La langue française

Physiologique

Sommaire

  • Définitions du mot physiologique
  • Étymologie de « physiologique »
  • Phonétique de « physiologique »
  • Citations contenant le mot « physiologique »
  • Traductions du mot « physiologique »
  • Synonymes de « physiologique »
  • Antonymes de « physiologique »

Définitions du mot « physiologique »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHYSIOLOGIQUE, adj.

A. −
1. Relatif à la physiologie. Observation, théorie, considération physiologique. Remarquez que l'explication physiologique ne tient pas. Impossible de justifier par des faits l'hypothèse d'une espèce de prédisposition physique. Les athlètes sont généralement des citoyens paisibles, conformistes en diable (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p.1092).À cet instant et à cet instant seulement l'interprétation physiologique de James s'applique exactement aux phénomènes. L'émotion de joie, dans la mesure où on peut encore l'appeler une émotion, se réduit à une survivance physique et à un ébranlement périphérique (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p.126):
1. La nature de ces fonctions, et la manière dont elles s'exécutent, suffiraient pour le prouver: d'ailleurs, la connaissance physiologique de ces organes, c'est-à-dire, celle de leur structure et des mouvemens par lesquels ils se nourrissent et reproduisent sans cesse la cause immédiate de la sensibilité, le démontre avec une évidence que l'oeil peut saisir. Cabanis, Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.153.
2. Qui concerne le fonctionnement d'un organisme vivant, d'un organe, d'un système organique ou tissulaire particulier. Trouble, malaise, insuffisance physiologique; développement, processus physiologique; altération, anomalie, modification physiologique. L'arthrose est au départ une dégénérescence du cartilage, on peut supposer logiquement qu'elle est au fond l'aboutissant de l'usure physiologique de ce cartilage (Ravault, Vignon,Rhumatol.,1956, p.22).Le médecin juge l'état physique et physiologique des joueurs au repos, et après des efforts plus ou moins codifiés, selon des tests relatifs à la spécialité (J. Mercier, Footb.,1966, p.87):
2. Le zéro de végétation chez la vigne est vraisemblablement inférieur, variable à la vérité avec les cépages, et correspond à la température au-dessous de laquelle l'activité physiologique des organes en voie de croissance est bloquée. Levadoux,Vigne,1961, p.15.
3. Qui concerne l'action d'une substance, d'un médicament, d'une technique thérapeutique, d'un agent physique sur l'organisme, sur un tissu ou un organe. L'action physiologique de l'opium réside en grande partie dans la morphine qu'il renferme (Berthelot, Synthèse chim., 1876, p.116).Les effets physiologiques de l'électricité sur le système nerveux de l'homme consistent en: commotions ou sensations piquantes s'ils se produisent sur les nerfs, contractions s'ils se produisent sur les muscles (Tscheuschner, Prévis. temps, 1919, p.8).Le pétrole et ses dérivés, malgré quelques emplois pharmaceutiques, ont une influence physiologique assez désastreuse sur l'organisme (Chartrou,Pétroles natur. et artif., 1931, p.174).
Sérum, eau, liquide physiologique. Solution saline aqueuse permettant de maintenir en vie des organes ou des tissus isolés, permettant également le lavage des muqueuses et servant de liquide de perfusion. Des cellules peuvent vivre quelque temps en dehors de l'organisme lorsqu'elles sont placées dans un milieu convenable, sérum ou liquide physiologique (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p.57).Tous les autres vaisseaux et les nerfs sont ensuite coupés aussi loin que possible du coeur, lequel est alors extrait, puis suspendu par le fil de ligature dans un sérum physiologique (eau salée à 9 p.1000) (Camefort, Gama,Sc. nat., 1960, p.278).
