La langue française

Pertuis

Sommaire

  • Définitions du mot pertuis
  • Étymologie de « pertuis »
  • Phonétique de « pertuis »
  • Citations contenant le mot « pertuis »
  • Images d'illustration du mot « pertuis »
  • Traductions du mot « pertuis »
  • Synonymes de « pertuis »

Définitions du mot « pertuis »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERTUIS, subst. masc.

A. − Vieilli, région. ou littér. Trou, petite ouverture. Pertuis d'une aiguille, de l'oreille. Tenez!... là-bas... Cette brousse, eh bien, il y a-t-un lièvre qui tous les matins passe par ce pertuis-là (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p.45).Piquant ferme dans sa cuisse, couverte des petits pertuis de sa manie, il appuya sur la seringue (...) et tomba foudroyé (L. Daudet, Ciel de feu, 1934, p.221).Si les animalcules viennent de germes, ces germes doivent être extrêmement ténus et pourquoi n'auraient-ils pu s'insinuer par d'invisibles pertuis qui, pour eux, eussent été autant de «portes cochères»? (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p.45).V. blond ex. 4.
B. − Spécialement
1. Ouverture pratiquée pour permettre le passage ou l'écoulement de l'eau. V. chenal ex. 2.
a) ,,Trou par lequel se perd l'eau d'un bassin`` (Noël 1968). L'eau d'un bassin qu'on ne retient plus et dont on ouvre les pertuis sur les rigoles (Suarès, Voy. Condottière, t.3, 1932, p.145).
b) Ouverture ménagée dans une digue pour le passage des bateaux. L'on a quelquefois ouvert des pertuis laissant passer la mer à travers une digue d'abri enracinée à terre (Quinette de Rochemont, Trav. mar., t.1, 1900, p.170).
c) Ouverture pratiquée dans un barrage, et dont la largeur permet parfois une passe navigable. [Les barrages de dérivation] se composent d'un certain nombre d'ouvertures ou pertuis, fermés par des vannes et séparés entre eux par des piles. Ces pertuis jouent, en fait, le rôle d'évacuateur de crues (Thaller, Houille blanche, 1952, p.48).
d) ,,Ouverture par laquelle l'eau passe d'une écluse dans un conduit (...) qui amène l'eau à la roue d'un moulin`` (Noël 1968).
2. GÉOGRAPHIE
a) Étranglement d'un fleuve. Les pertuis de la Seine. (Dict.xixeet xxes.).
b) [Dans l'Ouest de la France] Détroit entre une île et le continent ou entre deux îles. Pertuis breton, d'Antioche, de Maumusson. Sur sa mer jaunie, baignant une campagne poudreuse, avec ses falaises blanches visibles de loin, La Rochelle surveillait l'entrée des pertuis, l'accès des îles (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.371).
c) Région. et littér. Passage d'un versant à l'autre d'une montagne. Synon. col.Pancho, roi d'Oloron, commande au carrefour Des trois pertuis profonds qui vont d'Espagne en France (Hugo, Légende, t.1, 1859, p.222).Tous les pertuis entre les collines, tous les vals, tous les lits de torrent sont des portes du vent (Giono, Eau vive, 1943, p.32).
3. TECHNOLOGIE
a) Trou d'une filière. (Dict.xixeet xxes.).
b) SERR. ,,Garde fixée dans l'intérieur des serrures; ouverture correspondante faite au panneton de la clef`` (Chesn. t.2 1858). Clef, dont la figure est la forme de son mouvement adapté au pertuis où on l'insère, (...) (Claudel, Art poét., 1907, p.187).
REM. 1.
-pertuis, élém. de compos.V. mille(-)pertuis.
2.
Pertuiser, verbe trans.,vieilli ou littér. Percer. Ma flûte ne sait plus, hélas! me réjouir, Mon coeur est travaillé de crainte et de désir. Adieu, roseaux amis que savait pertuiser, Pour être les premiers, ma main! (Moréas, Énone, 1894, p.146).Part. passé en empl. adj. Là-bas derrière luisait la carcasse de bois toute pertuisée, son sol nu où pourrissaient des lambeaux de murs (Giono, Gd troupeau, 1931, p.192).
Prononc. et Orth.: [pε ʀtɥi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1140 «trou, ouverture» pertus (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 441); 1176-81 pertuis (Chrétien de Troyes, Chevalier Lyon, éd. M. Roques, 1272); ne subsiste que dans des empl. spéc.; 1180-90 pertrus «passage» (Alexandre de Paris, Alexandre, IV, 385 in Elliott Monographs, 37, p.329). Déverbal de l'a. fr. pertuisier «faire un trou» ca 1170 (Rois, éd. E. R. Curtius, IV, 2 Chr. XXXIII, 12, p.219) − 1611, Cotgr., répertorié ensuite comme vx mot par de nombreux dict., mais qui survit dans les dial. (cf. FEW t.8, p.288b et 289a), peut-être att. dès la fin du xies.: pertucar ou pertucer (Raschi Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, p.110, 799), du lat. pop. *pertusiare, v. percer, d'apr. les formes accentuées de l'ind. prés.; cf. dès le viiies. le lat. pop. pertusium «trou» (Gloses de Reichenau, éd. H.-W. Klein, t.1, p.87, 658). Fréq. abs. littér.: 29.

