (Pourrat, Gaspard, 1922, p.175).
3.
Pigner, verbe intrans.,région. (Ouest et Centre). Pleurer, pleurnicher. Prêt à pigner comme un enfant qui perd ses jouets (H. Bazin, Huile sur feu, 1954, p.305).Elle pignait de toutes ses larmes (La Varende, Coeur pensif, 1957, p.224).
4.
Piotter, verbe intrans.,synon. (supra A 1).(Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [pjole], (il) piaule [pjo:l]. Ac. 1762-1878: piauler, pioler; 1935: piauler. Étymol. et Hist.1. 1552 pieuler ou pioller «pousser de petits cris aigus» [en parlant de petits poussins]» (Est., s.v. pipio, pipis); 2. id. pioller «gémir, se plaindre [en parlant d'une personne]» (Rabelais, Quart livre, XIX, éd. R. Marichal, p.109, 80). Dér. du rad. onomat. pi- évoquant un bruit aigu avec prolongement de l'élém. vocalique par une seconde voyelle: o, et fermeture de la syll. par la cons. l; dés. -er; FEW t.8, p.419 a; cf. piailler. Fréq. abs. littér.: 54. Bbg. De Charencey. Étymol. fr. B. Soc. Ling. 1906-1908, t.14, p.clxcvj.

Wiktionnaire

Verbe

piauler \pjɔ.le\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Crier, en parlant des petits poulets.
    • Les pauvres oiseaux, mourant de faim, ne sachant que devenir, vont de grange en grange attraper comme ils peuvent un misérable grain de blé, avec grand danger d'y laisser la vie. Aussi les entend-on piauler autour des greniers fermés ; […]. — (Abbé Boissy, Le livre des abeilles: ou, Manuel d'apiculture, Paris : chez Auguste Goin, 3e éd., 1874, page 202)
    • Maupattu était banni de la gent gloussante et caquetante, bien qu'il piaulât comme les autres et qu'il fût issu d'un œuf identique à celui des petits frères tant choyés et défendus par la maman. — (Louis Pergaud, « Maupattu le Paria », dans La revanche du corbeau: nouvelles histoires de bêtes, Mercure de France, 1924, page 143)
  2. (Populaire) Se plaindre en pleurant ou en gémissant.
    • Au voleur ! Au voleur ! A l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste ciel... qu'il hurlait... et de flancher du genou, et de pétrir son menton à main que veux-tu, et de piauler, les yeux au blanc. Pire que son âme, cette foutue cassette qu'on lui avait chouravée. Il glaviotait sa ladre amertume... — (Gérard-Fernand Bianchi, Brune intestine, Éditions Éphémère/Lulu.com, 2015, chapitre 12)
  3. (Figuré) Produire un bruit désagréable semblable à ces cris et gémissements.
    • Les poulies grinçaient, piaulaient, sifflaient, et, par instants, jetaient des cris aigus qui semblaient jaillir d’un gosier humain. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • La place de la Nation, […], s'ouvrait à tous les vents. Des tramways éclairés et vides y décrivaient, en piaulant sur leurs rails, une courbe laborieuse. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • La musique, elle aussi, d'un accordéon dans les bals, ou d'un orchestre piaulant sa rengaine exotique dans les lieux de plaisir, ou d'un monumental piano mécanique, dans un décor de glaces et de femmes nues, m'est délicieuse à chérir. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 16)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIAULER. v. intr.
Il se dit du Cri des petits poulets. Il se dit aussi, figurément et populairement, des Enfants qui se plaignent en pleurant. Cet enfant ne fait que piauler.

Littré (1872-1877)

PIAULER (pi-ô-lé) v. n.
  • 1Se dit du cri des petits poulets et autres. On juge qu'ils [les dindonneaux] ont besoin d'en prendre [de la nourriture], lorsqu'on les entend piauler, et cela leur arrive fréquemment, Buffon, Ois. t. III, p. 200.
  • 2 Par extension, se plaindre en pleurant, en parlant des petits enfants.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVIe s. Leur rompant tout doucement la coque, lors qu'elle entendra pioler les poussins dedans, De Serres, 359.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « piauler »

Il semble être une forme de piailler (voy. ce mot) ; génev. piouler, piuler ; Berry, piouler ; napol. piolare, il cantar lamentevole de pulcini ; ital. pigolare, dans le Dict. d'OUDIN.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Variante de piailler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piauler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piauler pjɔle

Citations contenant le mot « piauler »

  • Dans le cadre de l'animation Natura 2 000 Piège et collines du Lauragais, la Ligue de protection des oiseaux de l'Aude animera le samedi 16 mars, à Saint-Amans, de 9 h à 12 h, une sortie «nature» gratuite pour s'enchanter et écouter chanter les bruants perchés, zinzinuler les mésanges au détour d'un chemin, piauler la buse au-dessus de nos têtes ! ladepeche.fr, Saint-Amans. Les chanteurs, oiseaux des bois, oiseaux des champs - ladepeche.fr
  • Pauvres petits Européens, toujours dans la merde mais toujours s’efforçant à piauler contre les Américains, pour feindre le courage et la sagesse! Et Trump qui leur inflige chaque mois une nouvelle fessée commerciale... L'Obs, Les Etats-Unis face au coronavirus : les 5 défauts dans la cuirasse américaine
  • Soudain le petit commence à piauler. Jean Vignol, amusé par ses nouvelles fonctions, prend le biberon, fait boire l'enfant, pas trop maladroitement, ma foi! pour un début, puis le berce et le rendort. Le Figaro.fr, L'adoption : le conte de Noël de François Coppée pour Le Figaro en 1893

Images d'illustration du mot « piauler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « piauler »

Langue Traduction
Anglais peep
Espagnol mirar furtivamente
Italien sbirciare
Allemand gucken
Chinois 窥视
Arabe زقزقة
Portugais espreitar
Russe писк
Japonais のぞき見
Basque peep
Corse peep
Source : Google Translate API

Synonymes de « piauler »

Source : synonymes de piauler sur lebonsynonyme.fr
Partager