B. − [P. oppos. à psychique ou psychologique] Qui concerne la vie de l'organisme, l'état, les besoins physiques du corps. Carence, misère physiologique. Étudier l'homme tel qu'il est, non plus leur pantin métaphysique, mais l'homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes (Zola, L'OEuvre, 1886, p.175).Du 18 août 1941, date de l'arrivée des Russes à Limburg, au 30 avril 1942, il y eut parmi eux 572 morts, tant par usure physiologique que par assassinat pur et simple, enterrés au cimetière du Stalag (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.173):
3. Le rôle de ces plantes d'élection, devenues pour des millions d'hommes une base de nourriture ou un besoin physiologique, a maintes fois attiré l'attention des géographes. Le thé, le café ont fourni à Karl Ritter le sujet d'importants chapitres de l'Erdkunde. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.147.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Selon Claude Bernard, ici fidèle à sa tendance générale qui est de ramener tout le physiologique au physico-chimique et d'exclure l'intervention efficiente de la vie, «entité inactive», la fermentation a pour cause non pas un microorganisme ou ferment figuré, mais un ferment soluble qu'engendre le jus de raisin lui-même (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p.171).Ces termes peu cartésiens nous obligent à former l'idée d'une pensée organique par laquelle le rapport du «psychique» et du «physiologique» deviendrait concevable (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.92).
REM. 1.
Physiologico -pathologique, adj.Synon. de physiopathologique (dér. s.v. physiopathologie).Après avoir tracé les jalons pour cette conception synthétique de la physiologie et de la pathologie, d'après notre programme nous devrons surtout nous appliquer à faire des analyses physiologico-pathologiques des maladies (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.290).
2.
-physiologique, élém. de compos. entrant dans la constr. de termes sav. où il indique une relation avec la physiologie.V. anatomo-physiologique (s.v. anatomo-), neurophysiologique (s.v. neurophysiologie).
Prononc. et Orth.: [fizjɔlɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1547 «qui étudie la nature» poëtes physiologicques (Budé, Institution, ch.10 ds Hug.), attest. isolée; 2. 1751 «relatif à la physiologie» (Encyclop. t.1, s.v. accouchement: Je terminerai cet article par une question physiologique relative à la méchanique des accouchemens); 3. 1822 «(en parlant de l'homme et par opposition à psychique) qui concerne la vie de l'organisme» (Stendhal, Amour, p.123). Empr. au b. lat. physiologicus «physique, naturaliste», lui-même du gr. φ υ σ ι ο λ ο γ ι κ ο ́ ς «qui concerne l'étude de la nature (en partic. celle de l'homme)», de φ υ σ ι ο λ ο ́ γ ο ς, v. physiologie. Fréq. abs. littér.: 1024. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 418, b) 2397; xxes.: a) 756, b) 2259.
DÉR.
Physiologiquement, adv.D'un point de vue, d'une manière physiologique. a) [Corresp. à physiologique A] Les plantes s'organisent physiologiquement, elles revêtent pour s'accommoder aux influences ambiantes une livrée commune, d'après l'altitude, les intempéries, la sécheresse, la chaleur humide (Vidal de La Bl.ds Ann. géogr., 1913, p.296).Bien des points sont encore obscurs dans les sciences de la vie qui intéressent l'alimentation. Il est cependant possible, en opérant avec toute la prudence requise, de proposer des types de rations complètes et physiologiquement équilibrées (R. Lalanne, Alim. hum., 1942, p.123).b) [Corresp. à physiologique B] Je sais bien qu'on alléguera que l'homme aime diminuer l'homme, afin de se grandir lui-même. Ce raisonnement se soutient; mais, physiologiquement, nous ne sommes pas faits ainsi (Alain, Propos, 1930, p.948).L'essentiel est que l'individu croisse, s'enrichisse, se fortifie physiologiquement, intellectuellement, moralement et psychiquement, qu'il assoie logiquement et puissamment sa personnalité (Hist. instit. et doctr. pédag., 1948, p.430). [fizjɔlɔ ʒikmɑ ̃]. 1reattest. 1787 (G. Audiberti, trad.: J. Hunter, Traité des maladies vénériennes, part.2, ch.6, sect.3, p.160 ds Quem. DDL t.20); de physiologique, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 57.
BBG.Quem. DDL t.13 (s.v. physiologiquement).