Wiktionnaire

Nom commun

pertuis \pɛʁ.tɥi\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. Ouverture, trou.
    • D'un geste rapide, il entrouvre, comme disait Rabelais, sa braguette, et dirige un vigoureux et long jet d'eau blonde, avec adresse, sur les vingt pertuis du judas. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 81)
  2. (Marine) Trou, ouverture ; en particulier, ouverture pratiquée à une digue pour le passage des bateaux ou celle par laquelle l’eau passe d’une écluse dans un coursier pour faire mouvoir une roue.
  3. (Toponymie) Détroit, passage resserré entre une île et la terre ferme, ou entre deux îles. — (IHO SP-23, 4e édition (en préparation), Nomenclature des espaces maritimes au 01.01.2004, Commission nationale de toponymie [de France] (CNT), Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM), au nom de l’OHI (Organisation hydrographique internationale), 2004)
    • De ce côté, le rivage, capricieusement festonné, creusé de criques et d’anses, hérissé de caps aigus et de promontoires abrupts, allait se perdre dans ce confus enchevêtrement de détroits, de pertuis, de passes, qui donne aux cartes des continents polaires un si bizarre aspect. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  4. (Toponymie) Étranglement d'un fleuve.
    • Les pertuis de la Loire sont nombreux avant qu'elle n'atteigne la plaine.
  5. (Populaire) (Vieilli) Bouche.
    • […] il avait encore, entre le nez et le menton, un sacré pertuis qui lui coûtait fort cher pour ce qu’il réclamait, étant toujours à sec, de fréquents et copieux arrosages. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  6. (Médecine) Petit trou dans l’oreille souvent présent au niveau de l’hélix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERTUIS (pèr-tuî ; l's se lie au pluriel : des pèrtuî-z étroits) s. m.
  • 1Trou, vide qu'on fait en perçant, forant. Dans le pertuis mettant un long cornet, La Fontaine, Herm.
  • 2Trou d'une filière.

    Terme de serrurier. L'ouverture qui est au panneton d'une clef.

  • 3Trou par où se perd l'eau d'un bassin, d'une fontaine, d'un réservoir.
  • 4Ouverture pratiquée à une digue pour le passage des bateaux.

    Ouverture par laquelle l'eau passe d'une écluse dans un coursier, pour faire mouvoir une roue.

  • 5 Terme de géographie. Détroit resserré entre une île et la terre ferme, ou entre deux îles. Le pertuis de Maumusson.

    Dans le Jura, passage d'un versant à l'autre.