Trésor de la Langue Française informatisé

PHYSIOLOGIQUE, adj.

A. −
1. Relatif à la physiologie. Observation, théorie, considération physiologique. Remarquez que l'explication physiologique ne tient pas. Impossible de justifier par des faits l'hypothèse d'une espèce de prédisposition physique. Les athlètes sont généralement des citoyens paisibles, conformistes en diable (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p.1092).À cet instant et à cet instant seulement l'interprétation physiologique de James s'applique exactement aux phénomènes. L'émotion de joie, dans la mesure où on peut encore l'appeler une émotion, se réduit à une survivance physique et à un ébranlement périphérique (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p.126):
1. La nature de ces fonctions, et la manière dont elles s'exécutent, suffiraient pour le prouver: d'ailleurs, la connaissance physiologique de ces organes, c'est-à-dire, celle de leur structure et des mouvemens par lesquels ils se nourrissent et reproduisent sans cesse la cause immédiate de la sensibilité, le démontre avec une évidence que l'oeil peut saisir. Cabanis, Rapp. phys. et mor., t.1, 1808, p.153.
2. Qui concerne le fonctionnement d'un organisme vivant, d'un organe, d'un système organique ou tissulaire particulier. Trouble, malaise, insuffisance physiologique; développement, processus physiologique; altération, anomalie, modification physiologique. L'arthrose est au départ une dégénérescence du cartilage, on peut supposer logiquement qu'elle est au fond l'aboutissant de l'usure physiologique de ce cartilage (Ravault, Vignon,Rhumatol.,1956, p.22).Le médecin juge l'état physique et physiologique des joueurs au repos, et après des efforts plus ou moins codifiés, selon des tests relatifs à la spécialité (J. Mercier, Footb.,1966, p.87):
2. Le zéro de végétation chez la vigne est vraisemblablement inférieur, variable à la vérité avec les cépages, et correspond à la température au-dessous de laquelle l'activité physiologique des organes en voie de croissance est bloquée. Levadoux,Vigne,1961, p.15.
3. Qui concerne l'action d'une substance, d'un médicament, d'une technique thérapeutique, d'un agent physique sur l'organisme, sur un tissu ou un organe. L'action physiologique de l'opium réside en grande partie dans la morphine qu'il renferme (Berthelot, Synthèse chim., 1876, p.116).Les effets physiologiques de l'électricité sur le système nerveux de l'homme consistent en: commotions ou sensations piquantes s'ils se produisent sur les nerfs, contractions s'ils se produisent sur les muscles (Tscheuschner, Prévis. temps, 1919, p.8).Le pétrole et ses dérivés, malgré quelques emplois pharmaceutiques, ont une influence physiologique assez désastreuse sur l'organisme (Chartrou,Pétroles natur. et artif., 1931, p.174).
Sérum, eau, liquide physiologique. Solution saline aqueuse permettant de maintenir en vie des organes ou des tissus isolés, permettant également le lavage des muqueuses et servant de liquide de perfusion. Des cellules peuvent vivre quelque temps en dehors de l'organisme lorsqu'elles sont placées dans un milieu convenable, sérum ou liquide physiologique (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p.57).Tous les autres vaisseaux et les nerfs sont ensuite coupés aussi loin que possible du coeur, lequel est alors extrait, puis suspendu par le fil de ligature dans un sérum physiologique (eau salée à 9 p.1000) (Camefort, Gama,Sc. nat., 1960, p.278).
B. − [P. oppos. à psychique ou psychologique] Qui concerne la vie de l'organisme, l'état, les besoins physiques du corps. Carence, misère physiologique. Étudier l'homme tel qu'il est, non plus leur pantin métaphysique, mais l'homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes (Zola, L'OEuvre, 1886, p.175).Du 18 août 1941, date de l'arrivée des Russes à Limburg, au 30 avril 1942, il y eut parmi eux 572 morts, tant par usure physiologique que par assassinat pur et simple, enterrés au cimetière du Stalag (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.173):
3. Le rôle de ces plantes d'élection, devenues pour des millions d'hommes une base de nourriture ou un besoin physiologique, a maintes fois attiré l'attention des géographes. Le thé, le café ont fourni à Karl Ritter le sujet d'importants chapitres de l'Erdkunde. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.147.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Selon Claude Bernard, ici fidèle à sa tendance générale qui est de ramener tout le physiologique au physico-chimique et d'exclure l'intervention efficiente de la vie, «entité inactive», la fermentation a pour cause non pas un microorganisme ou ferment figuré, mais un ferment soluble qu'engendre le jus de raisin lui-même (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p.171).Ces termes peu cartésiens nous obligent à former l'idée d'une pensée organique par laquelle le rapport du «psychique» et du «physiologique» deviendrait concevable (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p.92).
REM. 1.
Physiologico -pathologique, adj.Synon. de physiopathologique (dér. s.v. physiopathologie).Après avoir tracé les jalons pour cette conception synthétique de la physiologie et de la pathologie, d'après notre programme nous devrons surtout nous appliquer à faire des analyses physiologico-pathologiques des maladies (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.290).
2.
-physiologique, élém. de compos. entrant dans la constr. de termes sav. où il indique une relation avec la physiologie.V. anatomo-physiologique (s.v. anatomo-), neurophysiologique (s.v. neurophysiologie).
Prononc. et Orth.: [fizjɔlɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1547 «qui étudie la nature» poëtes physiologicques (Budé, Institution, ch.10 ds Hug.), attest. isolée; 2. 1751 «relatif à la physiologie» (Encyclop. t.1, s.v. accouchement: Je terminerai cet article par une question physiologique relative à la méchanique des accouchemens); 3. 1822 «(en parlant de l'homme et par opposition à psychique) qui concerne la vie de l'organisme» (Stendhal, Amour, p.123). Empr. au b. lat. physiologicus «physique, naturaliste», lui-même du gr. φ υ σ ι ο λ ο γ ι κ ο ́ ς «qui concerne l'étude de la nature (en partic. celle de l'homme)», de φ υ σ ι ο λ ο ́ γ ο ς, v. physiologie. Fréq. abs. littér.: 1024. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 418, b) 2397; xxes.: a) 756, b) 2259.
DÉR.
Physiologiquement, adv.D'un point de vue, d'une manière physiologique. a) [Corresp. à physiologique A] Les plantes s'organisent physiologiquement, elles revêtent pour s'accommoder aux influences ambiantes une livrée commune, d'après l'altitude, les intempéries, la sécheresse, la chaleur humide (Vidal de La Bl.ds Ann. géogr., 1913, p.296).Bien des points sont encore obscurs dans les sciences de la vie qui intéressent l'alimentation. Il est cependant possible, en opérant avec toute la prudence requise, de proposer des types de rations complètes et physiologiquement équilibrées (R. Lalanne, Alim. hum., 1942, p.123).b) [Corresp. à physiologique B] Je sais bien qu'on alléguera que l'homme aime diminuer l'homme, afin de se grandir lui-même. Ce raisonnement se soutient; mais, physiologiquement, nous ne sommes pas faits ainsi (Alain, Propos, 1930, p.948).L'essentiel est que l'individu croisse, s'enrichisse, se fortifie physiologiquement, intellectuellement, moralement et psychiquement, qu'il assoie logiquement et puissamment sa personnalité (Hist. instit. et doctr. pédag., 1948, p.430). [fizjɔlɔ ʒikmɑ ̃]. 1reattest. 1787 (G. Audiberti, trad.: J. Hunter, Traité des maladies vénériennes, part.2, ch.6, sect.3, p.160 ds Quem. DDL t.20); de physiologique, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 57.
BBG.Quem. DDL t.13 (s.v. physiologiquement).

Wiktionnaire

Adjectif

physiologique \fi.zjɔ.lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui appartient à la physiologie.
    • La machine animale, si l'on peut s'exprimer ainsi, se démonte pièce par pièce pour nous révéler le jeu de chacune d'elles, pour nous montrer les grandes lois physiologiques dégagées de tout phénomène accessoire. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • […], tout a été mal compris et mal entendu soit que l’on méconnût les lois physiologiques qui régissent l’organisme, soit que l’on ignorât les premiers éléments de la zootechnie, […]. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
  2. Qui concerne le fonctionnement d’un organe, d’un organisme vivant, d’un système organique ou tissulaire particulier.
    • Avec les mains, le fasciathérapeute lit ces tensions et remonte ainsi à l'origine du problème, qu'il soit physiologique ou émotionnel. — (Le Petit Futé : Remise en Forme, 2011, p.23)
  3. Qui concerne l’action d’une substance, d’un médicament ou d’une technique thérapeutique sur l’organisme (ou sur un tissu ou un organe).
  4. Qui concerne l’état ou les besoins physiques du corps.
  5. (Médecine) Non pathologique (notamment dans des propositions ou formulations telles que « ce symptôme est physiologique » ou « grossesse physiologique »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHYSIOLOGIQUE. adj. des deux genres
. Qui appartient à la physiologie. Recherches physiologiques.