  • 6Nom donné sur la Seine aux rapides. Au passage des pertuis (c'est ainsi qu'on appelle sur la Seine les rapides formés par les hauts-fonds), la navigation était quelquefois arrêtée pendant des jours entiers, E. Grangez, Voies navigables de France, p. 627.

    Nom donné, dans une rivière navigable par éclusées, à un endroit resserré où l'on établit le barrage mobile de planches pour retenir l'eau.

HISTORIQUE

XIIe s. De tote vertut fait à guarnir li entreie del cuer, ke li aguaitant anemi ne la trespercent parmi lo pertuihs de le neglicie pense [pensée négligée], Job, p. 444.

XIIIe s. Moult a soris povre secors, Qui n'a c'ung partuis à refuge, Ren. 13354. Levés tost sus, et si bouchiés Tous les partuis de ceste haie, ib. 3703.

XVIe s. Le premier bonjour qu'eut son maistre, fut que son hilairet avoit fait un pertuis en l'eau [un trou à la lune], et au deçu de chacun avoit gagné pays, Yver, 643. Les pores et petits pertuis invisibles de tout le corps, Paré, XI, 15. À tel pertuis telle cheville, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERTUIS, s. m. (Archit. Hydraul.) c’est un passage étroit, pratiqué dans une riviere aux endroits où elle est basse pour en augmenter l’eau de quelques piés, afin de faciliter ainsi la navigation des bateaux qui montent & qui descendent. Cela se fait en laissant entre deux bâtardeaux une ouverture qu’on ferme avec des ailes, comme sur la riviere d’Yone, ou avec des planches en-travers, comme sur la riviere de Loing, ou enfin avec des portes à vannes, ainsi qu’au pertuis de Nogent-sur-Seme. Voyez Ecluse.

Pertuis de bassin ; c’est un trou par où se perd l’eau d’un bassin de fontaine ou d’un réservoir, lorsque le plomb, le ciment ou le corroi est fendu en quelque endroit. Si l’on veut connoître la dépense d’un pertuis, soit quarré, circulaire, rectangulaire, &c. vertical ou horisontal, il faut lire les sections 9. & 10. de l’Arehit. hydraul. de M. Belidor, tom. I. de la premiere partie. (D. J.)

Pertuis, terme géographique ; ce mot est employé en Géographie, sur-tout sur les côtes de Poitou, pour désigner un détroit de mer, comme il paroît par les exemples suivans.

Pertuis-d’Antioche, détroit de l’Océan, dans la mer de France, entre l’île de Ré au nord, & l’île d’Oléron au midi.

Pertuis-Breton, détroit de l’Océan, dans la mer de France, entre la côte du Poitou & de l’Aunis au nord & l’ile de Ré au midi.

Pertuis de Maumusson, détroit de l’Océan, dans la mer de France, entre l’île d’Oléron au nord, & la côte de Saintonge au midi & à l’occident.

Mais le pertuis-Rostain ou pertuis-Rostang, est une roche percée au-dessus de laquelle, on voit à l’entrée une dédicace faite à Auguste en ces termes : Divo Cæsari Augusto dedicata, satutate eam. (D. J.)

Pertuis, (Géog. mod.) petite ville de France, en Provence, dans la Viguerie d’Aix, à 4 lieues N. E. d’Aix, 11 N. de Marseille, 162 S. E. de Paris. Long. 23. 15. lat. 43. 44.

Pertuis, s. m. (Serrur.) sorte de garde qu’on met aux planches des serrures. Il a différens noms selon sa figure. On en use le plus communément aux serrures benardes & antiques. Il ne faut pas le confondre avec le rouet qu’on pose sur le palatre, la couverture ou le foncet.

Il y a le pertuis à jambe, & le pertuis volant.

Le pertuis à jambe se pose sur la planche à l’endroit où passe la tige de la clé. Pour l’arrêter à la planche, on fait un trou à la planche à l’endroit où doit passer la tige de la clé, & on épargne par-derriere un petit rivet.