Littré (1872-1877)

PHYSIOLOGIQUE (fi-zi-o-lo-ji-k') adj.
  • Qui appartient à la physiologie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « physiologique »

Du latin physiologicus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Φυσιολογιϰὸς (voy. PHYSIOLOGIE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « physiologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
physiologique fizjɔlɔʒik

Citations contenant le mot « physiologique »

  • Si l'homme féconde la femme physiologiquement, celle-ci, du point de vue intellectuel, le lui rend bien. De Léon Daudet / La Femme et l'amour
  • Il est nécessaire de rincer l'œil avec du sérum physiologique pendant au moins une demi-heure immédiatement, rapporte le médecin pour le Parisien. En cas d’absence de sérum, il faut alors utiliser de l’eau. « Si une heure après, il se plaint de douleur, que son œil est rouge ou que sa vision diminue, n'hésitez pas à aller aux urgences », précise-t-il encore. Journal L'Union, Attention, les distributeurs de gel hydroalcoolique peuvent être dangereux pour les enfants
  • La phase 1 dont parlent ces scientifiques est l’état hypnagogique, durant lequel on entre en sommeil tout en restant en veille. Il s’agit tout simplement de la phase d’endormissement. Pour les auteurs, cet état est idéal : s’il est physiologiquement proche du sommeil paradoxal, on y reste pourtant sensible à des signaux extérieurs tels que le son. De fait, c’est un moment du sommeil où l’on est particulièrement réceptif aux suggestions influant sur les rêves. Numerama, Cette technologie du MIT permet d'influer sur le contenu des rêves
  • La pensée : habitude physiologique d’un être dressé. De Marc Gendron / Louise ou la nouvelle Julie
  • « Nous sommes très heureux d’avoir participé avec une dizaine de nos membres à cette première levée de fonds d’ETISENSE auprès du réseau HARA et d’investisseurs privés » ajoute Nicolas Felix, membre d’Angels Santé et représentant du réseau au Comité Stratégique d’Etisense. « Nous avons été conquis par l’équipe dirigeante et par la solution innovante DECRO pour le monitoring non-invasif des paramètres cardiorespiratoires des petits animaux en recherche préclinique. Nous sommes convaincus qu'ETISENSE deviendra sans aucun doute un leader dans les dispositifs de monitoring physiologique pour la recherche médicale ». , La MedTech ETISENSE réussit sa levée de fonds et engage l’industrialisation de DECRO®, son outil de suivi physiologique de dernière génération
  • Le portage physiologique est le moyen de porter son tout-petit dans le confort physiologique et affectif dont il a besoin les premiers mois de sa vie. Au contact direct de sa maman ou de son papa, bien serré et au chaud, il retrouve toute la sécurité qu’il avait dans le ventre. un atelier pour découvrir l’origine du portage en écharpe, les bienfaits pour le bébé, les avantages pour les parents. Différents modèles de porte-bébés physiologiques vous seront présentés et vous pourrez tester les nœuds pour commencer avec un tout-petit. Unidivers, Portage physiologique de bébé Natbé Paris samedi 25 juillet 2020
  • Si l’âge est une réalité physiologique, il n’empêche pas une certaine modernité, un grain de folie, des projets plein la tête, de la coquetterie et une belle capacité à se rendre utile. C’est peut-être à cause de nos prédispositions génétiques qu’il y a des gens vieux à 20 ans et des seniors plus dynamiques que leurs petits-enfants ! MAGTOO, Quelle retraitée pourriez-vous bien devenir ? - MAGTOO

Traductions du mot « physiologique »

Langue Traduction
Anglais physiological
Espagnol fisiológico
Italien fisiologico
Allemand physiologisch
Chinois 生理
Arabe الفسيولوجية
Portugais fisiológico
Russe физиологический
Japonais 生理的
Basque fisiologiko
Corse fisiulogicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « physiologique »

Source : synonymes de physiologique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « physiologique »

Partager