Le pertuis volant se place à quelqu’endroit de la planche qu’on le veut. Après que la planche a tourné dans la clé, on marque ce pertuis des deux côtés de la planche avec une pointe à tracer, comme si c’étoit un rouet. On en prend la longueur avec un compas. On a une piece de fer qu’on fend juste par le milieu jusqu’à deux lignes de ses extrémités, on épargne de chaque côté un pié qu’on rive à la planche. On dresse ensuite cette piece, on la fait entrer dans la planche sur le trait, & on rive. Cela fait, on fait tourner la clé, & on lime le pertuis par le bout.

Il y a des pertuis en cœur, en rond, en trefle, de quarrés, de coudés, en ovale, en croix de S. André, en étoiles, de renversés, de hastés, de deux pleines croix, en M, en brin de sauge, &c.

Pertuis, s. m. terme de Tireur d’or ; ancien mot qui signifie un trou, & qui n’est plus guere d’usage en ce sens, que parmi les Tireurs d’or, ou autres ouvriers, qui réduisent les métaux en fil ; il signifie dans leur langage, les ouvertures ou trous de filieres, à-travers desquels ils font passer successivement ces métaux. Chaque pertuis a son embouchure & son œil : l’embouchure est le côté par où entre le fil, & l’œil est le côté par où il sort ; on passe le lingot par plus de sept vingt pertuis, avant de le porter jusqu’au superfin.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pertuis »

(1150) De l’ancien français pertuis (« trou ») à partir du verbe ancien français pertuisier (« percer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Déverbal de pertuisier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, pertuis, chas d'une aiguille ; Berry, partus, pertus ; bourguig. polu ; provenç. pertus, pertuis ; ital. pertuso, pertugio ; du lat. pertusus, participe de pertundere, percer, de per, et tundere, battre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pertuis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pertuis pɛrtµi

Citations contenant le mot « pertuis »

  • Après sisteron : pertuis.... le covit ne nous a rien appris LaProvence.com, Société | Pertuis : les urgences de nuit devraient rester ouvertes | La Provence
  • Durant les deux mois d’été, en juillet et en août, se dérouleront du jeudi au samedi inclus en soirée, des animations médiévales dans le jardin du château de Pertuis, un des espaces les plus discret et secret de notre cité, à quelques mètres de notre clocher entre l’église Saint Nicolas et le rempart pertuisien.L’animation comprendra une visite du cœur de ville sur les traces historiques de la peste à Pertuis, puis le groupe se retrouvera rue Colbert avec les commerçants, et départ pour le jardin secret, à quelques pas de là. frequence-sud.fr, Pertuis: Et si on ripaillait façon médiévale ce week-end? - Pertuis - Frequence-sud.fr
  • Les gendarmes pertuisiens ont mis la main sur 454 pieds de cannabis et une pompe d'irrigation ce matin à l'occasion d'une nouvelle opération en bord de Durance. Sur place, un homme de 44 ans a été interpellé et mis en garde à vue. Cette saisie de taille fait suite à la découverte le 15 juillet de 120 pieds de cannabis à quelques mètres de là, et d'une autre pompe d'irrigation. C'est en remontant des tuyaux d'arrosage que les militaires ont pu mettre la main sur ces nouvelles cultures. LaProvence.com, Faits divers - Justice | Pertuis : 454 pieds de cannabis découverts | La Provence

Images d'illustration du mot « pertuis »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pertuis »

Langue Traduction
Anglais sluice
Espagnol compuerta
Italien chiusa
Allemand schleuse
Chinois 水闸
Arabe السد
Portugais eclusa
Russe водовод
Japonais 水門
Basque sluice
Corse sluice
Source : Google Translate API

Synonymes de « pertuis »

Source : synonymes de pertuis sur lebonsynonyme.fr
Partager